• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Condamné pour non-respect du Smic, Carrefour fait appel

Condamné pour non-respect du Smic, Carrefour fait appel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 juin 2011

Accueil 15 juin 2011

Carrefour ne veut pas passer à la caisse pour ses salariés

 

Dans ses plaquettes publicitaires, Carrefour a beau « vouloir le meilleur » pour ses collaborateurs comme pour ses clients, le groupe cumule les condamnations à son encontre concernant ses méthodes de rémunération de ses employés. Mais il n’est pas prêt à céder à ces derniers un sou supplémentaire, malgré une décision de justice rendue mardi.

Ce mercredi matin, sur RTL, le DRH du groupe Jean-Luc Masset a annoncé que le groupe allait faire appel de sa condamnation à payer 3,66 millions d’euros d’amendes pour non-respect du Smic auprès d’environ 1.200 salariés en France, prononcée par le tribunal de police d’Evry la veille.

Pour Carrefour Hypermarchés, être déclaré coupable de « paiement par un employeur de salaire inférieur au minimum mensuel garanti », ce qui constitue une infraction, est insupportable. D’abord parce que ce jugement oblige l’enseigne à mieux payer ses salariés des douze magasins concernés dans l’Essonne, la Seine-et-Marne, le Gard, les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes et le Rhône. Or, ils sont déjà grassement payés, à entendre Jean-Luc Masset, pour qui une assistante de caisse « reçoit une rémunération qui est de 22% supérieure au Smic, à laquelle s’ajoute une participation aux résultats, une remise sur achat de 10%, ainsi qu’une mutuelle et une convention collective qui est très favorable ».

Le jugement rendu hier n’est pas du tout d’accord avec cet avis. Selon le tribunal de police, la direction de Carrefour n’aurait pas pris en compte le forfait pause pour atteindre le niveau du smic. Une étude de l’inspection du travail avait évalué le manque à gagner de 4,53 euros à 45,148 euros par mois, selon les catégories de salariés.

Mais Carrefour est encore moins prêt à lâcher le moindre centime à ses employés car, selon Jean-Luc Massset, « ce type de jugement ouvre une interprétation du code du travail qui dépasse très largement le cadre de Carrefour et le cadre de la distribution sur c’est quoi le Smic ? Quel est le contenu, quels sont les éléments fondamentaux, du Smic? » Si le jugement de mardi est confirmé en appel, les droits des salariés de la grande distribution en sortiraient confortés. Et leurs employeurs devraient passer à la caisse.

 

 

Voir également le communiqué du PCF :

Carrefour : une victoire pour les salariés qui en appelle d’autres

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy