• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 février 2011

Communiqués de presse de la Conf’

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2011

Source : syndicat paysan

 

Le gouvernement missionne le représentant du lobby semencier

pour supprimer les droits des agriculteurs sur leurs semences

 

Communiqué de presse – 2 fév 2011
Communiqués de presse de la Conf' dans Agriculture 48

C’est avec stupéfaction que la Confédération Paysanne a découvert que le gouvernement a désigné le représentant du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences) pour défendre la position française sur les droits des agriculteurs lors de la prochaine réunion du Traité international sur les semences.

Un point important de l’ordre du jour de la quatrième session de l’Organe Directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture qui se tiendra en Indonésie du 14 au 18 Mars prochain est l’application des droits des agriculteurs sur leurs semences, définis aux articles 6 et 9 du Traité.

Pour défendre la position française sur cette question précise des droits des agriculteurs, le gouvernement français a osé désigner… le directeur des relations extérieures du GNIS…

Lire la suitesuite

 

Le Diester de SOFIPROTEOL ?

Une gigantesque escroquerie qui met toute la société

en péril

Communiqué de presse – 3 fév 2011

4505460282_be2750e36a dans EnvironnementLa société SOFIPROTEOL, présidée par Xavier Beulin, a lancé une vaste  campagne de communication à la gloire de son Diester.  Selon cette campagne, l’utilisation du Diester aurait permis de  réduire, en 2010, les émissions de cinq millions de tonnes  d’équivalent CO².
La Confédération paysanne dénonce cette lecture tronquée de l’étude  ADEME – Bio IS publiée le 8 avril 2010. Cette estimation de  SOFIPROTEOL ne tient pas compte de l’impact sur les émissions de CO² du changement d’affectation des sols consécutif au développement  considérable des cultures à vocation énergétique. Les résultats de  l’étude ADEME Bio -IS montrent qu’après prise en compte de cet effet,  les émissions de gaz à effet de serre sont au contraire augmentées d’une valeur avoisinant les 8 millions de tonnes d’équivalent CO² !
La Confédération paysanne dénonce également le coût exorbitant de cette filière, pourtant dépourvu du moindre intérêt en terme énergétique ou environnemental. Ce coût est supporté pour l’essentiel par l’automobiliste qui paye à la pompe le Diester? beaucoup plus cher que le gasoil, pour une densité énergétique pourtant plus faible, donc une consommation de carburant plus forte à kilométrage parcouru identique.
Le développement des agrocarburants en France et dans le monde est une des causes majeures de la flambée des prix des matières premières agricoles, il met en péril le revenu des éleveurs ici et met en péril l’accès à la nourriture pour des millions d’être humains dans le monde.
Cette campagne de promotion de Sofiprotéol est un scandale.

 

Publié dans Agriculture, Environnement, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Nicolas Sarkozy, « délinquant constitutionnel récidiviste »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2011

Source : ldh-france – 4 février 2011

Auteur de l’article : LDH

Un délinquant constitutionnel récidiviste

Communiqué LDH

Pour la troisième fois en quelques années, Nicolas Sarkozy vient de violer sciemment la norme constitutionnelle la plus fondamentale de la République : la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen.

De même qu’il avait désigné Yvan Colonna comme le meurtrier du préfet Erignac avant même qu’aucune autorité judiciaire n’ait examiné le dossier – lequel n’est toujours pas clos –, de même qu’il avait désigné Dominique de Villepin comme le commanditaire des faux de l’affaire Clearstream plusieurs semaines avant le procès – qui a d’ailleurs démenti ce « pré-jugement » –, il vient de qualifier la personne arrêtée dans l’affaire du meurtre de la jeune Laëtitia de « présumé coupable », en répétant volontairement cette qualification qui annule toute différence entre interrogatoire policier et condamnation judiciaire.

Le président de la République, que l’article 5 de la Constitution charge de veiller au respect de la Constitution et dont l’article 64 de cette même Constitution fait le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, vient ainsi de se substituer une fois encore aux juges indépendants pour décider de l’innocence ou de la culpabilité d’une personne soupçonnée d’un crime.

Ainsi, non seulement il accuse mensongèrement magistrats et policiers d’avoir manqué aux devoirs de leur charge – alors que c’est la politique qu’il mène depuis des années qui empêche le suivi efficace des personnes déjà condamnées en privant de moyens ceux qui y travaillent réellement –, mais il viole délibérément l’article 8 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen qui garantit constitutionnellement la présomption d’innocence, c’est-à-dire le droit à être jugé dans des conditions conformes à l’état de droit et non désigné publiquement à la vindicte populaire.

Dans toute autre démocratie, un tel comportement serait considéré comme incompatible avec l’exercice de responsabilités politiques au plus haut niveau de l’État.

L’article 68 de la Constitution prévoit que le président de la République relève de la Haute Cour « en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Si la violation délibérée et répétée de la séparation des pouvoirs et d’un des principes constitutionnels les plus fondamentaux de la République ne relève pas de cette procédure, quel niveau de délinquance constitutionnelle faudra-t-il atteindre pour mettre fin à l’impunité présidentielle en la matière ?

La Ligue des droits de l’Homme, qui assure magistrats et policiers de son soutien face à la calomnie, rappelle que « toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » (article 16 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen). Le respect des lois et de l’ordre public ne se divise pas. Il est gravement menacé lorsque ceux qui ont la charge de le garantir donnent l’exemple de sa méconnaissance.

Paris, le 4 février 2011

Publié dans Democratie, LIBERTES, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy