• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 mai 2011

La dernière idée en vogue du patronat de la métallurgie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Lu sur : La dernière idée en vogue du patronat de la métallurgie dans Emplois dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) – 21 mai 2011

 

Les salaires deviendront-ils la future variable d’ajustement de la conjoncture ?

 

Auteur : Slovar - Source : Slovar les nouvelles

salaires dans SalairesLes salariés pourraient-ils voir leurs rémunération varier

à la hausse comme à la baisse en fonction de l’activité ?

En tous cas c’est la dernière idée en vogue à l’UIMM,

le patronat de la métallurgie !

Un de mes anciens employeurs, expliquait tous les matins

à ses troupes, la chance qu’ils avaient de profiter de ses

locaux (au demeurant, mal chauffés en hiver) et de toucher

en toute insouciance, un salaire (les plus bas de la profession)

alors que lui, ne connaissait que les tourments, des affaires fluctuantes ! Ce qui l’amenait, à la fin

de chaque mois, lorsqu’il distribuait les bulletins de salaires, à nous déclarer :

« On ne devrait payer les employés que lorsque l’entreprise a de l’activité » !

Bien entendu, en fin d’année positive, en ce qui concerne une distribution, même symbolique des

bénéfices, nous devions nous limiter à un … discours sur le bonheur, que nous aurions à …

recommencer un nouvel exercice … coûteux pour la trésorerie de l’entreprise !

Et bien, le rêve de ce monsieur, pourrait bien devenir une réalité, si on en croît l’information,

révélée ce matin, par Marc Landré, un des meilleurs spécialistes des sujets sociaux, au Figaro !

En effet, on apprend que l’UIMM propose : « (…) d’ajuster temporairement la durée du travail et

les rémunérations des salariés, à la hausse comme à la baisse, en fonction de la conjoncture »

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

Publié dans Emplois, Salaires | Pas de Commentaire »

La propriété, c’est le viol

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Source : Canaille le Rouge - 19 mai 2011

La propriété, c’est le viol

S’il vous plait, mettez le son, écoutez.

La Canaille qui a pourtant la couenne assez dure en à la chair de poule.

Et ensuite ou ensemble, lisez. Si cela vous plait, renvoyez vers la page ou copiez et diffusez.

Merci

Image de prévisualisation YouTube

 la Chanson réaliste est souvent une chanson de classe.

venusclapaire04large.jpgMaison de Vénus à Pompéi

Parmi les dégâts collatéraux de ce qu’on appelle l’affaire DSK :

Laissons se poursuivre le feuilleton judiciaire et occupons nous plutôt des aspects « exotiques » de son traitement par les médias.

On va voir que l’exotisme n’est pas synonyme de beauté et cocotiers mais aussi de tas d’ordures dans la banlieue de Calcutta. 

Rarement le verbe commenter n’aura été autant conjugué à tous les temps et tous les modes, le conditionnel étant rarement

venu spontanément sous les plumes ou les sur les touches des claviers.

Parfois quelques ressorts moraux conduisent les commentateurs à se reprendre pour tenter de ne pas glisser et d’autres

passent allègrement du dérapage à l’aplatissement dans la bauge.

La canaille a reçu, d’une correspondante plus que courroucée, ce qui va suivre. C’est un extrait de France Culture,

qui pourtant nous a habitué à plus de retenue et de hauteur de vue, matinale du lundi 16 mai.

Parmi les présents dans le studio, Jean François Kahn, le JFKb à la française, vous savez cet homme exquis genre

anar de droite, n’ayant gardé de Proudhon que son machisme et jeté tous le reste à la poubelle, antisarkozyste certes

mais pas anticapitaliste : nul n’est parfait. Le fondateur de Marianne. Laquelle, au vu de ce qui suit, a intérêt de

se draper serrée dans son drapeau sinon…

J.-F. Kahn : Je suis certain, enfin pratiquement certain, qu’il n’y a pas eu une tentative violente de viol,

je ne crois pas, ça, je connais le personnage, je ne le pense pas. Qu’il y ait eu une imprudence

on ne peut pas le… (rire gourmand), j’sais pas comment dire, un troussage.

A.-G. Slama : il appelait ça une erreur de jugement (gloussements).

J.-F. Kahn : que y ait un troussage, euh, de domestique, enfin, j’veux dire, ce qui n’est pas bien, mais,

voilà, c’est une impression.

Perplexité de la Canaille. Même lui ?

J’imagine les débats avec son frangin sur la question de l’éthique.

Donc si j’en crois mes limitées connaissances linguistiques, si tu trousses une soubrette, comme une volaille,

tu es dans le délicat badinage de cours et pas dans le viol ni même l’agression sexuelle.

Le gamin qui « emprunte » un vélo est un voleur à enchrister parce qu’il a détroussé son propriétaire. Alors que

si tu serres de plus que trop prêt la soubrette tu n’es pas un violeur et ne fait « que« … trousser.

Trousser, quelle santé ; détroussé ? à la Santé !.

Oh Canaille, compare ce qui est comparable où vas-tu avec ce raisonnement ? me souffle dans l’oreille la voix de

la raison Officielle.

Exactement où il faut aller : le sentiment de propriété érigé en droit : c’est mon vélo on n’a pas le droit d’y toucher,

c’est ma soubrette j’ai le droit de me la … restons sur trousser.

Je ne me permettrais pas ce genre de privauté avec mon cuisinier ou mon concierge, mais éventuellement,

ma cuisinière ou ma concierge… Or, ce n’est pas là une question d’orientation sexuelle.

Parce qu’elle est femme ET soubrette ce qui donne le caractère de classe de l’argument. (ce qui ne veut pas dire

que ce comportement soit l’exclusivité de « ceux d’en haut », loin s’en faut, mais ce sont « ceux d’en haut » les étoiles

filantes de l’espace oligarchique qui le théorisent ainsi donnant une légitimité ou caution à la totalité des

comportements qui les font se gausser.)

C’est le remake des dames patronnesses :  » Allez les filles à l’église, sauf celles que je glisse dans le lit de mon fils

et celles qui sont placées au bordel pour que ces messieurs nous lâchent la grappe« .

Postulat de l’idéologie dominante : Une bourgeoise libérée est une femme libre. Celle qui n’est que

« d’autre extraction » et vivant de même n’est qu’une pute. (et regardez, selon la presse, les angles d’attaque

envisagés par les défenseurs de DSK).  

Ma correspondante de me rappeler :« À Rome, profiter d’une esclave n’était pas un viol, reluquer

sous sa douche la rombière du consul en était presque un. »

Mais JFKb n’est pas romain, à voir l’état de l’Union, ni états-unien. Il n’est simplement qu’un de ces météores

qui traverse le firmament oligarchique français, une de ces étoiles filantes idéologiques qu’on suit à la trace

et qui se réanime ou qu’on réanime dans le ciel médiatique selon un protocole convenu.

Marrant que celui à qui on tend les micros dès qu’on a besoin de quelqu’un pour expliquer la mort du

communisme se révèle si imbibé d’un comportement de classe. A la réflexion, pas marrant ; normal.

« Toute pratique est pratique d’une théorie » ce n’est pas de Marx mais de Lénine qui, il faudra y

revenir, n’a pas dit que des inepties, loin s’en faut.

Merci à notre JFKb qui bien involontairement vient de nous le rappeler.

pompei2.jpgBordel à Pompéi, fresque murale

 

Publié dans France, POLITIQUE, Presse - Medias, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Extrême-droite – Fascisme – Néofascisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Lu sur le blog de Bernard Lamirand

Du fascisme et du néo

par  Ivan Lavallée – 3 avril 2011

Le poète a toujours raison dit Jean Ferrat, c’est malheureusement vrai ; Brecht nous dit

« Le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde ». Formellement, le fascisme a été un

moment de l’histoire du XXème siècle, il a existé sous différentes formes, mais avec un même fond.

Même si on peut dire que le fascisme est mort au sens historique, il est renaissant sous d’autres

formes et d’autres noms.

GIF - 14.3 ko

Caractérisation

Le fascisme tient un discours démagogique et assimile son combat à celui du peuple contre 

l’establishment. Il réussit à attirer les masses parce qu’il en appelle, de façon démagogique,

aux plus sensibles de leurs besoins et de leurs aspirations . Il ne se borne pas à attiser

les préjugés, il joue sur les meilleurs sentiments des masses, et parfois même sur leurs

traditions révolutionnaires. Il tire son énergie propre d’un rejet des systèmes antagoniques

que sont le capitalisme (et aujourd’hui le libéralisme) et le communisme. Le fascisme joue

sur la frustration nationale, il prend le masque de défenseur de la nation lésée et en appelle au

sentiment national bafoué. Son dynamisme et sa force ne viennent pas de son programme qui est souvent

incohérent ou falsificateur, mais de deux formules : nationalisme et autoritarisme, ou chauvinisme et violence.

L’histoire nous enseigne également, que les fascistes n’ont pas pris le pouvoir mais qu’on le leur a offert ;

à bon entendeur…

Le fascisme est l’ennemi obsédé de tout ce qui touche au communisme, en cela il est le rempart ultime du capital,

lequel capital n’a pas hésité à livrer autrefois la France aux hordes hitlériennes [1] avec le mot d’ordre, repris par

sa presse aux ordres « plutôt Hitler que le Front Populaire ». Avertissement sans frais pour les révolutionnaires

d’aujourd’hui et plus précisément les communistes. L’idéologie du fascisme c’est « des valeurs de droite extrême,

dans un style de gauche, extrême » [2]

La base « théorique » du fascisme, s’appuie sur une vision « naturaliste ». C’est la loi d’airain de la nécessité

naturelle, le mythe, colporté aussi par d’autres, d’une nature caractérisée par le pur jeu des énergies, une

interprétation fallacieuse du Darwinisme, un absolu de pureté où seuls subsistent ceux et celles que la Nature

a sélectionnés. Dans ce pathos, la Raison, c’est la Nature ; écologistes, bonjour !

Le caractère de classe du fascisme

[Lire la suite sur : ber60.over-blog.com/]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Nouvelle « gouvernance économique » : un pacte contre les peuples

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Source :

Les Dessous de Bruxelles

 

 10 mai 2011

 

 

Grande braderie sur les droits sociaux en Europe

 

Le processus d’adoption de la nouvelle « gouvernance économique » fait son chemin. Du côté du Conseil,

le « Pacte pour l’euro » engage les gouvernements sur la voie de politiques d’austérité renforcées.

Le Parlement européen devra quant à lui se prononcer début juin sur le paquet de

« gouvernance économique » qui comprend les principales mesures du nouveau dispositif.

Grande braderie sur les droits sociaux en EuropePour ceux qui n’auraient pas suivi le feuilleton, la « gouvernance économique »,

en deux mots, c’est cet ensemble de mesures qui renforcent la surveillance et

les contraintes sur les dépenses et l’endettement publics

(voir : l’UE-topie des marchés, par le Corporate Europe Observatory).

Concrètement, ce renforcement de l’« orthodoxie » budgétaire devrait

s’accompagner mécaniquement de son lot de mesures d’austérité dans tous

les pays de l’UE : réduction de l’emploi public, avec éventuellement blocage

des salaires, coupes dans les services publics et privatisations,

réductions des pensions et financiarisation des retraites, réformes du droit du travail pour faciliter les licenciements,

mise en place d’une fiscalité « business friendly »…

Mais si les plans d’austérité font le malheur des populations, ils ont tendance à faire rougir de plaisir les marchés

financiers. Or que ne ferait-on pas pour ces pauvres banquiers et investisseurs, scandaleusement présentés comme

les responsables de la crise, et jetés à la vindicte populaire ?

Heureusement, les instigateurs de la nouvelle gouvernance économique, Commission et gouvernements européens,

n’ont pas cédé pas au populisme ; car d’aucuns voulaient les mettre à contribution, et que leurs pratiques – certes

parfois audacieuses – soient sévèrement encadrées. Voire, que leurs créances soient restructurées.

Non ; les dirigeants européens, dans leur sagesse jean-monnesque, ont bien saisi les causes de la crise de la dette :

salaires trop élevés, services publics sur-subventionnés et inefficaces, systèmes de protection sociale trop « archaïques »

et droit du travail pas assez « flexible ». Du coup histoire d’être sûr que ces salauds de fonctionnaires, de syndicalistes

et d’assistés ne nous fassent pas replonger une seconde fois dans la crise, ils ont prévu des sanctions pour les

gouvernements qui ne se plieraient pas à la « discipline » de la nouvelle gouvernance économique.

[Lire la suite sur : Les Dessous de Bruxelles/]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Défense de l’École de la République : les manifestations du 28 mai dans notre région

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2011

Reçu par courriel

La réduction drastique des moyens alloués à l’école se traduit par des  suppressions massives de postes

d’enseignants, d’assistants d’éducation, d’auxiliaires de vie scolaire. Nous assistons à une dégradation

des conditions de scolarisation de nos élèves ainsi que de nos conditions de travail.

La manifestation nationale à Paris organisée par le SNUipp-FSU  ce mercredi 18 Mai a été une réussite

et a bénéficié d’une bonne couverture médiatique. Dans notre département la FSU, la CGT et la FCPE

appelaient à participer à cette manifestation.

Le vendredi 6 mai la FCPE lançaient les comités de Salut Public, le SNUipp s’impliquera dans  leur

mise en place.

Sur le secteur de la  Flandre, cette démarche aboutit à la création du


« Collectif Citoyen des Flandres pour la Défense de l’École et l’Avenir de nos Enfants ».


Il regroupe les collectifs d’Armentières, de Bailleul et d’Hazebrouck, il est soutenu par de nombreuses

personnalités politiques et organisations associatives et syndicales.

Ce collectif organise un pique-nique citoyen

le Samedi 28 mai 2011 à 12H30 sur le parvis de l’hôtel de ville de Bailleul.

Dans le Douaisis, après l’action du 30 avril à Dechy, qui a rassemblé 150 personnes,

le Collectif de Défense de l’Ecole de la République appelle à un rassemblement le :

Samedi 28 mai à 10h30 – Place d’Armes à Douai


Tous les citoyens sont invités à y participer.

Comptant sur votre présence.


Cordialement, l’équipe départementale du SNUipp-FSU Nord
 

Publié dans Education nationale, Luttes, Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy