France : Un enfant sur trois ne part pas en vacances !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 août 2011

France : Un enfant sur trois ne part pas en vacances ! dans France humanitefr le 8 Août 2011

 Toujours davantage d’enfants privés de vacances en France

 

Un nombre croissant d’enfants ne part pas en vacances, a indiqué lundi à Cabourg (Calvados)

le Secours populaire qui a enregistré une hausse de 15% en deux ans des demandes de participation

à la journée de vacances qu’il offre à des enfants.

« Il y a un nombre encore plus grand de gosses qui ne sont pas partis en vacances cet été », a expliqué

Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, à Cabourg, en marge d’une conférence de presse

de présentation de la journée des oubliés des vacances (JOV) que l’association organise le 24 août.

« C’est la grande contradiction : autoroutes, aéroports sont bouchés (par les touristes, ndlr) mais un Français

sur deux, un enfant sur trois, ne part pas en vacances », a souligné l’ancien résistant.

Le Secours populaire a enregistré une hausse de 15% en deux ans des demandes de participation à la JOV,

a-t-il dit. L’association offre chaque année fin août une journée de vacances à près de 50.000 enfants qui ne

sont pas partis. Le budget de l’opération se monte à 30 euros par enfants, a précisé le président.

« Cela permet à des gosses d’être comme les autres », à la rentrée lorsqu’on leur demande de raconter

leurs vacances : après « une journée à la mer », que beaucoup n’ont jamais vue, ils ont autant à dire que

d’autres après « trois semaines à Saint-Tropez », a dit M. Lauprêtre.

« L’opération la plus spectaculaire » aura lieu cette année à Cabourg, où 4.000 enfants franciliens et 1.000 bénévoles

sont attendus le 24 août. « Nous espérons qu’ils seront un peu plus nombreux » qu’il y a deux ans, où une journée

similaire avait été organisée à Cabourg, a précisé M. Lauprêtre.

250 enfants issus de 20 pays étrangers participeront également à cette journée dans la station balnéaire normande.

Au delà des enfants, « nous sommes un peu effrayés par cette misère qui gagne du terrain. Nous avons aidé 2 millions

de personnes en 2009, 2,4 millions en 2010 et nous nous attendons à une hausse de 10% encore en 2011″ par

rapport à 2010, a indiqué le président du Secours populaire.

M. Lauprêtre a à nouveau déploré la baisse drastique du budget du Programme européen d’aide aux plus démunis

(PEAD) en 2012 et la « suppression complète » prévue ensuite, selon lui, de ce programme. La baisse de ces crédits fait

suite à une décision de la Cour de justice européenne.

Sans l’aide de l’UE, « la moitié des 90 millions de repas que nous avons distribués l’an dernier ne le seront plus »,

a précisé M. Lauprêtre.

 

Secours Populaire.fr/ Pour que personne ne soit oublié des vacances !

 

Publié dans France, PRECARITE, SOCIETE, Solidarite | Pas de Commentaire »

Crise financière : Entretien avec Nasser Mansouri-Guilani, économiste de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 août 2011

Crise financière : Entretien avec Nasser Mansouri-Guilani, économiste de la CGT dans ECONOMIE logo-huma 9 août 2011

 Nasser Mansouri-Guilani

« Derrière la dette, les mauvais choix de politiques économiques des États »

Nasser Mansouri-Guilani, économiste de la CGT, s’insurge contre la domination

des marchés qui provoque la hausse du chômage et nuit à la croissance. 

 

Quelle conséquence aura la dégradation de la note américaine en Europe et en France ?

Nasser Mansouri-Guilani. Sans dédouaner les États et leur responsabilité dans cette crise, peut-on faire confiance

aux agences de notation, en l’occurrence Standard & Poor’s, au regard de leurs erreurs du passé ? Peut-être y a-t-il

derrière cette annonce une opération qui vise à envenimer la panique pour renforcer la position des marchés

financiers. En montrant que même la première économie mondiale risque la faillite, ces agences, qui travaillent

pour les spéculateurs et les financiers, veulent obliger les gouvernements à respecter ou à mettre en place

les programmes d’austérité et à préparer les esprits à la fatalité et aux sacrifices au nom de la stabilité.

La dette est-elle devenue ingérable ?

Nasser Mansouri-Guilani. Les dettes américaine et européenne ont fortement augmenté après la crise de 2008,

en liaison avec les plans de sauvetage des banques et du système financier. Les mauvais choix des politiques

économiques ont conduit à déséquilibrer encore plus les finances publiques. En France, la poursuite de la réduction

des prélèvements sur le capital et le maintien des niches fiscales et sociales ont amené le gouvernement à résoudre

l’équation en diminuant les dépenses publiques utiles ou les salaires des fonctionnaires. Le cas grec est pourtant

très éclairant.  Le plan d’austérité a réduit le taux d’activité économique du pays. La dette a augmenté le bonheur

des marchés financiers, détenteurs des dettes souveraines, qui ont pu développer la spéculation sur le marché

obligataire. L’approche libérale conçoit par définition l’endettement public comme mauvais. Mais la dette peut aussi

être liée aux investissements qui permettent de créer des richesses bien supérieures au coût de l’endettement sur

le long terme. Tout dépend donc de la nature de l’endettement. Il ne faut pas oublier que plus l’endettement est

élevé, plus les charges d’intérêt le sont aussi. Il faut donc bien distinguer le bon et le mauvais endettement.

Qu’entendez-vous par « bon » endettement public ?

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans ECONOMIE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Pour sortir de la crise actuelle, les peuples doivent se rebeller contre la dictature de la finance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 août 2011

Pour sortir de la crise actuelle, les peuples doivent se rebeller contre la dictature de la finance dans ECONOMIE 8 août 2011 -  par Patrick Le Hyaric

 

Repousser la dictature de la finance

 dans PCFVoilà plus de trois ans que le monde est entré dans une phase aigue de la crise

du système qui le régit. Car la crise actuelle est la crise du capitalisme et elle

ne trouvera de solution définitive que par une organisation supérieure de la

société, faite enfin pour les êtres humains et non plus d’abord pour la

rentabilité du capital.

Ce qui se passe depuis quelques mois et qui s’est accéléré encore ces derniers jours le montre de manière

très préoccupante. En effet, les dirigeants de ce monde ont, aux alentours de la semaine du 20 juillet,

expliqué que le nouveau plan d’aide à la Grèce, puis que l’accord aux Etats-Unis pour le relèvement du

plafond de la dette, solutionneraient les problèmes. Ceci s’est révélé une nouvelle fois faux et archifaux.

En vérité, les gouvernements se sont contentés de se mettre au service des requins de la finance.

D’ailleurs, les grands médias et les ministres ne disent-ils pas désormais qu’il faut

« rassurer les marchés financiers ».

De deux choses l’une, soit on détient son pouvoir du peuple pour rassurer les marchés financiers,

comme ils disent, soit pour mettre en œuvre des politiques au service des peuples.

Voilà qui donne une idée de la nature de classe des pouvoirs actuels. En vérité, depuis des années,

des gouvernements différents en France et aussi dans les autres pays ont délégué leur pouvoir ou donné

leur pouvoir aux rapaces de la finance. C’est ce que nous avions dénoncé lorsque nous avions refusé les

traités de Maastricht et de Lisbonne. Nous avions dit la vérité. La sacro sainte « liberté de circulation des

capitaux et des marchandises », avec toutes les déréglementations qui en découlent, veut exactement dire

cela. Cette liberté c’est la liberté de spéculer pour les tenants de la finance contre les droits des peuples à

vivre mieux, à avoir du travail, à disposer de services publics et d’une protection sociale efficace. Les fonds

financiers, les banques, les assurances spéculent sur tout, même, comble du système, sur l’achat, le rachat,

la vente et la revente des dettes des États.

[...]

Nous sommes ainsi entrés dans un nouveau système du capitalisme totalitaire où ce ne sont plus les

responsables politiques qui orientent les choix. La souveraineté politique est peu à peu enlevée au peuple

à qui on impose de subir, de payer et d’être surexploité pour satisfaire les appétits du capital.

Les peuples doivent se rebeller dans l’unité, reprendre leur destin en main. Ils doivent d’autant moins

se laisser faire que d’autres choix sont possibles rapidement :

  • revenir à des systèmes de crédits publics à la place des emprunts sur les marchés financiers ;
  • obtenir que ce soit la Banque centrale européenne qui rachète les dettes des Etats y compris par

création monétaire ;

  • bloquer la spéculation en taxant les mouvements de capitaux ;
  • sortir du libre échangisme intégral par des écluses financières aux frontières en fonction de

critères d’efficacité sociale et environnementale.

Surtout, à la place du « pacte Euro plus », qui est un pacte pour institutionnaliser l’austérité, l’urgence

est de répartir autrement les richesses en améliorant les rémunérations du travail, les retraites,

la protection sociale.

Un fonds européen de développement social et humain alimenté par la taxe sur les transactions

financières et par création monétaire de la Banque centrale européenne serait un nouvel outil pour

relancer des investissements utiles sociaux et pour le développement humain, notamment l’éducation,

les formations et les recherches, ainsi que des projets d’infrastructure communes dont l’Europe a besoin.

Les peuples doivent reprendre leurs affaires en main contre la dictature de la finance.

C’est la seule voie pour sortir de la grave crise actuelle.

[Article complet sur : patricklehyaric.net/]

A lire également :

Rompre avec l’endettement sur les marchés financiers sur pcf.fr/

 

Publié dans ECONOMIE, PCF, POLITIQUE, Speculation | Pas de Commentaire »

Qui a donné le pouvoir aux rapaces de la finance ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 août 2011

Quelques rappels historiques


Depuis le milieu des années 1980, les États ont créé des structures  pour permettre la libéralisation

internationale des marchés des capitaux et la mondialisation. Ces structures ont restreint la marge

de manoeuvre des politiques publiques.

Le « socialisme de gouvernement », en France et en Europe, a une écrasante responsabilité dans

la création de ces structures.

1986 : loi de déréglementation des marchés financiers, présentée par Pierre Bérégovoy. Avec cette

loi, l’État est donc intervenu pour abolir le contrôle de l’État !

1988 : la directive Delors-Lamy fixe pour l’été 1990 la réalisation de la pleine mobilité intra-

européenne des capitaux, entre les États membres et les États extérieurs à l’Union. C’est l’article 63

du traité de Lisbonne ! Le « marché financier européen devient un terrain vague de la finance ouvert

à tous les vents ! » Les actifs avariés des États-Unis ont ainsi pu voyager en toute liberté pour infester

les banques européennes en 2007-2008.

1990 : Bérégovoy diminue fortement la fiscalité sur les revenus du capital.

1998 : Strauss-Kahn instaure un régime fiscal douillet pour les stock-options des dirigeants des

grandes entreprises.

2001 : Laurent Fabius lance le Plan partenarial d’épargne salariale volontaire, germe de fonds de

pension à l’américaine. L’épargne individuelle remplacerait peu à peu le système de répartition par

solidarité, avec les cotisations de tous.

Janvier 2008 : Jacques Attali, un « expert » ancien conseiller de F. Mitterand, remet un rapport à

N. Sarkozy. Il y écrit : « Le renforcement de la croissance viendra de la capacité du pays à

investir dans les secteurs porteurs, comme la finance. » Or la grande crise financière est

évidente depuis avril 2007 !

 

Extraits de : « Les années d’hiver 1980-1985″ de Félix Guattari, paru en 1986

« Après leur victoire électorale quasi accidentelle, les cadres socialistes s’installèrent dans les trous

du pouvoir, sans aucune remise en question des institutions existantes, sans l’ombre d’une

proposition pour rebâtir une société humaine dans le présent désastre. »

  »Force nous est de constater que les socialistes français ont perdu la mémoire du peuple. »

 Jean Jaurès, fondateur de L’Humanité

  »Entre les deux classes, c’est une lutte incessante du salarié, qui veut élever son salaire, et du

capitaliste, qui veut le réduire ; du salarié qui veut affirmer sa liberté et du capitaliste qui veut

le tenir dans la dépendance. »

En conclusion (provisoire) :

Incarner la gauche, c’est se préoccuper du sort des catégories populaires.

Pourquoi toujours vouloir « rassurer les marchés, les banques, les financiers ? »

Il est urgent que la gauche cherche essentiellement à rassurer la majorité des catégories populaires,

par des propositions claires sur :

  • le partage des richesses produites par les salariés
  • les protections sociales
  • le rôle de l’État qui garantit une place à chaque citoyen
  • le contrôle véritable des financiers par des responsables politiques progressistes

 

Zoltan F., d’après La crise de trop de Frédéric Lordon – chez Fayard

 

la crise de trop

Frédéric Lordon est un économiste directeur de recherche au CNRS, spécialiste du capitalisme

financiarisé.

Il développe également un programme de recherche spinoziste en sciences sociales.

Dans ce livre, il analyse rapidement les mécanismes de la crise systémique de 2007-2008

pour se concentrer sur ses causes profondes et les réformes structurelles à engager.

 

 

 

 

guattari.1255608460.jpg

« Parmi les thèmes récurrents dans ces pages, on trouve une critique, plus que jamais actuelle,

du sempiternel discours de la « crise », qui est devenu depuis plusieurs décennies un formidable

instrument de « gouvernance » et de « normalisation ». Dès l’introduction, Guattari nous rappelle

que la « crise » (les « crises » multiples que les sociétés capitalistes connaissent sans cesse,

et dont celle que nous vivons aujourd’hui n’est que la dernière en date) ne sont pas des fatalités

inéluctables, mais les conséquences directes de choix d’ordre économique, soutenus par des

stratégies politiques ultralibérales à l’échelle planétaire.

On ne cesse ainsi de « prendre l’effet pour la cause » et de justifier des arbitrages politiques par les dures nécessités

d’une économie qui échapperait désormais à tout contrôle étatique, en feignant d’oublier que la dérégulation de

l’économie et de la finance à l’échelle planétaire n’a été rendue possible que par des choix politiques préalables. »

(Source : Manola Antonioli, colblog.blog.lemonde.fr)

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Dégradation de la note américaine : renforcement de la politique d’austérité dont les plus pauvres seront les victimes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 août 2011

Source : Site national du PCF7 août 2011 

Note USA :

la confirmation que ce sont les marchés financiers

qui commandent et qu’il faut leur briser les reins !

 

la confirmation que ce sont les marchés financiers qui commandent et qu'il faut leur briser les reins !

En abaissant aussi vite la note sur la dette à long terme des États-Unis,

l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) ne crée pas la surprise

puisque les rumeurs allaient bon train pendant les pourparlers entre

Républicains et Démocrates au Sénat américain. Il s’agit certes d’une

première dans l’histoire des USA et la manœuvre vise aussi à accréditer

l’idée qu’aucune nation, pas même une des premières puissances

mondiales n’est à l’abri.

C’est surtout la confirmation que ce sont les marchés financiers qui commandent.

La décision de S&P va aggraver les comptes publics américains et cela ne peut que renforcer une politique d’austérité

budgétaire pour des Américains, dont les plus pauvres et les plus modestes ont déjà vu leurs conditions de vie

se détériorer dramatiquement en quelques années. Les répercussions sur l’économie mondiale vont être terribles et

ce n’est pas une réunion du G7 qui mettra un terme à cette danse macabre, car plus les gouvernements et les États

se plient à la loi des marchés et plus ces derniers en exigent.

Il faut donc regarder ailleurs ! Vers une refonte complète des institutions financières internationales, une monnaie

commune mondiale pour briser les reins de la spéculation financière, la taxation des transactions de capitaux et

profits financiers et le pouvoir aux citoyens et pas aux marchés !

De Madrid à Tel-Aviv, en passant par Athènes, les peuples aujourd’hui s’élèvent contre la connivence

de leurs dirigeants politiques et des banquiers et spéculateurs. L’avenir est sans conteste de leur côté.

En France, Nicolas Sarkozy en fidèle serviteur de la grande finance projette d’imposer sa « règle d’or »

dans la constitution pour rendre l’austérité des politiques publiques pérenne.

Le Parti communiste français avec le Front de gauche contribuera à l’en empêcher et appelle, pour

cela, toutes les voix de gauche à se rassembler dans cet objectif.

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, ETATS-UNIS, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Speculation | Pas de Commentaire »

Les agences de notation : « des outils de la dictature des marchés »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 août 2011

Source : Gauche de combat - 7 août 2011

URL de l’article : http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/08/07/standard-poors-zero-pointe/

Standard & Poor’s : zéro pointé.

 

standardandpoors.jpg

« C’est une erreur de calcul à 2 000 milliards de dollars : dans les calculs sur lesquels l’agence

de notation Standard & Poor’s s’est basée pour dégrader la note de la dette américaine, vendredi,

l’agence a compté deux fois une projection de dettes de plus de 2 trillions de dollars.

Une erreur reconnue indirectement par S&P’s, qui a modifié son rapport après publication.

Mais a maintenu sa dégradation de la note américaine. »

On croit rêver…. Nous ne sommes donc plus dans l’estimation financière mais dans l’idéologie. Ce n’est plus le chiffre

qui compte mais l’orientation politique. Reprocherait-on à Obama d’avoir voulu créer plus de justice à travers

notamment un système de protection sociale qui n’existait pas qu’on ne s’y prendrait pas autrement.  Les agences de

notation sont donc bien des outils de la dictature des marchés  et non ces structures incorruptibles aux avis fiables

qu’imaginent le commun des mortels.

Mais comme disent d’autre, peut-être vaut-il mieux en rire qu’en pleurer :  AAA ah ah ah !  A – que vous ne préfériez

cet autre titre que je vous ai évité : Le standard des pauvres : AAAAAAAHHHHHHHH

 

Voir également :

http://www.bahbycc.com/2011/08/la-bourse-et-les-slips.html

Les jours et l’ennui de Seb Musset : Qui a peur de la dette ?

 

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, Speculation | Pas de Commentaire »

Humour : Le Saviez-vous ? Sarkozy et Fillon Veillent sur le Monde

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 août 2011

Vu sur : Humour : Le Saviez-vous ? Sarkozy et Fillon Veillent sur le Monde dans Humour dazibaoueb_logo_700

publié par reineroro (Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons.) – 6 août 2011

 

Le Saviez-vous ? Sarkozy et Fillon Veillent sur le Monde

Auteur : Cpolitic - Source : C’politic!

Vous ne le saviez certainement pas mais vous pouvez partir en vacances sans crainte.

Sans aucune crainte. Vraiment tranquillou. Oui. Car Nicolas Sarkozy et son fidèle collabo François Fillon veillent sur la

France et bien plus encore, le monde entier.

Oubliez alors la crise financière internationale, le vilain Kadhafi en Libye, le massacre des syriens par l’horrible Bachar Al-Assad,

les algues vertes sur nos plages, le mal logement, le chômage en hausse… comme les promesses de 2007.

A distance, Loulou au Cap Nègre, et Fifi de Toscane, s’occupent de tout : repeindre à nos frais le palais de l’Elysée

(comptez 3 millions d’euros au bas mot) tout en faisant évacuer par les CRS des mal-logés mécontents d’un Samu Social

sur le carreau. Quelle puissance! Quel courage!

Gloire à Nicolas. Gloire à François. Que ferions-nous si ne nous les avions pas ? Franchement!

Nicolas Sarkozy et François Fillon

 

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Affaire Takieddine : synthèse de Sarkofrance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 août 2011

Source : SARKOFRANCE - 1er août 2011

Quand Sarkozy cherchait des sous chez Kadhafi

 

Affaire Takieddine : synthèse de Sarkofrance dans Corruption Sarkozy+Kadhafi

Ce pourrait être le titre d’un mauvais polar. Cela ressemble plutôt

au dernier épisode de l’affaire Takieddine.

L’affaire Takieddine a tout de l’affaire d’Etat, et d’ailleurs, l’Etat s’en

inquiète. Pour celles et ceux qui auraient raté quelques épisodes, ou

qui ne seraient malheureusement pas abonnés à Médiapart, voici donc

un résumé des révélations (ou confirmations) apportées par le site

d’informations depuis le 10 juillet dernier.

Une nouvelle fois, force est de constater que de telles révélations, dans

d’autres démocraties, auraient provoqué l’ouverture de nombreuses

enquêtes, parlementaires ou médiatiques, et conduit assez sûrement

l’Exécutif à s’expliquer publiquement. Mais nous sommes en France, et, en France, on dit officiellement que

« la justice doit suivre son cours » en espérant bien tout faire pour enterrer la chose.

[Lire la suite sur : sarkofrance.blogspot.com/]

 

Publié dans Corruption, France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

4 août 1789

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 août 2011

Source : Rebellyon.info/4 août 2011

 

L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789…

 

4 août 1789   dans HISTOIRE arton701-c0f3f

 

C’est dans le sillage de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 qu’aura lieu

une certaine abolition des privilèges dans la nuit du 4 au 5 août 1789.

Cette abolition sera votée par la toute nouvelle Assemblée Constituante.

 

 

Bref retour en arrière

- L’ouver­ture des États Généraux à Versailles le 5 mai 1789 (les der­niers dataient de 1614)

met en dif­fi­culté le roi de France Louis XVI, même si ces États Généraux ont été convo­qués à sa demande,

sur­tout sous la pres­sion du refus de payer les impôts, en par­ti­cu­lier par la région du Dauphiné [1] :

le royaume est en effet en proie à de graves dif­fi­cultés finan­ciè­res avec son endet­te­ment chro­ni­que et l’impôt est

écrasant.

La com­po­si­tion de ces États Généraux est assez dis­pa­rate, avec ses 1139 repré­sen­tants de trois ordres :

la noblesse (270 dépu­tés dont 70 de la haute noblesse)

le clergé (291 avec 200 curés et 91 évêques)

et le tiers état (578 dont près la moitié sont avo­cats et pour le reste des bour­geois d’affaire)

Les débats se foca­li­sent rapi­de­ment sur la repré­sen­ta­ti­vité et sur la néces­sité de réfor­mes fis­ca­les et socia­les

(le roi y étant opposé) N’oublions pas que pour voter, il fal­lait payer l’impôt !

La tra­di­tion vou­lait que les trois ordres soient repré­sen­tés en nombre égal et votent sépa­ré­ment, ce qui assu­rait

nor­ma­le­ment aux deux ordres pri­vi­lé­giés une majo­rité auto­ma­ti­que face au troi­sième. Bien que Louis XVI ait accordé

fin 1788 le dou­ble­ment des voix pour le tiers état et n’ait rien dit du mode de scru­tin dans la future assem­blée

(les trois ordres réunis ou chacun sépa­ré­ment) la ten­sion est forte. Le 17 juin, sur pro­po­si­tion de l’abbé Sieyès,

les dépu­tés du tiers état, ren­for­cés par quel­ques curés, se pro­cla­ment Assemblée natio­nale et, non contents de

reje­ter la divi­sion en trois ordres, s’arro­gent aussi le droit d’auto­ri­ser la per­cep­tion des impôts. Le point de rup­ture

est atteint et le roi de France ordonne la fer­me­ture des lieux des débats, par la force si néces­saire. Les dépu­tés du

tiers état déci­dent alors le 20 juin 1789 de pour­sui­vre leurs tra­vaux (Serment du Jeu de Paume),

et le 9 juillet 1789 de trans­for­mer les États Généraux en Assemblée Nationale Constituante.

Cet acte met fin à l’abso­lu­tisme royal.

[Lire la suite sur : rebellyon.info/]

 Voir également :

blogs.mediapart.fr/La nuit du grand enfumage (4 août 1789)

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Potacherie estivale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 août 2011

Source : C’politic!05 août 2011

 

« Faites La Une du Figaro » Deuxième Édition par CPolitic


faites la une du figaro

Chose promise, chose due. Un dicton que devrait se mettre en

tête une bonne fois pour toute, nos gentils politiciens.

Fort heureusement, sur Cpolitic, on prend ça à la lettre. D’où cette

deuxième édition d’un Figaro remanié, aussi vrai que la triste réalité.

Un Figaro comme il devrait l’être chaque jour: acide, lucide, corrosif

et impitoyable avec les élus corrompus jusqu’à la moelle.

 

Voir la 1ère édition sur : cpolitic.com/

 

Voir également :  « Arrêt Sur Images »

 

 

 

 

 

 

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy