• Accueil
  • > Amerique latine
  • > Venezuela : Interview de Aloha Núñez, vice-ministre vénézuélienne pour les peuples indigénes

Venezuela : Interview de Aloha Núñez, vice-ministre vénézuélienne pour les peuples indigénes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2011

Lu sur : Venezuela : Interview de Aloha Núñez, vice-ministre vénézuélienne pour les peuples indigénes dans Amerique latine dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) – 29 mai 2011

 

Venezuela : 

“Avant la révolution, les indigènes n’étaient même pas

reconnus comme faisant partie de la société »

Source : La revolución vive

Interview par Brasil de Fato de la vice-ministre vénézuélienne pour les peuples indigènes Aloha Núñez

 

4442499399d0386cd76aojwb dans Peuples indigenesDe passage au Brésil où elle assistait a une réunion de l’Organisation

du Traité de Coopération Amazonienne (OTCA), la vice-ministre du

Pouvoir Populaire pour les Peuples Indigènes du Venezuela,

Aloha Nuñez (photo) a conversé avec « Brasil de Fato ».

La vice-ministre Aloha Núñez, 27 ans, est une indigène Wayuu

(état du Zulia).

Par : Vinicius Mansur de Brasília (DF)

 

Q/ A combien s’élève la population indigène au Venezuela ?

R/ Selon le recensement effectué en 2001, nous sommes entre 2 et 3 pour cent de la population, c’est à dire un peu

plus de 500 mille indigènes. Mais ces chiffres ne correspondent pas à la réalité car ce recensement ne parvient pas

à rendre compte de toutes les communautés. Le fait est qu’il n’était pas facile de s’avouer indigène ; c’étaient les

débuts de la révolution et avant celle-ci, pas question de droit ni de reconnaissance pour les peuples indigènes.

Dire que l’on était indigène provoquait le rejet. Aujourd’hui les choses sont différentes.

Il existe une Loi Organique pour les Peuples Originaires. Nous avons des droits. En 2001, le recensement faisait état

de l’existence de 36 peuples indigènes . A présent, 44 ont été reconnus ainsi que 2800 communautés indigènes

contre 2400 à l’époque.

Q/ Il y a-t-il un mouvement indigène organisé au Venezuela ?

R/ Oui, il existe plusieurs organisations indigènes tant au niveau régional que national. Chaque peuple ou tout du

moins chaque région compte avec des organisations représentant leur état respectif. Au niveau national,

nous comptons sur des organisations comme le Conseil National Indigène du Venezuela,

le Front Indigène Waike’puru ou la Confédération Bolivarienne Indigène du Venezuela.

Q/ Comment décrire la relation de ces mouvement avec la révolution bolivarienne ?

R/ La lutte des peuples indigènes a commencé il y a très longtemps. C’est à travers notre mobilisation sur tout le

continent américain, quand commença la lutte pour les droits des peuples originaires à l’ONU,

quand la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail fut obtenue, que les organisations indigènes

acquirent une certaine visibilité. Ensuite vint la révolution. Avant d’être élu à la présidence, le commandant Chavez

s’était engagé auprès des peuples originaires afin de faire tout ce qui était possible afin d’arriver au règlement

de la dette historique accumulée. L’ouverture du président vis-à-vis des communautés indigènes date des débuts

de la révolution. Elle se manifesta à travers cet engagement et ensuite, dès son arrivée au pouvoir,

quand il convoqua l’assemblée constituante et y impliqua la population indigène.

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy