• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 30 janvier 2011

Privatisation ferroviaire : voilà ce qui risque d’arriver chez nous !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2011

Lu sur : Privatisation ferroviaire : voilà ce qui risque d'arriver chez nous ! dans EUROPE dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) – 30 janvier 2010

 

La hantise des cheminots vient de se produire en Allemagne.

 

Auteur : Canaille le Rouge - Source : Le blog de Canaille le Rouge

http://s1.lemde.fr/image/2011/01/30/540x270/1472702_3_f28d_un-train-de-voyageurs-et-un-train-de.jpg

Deux compagnies privées en cause, une ligne à voie unique, un face à face, des morts des blessés.

« Les causes de l’accident sont pour l’instant inconnues », a déclaré le porte-parole pour la région Nord-Est du groupe Veolia, qui exploite la ligne HEX.

Le tronçon entre Magdebourg et Halberstadt, où a eu lieu l’accident, est une voie unique et des travaux y étaient prévus dans la nuit de samedi à dimanche. Le trafic ferroviaire y a été entièrement interrompu et des bus ont pris le relais. Le porte-parole de Veolia ignorait le nombre exact de personnes se trouvant à bord au moment de la collision. Le train de marchandises appartiendrait lui aussi à une entreprise privée. (La Presse)

Des premières informations parcellaires qui arrivent, on sait déjà que cela s’est produit sur une de ces lignes souffrant de sous-investissements aussi chroniques que dramatiques sur un réseau livré aux appétits des grands groupes lors de la réunification allemande, une ligne sur laquelle roulent de multiples opérateurs (Ici au moins 3 compagnies sont concernées).

Un transport ferroviaire organisé en fonction de la directive Européenne 91440 et de ses suites : bienfaits de la privatisation prônée par l’Union Européenne et son dogme imbécile de la concurrence libre et non faussée pour mettre fin aux monopoles publics (pas fin du branchement de l’argent public pour les monopoles privés : c’est Veolia qui est en cause). La DB publique, comme la SNCF en France, n’était pas à l’abri d’accident (souvenons-nous de Flaujac et le sous investissement en matière de sécurité et le manque de personnel sur ces lignes à voie unique qui avaient conduit à la catastrophe).

L’alibi idéologique libéral de considérer qu’une voie ferrée est comme une route nationale où chacun accède comme il le veut, du point de vue de la sécurité circulation, n’est pas tenable. Il porte structurellement ce genre de catastrophe. Surtout quand de plus formation, absence de contrôle par les IRP (Prérogatives des CHSCT), pressions sur des personnels polyvalents isolés, moins qualifiés parce que formés…, démultiplient les risques. La menace de sanctions judiciaires pour une éventuelle faute humaine qui n’est pas relevée  en l’état de l’enquête : les autorités ont de suite affiché une grande prudence lors d’une conférence de presse. « Nous serions tous bien inspirés » de ne rien conclure trop vite », a lancé le ministre de l’Intérieur Holger Hövelmann. », ne remplacera jamais une bonne formation initiale et des garanties statutaires qui permettent de s’affranchir de la pression des « manageurs » : un train de container ça doit arriver où l’attend le client, sinon il y a des pénalités etc.

L’Allemagne qui a été en pointe dans la course à la privatisation ferroviaire en Europe, les nouveaux entrants qui se gavent des financements et n’entretiennent que peu conduisent à cela. C’est ce modèle qu’on veut nous faire avaler de force et que les cheminots contestent en permanence. Pourtant l’expérience anglaise devrait ouvrir les yeux de ceux qui ne les abritent pas derrières les coffres forts. Cela ne servira pas de leçons aux doctrinaires du démantèlement des services publics. C’est bien en terme de luttes sociales et politiques que la question est posée.

Au plan social, les cheminots ne sont pas les derniers à agir.

Au plan politique quel organisation ou parti propose la suppression de RFF, la réunification du système ferroviaire et toutes ses activités nationale, régionale et locale, voyageurs et marchandises avec un opérateur unique d’un système intégré de transport, la mise sous maitrise publique totale avec une réappropriation collective intégrant le statut des personnels et les droits des usagers ?

 

Publié dans EUROPE, INFOS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Offensive de N. Sarkozy, de la droite et du Medef contre la Sécurité sociale solidaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2011

Source : Le blog de Gérard Filoche - 30 janvier 2011

Auteur : Jean-Jacques Chavigné

Des pans entiers de la Sécurité sociale livrés aux assurances privées (1)

46 millions d’habitants des États-Unis ne disposent, aujourd’hui, de strictement aucune assurance maladie. La réforme de l’assurance maladie annoncée dans le programme de Barak Obama devait permettre d’en finir avec cette dramatique anomalie dans le pays le plus riche du monde.

C’était sans compter avec le lobby des assurances privées qui a réussi à faire reculer Obama et à lui faire abandonner son projet d’accroître largement la part des financements publics de l’assurance santé. Il lui a fallu, pour l’essentiel de sa réforme, s’en remettre aux assurances privées et à quelques mesures régulatrices. Résultats, selon deux chercheurs de l’OFCE, Christine Rifflart et Vincent Touzé[1] : cette réforme laisserait toujours, en 2019, « 23 millions de résidents américains sans assurance ».

Et ce n’est pas fini, le lobby des assureurs privés qui a largement contribué au financement des « Tea parties » et de la victoire des Républicains à la chambre des Représentants compte bien maintenant sur ces nouveaux élus pour détricoter, un à un, tous les fils de la fragile réforme d’Obama.

La leçon de cette courte histoire est évidente : quand la santé d’un pays est entre les pattes des assurances privées, il est extrêmement difficile de leur faire lâcher prise quelque en soit l’intérêt pour la santé publique. C’est pourtant le moment que choisissent Sarkozy et son gouvernement pour tenter de livrer aux assureurs privés des pans entiers de notre Sécurité sociale.

[...]

Le financement de la dépendance et le début de la fin du monopole de la Sécu

 

Le 16 novembre dernier, Nicolas Sarkozy annonçait que le chantier du financement de la dépendance serait bouclé à l’automne 2011.  L’intervention de Sarkozy avait bien commencé. Il s’agissait, affirmait-il, de créer une nouvelle branche de la Sécurité sociale, un « 5ème risque » qui viendrait s’ajouter à la retraite, la famille, la santé et aux accidents du travail. « Une première fois depuis la Libération » soulignait le président.

Elle continuait plutôt mal car Sarkozy refusait d’emblée toute augmentation des cotisations sociales, toute augmentation de ce qu’il appelle les « prélèvements obligatoires ». Un concept forgé de toutes pièces par les néolibéraux et qui n’a de sens que pour ces derniers et les intérêts qu’ils défendent. Qui, à par eux, en effet, souhaiterait que sa retraite ou ses dépenses de santé soient financées par des prélèvements facultatifs et donc aléatoires ?

L’augmentation de la CSG et des cotisations sociales patronales étant exclue, il ne resterait plus  que trois solutions. Faire payer les familles. Permettre à la Sécurité de récupérer les sommes avancées sur les successions des personnes dépendantes. Avoir recours aux assurances privées.

Mais toutes les familles ne pourront pas payer. Beaucoup de successions ne rapporteront rien et de nombreuses personnes ne pourront s’acquitter des primes d’assurance. Il faudra donc faire appel à un financement public pour les plus démunis. Plusieurs députés UMP ont déjà proposé une nouvelle « journée de solidarité », un nouveau lundi de Pentecôte travaillé mais non payé, ce qui reviendrait à faire financer la part publique du financement de la dépendance par les seuls salariés.

L’intervention de Sarkozy se terminait très mal car il ne résistait pas au désir de marquer sa préférence pour le recours aux assurances privées. La dépendance des personnes âgées, affirmait-il,  est « le plus souvent un risque assurable qui peut être couvert en partie par des produits financiers innovants ». « Innovants » signifie, dans le langage codé des néolibéraux,  qu’une incitation fiscale viendrait encourager la souscription d’une assurance privée. Visiblement, le déficit budgétaire et la dette publique ne pèsent plus très lourd  aux yeux de la droite quand il s’agit d’accroître les profits de la banque-assurance.

Cette piste a été largement reprise par le rapport que la députée UMP Valérie Rosso-Debord vient de présenter au Parlement et qui propose de rendre obligatoire, dès l’âge de 50 ans, la souscription d’une assurance perte d’autonomie auprès de sociétés d’assurances ou de mutuelles.

C’est aux deux bouts de la chaîne, d’ailleurs, que les capitaux privés veulent recueillir le pactole de ce qu’elles appellent, avec cette belle absence de cynisme qui est leur trait distinctif, « l’or gris ». Depuis un certain temps déjà,  en effet, le secteur privé met la main sur une part croissante de l’accueil en maison de retraites. Selon la Fédération hospitalière de France (FHF), entre 2003 et 2007 les places dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes « ont été créées à 61 % par des établissements privés ». Le refus de créer suffisamment de places dans le secteur public pour répondre aux besoins sociaux fait le jeu des intérêts privés alors que les sommes restant à la charge des personnes accueillies s’élèvent, en moyenne, à 1 430 euros par mois dans le secteur public et à 2 007 euros dans le secteur privé. Partout, sous l’impact de la concurrence, les ratios d’encadrement minimal en personnel sont battus en brèche. Le bien-être des personnes âgées dépendantes n’est plus qu’un objectif secondaire, la rémunération des actionnaires devient la priorité et impose rapidement sa loi au secteur privé comme au secteur public.

La proposition de Nicolas Sarkozy est donc particulièrement inquiétante. D’autant plus inquiétante que risque de s’ouvrir la possibilité pour les assurances privées (sociétés d’assurances et mutuelles) de financer la dépendance dès le premier euro.

Une telle solution  signifierait le début de la fin du monopole de la Sécurité sociale, sous prétexte d’instaurer une cinquième branche ! Elle constituerait un danger immédiat non seulement pour le financement de la dépendance mais aussi pour celui de l’Assurance maladie. Cela fait des années, en effet, que les assurances privées refusent d’être des « payeurs aveugles » et exigent de pouvoir financer les dépenses de santé dès le premier euro afin d’avoir les moyens de structurer leurs propres réseaux de soins, avec leurs médecins, leurs kinés, leurs cliniques, leurs centres d’imagerie médicale, leurs propres critères de remboursement et de prise en charge…

Un aperçu, même rapide, de l’évolution du système des Health Maintenance Organizations (HMO), des réseaux de soins mis en place aux États-Unis par les compagnies d’assurance devrait pourtant nous vacciner à tout jamais contre une telle catastrophe.

[Lire l’article complet sur : filoche.net/]

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, PRECARITE, SANTE | Pas de Commentaire »

Biologistes en colère : Pétition pour le maintien du service de proximité d’un laboratoire libre et humain

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2011

Source : touchepasamonlabo.com/

agrandir l’affiche

Biologistes en colère : Pétition pour le maintien du service de proximité d’un laboratoire libre et humain dans Chomage impage5small

Le gouvernement français, par décision d’ordonnance (ordonnance 2010- 49 signée par le président de la république et publiée le 13 janvier 2010), offre l’ activité des laboratoires d’ analyses médicales aux financiers, responsables avérés de la grave crise que nous traversons.

En effet cette réforme a été préparée dans la confidentialité, immédiatement applicable après sa parution, et sans peu de débat parlementaire, alors qu’aucune urgence ne justifiait cette procédure d’exception, si ce n’est visiblement une motivation financière.

Le scandale du MEDIATOR révèle les influences et parti-pris qui ont entouré les décisions concernant ce médicament.

Il a été dévoilé par l’initiative isolée d’un médecin, alors que cela nous donne l’exemple à suivre, et de l’espoir pour notre combat.

Il permet comprendre indirectement le scénario de la réforme de la biologie.

Mêmes influences pour un même but, celui d’ d’enrichir une poignée de nantis, quitte à dégrader le service de santé au patient et nuire à toute une profession.

[Lire la suite sur : touchepasamonlabo.com/]

[Signer la pétition]

 

Publié dans Chomage, POLITIQUE, Politique nationale, PRECARITE, SANTE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy