Encore une belle « vacherie » du ministre de la culture !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2011

Le 23 avril, Frédéric Mitterrand a inscrit la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France.

Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, lui a écrit une lettre dans laquelle elle s’étonne «qu’un ministre de la République

prône […] une activité archaïque qui véhicule la culture de la mort et le goût pervers de la souffrance».

******************************************

publié par babelouest – 30 avril 2011

La torture recensée au patrimoine culturel de la France

Auteur : Monsieur Bernard - 

Source : Le blog de Jean-Pierre martin, petit cadre de grosse boiboite – lundi 25 avril 2011

 

« Ce n’est pas une caution morale. Mais la reconnaissance d’une pratique culturelle très répandue dans notre pays.

 » C’est par ces mots que le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a commenté  le recensement de la torture

au patrimoine culturel de la France,  au même titre que la tauromachie, les mines antipersonnel, l’élevage industriel ou

la délation. Une décision accueillie avec enthousiasme chez tous les aficionados de la baignoire et autre gégène.

Ainsi, Mathieu Barbant, porte-parole du syndicat de police Alliance s’est « félicité de voir enfin reconnu un savoir-faire,

un art pratiqué encore aujourd’hui dans des milliers de commissariats à travers notre beau pays.

C’est toute une profession qui est rétablie dans sa fierté et son honneur.« 

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

Lire également :

agoravox.fr/Scandaleux : la tauromachie inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France

Publié dans France, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

Politique de l’immigration : communiqué de la LDH

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2011

Source : Ligue des Droits de l’Homme – 28 avril 2011

URL de l’article : http://www.ldh-france.org/Politique-de-la-peur-gesticulation

Politique de l’immigration

Auteur de l’article : LDH

Politique de la peur, gesticulation aux frontières et chasse aux Tunisiens

en Ile-de-France : Sarkozy et Berlusconi préféraient Ben Ali

Communiqué LDH


Il est profondément indécent que le président de la République française et le Premier ministre italien s’entendent pour

limiter la liberté de circulation en Europe au prétexte de l’arrivée de vingt-cinq mille ressortissants tunisiens en Italie.

Évoquer les risques d’une invasion relève de la volonté politique d’attiser la peur et la xénophobie, en Italie comme en France. Que

devraient dire les ONG et bénévoles tunisiens qui, avec des moyens réduits, accueillent à la frontière tuniso-libyenne les centaines

de milliers de personnes qui fuient les exactions du régime Kadhafi ?

Après avoir soutenu presque jusqu’au dernier jour le régime de M. Ben Ali, Nicolas Sarkozy s’en prend à ceux qui se sont révoltés

contre cette dictature.

Accueillir dignement en France et en Italie vingt-cinq mille personnes qui cherchent une respiration au milieu des bouleversements

inévitables qu’entraîne une révolution relève du devoir élémentaire d’humanité, mais aussi de l’intérêt politique de tous les pays de

la région.

Il ne suffit pas de proclamer un soutien aussi tardif qu’irrésolu à la démocratie tunisienne et d’annoncer une contribution financière

qui n’est en fait qu’un prêt. Il faut aussi tout faire pour que la démocratie l’emporte en Tunisie. C’est l’intérêt des Tunisiens, c’est

l’intérêt des pays de la région, c’est l’intérêt de l’Europe.

Au regard de ces enjeux, le traitement infligé aux Tunisiens qui sont arrivés en Europe, refoulés à Vintimille, traqués dans les rues

à Paris et en banlieue, est non seulement indigne, participant de cette xénophobie d’État dans laquelle s’enfonce le gouvernement

français, mais aussi profondément stupide et dangereux pour notre avenir commun.

La LDH appelle tous ses militants, tous les citoyens de ce pays à se mobiliser pour porter aide et assistance à ces personnes.

Paris, le 28 avril 2011.

 

Publié dans Italie, Politique nationale, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration, Solidarite | Pas de Commentaire »

Pour un service public de l’aide à l’autonomie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2011

Section PCF Grésivaudan – 30 avril 2011

La dépendance n’est pas une affaire privée

mais doit être prise en charge à 100%

par la solidarité nationale et la Sécurité sociale

 

Pour un service public de l'aide à l'autonomie dans Politique nationale solidarite-01

Un collectif de partis de gauche, de syndicats et d’associations ont lancé le 28 avril un appel intitulé

« Exigences citoyennes sur la prise en charge de la perte d’autonomie « .

« La dépendance n’est pas une affaire privée mais doit être prise en charge à 100% par la solidarité

nationale et la Sécurité sociale », a fait valoir lors d’une conférence de presse Pierre Khalfa, porte

parole de l’union syndicale Solidaires.

Ce texte « montre une opposition réelle aux solutions avancées par le gouvernement » explique JL Gibelin

responsable de la commission santé du PCF.

Si le gouvernement a déjà affirmé sa volonté de conserver un financement public de la dépendance,

l’une des pistes sur la table est d’encourager la souscription d’assurances privées. L’intervention des

assurances conduirait à « générer d’importantes inégalités », déplore le collectif dans son appel 

intitulé « Exigences citoyennes sur la prise en charge de la perte d’autonomie ».

Appelant au contraire à « un service public de l’aide à l’autonomie », Christiane Marty, d’Attac, a demandé un droit

« universel et obligatoire, qui assure l’égalité de traitement pour tous ». Le collectif est également opposé à un recours plus important aux

aidants familiaux qui s’occupent de leurs proches en perte d’autonomie. Il est aussi contre la récupération des aides au décès du bénéficiaire

(« recours sur succession »).

Pierre Khalfa a évoqué plutôt un financement par « les cotisations sociales, la taxations des stock-options ou des dividendes » ou « une sorte

de CSG rénovée qui toucherait davantage les revenus du patrimoine ».

Parmi les signataires de l’appel figurent :

Attac, la Fondation Copernic, AC !, la Confédération paysanne, la Gauche unitaire, Les Alternatifs, Les États généraux du service public, le NPA,

le PCF, l’UFAL (familles), l’UNRPA (retraités), Europe Ecologie-Les Verts.

 

À lire également : ufal.info/ Il vaut mieux être riche et bien portant, qu’être pauvre, étranger et malade

 

Publié dans Politique nationale, SANTE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

1er mai

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2011

Publié par pcfmaubeuge – 30 avril 2011
eglantine1333331.jpg1mai189122221.jpg

1ermaiglantine.jpg


1ermai444441.jpg eglantine1333331.jpg M-A Breda

 

Publié dans Luttes, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Just married… pour le pire »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2011

29 avril 2011

« Just married… pour le pire » :

le mariage de « Kate et Will » ne cachera pas celui de Merkel et Sarkozy

Meeting du PGE contre « le pacte euro plus » le 3 mai à 20h salle Jappy à Paris

pacte_web dans ECONOMIE

 

Tout a commencé le 24 mars 2011 lors du conseil européen.

A l’origine, ce dernier devait porter sur les questions d’énergie et

d’innovation. Vraisemblablement, ce n’était pas du goût

d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy.

En effet, le couple franco-allemand a profité de ce sommet pour

soumettre son projet de pacte de compétitivité. Nous sommes

dans un contexte de crise financière majeure. La crise politique

au Portugal affole les dirigeants européens.

Ils craignent une nouvelle déstabilisation économique de la zone

euro. Dans ce cadre, le pacte pour l’euro est jugé « crédible » et

« cohérent ». Il a d’ailleurs mis d’accord les dirigeants de la zone

euro. Il vise officiellement à une plus grande convergence des

politiques nationales en matière fiscale et budgétaire face aux marchés financiers.

Les pays membres « volontaires » sont ainsi sommés de réformer leur économie pour plus compétitivité.

En réalité, ce projet est porteur de mesures d’austérités drastiques et profondément antisociales. Dans les domaines de

compétitivité, d’emploi, de retraite ou encore discipline budgétaire la rigueur se retrouve sur le dos des contribuables.

Il s’agit dans ce dossier de faire un état des lieux sur la situation et d’ouvrir des pistes de réflexion, des alternatives,

pour la construction d’une autre Europe.

A lire également :

Publié dans Austerite, ECONOMIE, PCF, POLITIQUE, PRECARITE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Entretien avec Brigitte Font Le Bret, médecin du travail, psychiatre, auprès des salariés de France Télécom

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2011

Accueil 28 avril 2011 - Entretien réalisé par  YVES HOUSSON

 

France Télécom.

« Des scénarios d’une violence presque guerrière »

 

BRIGITTE FONT LE BRET,MÉDECIN DU TRAVAIL, PSYCHIATRE, AUPRÈS DES SALARIÉS DE FRANCE TÉLÉCOM.

Dans la longue liste des suicides de salariés de France Télécom, l’immolation par le feu,  mardi,

d’un employé de Bordeaux, revêt un sens particulier.

BRIGITTE FONT LE BRET. Le suicide par immolation par le feu est très rare. Il répond souvent à une volonté de révolte contre l’injustice,

et de visibilité. La modalité du suicide, sur un parking de l’entreprise, c’est vraiment quelque chose de symbolique. Et qui s’adresse à la

direction de France Télécom, pas à la famille. Sinon, il aurait choisi un lieu symbolique de sa famille. Je suis bouleversée. Avoir travaillé

31 ans dans une entreprise, et finir en poussières à 57 ans…Ce n’est pas possible qu’une solution n’ait pu être trouvée pour ce monsieur !

A 57 ans, on n’est pas très loin de l’âge légal de la retraite. J’avais signalé, en son temps, que j’avais énormément peur pour les agents

venant de la fonction publique, se trouvant dans  les zones de plus de 50 ans. Avec eux, le temps de la consultation, on tient un

calendrier, on dit, voilà : il reste 6 mois, on barre les jours… Mais vous vous rendez compte, quand il faut encore tenir 2 ou 3 ans ?!

En 2010, des changements ont été annoncés dans le management. Que constatez-vous?

BRIGITTE FONT LE BRET. Il y a des avancées, dans la gestion des dossiers médicaux : on peut plus facilement parler avec la direction

de dossiers qui nous préoccupent. Mais de plus en plus, j’ai de nouveau des personnes anxieuses, qui me disent : « On est en train de

reparler de changements, de petites mobilités ». France Télécom doit vraiment montrer qu’ils vont s’attaquer au coeur du

problème : la rentabilité et les profits. Les actionnaires en demandent toujours plus, ça, ça ne s’est pas arrêté.¹ Que font-ils

pour diminuer le rythme du travail, les objectifs qu’on impose auxsalariés ? Cette immolation a fait écho chez moi : dans mes entretiens,

j’ai de plus en plus de violences exprimées. Au début, c’était : « Je vais rendre des médicaments », « j’ai envie de dormir »

Maintenant : « S’il le faut, j’achèterai une arme », « avec la voiture, on peut très bien rater un virage »

Les scénarios sont d’une intensité, d’une violence presque guerrière.

 

¹Christian Mathorel, délégué syndical central CGT, estime que rien n’est réglé. « Il y a toujours une pression sur les objectifs. Ça s’était un peu calmé après

le tourbillon médiatique. Mais les méthodes de management retournent à ce qu’elles étaient avant la crise… Un peu facile de tout mettre sur le dos de Lombard,

que ce soit lui ou Richard, ce n’est pas une question de personne mais de stratégie. C’est toujours la rentabilité financière qui prime et les salariés servent

d’ajustement. » La stratégie du groupe est tournée vers la conquête internationale et le développement des réseaux de communication. Mais hors de question

de rogner sur 3,65 milliards annuels de dividendes aux actionnaires.

 

À lire également :

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=xB3aZXuNI9U

Publié dans Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

Bernard Gensane : « Lionel Jospin a-t-il existé ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2011

Bernard Gensane :

Bernard GENSANE

Nouvelobs.com (qui m’a censuré, mais ceci est une autre histoire) a eu récemment la bonne idée de demander à

ses lecteurs de gauche qui n’avaient pas voté Jospin en 2002 s’ils regrettaient leur décision.

Comme je n’ai aucun regret, j’ai justifié mon choix en deux lignes. Je voudrais en dire un peu plus ici et me souvenir

d’un passé récent.

Lorsque Jospin a déclaré, plutôt gêné, que son projet (les responsables de gauche n’ont plus de programme mais des

projets) n’était pas socialiste, j’ai eu quelque peine à déglutir, sans pour autant être surpris. Durant ses cinq années au pouvoir, l’ancien trotskiste dur avait

constamment manifesté son allégeance à ce qu’on appelle pour simplifier « l’Europe libérale », l’Europe inféodée aux désirs de “ gouvernance ” du grand

actionnariat, des banques, en un mot des marchés. Par une casuistique bien à lui – qui finit par l’entraîner au fond du trou – Jospin avait déclaré être pour

l’économie de marché, mais contre une « société de marché ». Ce vieux renard lambertiste savait pertinemment que ces deux expressions étaient

parfaitement synonymes.

Avant cela, en 1997, la fermeture de l’usine Renault de Vilvorde – malgré sa promesse pendant la campagne des législatives – avait troublé la campagne

législative de 1997. L’annonce du “ plan social ” de Michelin à l’automne 1999 provoqua de fortes ondes de choc dans la gauche plurielle et dans l’opinion qui

lui était favorable. On comprit dès lors qu’il n’y avait pas plus de volontarisme jospinien que de beurre en broche. Chirac en profita pour manifester

(en toute démagogie) sa solidarité avec les ouvriers de Michelin. Le 13 septembre 1999, le Premier ministre socialiste avouait l’impuissance de l’État face aux

restructurations et aux drames sociaux. Quinze ans auparavant, Laurent Fabius avait opéré les mêmes choix drastiques contre les sidérurgistes. Entre 1980 et

1990, les “ restructurations ” coûtèrent 100000 emplois directs à la sidérurgie française, et au moins 100000 indirects. Une casse que l’on évalua alors à

100 milliards de francs. Alors que la sidérurgie était devenue nationale en 1981, l’Europe des marchés avait imposé les exigences du plan du vicomte belge

Davignon : arrêt des aides publiques, réduction de la production, suppression de 250000 emplois à l’échelle de l’Europe.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

 

Lire également : bernard-gensane.over-blog.com/Florilège (33) (texte consacré à Manuel Valls)

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le billet de Glop Lerouge : Loppsi, Loppnon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2011

Le billet de Glop Lerouge : Loppsi, Loppnon dans Humour text3005_0

27 avril 2011Glop Lerouge, Secrétaire de Section

Loppsi, Loppnon

 

11-04-loppsistory_hd dans LIBERTES

Les Français vivaient dans la terreur d’être égorgés à tous les coins de rue. Venant à leur secours,

le Président de la République déclara alors une « guerre nationale » contre la délinquance dans son

« discours de Grenoble ». La loi LOPPSI 2 fut votée dans la foulée. Elle prévoit la bagatelle de

six mois de prison, 3 750 euros d’amende, et confiscation du matos contre la « vente à la sauvette »,

c’est-à-dire « le fait, sans autorisation ou déclaration régulière, d’offrir, de mettre en vente ou

d’exposer en vue de la vente des biens ou d’exercer toute autre profession dans les lieux publics

en violation des dispositions réglementaires sur la police de ces lieux ». Ouf, on respire ! On peut

enfin dormir sur ses deux oreillers, à condition cependant de ne pas les avoir achetés dans la rue…

car le « recel de vente à la sauvette », ça peut chercher loin, surtout s’il y a deux oreillers puisque dans ce cas il y a peut-être récidive, peine plancher

et tout le bazar.

Vous me demanderez : « comment peut-on prouver que j’ai acheté mes deux oreillers dans la rue ? » La réponse est dans la loi LOPPSI 2 : avec les

caméras de surveillance installées dans la voie publique. A cet égard la com’ législative a fait fort. Les caméras de surveillance s’appellent désormais

« vidéo-protection ». Si vous prenez une raclée devant une caméra, en effet, vous ne saignez pas, puisque vous êtes vidéo-protégés. Vous n’avez qu’à

essayer, pour voir.

Il reste qu’avec les camarades de la section Glop-pas-Glop, on est ennuyés. Le premier mai, en effet, on vend le muguet sans déclaration, à la sauvette quoi.

Il paraît qu’on continuera de le « tolérer ». Faudra voir. En tout cas, s’ils ne le tolèrent pas, on risque de devenir intolérants. Quant à ma grand-mère,

qui vend ses haricots verts en free-style pour boucler les fins de mois, elle est inquiète. Elle se demande si ce n’est pas à cause d’elle qu’on a fait LOPPSI 2.

Je l’ai rassurée en lui disant que si on lui confisque les flageolets, ils ne seront pas perdus pour tout le monde. Puis en période de guerre on réquisitionne,

c’est normal.

Et pendant que mémé flippe pour ses haricots, la délinquance financière s’épanouit paisible. Et qu’on te gruge les comptes de la boîte pour « justifier »

un plan social, et qu’on dissimule les actifs de la société pour délocaliser ses usines en douce, et qu’on provoque artificiellement des déficits pour justifier

fermetures et suppressions de postes, et qu’on planque le pognon dans les paradis fiscaux…

11-04-loppsi_72 dans PCFPour les délits ordinaires, ce n’est pas mieux. Les procureurs, « maîtres de l’opportunité des poursuites », grondent

opportunément les fils de famille et poursuivent en justice les enfants des pauvres gens. Dans certains ghettos de riches,

la police a tout bonnement renoncé à flanquer des amendes pour les infractions routières. L’amande c’est pour ceux qui

n’ont pas un radis : c’est logique. Vous ne me croyez pas ? La Section a envoyé un camarade à Val d’Isère avec mission

de revenir avec une amende. Si si, je vous le jure. Le copain, qui a pris la mission à cœur, a essayé de se faire toutes les

infractions du Code, devant la police bien entendu. Rien ! En désespoir de cause, il s’est barré en laissant sa vieille bagnole en stationnement gênant sous

un panneau d’enlèvement forcé. Résultat ? Un petit mot en trois langues pour l’informer que la municipalité est heureuse de l’accueillir, mais que ce qu’il a

fait n’est pas très légal… Et pas d’amende ! Vous ne me croyez toujours pas ? Voici le texte authentique : « La station de Val d’Isère est heureuse de vous

accueillir et vous souhaite un agréable séjour. Nous constatons toutefois que vous êtes en infraction. Nous vous demandons de bien vouloir changer votre

véhicule de place et de regagner un parking autorisé (voir plan au dos). Un service de bus gratuit est à votre disposition. Nous vous remercions de votre

compréhension et vous souhaitons un agréable séjour. La Police municipale ».

C’est classe, la justice de classes ! Ceci dit, le jour où vous entendrez la police vous dire qu’elle est heureuse de vous accueillir à Créteil, au Blanc-Mesnil

ou à Boboche, je vous conseille plutôt de décarrer sec.

La tolérance zéro, la culture du chiffre, la quête des résultats policiers pour les travailleurs, les pauvres et les immigrés, l’indulgence pour les riches.

C’est ça leur guerre contre la délinquance. Il est temps de riposter.

 

Publié dans Humour, LIBERTES, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1er mai 2011 : Solidarité internationale et progrès social – Manifestation à Maubeuge

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2011

 

1ER MAI 2011

RASSEMBLEMENT PLACE DE LA MAIRIE À MAUBEUGE

STÈLE DES 93 À 10 H

 

1er mai 2011 : Solidarité internationale et progrès social - Manifestation à Maubeuge dans Austerite muguet

Le 1er mai, journée de solidarité internationale du monde du travail, prend un relief particulier dans un monde

marqué par des évolutions majeures.

L’ensemble des organisations signataires expriment leur soutien aux peuples des pays arabes qui se

soulèvent pour la dignité et la liberté. Partout dans le monde, cette onde de choc salutaire bouscule les

dictatures et porte un message d’espoir de liberté, de démocratie et de progrès social.

Elles font aussi du 1er mai une journée de solidarité européenne en dénonçant les politiques d’austérité imposées par

les États membres de l’Union et les Institutions européennes pour « assainir » les dépenses publiques. Les salarié(e)s

et les jeunes ne doivent pas payer le coût d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

En France, le 1er mai 2011 se déroule dans un contexte de crise économique et sociale qui creuse les inégalités et mine

la cohésion sociale, un contexte de tension sociale toujours forte liée aux préoccupations des salariés et des jeunes en

matière d’emploi, de salaires et de conditions de travail qui se sont exprimées fortement dans les mobilisations de 2009

et 2010 face à la crise et à la réforme des retraites.

Partout, salariés, chômeurs, étudiants, retraités, participons aux manifestations unitaires pour

-  donner la priorité à l’emploi par des politiques économiques et sociales prenant appui sur une réelle politique industrielle qui réponde aux impératifs écologiques et

des services publics de qualité, favorisant la réduction des inégalités ; prioriser des mesures en faveur des jeunes ; mettre fin au non remplacement d’un fonctionnaire

sur deux partant à la retraite ;

-  améliorer les salaires, les pensions et le pouvoir d’achat, permettre à chacun de vivre dans la dignité en garantissant le droit pour toutes et tous à une protection

sociale solidaire et de haut niveau tout au long de la vie ; faire reculer les inégalités entre les femmes et les hommes ;

-  améliorer les conditions de travail et faire reconnaître la pénibilité ;

-  lutter pour l’égalité des droits et contre toutes les discriminations, notamment concernant tous les travailleurs migrants ;

-  octroyer le droit de voter et d’être élu à tous les résidents de nationalités étrangères présents sur le territoire.

L’exigence d’une vie meilleure faite de justice sociale, du respect des droits fondamentaux, d’un travail décent, reconnu et valorisé doit se faire entendre.

Lire la suite 

Signataires : ACIP ASADO, APARDAP, AFPS, ALBA, Amis du TA, Amnesty International, ATTAC, CIIP, CISSP, CSRA, Collectif pour Cuba, EELV, Femmes en noir,

FSU, LDH Grenoble, LDH 38 et LDH Iran, LIFPL, LSR, MJCF, Mouvement de la Paix, NPA, PAG, PCF, PCOF, PG, PRCF, PS, Ras l’Front, RESF, RNG, Solidaires,

UD CFDT, UD CGT, UD UNSA, UNEF, UNL.

 

Publié dans Austerite, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL, Solidarite, Syndicats | Pas de Commentaire »

Alain Bocquet interpelle François Fillon à propos du scandale de la flambée des prix des produits alimentaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2011

Source : elunet.org/ – Cidefil 28 avril 2011

 

Alain Bocquet

Flambée des prix des produits alimentaires

Alain BOCQUET interpelle Monsieur François FILLON


Question écrite déposée par Alain BOCQUET, Député du Nord, à l’Assemblée nationale, à propos du scandale de la flambée des prix

des produits alimentaires :

Monsieur Alain BOCQUET attire l’attention de Monsieur François FILLON, Premier Ministre, sur le scandale de la flambée des prix

des produits alimentaires, à l’heure du blocage des salaires et du refus du gouvernement d’accorder le moindre coup de pouce au Smic.

La Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) où se retrouvent divers grands distributeurs dont Carrefour, Auchan, Casino, annonce que les prix

en grande surface augmenteront de 2 % en 2011, préservant ainsi ses marges.

Dans le détail c’est pire encore pour les familles, les retraités et personnes âgées disposant des revenus les plus faibles. Il est question en effet

d’augmentations de 15 à 20 % pour la farine, 5 à 10 % pour les pâtes, 10 à 20 % pour le café, 4 à 8 % pour l’huile, le beurre, le pain.

Associations de consommateurs et syndicats agricoles dénoncent l’opération en soulignant par exemple que le blé n’entre que pour 5 % dans le prix du pain

et que l’évolution de son coût ne peut suffire à justifier des hausses de 4 à 8 %. Et rappellent que les prix des matières premières avaient fortement baissé

entre 2008 et 2010, sans que les consommateurs en tirent un quelconque bénéfice.

Ajoutées à celles du gaz, de l’électricité, des carburants, des loyers, etc… ces hausses auxquelles le gouvernement ne réagit pas sont intolérables.

Il demande à Monsieur le Premier ministre quelles dispositions le gouvernement entend prendre pour répondre à l’exigence d’encadrement des prix des produits

de première nécessité ; pour revaloriser pensions, allocations et salaires et porter le Smic à 1600 euros.

 

Publié dans CONSO, ECONOMIE, PCF, Politique nationale, PRECARITE | Pas de Commentaire »

12345...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy