4 août 1789

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 août 2011

Source : Rebellyon.info/4 août 2011

 

L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789…

 

4 août 1789   dans HISTOIRE arton701-c0f3f

 

C’est dans le sillage de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 qu’aura lieu

une certaine abolition des privilèges dans la nuit du 4 au 5 août 1789.

Cette abolition sera votée par la toute nouvelle Assemblée Constituante.

 

 

Bref retour en arrière

- L’ouver­ture des États Généraux à Versailles le 5 mai 1789 (les der­niers dataient de 1614)

met en dif­fi­culté le roi de France Louis XVI, même si ces États Généraux ont été convo­qués à sa demande,

sur­tout sous la pres­sion du refus de payer les impôts, en par­ti­cu­lier par la région du Dauphiné [1] :

le royaume est en effet en proie à de graves dif­fi­cultés finan­ciè­res avec son endet­te­ment chro­ni­que et l’impôt est

écrasant.

La com­po­si­tion de ces États Généraux est assez dis­pa­rate, avec ses 1139 repré­sen­tants de trois ordres :

la noblesse (270 dépu­tés dont 70 de la haute noblesse)

le clergé (291 avec 200 curés et 91 évêques)

et le tiers état (578 dont près la moitié sont avo­cats et pour le reste des bour­geois d’affaire)

Les débats se foca­li­sent rapi­de­ment sur la repré­sen­ta­ti­vité et sur la néces­sité de réfor­mes fis­ca­les et socia­les

(le roi y étant opposé) N’oublions pas que pour voter, il fal­lait payer l’impôt !

La tra­di­tion vou­lait que les trois ordres soient repré­sen­tés en nombre égal et votent sépa­ré­ment, ce qui assu­rait

nor­ma­le­ment aux deux ordres pri­vi­lé­giés une majo­rité auto­ma­ti­que face au troi­sième. Bien que Louis XVI ait accordé

fin 1788 le dou­ble­ment des voix pour le tiers état et n’ait rien dit du mode de scru­tin dans la future assem­blée

(les trois ordres réunis ou chacun sépa­ré­ment) la ten­sion est forte. Le 17 juin, sur pro­po­si­tion de l’abbé Sieyès,

les dépu­tés du tiers état, ren­for­cés par quel­ques curés, se pro­cla­ment Assemblée natio­nale et, non contents de

reje­ter la divi­sion en trois ordres, s’arro­gent aussi le droit d’auto­ri­ser la per­cep­tion des impôts. Le point de rup­ture

est atteint et le roi de France ordonne la fer­me­ture des lieux des débats, par la force si néces­saire. Les dépu­tés du

tiers état déci­dent alors le 20 juin 1789 de pour­sui­vre leurs tra­vaux (Serment du Jeu de Paume),

et le 9 juillet 1789 de trans­for­mer les États Généraux en Assemblée Nationale Constituante.

Cet acte met fin à l’abso­lu­tisme royal.

[Lire la suite sur : rebellyon.info/]

 Voir également :

blogs.mediapart.fr/La nuit du grand enfumage (4 août 1789)

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy