La propriété, c’est le viol

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Source : Canaille le Rouge - 19 mai 2011

La propriété, c’est le viol

S’il vous plait, mettez le son, écoutez.

La Canaille qui a pourtant la couenne assez dure en à la chair de poule.

Et ensuite ou ensemble, lisez. Si cela vous plait, renvoyez vers la page ou copiez et diffusez.

Merci

Image de prévisualisation YouTube

 la Chanson réaliste est souvent une chanson de classe.

venusclapaire04large.jpgMaison de Vénus à Pompéi

Parmi les dégâts collatéraux de ce qu’on appelle l’affaire DSK :

Laissons se poursuivre le feuilleton judiciaire et occupons nous plutôt des aspects « exotiques » de son traitement par les médias.

On va voir que l’exotisme n’est pas synonyme de beauté et cocotiers mais aussi de tas d’ordures dans la banlieue de Calcutta. 

Rarement le verbe commenter n’aura été autant conjugué à tous les temps et tous les modes, le conditionnel étant rarement

venu spontanément sous les plumes ou les sur les touches des claviers.

Parfois quelques ressorts moraux conduisent les commentateurs à se reprendre pour tenter de ne pas glisser et d’autres

passent allègrement du dérapage à l’aplatissement dans la bauge.

La canaille a reçu, d’une correspondante plus que courroucée, ce qui va suivre. C’est un extrait de France Culture,

qui pourtant nous a habitué à plus de retenue et de hauteur de vue, matinale du lundi 16 mai.

Parmi les présents dans le studio, Jean François Kahn, le JFKb à la française, vous savez cet homme exquis genre

anar de droite, n’ayant gardé de Proudhon que son machisme et jeté tous le reste à la poubelle, antisarkozyste certes

mais pas anticapitaliste : nul n’est parfait. Le fondateur de Marianne. Laquelle, au vu de ce qui suit, a intérêt de

se draper serrée dans son drapeau sinon…

J.-F. Kahn : Je suis certain, enfin pratiquement certain, qu’il n’y a pas eu une tentative violente de viol,

je ne crois pas, ça, je connais le personnage, je ne le pense pas. Qu’il y ait eu une imprudence

on ne peut pas le… (rire gourmand), j’sais pas comment dire, un troussage.

A.-G. Slama : il appelait ça une erreur de jugement (gloussements).

J.-F. Kahn : que y ait un troussage, euh, de domestique, enfin, j’veux dire, ce qui n’est pas bien, mais,

voilà, c’est une impression.

Perplexité de la Canaille. Même lui ?

J’imagine les débats avec son frangin sur la question de l’éthique.

Donc si j’en crois mes limitées connaissances linguistiques, si tu trousses une soubrette, comme une volaille,

tu es dans le délicat badinage de cours et pas dans le viol ni même l’agression sexuelle.

Le gamin qui « emprunte » un vélo est un voleur à enchrister parce qu’il a détroussé son propriétaire. Alors que

si tu serres de plus que trop prêt la soubrette tu n’es pas un violeur et ne fait « que« … trousser.

Trousser, quelle santé ; détroussé ? à la Santé !.

Oh Canaille, compare ce qui est comparable où vas-tu avec ce raisonnement ? me souffle dans l’oreille la voix de

la raison Officielle.

Exactement où il faut aller : le sentiment de propriété érigé en droit : c’est mon vélo on n’a pas le droit d’y toucher,

c’est ma soubrette j’ai le droit de me la … restons sur trousser.

Je ne me permettrais pas ce genre de privauté avec mon cuisinier ou mon concierge, mais éventuellement,

ma cuisinière ou ma concierge… Or, ce n’est pas là une question d’orientation sexuelle.

Parce qu’elle est femme ET soubrette ce qui donne le caractère de classe de l’argument. (ce qui ne veut pas dire

que ce comportement soit l’exclusivité de « ceux d’en haut », loin s’en faut, mais ce sont « ceux d’en haut » les étoiles

filantes de l’espace oligarchique qui le théorisent ainsi donnant une légitimité ou caution à la totalité des

comportements qui les font se gausser.)

C’est le remake des dames patronnesses :  » Allez les filles à l’église, sauf celles que je glisse dans le lit de mon fils

et celles qui sont placées au bordel pour que ces messieurs nous lâchent la grappe« .

Postulat de l’idéologie dominante : Une bourgeoise libérée est une femme libre. Celle qui n’est que

« d’autre extraction » et vivant de même n’est qu’une pute. (et regardez, selon la presse, les angles d’attaque

envisagés par les défenseurs de DSK).  

Ma correspondante de me rappeler :« À Rome, profiter d’une esclave n’était pas un viol, reluquer

sous sa douche la rombière du consul en était presque un. »

Mais JFKb n’est pas romain, à voir l’état de l’Union, ni états-unien. Il n’est simplement qu’un de ces météores

qui traverse le firmament oligarchique français, une de ces étoiles filantes idéologiques qu’on suit à la trace

et qui se réanime ou qu’on réanime dans le ciel médiatique selon un protocole convenu.

Marrant que celui à qui on tend les micros dès qu’on a besoin de quelqu’un pour expliquer la mort du

communisme se révèle si imbibé d’un comportement de classe. A la réflexion, pas marrant ; normal.

« Toute pratique est pratique d’une théorie » ce n’est pas de Marx mais de Lénine qui, il faudra y

revenir, n’a pas dit que des inepties, loin s’en faut.

Merci à notre JFKb qui bien involontairement vient de nous le rappeler.

pompei2.jpgBordel à Pompéi, fresque murale

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy