• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 31 mars 2011

Le FN surfe sur la désespérance sociale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Lu sur  : camarade.over-blog.org/28 mars 2011

Le terreau du Front National

 

Le FN surfe sur la désespérance sociale dans F-Haine

 

http://alternatives-economiques.fr/blogs/peugny/2011/03/23/le-terreau-du-front-national/#

 

Dans son rapport sur l’état de la société française en 2009, le médiateur de la République parlait d’une « société dépressive ». Remis hier à Nicolas Sarkozy, son rapport 2010

évoque désormais une société au bord du « burn out », expression habituellement utilisée dans le champ professionnel par les médecins du travail pour décrire l’état d’épuisement

psychique de certains salariés victimes de conditions de travail délétères.

L’emploi de plus en plus fréquent d’un vocabulaire « psychologisant » pour décrire la société française laisse très dubitatif le sociologue. Pour tout dire, elle l’agacerait même assez.

En effet, décrire les sociétés avec les mots du médecin occulte les phénomènes économiques et sociaux qui sont à l’origine des effets que l’on cherche à expliquer. Si la société française

est malade, en l’occurrence, c’est bien de trois décennies de précarisation. La « grande transformation » du capitalisme industriel décrite par Robert Castel s’est traduite pour la

majorité des salariés par la plongée dans un monde de plus en plus incertain. Apparition et persistance du chômage de masse, précarisation continue du contrat de travail :

non seulement le présent se complique singulièrement, mais en plus, l’avenir n’est plus le support d’anticipations positives (76% des Français sont au contraire convaincus

que leurs enfants vivront moins bien qu’eux). « L’extension du domaine du désavantage social », pour reprendre l’expression d’Olivier Schwartz, agit comme un poison qui

vient corrompre et menacer des groupes sociaux jadis protégés mais qui aujourd’hui se sentent menacés dans leur survie même (les pavillonnaires du périurbain, les « petits-moyens »

décrits dans une monographie récente, etc.).

Beaucoup se plaisent à souligner le caractère excessif de ce sentiment de déclassement. Mettre en cause le pessimisme excessif des acteurs sociaux est une réponse commode.

Elle ne résiste toutefois pas complètement à l’épreuve des faits. Les exemples chiffrés abondent pour qui prend la peine de regarder attentivement les enquêtes de la statistique

publique et nous ne prendrons ici que trois exemples. Bien avant l’explosion de la crise financière, l’Insee avait mesuré, entre 2003 et 2005 et pour la première fois, autant de

baisses individuelles de niveau de vie que de hausses. Parmi les ménages d’agriculteurs, d’artisans et commerçants, d’employés et d’ouvriers du privé, les baisses étaient même

sensiblement plus nombreuses que les hausses. De la même manière, on comptait en 2009 plus de 3,5 millions d’allocataires des minima sociaux et en ajoutant les ayants droits,

ce sont 6 millions de personnes dont l’existence était suspendue à ces dispositifs. Mais ce n’est pas tout. De plus en plus souvent, le travail ne suffit plus : parmi les actifs occupés,

un à deux millions de travailleurs vivent sous le seuil de pauvreté, selon le seuil retenu (50% ou 60% du revenu médian).

Évidemment, un tel terreau est une aubaine pour le Front National et pour Marine Le Pen, qui a mis un nom sur les responsables de la situation : la mondialisation, et l’UMPS au

pouvoir depuis trente ans. L’efficacité du discours est redoutable : même si ça ne gâche rien, ce n’est presque plus la peine pour elle de s’en prendre aux immigrés (le ministre de

l’Intérieur s’en charge pour elle), la désespérance sociale remplit son escarcelle de pans entiers de l’électorat. Pour les gauches partout dans le monde et singulièrement en Europe,

le défi est titanesque. C’est un nouveau compromis social qu’il faut inventer dans une économie mondialisée. Celui du capitalisme industriel, inégalitaire mais relativement protecteur

dans le cadre national des Trente glorieuses et de l’Etat-providence, a implosé dès les années 1970 et n’est plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir. Depuis lors, ouvriers et employés

sont abandonnés, sacrifiés, parfois humiliés, puisqu’ils ne sont que des « coûts », qu’il faut réduire pour « rassurer les marchés »,

le tout au nom d’hypothèses économiques dogmatiques, fausses et nocives. La gauche doit s’attaquer frontalement à ces questions si elle veut que son éventuel retour au

pouvoir ait un sens, c’est-à-dire si elle veut démontrer aux classes populaires qu’elle peut (encore) quelque chose pour elles. En attendant, ces dernières écoutent celle qui fait mine

de leur parler.

 

Publié dans F-Haine, France, POLITIQUE, PRECARITE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Débat sur les enjeux actuels de l’agriculture

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Henri Sallanabe (Confédération paysanne Midi-Pyrénées) dans « La Voix est libre » (FR3 Midi-Py)

Confederation_paysannePar Confederation_paysanne

http://www.dailymotion.com/video/xhfvdi

Publié dans Agriculture | Pas de Commentaire »

Quelles leçons tirer de Fukushima ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Quelles leçons tirer de Fukushima ? dans ASIE arton13262-958be

DIVERS

Mardi 29. 22H. A l’heure qu’il est, après que des tonnes d’eau ont été injectées depuis les débuts de la catastrophe, le 11 mars,

afin de refroidir les réacteurs ainsi que les piscines de combustible usagé à la centrale de Fukushima, la question se pose désormais

de la pomper. Tout en essayant de la décontaminer au mieux. D’où l’aide proposée par le groupe français Areva, en envoyant notamment

cinq experts spécialisés dans la décontamination des effluents radioactifs.

Pendant ce temps, sans attendre, des physiciens spécialistes du nucléaire (notamment en matière de sécurité et d’armement) commencent

à tirer des « Leçons de Fukushima ». Des leçons pour… l’Asie, selon une tribune publiée par le Pakistanais A.H. Nayyar, à l’université renommée

LUMS de Lahore (Pakistan), avec l’Américano-Pakistanais Zia Mian et l’Indien M.V. Ramana, tous deux actuellement à l’université de Princeton (Etats-Unis).

Le tremblement de terre et le tsunami Mars au Japon ont déjà fait plus de 10.000 morts, et quelques 17.500 personnes sont toujours portées disparues.

Cette catastrophe a été aggravée par la menace persistante de contamination radioactive suite aux accidents survenus sur quatre réacteurs nucléaires sur le site de

Fukushima Daiichi-et des piscines qui contiennent encore actuellement un combustible nucléaire irradié, chaud, très radioactif. Même si l’accident nucléaire est contenu, il est source de

nombreuses leçons pour l’Asie du Sud.

La dépendance vis à vis de l’énergie nucléaire en Asie du Sud est en train de s’accroitre. L’Inde possède 20 réacteurs nucléaires en service, et plusieurs autres en construction,

et des plans pour une expansion importante dans les prochaines décennies. Le Pakistan dispose de deux centrales nucléaires en service, une autre presque terminée, et planifie

la construction de beaucoup d’autres dans les 20 prochaines années. Les deux pays ont également des réacteurs qui font partie de leurs programmes d’armes nucléaires. Le Bangladesh

et le Sri Lanka projettent de construire leurs premiers réacteurs nucléaires.

La première leçon pour les populations et les décideurs d’Asie du Sud Est est que les établissements nucléaires sous-estiment la probabilité de survenue et la gravité des accidents

possibles. Les réacteurs de Fukushima n’étaient pas prêts à faire face au tremblement de terre et au tsunami de la taille de ceux qui ont eu lieu. Un mois avant l’accident, l’usine de

Fukushima a reçu un permis d’exploitation pour 10 ans. L’entreprise Tokyo Electric Power qui possède et exploite les réacteurs, l’agence de sûreté nucléaire au Japon et

le gouvernement japonais lui-même, étaient tous convaincus que les réacteurs étaient en sécurité.

Cette confiance est évidente dans les établissements nucléaires d’Asie du Sud. Après l’accident au Japon, S.K. Jain, le président de la Corporation des compagnies Nucléaires en Inde a

déclaré :  « Nous avons une connaissance totale de la conception des activités sismiques. Les pires événements sismiques et le tsunami ont été pris en considération dans nos

conceptions.  » Les autorités japonaises nucléaires pensaient sans doute de la même façon avant de Fukushima.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans ASIE, Environnement, IDEES - DEBATS - PHILO, Japon | Pas de Commentaire »

Agriculture : La Via Campesina à Berder en Bretagne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Mi-mars, la Confédération paysanne a accueilli la 3ème Conférence Intermédiaire de La Via Campesina, dans la presqu’ile de Berder (golfe du Morbihan).

La Via Campesina est un mouvement international de paysans, de petits et moyens producteurs, de sans-terre, de femmes et de jeunes du milieu rural, de pêcheurs,

de peuples indigènes et de travailleurs agricoles. Elle rassemble à ce jour 148 organisations en provenance de 69 pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe et des Amériques.

En France, c’est la Confédération Paysanne qui en est membre.

La Via Campesina travaille sur différents axes ; la souveraineté alimentaire, la reconnaissance des droits des paysannes et paysans, l’accès à la terre, l’accès à l’eau,

les semences paysannes, la biodiversité sauvage et cultivée, la protection des peuples contre le brevetage du vivant, les pratiques d’agriculture durable, la justice

climatique et environnementale, les migrations, les femmes, le commerce…

À lire sur le site de La Via Campesina : « L’agriculture familiale, paysanne et durable peut nourrir le monde »

 

Source :  syndicat paysan

 

Confédération intermédiaire de La Via Campesina à Berder : Vidéo

Communiqué de presse – 30 mars 2011

Reportage de France 3 Bretagne du 19 mars :

http://www.dailymotion.com/video/xhvz3p

http://www.dailymotion.com/video/xhvz3p_ile-de-berder-conference-de-via-campesina-fr3bretagne_news#from=embed

Du 16 au 21 mars 2011, s’est déroulée la 3è conférence intermédiaire de La Via Campesina. Une centaine de paysans et ruraux du monde entier,

représentants 69 pays et 148 organisations dans le monde étaient présents pour échanger  et croiser leur analyse :

A la fois sur les enjeux politico-économiques au niveau international ; les stratégies de lutte et de résistances des paysans dans le monde.

Avec des personnalités engagées, les paysans ont pû débattre des stratégies altermondialistes pour sortir de cette crise systémique et construire

un autre monde bâti sur les solidarités, la justice, l’égalité entre hommes et femmes, la répartition des richesse, le bien-vivre…

Retrouvez + d’informations dans le n° d’avril de Campagnes solidaires

 

Publié dans Agriculture | Pas de Commentaire »

FN : la manipulation des médias

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Lu sur : FN : la manipulation des médias dans F-Haine img_logo_lgs31 mars 2011


L’attraction extrême-droitière sur les esprits journalistiques faibles.

L’aspirateur FN fonctionne à fond dans les médias.

arton13265-2c7d7 dans POLITIQUE

Maxime VIVAS

 

Globalement à la remorque des leaders frontistes, les médias proches du Pouvoir (et quelques autres) nous bassinent à longueur d’années

les thèmes d’extrême-droite. Parfois, entre les deux tours, ils cognent un peu sur le FN. Quand Jean-Marie Le Pen est sélectionné pour les

présidentielles à la place de Lionel Jospin par exemple.

Cela s’appelle passer des années à fabriquer une bombe et quelques heures à souffler sur la mèche dans un affolement la plupart du temps factice.

C’est que l’extrême-droite leur est moins étrangère que la gauche de la gauche. On a vu comment le Front de Gauche, deuxième parti de gauche

a disparu des médias le soir du premier soir des cantonales (et les jours suivants aussi) et comment ses résultats officiels ont été scindés entre ses

diverses composantes afin que n’apparaisse pas, qu’avec près de 11% des voix en moyenne pour ses candidats, il était peut-être exagéré de ne parler

que des 15, 2 % du FN et de crier au feu (au vote utile).

Il est en tout cas patent que les tripatouillages, lors de l’annonce officielle des résultats par le ministère de l’Intérieur qui a refusé d’enregistrer, pour la première fois, l’étiquette

Front de Gauche, la complicité des grands médias dans cette affaire ne servent ni la démocratie ni l’image que les Français peuvent avoir des journalistes.

Donc, le postulat ici est que les médias, dans leur majorité, s’ils ne souhaitent pas vraiment l’accession du FN au pouvoir, ont les yeux de Chimène pour bien des points de son

programme. En quelque sorte, ils le popularisent bien mieux que ne le font les militants du FN sur les marchés. Pour la démonstration, prenons le cas du plus médiatisé des

journalistes : l’incontournable, Robert Ménard, partout invité, de préférence sans contradicteur.

Que pense-t-il des électeurs du Front national ? « Ce n’est pas que je les comprends, c’est que je les approuve » (« On refait le monde », RTL lundi 21 mars 2011).

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

À  lire également :

http://www.legrandsoir.info/Envers-de-l-Intox-Le-Front-National-en-baisse.html

 

Publié dans F-Haine, POLITIQUE, Presse - Medias, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaire »

Marine Le Pen tient à sa réputation…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2011

Lu sur PCF-Grésivaudan – 31 mars 2011

Toute ressemblance avec des régimes honnis aujourd’hui disparus…

 

Marine Le Pen tient à sa réputation... dans F-Haine no_pasaran_1244838078

par Michel Soudais 

Le Front national (air connu) n’est pas un parti fasciste. Le prétendre, ou même simplement le suggérer,

peut valoir une convocation devant les tribunaux. C’est que Marine Le Pen, comme son père avant elle, tient à sa

réputation. Donc si par un malencontreux hasard un de ses élus apparaît sur une photo en train de faire le salut

nazi, il s’agit forcément d’un « montage effectué par des anarchistes ».

Car Alexandre Gabriac, conseiller régional et candidat dans le canton de Grenoble 6 (Isère) est un garçon tout ce qu’il

y a de plus propre sur lui. D’ailleurs, il est encore candidat dimanche, puisque la semaine dernière il a obtenu 20,3%

avec 664 voix, vu que plus de 70% des électeurs se sont abstenus.


Et c’est bien pour cela que cette histoire de photos (avec un s car il y en a plusieurs) embarrasse le candidat.

Lire la suite

 

Publié dans F-Haine, POLITIQUE | 1 Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy