• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 12 septembre 2011

« La misère selon George Orwell »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2011

Lu sur : Le Grand Soir12 septembre 2011

URL article original : http://bernard-gensane.over-blog.com/article-la-misere-selon-george-orwell-83424564.html

La misère selon George Orwell

Bernard GENSANE

arton1461325c47.jpg

Au début de sa carrière d’écrivain et de journaliste, pour des raisons peut-être plus

personnelles que politiques, Orwell s’est intéressé à ceux qui avaient sombré dans la

misère la plus noire au début des années trente en Grande-Bretagne.

Il a écrit de nombreux textes, dont son premier livre publié en 1933,

Dans la dèche à Paris et Londres (Down and Out in Paris and London).

Il écrivit ce livre après avoir partagé, volontairement, le sort de ces malheureux, dans les asiles de nuit,

dans les champs de houblon du Kent, dans les arrière-cuisines de cafés et de restaurants parisiens.

 

Dans le chapitre III de cet ouvrage, il décrit ce qui se passe dans la conscience de ceux qui sombrent.

C’est peu dire que ces lignes écrites il y a soixante-dix ans, sont, malheureusement, toujours d’actualité.

 

Curieuse sensation qu’un premier contact avec la “ débine ”. C’est une chose à laquelle vous avez tellement

pensé, que vous avez si souvent redouté, une calamité dont vous avez toujours su qu’elle s’abattrait sur vous

à un moment ou à un autre. Et quand vient ce moment, tout prend un tour si totalement et si prosaïquement

différent. Vous vous imaginiez que ce serait très simple : c’est en fait extraordinairement compliqué. Vous vous

imaginiez que ce serait terrible : ce n’est que sordide et fastidieux. C’est la petitesse inhérente à la pauvreté

que vous commencez par découvrir.

[…] Vous vous trouvez brutalement contraint de vivre avec six francs par jour. Mais vous ne voudriez pour rien

au monde que cela se sache : il faut donner à votre entourage l’impression que rien n’a changé dans votre vie. […]

Vous renoncez pour commencer à donner votre linge à blanchir. […] Le buraliste ne cesse de vous demander

pourquoi vous fumez moins. Il y a des lettres auxquelles vous voudriez bien répondre, mais cela vous est

impossible parce que les timbres sont devenus trop chers pour vous. Et puis, il y a la question de la nourriture

– de loin la plus épineuse. Chaque jour, aux heures des repas, vous faites ostensiblement mine de prendre

la direction du restaurant, mais vous passez une heure dans les jardins du Luxembourg, à tourner en rond

et à regarder les pigeons. […] 

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

 

Publié dans Culture, Litterature, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

France : Les émeutes du 11 septembre 1911

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2011

Lu sur : France : Les émeutes du 11 septembre 1911 dans Culture dazibaoueb_logo_70010 septembre 2011

publié par LR34

URL article original : http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2011/09/11-septembre-1911-la-france-en-emeutes.html#more

 

Que se passait-il le 11 septembre 1911 en France ?

Auteur : Marc Lafontan  - Source : Au bout de la route

 

Des émeutes. Contre quoi ? La vie chère.

Dans le nord de la France et dans les Ardennes, le 8, le 10 et le 11 septembre éclataient à Roubaix, Tourcoing,

Dunkerque, Charleville, Mézières, Denain des émeutes et des manifestations contre la cherté de la vie.

On leur opposa, comme on le fait encore, la police et l’armée.

 

lecitoyenbroutchouxarrc3a9tc3a9alenssurlaplacedelamairieaumomentouilallaitpc3a9nc3a9treralarc3a9unionducongrc3a8sprc3a9sidc3a9parlecitoyenbaslyle20mars2.jpg

Voici ce qu’on peut lire dans la Voix du Nord sur les émeutes du 11 septembre 1911 à Denain : 

Les rues étaient envahies par de longues colonnes de manifestants métallurgistes et mineurs

qui attendaient en chantant et en criant. Ce fut le commencement de l’échauffourée.

 

À peine les sommations légales terminées, les gendarmes à pied, les chasseurs à cheval et les soldats de

l’infanterie coloniale repoussaient, avec quelque difficulté, la foule qui criait et sifflait. Tout à coup, des cafés et

cabarets avoisinants, une pluie de chopes, de pierres, de tessons de bouteilles et d’objets de toutes sortes s’abat

sur la troupe et les gendarmes. Les soldats et gendarmes pénètrent dans les cafés et les font fermer après avoir

expulsé les consommateurs qui s’y trouvaient. Puis les hussards, chasseurs à cheval, poursuivent dans chaque rue

les manifestants. On entend toujours des chants révolutionnaires, mêlés de cris et d’injures à l’adresse de l’armée.

Lire la suite

 

Publié dans Culture, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Chili : « Cette année, le 11 septembre a un goût amer… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2011

Lu sur : PCF Grésivaudan - 12 septembre 2011

URL article original : http://www.regards.fr/monde/au-chili-la-jeunesse-se-souvient

 

Au Chili, la jeunesse se souvient de l’autre 11 septembre

 

Chili :

Le Chili connaît ses plus grandes manifestations populaires

depuis la chute de la dictature Pinochet en 1990. Née dans

une démocratie néolibérale où les inégalités se creusent,

la jeunesse chilienne réclame une éducation publique,

gratuite et de qualité. Au-delà du gouvernement, elle s’en

prend à l’héritage de la dictature, et renoue symboliquement

avec la séquence Allende.

 

Cette année, le 11 septembre a un goût amer pour la classe politique chilienne.

La cote de popularité de Sebastian Pinera – premier président de droite à arriver au pouvoir de manière

électorale au Chili depuis 1956 –, a dégringolé de plusieurs étages depuis le mois de mai. A 26%, on peut

même considérer qu’il a atteint le « ground zero » de la popularité des présidents chiliens depuis le retour à

la démocratie. Une claque, donc, alors qu’entre 70% et 80% de la population, selon les sondages, soutiennent

les étudiants qui se mobilisent depuis le mois de mai pour une éducation publique, gratuite et de qualité.

De quoi calmer les ardeurs d’un président multimillionnaire qui, « par provocation, prétend que

’’l’éducation est un bien de consommation’’, et que ’’dans la vie, tout a un coût’’,

alors que l’éducation était gratuite jusqu’en 1973  », explique Franck Gaudichaud, maître de conférence en

Civilisation hispano-américaine à l’Université Grenoble-3, membre du bureau national de l’association

« France Amérique Latine », et coordinateur de l’ouvrage Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements

sociaux et néolibéralisme en Amérique latine (Textuel, 2008). On comprend que les étudiants aient peu apprécié :

« 70% d’entre eux sont endettés, 65% sont obligés d’interrompre leurs études. Les établissements, privés

comme publics, dépendent à 75% des frais d’inscription. Face à cela les étudiants veulent un retour de l’État

dans l’éducation ». L’ampleur et la teneur de cette mobilisation d’ « une génération qui n’a plus peur » n’est pas

sans rappeler les manifestations populaires de soutien à Allende, ou celles qui ont mis fin à la dictature.

Lire la suite  

Sur la situation au Chili, lire également sur Primitivi :

Chili : « Le crépuscule de la peur », documentaire sur les manifestations

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy