L’UMP toujours en guerre contre les pauvres

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 juillet 2011

Lu sur : L'UMP toujours en guerre contre les pauvres  dans Chomage dazibaoueb_logo_700

publié par roland – 21 juillet 2011

La fusion de l’ASS et du RSA sur le tapis

Auteur : SH - Source : Actuchomage

Dans le cadre d’une réforme du RSA obéissant à sa tradition du moins-disant social, l’UMP va tenter

de fusionner ces deux minima d’ici les présidentielles.

A peine créé (le 1er juin 2009), le RSA doit (déjà) être réformé !!!

Signe d’impuissance ? Certes,

la Cour des comptes vient de pointer ses lacunes en matière d’accompagnement et de retour vers l’emploi.

Mais — la faute aux journalistes, aux magistrats de la rue Cambon, ou les deux mon Général ? — l’évidence,

pourtant criante, est totalement éludée : tant que l’emploi manquera en masse, n’importe quel accompagnement,

le meilleur comme le pire, fera office de pansement sur une jambe de bois…

Une meilleure «réinsertion» via de réelles et solides créations d’emplois n’est pas du tout l’objet des préconisations

de Marc-Philippe Daubresse. Celles-ci ne sont qu’un aboutissement de la convention UMP sur la «justice sociale»

du 8 juin dernier où il fut question, sur l’impulsion de la «Droite sociale» de Laurent Wauquiez (qui préconisait de

lutter contre l’«assistanat», ce «cancer de la société française», en faisant travailler gratuitement quelques heures

par semaine les allocataires du RSA sans activité), de mettre en œuvre des mesures «correctives» au dispositif…

On chargea alors l’ancien ministre des Solidarités actives de concocter un rapport en ce sens à Nicolas Sarkozy.

Le voici rendu : pour certains allocataires du RSA, l’actuel secrétaire général adjoint du parti présidentiel propose

des micro-CUI de 5 à 10 heures par semaine et, dans la foulée, une fusion du RSA avec la prime pour l’emploi (PPE)

et l’allocation de solidarité spécifique (ASS). De quoi réaliser quelques petites économies…

Le projet est, paraît-il, «bien ficelé» et les associations consultées — FNARS, Uniopss… — font état de préconisations

«quasi définitives» : hallucinant !

Pour des raisons de calendrier, la remise de la copie au chefaillon de l’Etat a été repoussée à fin août. La discussion

du projet aura donc lieu à la rentrée, sous couvert de «simplification» (un argument qui, hélas, fait toujours mouche)

et, certainement, dans l’indifférence générale…

Des micro-CUI, ou «contrats d’utilité sociale»

On ne s’étendra pas sur l’«expérimentation» de ces misérables contrats «de 5 à 10 heures» rendus possibles par

dérogation [1] et rémunérés sur la base du Smic horaire : l’UMP laisse le soin aux départements et aux associations,

déjà étranglés financièrement, de trouver des volontaires parmi les collectivités territoriales, les organismes d’insertion

ou les entreprises chargées de la gestion d’un service public, afin de créer comme par miracle les postes nécessaires

et en assumer le coût. Chose faite, les départements devront départager leur stock de «personnes en capacité de

travailler» de celles «qui ne le peuvent pas» afin de les leur «proposer» (c’est-à-dire placer sous contrainte cette

main-d’œuvre à bas coût, ultra-précarisée : en effet, le projet de Marc-Philippe Daubresse précise que, dans le cas

où l’allocataire refuserait deux fois ces contrats, son RSA pourra être diminué, puis suspendu).

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy