• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Le combat contre la vie chère et pour gagner plus ne doit pas attendre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juillet 2011

Le combat contre la vie chère et pour gagner plus ne doit pas attendre dans Austerite cropped-patrick-le-hyaric-huma3-new2 6 juillet 2011

Contre la vie chère et pour gagner plus

par Patrick Le Hyaric 

PCF-Affiches-vie-chere dans ECONOMIE

Nous entrons dans la période d’été, mais le pouvoir n’a

pas décidé d’une seule petite éclaircie pour améliorer nos

vies. Le PDG de Renault dont l’Etat dispose encore de 15 %

du capital annonce sans gêne qu’il gagne dix millions

d’euros par an, mais les employés, ouvriers, travailleurs

paysans, n’auront pas un centime d’augmentation.

 

Total brûle des milliards de profits, et ses carburants flambent à la pompe. Et après le gaz, c’est l’électricité qui

augmente, comme le tarif des trains. Les travailleurs paysans tirent le diable par la queue, certains d’entre eux

s’inscrivent… au RSA… Mais les prix alimentaires ne cessent d’augmenter. Par contre, les grandes fortunes

propriétaires des grands supermarchés ne connaissent pas la crise.

Le vol des résultats du travail se poursuit et le complexe médiatico-politique explique qu’il faudra aller encore

plus loin dans ce vol. Ils cachent cela derrière les déficits et la dette des États. Mais justement les déficits

proviennent de ce hold-up commis par une petite bande de « puissants-possédants » qui, d’une part, imposent

aux peuples de se serrer la ceinture, ce qui réduit l’activité donc les recettes dans les caisses des États et parce

que leur imposition est sans cesse abaissée, alors qu’il est de plus en plus envisagé une augmentation de la TVA

de 2% après… les élections présidentielles.

Et le pacte européen « Euro plus » demande, lui, de diminuer les salaires. Le projet de réforme de la politique

agricole commune ne fait pas de l’augmentation des revenus paysans une priorité. Mieux encore, voilà qu’une

agence de notation baptisée « Standard & Poor’s » – ces horribles professeurs au service des banques – vient

de rendre public le 10 juin dernier un rapport dans lequel est écrit ceci :

« si les autorités françaises ne poursuivent pas la réforme des retraites, ne continuent

pas à modifier la sécurité sociale… il est incertain que [nous] maintenions

la note AAA de la France ».


Lire la suite
 

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Le billet de Glop Lerouge : 35 heures : le retour du grand cirque

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juillet 2011

Le billet de Glop Lerouge : 35 heures : le retour du grand cirque dans Humour text3005_0

7 juillet 2011Glop Lerouge, Secrétaire de Section

le retour du grand cirque

35 heures : le retour du grand cirque

 

Copé (UMP) et Novelli (UMP) d’un côté, Xavier Bertrand

(UMP) de l’autre, débattent sur les 35 heures. L’enjeu est

de taille :

le candidat Sarkozy à l’élection de 2012 doit-il proposer la

suppression des 35 heures ? Les premiers disent « oui » ;

« non » rétorque le second… Le suspense est à son comble.

Sans déconner ! Devant une farce de cette facture, il faut

savoir s’incliner : chapeau les artistes !

Si, si, j’insiste :

à ce niveau-là, ça force l’admiration. Depuis 2002, à l’approche de chaque échéance électorale, l’UMP sort

un débat bidon sur les 35 heures. Et v’là-t’y pas que devant la galerie amusée des analystes de tous poils,

ça marche encore ! C’est comme au cirque, le coup du clown qui se casse la gueule : on peut le voir dix fois,

vingt fois, cent fois, on se bidonne toujours pareil.

Première question : qui est responsable de la réglementation du temps de travail en France ?

La « loi Aubry » sur les 35 heures a été adoptée en juin 1998 (Loi n°98-461). En vertu de ce texte,

le passage aux 35 heures est échelonné entre janvier 2000 et janvier 2002. On se demande qui est au

pouvoir en France de façon ininterrompue depuis juin 2002… Euh, tiens, c’est l’UMP. Conclusion : la gauche

a appliqué les 35 heures pendant six mois ; la droite pendant dix ans ! Si la réglementation sur le temps du

travail est effectivement un torchon, on sait à qui on doit dire merci !

Deuxième question : quelle est la durée de travail d’un salarié en France ?

Réponse : arrêtez de me poser des questions à la noix, vous n’avez pas compris que ça ne veut plus rien dire !

Bon, puisque vous insistez, je vais vous lire le Code du travail, le vrai, pas celui dont parlent les médias,

mais ça ne va pas vous faire plaisir. En cas de « circonstances exceptionnelles » la durée hebdomadaire peut

aller jusqu’à 60 heures, aujourd’hui, en France (12 heures par jour sur 5 jours, vous aviez fait les comptes).

En temps normal, en revanche, la durée maximale du travail est de 48 heures (art. L 3121-35). Sur douze

semaines consécutives, cependant, il ne faut pas dépasser une moyenne de 44 ou 46 heures, suivant les

branches (art. L 3121-36). Ça choque son monde, pas vrai ? Mais c’est ça la loi en France, et on vous parle

de 35 heures…

Troisième question : combien bossent vraiment les gens ?

Ah ben voilà, on y vient, enfin une question sensée : puisque la « durée légale » n’est pas la

« durée maximale » du travail, combien turbinent vraiment les travailleurs français ? Beh, on ne sait pas

ça non plus : ça dépend de qui fait les statistiques ! Selon les chiffres officiels, les français travaillent en

moyenne 41 heures par semaine, soit plus que les allemands, et la plupart des autres travailleurs de pays

« développés » (c’est vrai que les grecs travaillent encore plus pour encore moins, et on leur demande de

se serrer la ceinture…) ! L’arnaque est de taille : à 35 heures par semaine, les travailleurs

français bossent plus longtemps que les Allemands à 37,5 heures hebdo ! 

Avec les lois UMP, le temps est relatif ;ce qui explique d’ailleurs comment ses « ténors » arrivent à dire

35 heures d’âneries en cinq minutes (c’est un gain de productivité certain).

Quatrième question : mais comment est-ce possible ?

C’est tout simple. Confortablement installée sur son trône, l’UMP-Medef a une idée en or (pour les patrons) :

elle a laissé les mots « 35 heures » dans les textes, mais elle a décidé que la « durée légale du travail »

n’était plus le temps réel de travail, laissant ce dernier à la « négociation ». La durée légale du travail est

donc devenue simplement une façon de calculer le salaire des travailleurs : les premières 35 heures bossées

sont payées sur le salaire mensuel, les autres sont payées en heures supplémentaires. Quand on bosse

40 heures par semaine (soit moins que la moyenne), on est payé cinq heures en sup’. Vous comprenez mieux

l’arnaque ce coup-ci. Si on abandonne les 35 heures et on passe, mettons, à 38 heures, le copain qui trime

40 heures va continuer à travailler 40 heures. Sauf que, au lieu d’avoir 5 heures supplémentaires de payées,

il en aura deux. Il travaillera pareil pour gagner encore moins ! Et ce n’est que ça ! La manip’ de Copé et

Novelli, pilotée par le Medef, n’est que ça ! Rien à voir avec le temps du travail : 

il s’agit « simplement » (enfin…) de payer encore moins les travailleurs, alors que les

français figurent déjà, selon l’OCDE, parmi les plus exploités d’Europe…

Cinquième question : puisqu’on a du temps libre, qu’est-ce qu’on attend ?

 

Publié dans Humour, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Comment Sarkozy et l’UMP organisent la faillite de l’État

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juillet 2011

Source : Plume de presse - 9 juillet 2011 - Olivier Bonnet

URL de cet article : http://www.plumedepresse.net/comment-sarkozy-et-lump-organisent-la-faillite-de-letat/

 

Comment Sarkozy et l’UMP organisent la faillite de l’État

 

« Comme pour les grandes fortunes, le système fiscal français se montre très accommodant à l’égard

du Cac 40, écrit Mediapart le 7 juillet. Entre 2007 et 2009, les grands groupes ont payé 10 milliards

d’euros d’impôts sur les sociétés, alors qu’ils réalisaient plus de 230 milliards d’euros de bénéfices !

Pour eux, la France ressemble à un paradis fiscal. »Comment Sarkozy et l’UMP organisent la faillite de l’État dans POLITIQUE trans Les Echos précisent : « Soit un impôt sur les

sociétés équivalent en moyenne à 86 millions d’euros par groupe et par an, représentant… 0,4% de

leur chiffre d’affaires réalisé en France ». Et Marianne de tonitruer : « Scandaleux : l’impôt des groupes

privés du Cac 40 n’est que de 3,3% ! Un rapport parlementaire pointe une fois de plus la fiscalité très

douce pour le Cac 40 en regard de ce que payent les PME. Mais il est moins connu que 40% de cette

maigre enveloppe de 3,5 milliards provient de seulement 4 entreprises (EDF, GDF, France Telecom, Renault)

umpriches11.jpg dont l’État est encore actionnaire. Les 36 autres ne payent que 3,3%. » Et en ce qui

concerne la fiscalité des particuliers ? Après suppression du bouclier fiscal et réforme de l’Impôt sur la

fortune, « L’ISF devrait rapporter 2,3 milliards d’euros l’an prochain, contre 3,9 milliards anticipé cette 

année », calculent Les Echos. Ce qui nous donne un cadeau de 1,6 milliard d’euros aux privilégiés.

Conclusion : chaque fois que vous entendez un UMPiste se plaindre que les caisses sont vides,

comme récemment le chef de la clique, Nicolas Sarkozy himself, qui déclarait le 29 juin :

« Il faut qu’on apprenne à être raisonnable, en comprenant que la France ne peut pas vivre avec des

dépenses de fonctionnement au-dessus de ses moyens », sachez-le, ce discours n’est que mensonge et

manipulation. Puisque, nous venons de le voir, la droite au pouvoir organise la faillite de l’État en

asséchant ses recettes*. Est-ce si compliqué à comprendre pour que ces fourbes puissent continuer à

marteler leurs balivernes sans être frappés du discrédit  que les chiffres révèlent objectivement ?

 

* Il y a un an presque jour pour jour, nous titrions déjà Comment l’UMP organise la faillite de l’État, prenant appui

sur la révélation qu’en 10 ans, les baisses d’impôts ont représenté le montant faramineux de 100 à 120 milliards

d’euros. CQFD.

 

Lire aussi :

Publié dans POLITIQUE, Politique fiscale, UMP | Pas de Commentaire »

« On est en train de tuer le service public »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juillet 2011

Accueil 9 juillet 2011 – Thomas Djezzane

« On est en train de tuer le service public »

 

« On est en train de tuer le service public » dans Politique nationale caf

Reportage à Pontoise sur les effets concrets de la casse de

l’Assurance maladie par le gouvernement.

Martine*, 59 ans,  s’avance difficilement vers la porte de la Caisse

Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de Pontoise, bien aidée par sa

béquille. Elle pousse lentement la porte pour aller déposer son dossier

de l’aide à la complémentarité santé.  

Cette mère de deux enfants ne le sait pas encore mais c’est sans doute une des dernières fois qu’elle se rend

dans le centre.

En raison d’une réorganisation de la Sécurité Sociale, la CPAM de Pontoise va fermer ses portes d’ici 2013 .

Et c’est loin d’être le seul dans le Val d’Oise. En tout six centres (ceux de Pontoise, Argenteuil-le-Val, Persan,

Sarcelles-Village, Saint-Ouen l’Aumône et Villiers-le-Bel-Allende) seront touchés par les fermetures.

Tandis que d’autres (ceux de Cormeilles-en-Parisis, Domont, Eaubonne, Gonesse, Montmorency, Montigny,

Saint-Gratien, Sannois, Soisy et Taverny) seront remplacés par des accueils sur rendez-vous.

Les assurés devront se déplacer loin

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

  • Lire également :

La Sécurité sociale au régime sec

Publié dans Politique nationale, SANTE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Forces de sécurité : rapport de la Cour des Comptes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juillet 2011

Source : Section PCF Grésivaudan9 juillet 2011

« L’organisation et la gestion des forces de sécurité publique »

 

Forces de sécurité : rapport de la Cour des Comptes dans Police Hirondelles-20G

La Cour des Compte va présenter le 7 juillet 2011 à 13 h un rapport intitulé

« L’organisation et la gestion des forces de sécurité publique ».

Le Monde.fr publie en exclusivité le rapport de la Cour des comptes sur

les forces de sécurité.

Dans ce document de 250 pages, la Cour des comptes dit avoir mené une

enquête dans une cinquantaine de villes d’Ile-de-France, Rhône-Alpes ou

Paca. Sur la période 2002-2010, l’État a « consacré des moyens croissants

budgétaires, technologiques et humains » à la politique de sécurité publique,

mais avec des résultats « contrastés », affirme le rapport : les statistiques

ont montré un « recul des atteintes aux biens » mais une « hausse »

des violences aux personnes explique un communiqué de l’AFP.

La Cour dénonce aussi « des moyens en diminution » depuis 2009 et critique la gestion des services de police,

qui « se fait par objectifs en fonction des statistiques ». Les auteurs du rapport soulignent qu’au moment de l’étude,

30 % des effectifs des services de sécurité publique étaient « indisponibles pour cause de congés, repos, maladies

et autres absences ».

Le rapport stigmatise le « rôle grandissant des polices municipales » et dénonce « le développement rapide mais

coûteux » de la vidéo-surveillance – une des mesures phares du ministère de l’Intérieur –, mettant en doute les

chiffres avancés : 20.000 caméras dans la rue en 2008 selon le ministère, 10.000 selon la Cour des Comptes.

Claude Guéant a déclaré sur BFMTV¹ :

« Je trouve qu’il est assez navrant qu’une institution comme la Cour des comptes livre un rapport qui est plein

d’autant d’inexactitudes et d’approximations ».

¹  ->[http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/colere-de-gueant-contre-la-cour-de-comptes-1454784/]

 

Réaction de Ian Brossat, Responsable des questions de Sécurité au PCF :

 

Rapport de la Cour des comptes : « Claude Guéant n’aime pas la mauvaise pub » 

La Cour des comptes publie ce jeudi pour la première fois un rapport sur l’organisation et la gestion des forces de sécurité publique en France depuis 2002.

Manque de policiers sur le terrain, hausses des violences faites aux personnes, efficacité contestable de la vidéosurveillance, ou encore baisse drastique des moyens des forces de sécurité : la Cour des comptes n’épargne pas le gouvernement.

Pour toute réponse, le ministre de l’Intérieur accuse ce rapport d’inexactitudes, d’erreurs voire de sous-entendus partisans.

Pourtant, les faits relevés par la Cour des comptes n’ont rien de fantaisistes. Ils sont accablants. Syndicats, personnels, experts, tous les pointent du doigt, depuis plusieurs années. Mais Claude Guéant n’aime pas la mauvaise publicité. On dirait un mauvais élève qui accuse son bonnet d’âne.

Paris, le 7 juillet 2011.

 

Publié dans Police, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Monoprix : la mobilisation a payé !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juillet 2011

Monoprix : la mobilisation a payé ! dans SOCIAL humanitefr le 8 Juillet 2011

 Monoprix cède sous la pression

 

20110708monoprix.jpg

La mobilisation a payé. Un employé de Monoprix était menacé de licenciement

pour avoir tenté de sortir six melons et deux salades qu’il avait récupérés

de la poubelle du magasin.

La CGT Monoprix a annoncé ce vendredi midi que la direction du magasin Canebière à Marseille

avait renoncé à sa sanction. (à lire: Monoprix se comporte en ordure)

« La mobilisation des salariés avec toute la CGT, l’importante médiatisation

de cette procédure honteuse, les réactions très nombreuses de solidarité

venues de partout en France auront permis de sauver l’emploi de notre collègue

et de lui rendre justice et dignité », relève le communiqué de la CGT.

Le combat n’est pour autant pas fini. La direction entend tout de même sanctionner Kader, cet employé de 59 ans,

père de six enfants et travaillant au sein de l’enseigne depuis huit ans, d’une journée de mise à pied à effectuer

le 3 août. Celui-ci perdrait donc une journée de salaire, à mettre en rapport avec le prix des six melons et des deux

salades promis à la destruction.

« Il n’est pas question pour nous que Kader soit pécuniairement sanctionné .

Nous appelons tous ceux qui le souhaitent à exprimer leur solidarité !

Nous invitons une nouvelle fois la direction de Monoprix à modifier

ses conceptions de « relations sociales » indignes de notre temps », réplique la CGT.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

Pour rappel :

Monoprix est détenu à 50 % par le Groupe Casino et à 50 % par le Groupe Lafayette.

Monoprix a fait plus de 3.500 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007.

Un directeur de Monoprix reçoit une rémunération annuelle fixe de 39.000 à 75.000 euros.

Lire également : Salauds de pauvres !

 

Publié dans SOCIAL | Pas de Commentaire »

L’Humanité du vendredi 8 juillet, accès gratuit au PDF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juillet 2011

 

L'Humanité du vendredi 8 juillet, accès gratuit au PDF dans Presse - Medias lhumanite_8-07-2011-2

Vous pouvez trouver tous les articles de l’Humanité

du  vendredi, samedi et dimanche  en version PDF sur notre site.

Pour visualiser l’intégralité de l’Humanité de chaque jour, cliquez sur sa Une.

Pour accéder à la boutique de l’Humanité cliquez ici


 

 

Mardi 5 juillet 2011

p1 dans Presse - Medias

 

Publié dans Presse - Medias | Pas de Commentaire »

PCF : L’université 2011

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juillet 2011

Formation

L’université d’été 2011

L’université d’été prend de l’altitude ! Elle se déroulera les 26, 27, 28 août en Savoie,

aux Karellis, station entièrement dédiée au Tourisme social (1650 m à 2500 m alt.).

 

Les Karellis

Image la marmotte

Programme 2011

Comment s’y rendre

Informations pratiques

Formulaire d’inscription 

Comment régler ?

 

 

 

Publié dans France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La lettre du RAPSE n°93

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juillet 2011

 

La lettre du RAPSE n°93 dans ECONOMIE Rapse+93

Pour lire la revue, cliquez ici

 

Publié dans ECONOMIE, France, PCF, POLITIQUE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Sécurité nucléaire en France : « jusqu’à huit niveaux de sous-traitants » !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 juillet 2011

PCF Grésivaudan - 7 juillet 2011

URL article original : http://www.bastamag.net/article1645.html

Nucléaire français : la culture de la sécurité en voie de disparition

 

Sécurité nucléaire en France :

Par Ivan du Roy

 

Alors que plane l’ombre de Fukushima, un député PS et un sénateur UMP

remettent en cause le principe de la mise en concurrence du secteur de

l’énergie qui prévaut aujourd’hui en Europe. Sécurité des centrales mise

à mal par le recours à la sous-traitance, un chantier EPR où opacité et

dissimulation règnent, manque de formation des personnels ou encore

absence de suivi médical d’une partie des ouvriers exposés aux radiations…

Telles sont les conclusions d’un rapport parlementaire sur la sécurité

nucléaire en France.


EDF et Areva suivent-ils le même chemin que Tepco (Tokyo Electric Power), l’opérateur japonais en charge de la centrale

de Fukushima ? Le député PS Christian Bataille (Nord) et le sénateur UMP Bruno Sido (Haute-Marne) viennent de

remettre leur rapport d’étape sur la sécurité nucléaire. Les élus ne sont pas tendres avec les deux principaux acteurs de

la filière. Ils remettent clairement en cause le recours « à la sous-traitance en cascade » qui « aboutit

à une opacité, potentiellement dommageable pour la sûreté des installations », écrivent-ils.

« À l’occasion de nos visites de sites, dans certains cas extrêmes, jusqu’à huit

niveaux de sous-traitants peuvent ainsi se superposer. Une telle situation s’avère

particulièrement préoccupante, en terme de sûreté, puisqu’elle conduit à une

dilution extrême des responsabilités et s’avère difficile à identifier. »

Si l’on en croit la documentation d’EDF sur les métiers du nucléaire (voir ci-dessous), ce sont

« 20.000 fournisseurs tous métiers confondus » qui composent la sous-traitance.

Mieux vaut tard que jamais, les deux élus s’inquiètent des conditions de travail de ces prestataires extérieurs, en

particulier de l’absence de suivi médical pour ces ouvriers et techniciens régulièrement confrontés aux radiations.

« En effet, alors que les personnels EDF ou Areva sont soumis au contrôle du médecin

du travail de leur établissement, ceux des sous-traitants dépendent, sauf exception,

pour leur suivi médical, d’un médecin du travail basé dans leur lieu d’origine,

ce qui peut constituer un obstacle majeur à un contrôle radiologique efficace. »

Les batailles menées depuis quelques mois par des syndicalistes et des chercheurs n’auront pas été totalement vaines.

Les rapporteurs suggèrent ainsi la création sur chaque site d’un médecin du travail référent

« chargé de la vérification du dossier de santé des intervenants ». Une première avancée

mais qui ne résout pas la question, loin de là. Car l’évaluation de la limite maximale d’exposition, fixée en Europe à

20 millisieverts par an (mSv, mesure l’impact biologique aux rayonnement ionisants), commence à être fortement remise

en cause.


Lire la suite

 

Publié dans Nucleaire, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1...345678
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy