• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Stéphane Guillon sur France 2

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

Invité mardi 17 janvier des « 5 dernières minutes » du JT de 13 H, Stéphane Guillon était en très grande forme.

Un vrai régal !

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=Hi9o_LjcZ3A&feature=player_embedded#!

Importé par livesexfilm

 

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent invité des « 4 Vérités » sur France2

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

 

http://www.dailymotion.com/video/xgnzwr

 

Publié dans PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Éducation : STOP À LA SAIGNÉE !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

Source :PCF Nord

16 000 postes d’enseignants supprimés

STOP A LA SAIGNÉE !

 

A l’appel du SNES-FSU, une manifestation est prévue ce samedi 22 janvier à 14H30 – porte de Paris à Lille.

Ci-joint le tract annonçant la suppression de 16 000 postes d’enseignants en France.

Le tract :

Le gouvernement poursuit son entreprise d’instauration d’une école à plusieurs vitesses. Il veut supprimer à la rentrée 2011, 16 000 postes d’enseignants. Cela ferait 66 400 postes supprimés depuis le début du quinquennat, soit 8% des effectifs ! L’État répond ainsi au dogme libéral de la baisse des dépenses publiques. Or, cela ne répond en rien aux besoins réels des populations.

 

télécharger :

PDF - 141.2 ko16 000 POSTES SUPPRIMES (pdf)

 

Publié dans Education nationale, PCF | Pas de Commentaire »

HaÏti : Intervention de Jacky Hénin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

HaÏti : Intervention de Jacky Hénin dans Grandes Antilles humanitefr le 19 Janvier 2011

Intervention de Jacky Hénin,

Député européen du Front de Gauche, sur la Situation en Haïti

 

« Il y a un an à peine, Haïti et son peuple était victime d’une terrible catastrophe. Partout la désolation et la mort. Qu’il nous soit permis de saluer: le courage du peuple Haïtien, et l’élan mondial de solidarité populaire en faveur des sinistrés.

Je veux également ici remercier solennellement l’Etat et le peuple Cubain pour leur aide. Un engagement efficace et sans arrière pensée. A ce jour,  la brigade médicale cubaine a soigné plus de 50000 cas de choléra,  permis la reconstruction de 76 centres de santés et hôpitaux, opérés de nombreux haïtiens,… . Même un pays comme la Norvège a souhaité demander à Cuba d’intervenir en ces lieux et place.

L’Union européenne et les États-Unis ferait bien de s’inspirer de l’exemple cubain plutôt que de se complaire derrière des mises en scène médiatiques, qui en définitif sert avant tout leurs intérêts économiques et politiques au détriment d’une reconstruction durable de l’Etat Haïtien et de son économie. Rappelons qu’il a fallu que la pire des catastrophes ait lieu pour qu’enfin la Banque mondiale et le FMI se décident à annuler la dette d’Haïti.

Ce qui se passe à Haïti montre les limites du fonctionnement actuel de l’ONU. A Haïti, l’ingérence humanitaire montre son incapacité à mettre en œuvre des solutions durables pour les populations.

11,5 milliards de dollars ont été promis par la Communauté internationale pour la reconstruction du pays.

Quelle part de cette aide est effectivement arrivée sur le terrain ? Qui décidera des objectifs ? Reste à savoir de quelle reconstruction on parle? Va-t-on voir une nouvelle fois, un peuple mis au chômage, regarder de grandes entreprises multinationales reconstruire leur pays ?

L’Union européenne ne doit pas s’inscrire dans une vision paternaliste ou néocolonialiste. Le peuple Haïtien a été le premier au monde à s’émanciper du colonialisme français. Aujourd’hui, en raison des crimes contre l’Humanité que constituent l’esclavagisme et le colonialisme, l’Union européenne et en particulier la France ont une dette morale, politique et économique vis-à-vis d’Haïti, Il nous faut honorer cette dette d’honneur ».

 

Publié dans Grandes Antilles, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Invitation de la LDH Maubeuge Sambre-Avesnois : « Pacte pour les droits et la citoyenneté »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

Courriel

Vous avez des problèmes

 

  • de droit au logement
  • d’accès à la santé
  • d’accès à l’éducation
  • de formation professionnelle
  • de discrimination(s)
  • de violences sur le personne …

 

Venez en débattre avec la Ligue des Droits de l’Homme

Vendredi 4 février 2011 – 19 heures

Mairie de Maubeuge

 

afin d’apporter votre vécu au

« Pacte pour les droits et la citoyenneté »

conduisant à un nouveau « vivre ensemble »

 

L’avenir et l’espoir ne sont pas écrits à l’avance,

il nous appartient de les faire vivre auprès des élus

 

Publié dans INFOS | Pas de Commentaire »

« Vivre Ensemble »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

 

5 février 2011 : 20e Fête interculturelle

 20mefteinterculturelle.jpg

 

Publié dans INFOS | Pas de Commentaire »

Éric Verhaeghe : « Pourquoi je claque la porte du Medef »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2011

Éric Verhaeghe : « Pourquoi je claque la porte du Medef »  dans ECONOMIE 20 janvier 2011Entretien réalisé 
par Thomas Lemahieu

verha.jpgPatronat

Éric Verhaeghe : « Pourquoi je claque la porte du Medef » 

 

Le MEDEF parle d’un monde qui n’existe pas

Non, le coût du travail n’est pas trop élevé, c’est la rapacité de l’oligarchie qu’il faut attaquer ! Ex-directeur des affaires sociales de la fédération patronale des assurances, Éric 
Verhaeghe claque la porte du Medef. Il dénonce une doctrine économique qui met en péril la société et la démocratie.

Vous venez de quitter avec fracas le Medef que vous représentiez dans de nombreux organismes paritaires comme, par exemple, l’Apec, la Cnav ou encore l’Unedic. Dans le même élan, vous publiez un livre dans lequel vous remettez en cause, un à un, tous les dogmes économiques du patronat. Quel a été le déclic ?

Éric Verhaeghe. J’ai voulu exercer un droit d’inventaire sur la pensée économique dominante depuis quarante ans. Né à la fin des années 1960, je suis d’une génération qui n’a jamais connu que la crise, une génération qui a vécu dans la nostalgie des Trente Glorieuses. Avec l’implosion du modèle soviétique, quand l’économie de marché est restée comme seul système global, il y a eu un pari : plus on développera ce système, plus vite on arrivera à l’essence du marché en concurrence libre et parfaite, plus vite on sera prospère et on renouera facilement avec la croissance des Trente Glorieuses. Pendant la décennie 1980, on a fait de la privatisation à tout-va ; pendant la décennie 1990, on a abaissé le coût du travail – on a quand même dépensé 1,5 point de PIB en allégements de charges… Le résultat est terrible. En réalité, au bout de quarante ans, non seulement ça ne va pas mieux, mais au contraire, le système est en train de s’autodétruire. Cette crise n’est pas imputable à la rigidité du marché, mais au contraire, à sa flexibilité. Cela oblige à remettre en cause nos vieilles croyances. Collectivement, les élites de ce pays ne peuvent plus continuer à soutenir que les recettes d’avant 2008 vont nous sortir du marasme, elles sont la cause de la crise !

«Prédateurs», «nomenklatura capitaliste», «médias stipendiés par le pouvoir»… Ce vocabulaire fleuri auquel vous recourez dans votre livre peut surprendre venant d’un acteur du système…

Éric Verhaeghe. Ce sont les mots de quelqu’un qui a vu… Aujourd’hui, chacun doit prendre sa responsabilité. Je m’adresse aux citoyens. Et les patrons sont des citoyens, aussi. Croire que travailler dans l’univers patronal signifie endosser forcément des doctrines qui sont dangereuses pour l’économie de marché est une erreur. Et je dis très clairement qu’aujourd’hui la doctrine du Medef est dangereuse parce qu’elle est potentiellement productrice d’un risque systémique. À mes yeux, ce qui ressort de la crise de 2008, c’est que la pérennité de l’économie de marché tient beaucoup plus aux salariés qu’à leurs patrons.

En démontant les impératifs catégoriques de la modération salariale et des baisses d’impôts, vous vous attaquez au cœur des revendications traditionnelles du patronat. 
Le Medef n’est donc pas aussi « réaliste » qu’il le prétend ?

Éric Verhaeghe. Le Medef de Laurence Parisot nous parle d’un monde qui n’existe pas. Il nous parle de gens trop payés, d’un État qui a trop de recettes fiscales, il fait un certain nombre d’observations économiques qui sont totalement à côté de la plaque. Je me souviens d’une réunion, au mois de novembre 2008, sur la protection sociale, où les patrons présents se sont livrés à un exercice de comparaison de leurs retraites chapeau. Ce jour-là, on avait sorti un listing avec les 500 plus grosses retraites chapeau de France, et la seule question qui se posait, c’était : qui est dans le top 100 ? La réalité de la France, aujourd’hui, la voilà : d’un côté, des salariés qui ont envie que ça marche, et de l’autre, un certain nombre de patrons dont la première préoccupation en temps de crise est de vérifier qu’ils sont mieux payés que les autres. J’appelle ça le syndrome « 10 mai 1940 » : en pleine tourmente, l’obsession de l’état-major est de s’occuper de ses prébendes. Est-ce que mes mots sont durs ? Oui, ils le sont, mais parce que la réalité l’est  !

[...]

Singulier parcours d’un affranchi

« Vous n’arriverez pas à me mettre dans une petite case », parie Éric Verhaeghe. Fils d’ouvrier grandi à Liège (Belgique), puisant dans la Révolution de 1789 une bonne partie de ses références politiques – « La France, c’était ça pour moi, le peuple qui s’affranchit de la tyrannie », écrit-il –, ce quarantenaire, au service de la FFSA et du Medef depuis 2007, a gardé de son parcours de haut fonctionnaire passé par l’ENA une certaine conception de l’intérêt général. Jusqu’ici tout va bien !, le livre qu’il vient de sortir aux Éditions Jacob-Duvernet (19,90 euros), en témoigne à foison.

[Article complet sur : humanite.fr/]

 

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Nouvelle attaque contre les services publics : l’UMP veut supprimer le statut de fonctionnaire !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2011

Lu sur : Nouvelle attaque contre les services publics : l'UMP veut supprimer le statut de fonctionnaire ! dans Fonction publique dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster)19 janvier 2011

Alerte : l’UMP veut supprimer les fonctionnaires !

Auteur : Olivier Bonnet - Source : Plume de Presse

80% des personnels de la Fonction publique bientôt sans statut de fonctionnaire ? Question subsidiaire : à quoi joue la CFDT ?

Ah mais ils ne cesseront donc jamais à la fin, qu’on est obligé de se demander chaque matin ce qu’ils vont encore inventer pour soumettre cette pauvre France à leurs démembrements et saccages libéraux ! Aujourd’hui, c’est l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa) section Finances et industrie qui sonne l’alerte. Au vu de la gravité du sujet, nous reproduisons le communiqué in extenso.

L’UMP dépose une loi pour supprimer le statut de la fonction publique à 80% des personnels !

«Après les déclarations de M. Jacob, Copé et compagnie sur la volonté de supprimer la garantie de l’emploi dans la Fonction Publique, l’UMP met ses menaces à exécution en déposant une proposition de loi voulant réduire à la portion congrue les bénéficiaires du statut de fonctionnaire. Cette proposition, consultable sur le site de l’Assemblée Nationale, a été déposée le 13 janvier 2011 par M. Mancel, mentor de M. Woerth dans les années 90. L’exposé précise qu’une «telle mesure viendrait renforcer la volonté de rationalisation des dépenses de l’État». En d’autres termes : ça permettrait de licencier à tour de bras au lieu de se limiter au non remplacement d’un départ sur 2. Par ailleurs, la volonté serait d’offrir des passerelles entre public et privé. Il est évident qu’il s’agit de faciliter la privatisation de secteurs entiers grâce à la tristement célèbre méthode France Télécom (même droit d’option pour ceux en place, droit privé pour les entrants).

L’Unsa Finances et Industrie s’insurge contre cette nouvelle attaque visant la Fonction Publique. Faut-il encore rappeler que la garantie de l’emploi est ce qui assure une indépendance politique et donc une neutralité des fonctionnaires ? Faut-il rappeler que le statut a permis de quasiment supprimer la corruption en France alors que tant d’autres pays ne sortent pas de cette plaie ? Le pragmatisme veut que le statut de la Fonction Publique soit conservé et étendu à toute personne travaillant pour l’unicité et l’accès à tous aux services essentiels comme l’éducation, la culture, la communication, l’énergie… Se limiter aux seules fonctions dites régaliennes est de courte vue et dangereux pour tous les citoyens ! »

checopie.jpgLe communiqué comporte un ajoût, en forme de coup de griffe au leader de la CFDT : « Dans une dépêche AFP du 17 janvier 2011, M. Chérèque a distingué les « fonctions régaliennes à maintenir sous l’autorité directe de l’Etat » (police, armée, justice) et « l’ensemble des autres missions », conduites « par le public ou par des opérateurs privés », pour lesquelles « l’Etat doit assurer contrôle, évaluation et péréquation ». « Une mission de service public ne se résume pas à la forme juridique de l’entreprise ou au statut du personnel » et « un salarié du privé qui assure une mission de service public n’est pas moins républicain qu’un fonctionnaire qui effectue la même tâche », a-t-il ajouté. Nous ne pouvons que nous inquiéter de cette déclaration au moment où l’UMP dépose une loi qui va dans le même sens. Si la CFDT collabore à la suppression du statut pour 80% des emplois de la fonction publique, ça va devenir dur à défendre. Si les intentions de l’UMP sont claires (réduire les dépenses de manière comptable, augmenter les opportunités de profit de ceux qui ont les moyens de les exploiter, réduire les contre-pouvoirs dont la neutralité politique des fonctionnaires), celles de la CFDT le sont moins. Le problème, c’est qu’en abondant dans le sens de l’UMP, Chérèque soutient de fait les objectifs de l’UMP rappelés ci-dessus. Encore une raison de s’indigner ! » Confédération Française Des Traîtres ?

L’illustration représentant François Chérèque provient du blog de Raphael Jornet sur Mediapart.

kiosque2 dans Politique nationale

 

Soutenez ce blog ! Votre serviteur, journaliste au chômage, tente le pari de vivre grâce à plumedepresse : pour deux euros, rejoignez le Club des plumonautes en vous abonnant pour un mois au Kiosque permanent, le rendez-vous pluri-quotidien de notre revue de Web, actualisée en temps réel six jours sur sept. Cliquez sur le kiosque ci-contre !


 

Publié dans Fonction publique, Politique nationale, SERVICES PUBLICS, Syndicats, UMP | Pas de Commentaire »

L’agence de notation financière préfère Ben Ali !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2011

Site national du PCF19 janvier 2011 – Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Tunisie : La bonne note de Moody’s à Ben Ali

L'agence de notation financière préfère Ben Ali ! dans ECONOMIE bourse01

L’agence de notation financière Moody’s vient de baisser la note de la Tunisie. Une note qui sanctionne le niveau de confiance des marchés financiers dans l’économie d’un pays. Quel cynisme!

Preuve est faite, s’il fallait en douter, que les marchés financiers préfèrent les dictateurs et n’aiment pas la démocratie. Quoi de plus confortable qu’un pouvoir fort et non-démocratique pour faire ses petites et grandes affaires en toute tranquillité. La démocratie, c’est bien connue, c’est dangereux pour les affaires.On comprend mieux l’empressement du gouvernement français à proposer ses services et son expérience en matière de maintien de l’ordre par la voix de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères. Droits de l’homme ou recherche du profit ? L’agence Moody’s a choisi : elle préfère Ben Ali.

 

Publié dans ECONOMIE, PCF, POLITIQUE, Tunisie | Pas de Commentaire »

Portrait du marché du travail en 2009 : Les jeunes particulièrement touchés par le chômage et le sous-emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 janvier 2011

 

Le nombre de chômeurs de 15 à 24 ans augmente de 27 %

 

Portrait du marché du travail en 2009 : Les jeunes particulièrement touchés par le chômage et le sous-emploi dans ECONOMIE 18 janvier 2011 – Clotilde Mathieu

Économie – Des clés pour comprendre

Les jeunes s’enlisent dans le travail précaire 

 

placedeprecarite.jpgPrécarité, sous-emploi, mobilité accrue, chômage… les jeunes de moins de 25 ans subissent la mutation du marché du travail, révèle une étude publiée récemment par l’Insee.

Le portrait du marché du travail de l’année 2009, publié le 13 janvier dernier par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), montre à quel point les bouleversements qui s’opèrent sur le marché du travail enferment les jeunes salariés dans la précarité.

Premier constat : quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, les jeunes occupent des postes de travail moins stables (que la moyenne). L’Insee relève que la moitié des salariés embauchés en CDD, stage ou apprentissage ont moins de 29 ans. Parmi les moins de 25 ans, la part de ces contrats est de 49,7 %, alors que pour l’ensemble des salariés, ils ne représentent que 12,6 %.

Cette précarisation est conditionnée par le secteur d’activité dans lequel les jeunes travaillent.

Ainsi, ils se trouvent plus souvent dans la construction qui emploie plus d’un jeune sur dix, contre un senior sur vingt. Dans ce secteur, le turnover reste soutenu : « 11,4 % des personnes ayant un emploi travaillent dans leur entreprise depuis moins d’un an », précise l’Insee. Il en va de même dans le tertiaire où l’instabilité est forte. Ou encore dans les activités de commerce, de la réparation d’automobiles et de motocycles, qui concentrent 20 % des jeunes salariés. Ils sont proportionnellement trois fois plus nombreux que ceux de « 50 ans et plus » dans l’hébergement et la restauration : 8 % des jeunes y travaillent, contre 3 % des seniors. Dans cette branche du secteur tertiaire, 21 % des emplois sont occupés par des personnes ayant moins d’un an d’ancienneté. À l’inverse, les jeunes sont moins nombreux dans le secteur public ou dans l’industrie où l’emploi est plus stable.

Par ailleurs, les jeunes salariés sont nombreux en situation de sous-emploi.

Selon les classes d’âge, le taux de sous-emploi passe de 10,1 % pour les moins de 25 ans contre 4,8 % chez les 50 ans et plus. Ce taux varie nettement selon la catégorie socioprofessionnelle. Il est ainsi plus élevé parmi les employés (10,3 %) et les ouvriers (5,2 %) que parmi les cadres (2 %).

Le sous-emploi sévit donc presque exclusivement dans le tertiaire. De fait, le poids de ce secteur dans le marché de l’emploi augmente l’insécurité professionnelle chez les salariés, particulièrement les moins qualifiés, donc les plus jeunes. Au final, la photographie du marché du travail en 2009 confirme le développement et l’accélération de la progression des travailleurs pau­vres.

 

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

1...34567...13
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy