• Accueil
  • > Austerite
  • > Dégradation de la note américaine : renforcement de la politique d’austérité dont les plus pauvres seront les victimes

Dégradation de la note américaine : renforcement de la politique d’austérité dont les plus pauvres seront les victimes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 août 2011

Source : Site national du PCF7 août 2011 

Note USA :

la confirmation que ce sont les marchés financiers

qui commandent et qu’il faut leur briser les reins !

 

la confirmation que ce sont les marchés financiers qui commandent et qu'il faut leur briser les reins !

En abaissant aussi vite la note sur la dette à long terme des États-Unis,

l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) ne crée pas la surprise

puisque les rumeurs allaient bon train pendant les pourparlers entre

Républicains et Démocrates au Sénat américain. Il s’agit certes d’une

première dans l’histoire des USA et la manœuvre vise aussi à accréditer

l’idée qu’aucune nation, pas même une des premières puissances

mondiales n’est à l’abri.

C’est surtout la confirmation que ce sont les marchés financiers qui commandent.

La décision de S&P va aggraver les comptes publics américains et cela ne peut que renforcer une politique d’austérité

budgétaire pour des Américains, dont les plus pauvres et les plus modestes ont déjà vu leurs conditions de vie

se détériorer dramatiquement en quelques années. Les répercussions sur l’économie mondiale vont être terribles et

ce n’est pas une réunion du G7 qui mettra un terme à cette danse macabre, car plus les gouvernements et les États

se plient à la loi des marchés et plus ces derniers en exigent.

Il faut donc regarder ailleurs ! Vers une refonte complète des institutions financières internationales, une monnaie

commune mondiale pour briser les reins de la spéculation financière, la taxation des transactions de capitaux et

profits financiers et le pouvoir aux citoyens et pas aux marchés !

De Madrid à Tel-Aviv, en passant par Athènes, les peuples aujourd’hui s’élèvent contre la connivence

de leurs dirigeants politiques et des banquiers et spéculateurs. L’avenir est sans conteste de leur côté.

En France, Nicolas Sarkozy en fidèle serviteur de la grande finance projette d’imposer sa « règle d’or »

dans la constitution pour rendre l’austérité des politiques publiques pérenne.

Le Parti communiste français avec le Front de gauche contribuera à l’en empêcher et appelle, pour

cela, toutes les voix de gauche à se rassembler dans cet objectif.

 

Laisser un commentaire