L’Humanité : entretien avec Wolinski

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2011

L'Humanité : entretien avec Wolinski   dans Dessin de presse logo-huma 28 janvier 2011

Rencontre – Humour 

Wolinski : « Le désir, c’est encore mieux que le plaisir ! » 

 

wolinski0.jpgDimanche soir, Arte diffuse J’étais un sale phallocrate, portrait de Georges Wolinski qui, depuis 1960, dessine la société en regardant sous la couette. Une vie de travail et de rires.

Entretien réalisé par 
Marion d’Allard

Dimanche soir, 
Arte diffuse J’étais 
un sale phallocrate, 
un documentaire 
dont vous êtes le personnage central. Comment 
ce projet est-il né ?

Georges Wolinski. Depuis près de vingt ans, j’entretiens d’excellentes relations avec Jérôme Clément (ancien directeur d’Arte – NDLR). J’ai même participé à la création de la chaîne à Strasbourg. Pendant qu’Arte faisait son « vernissage », je faisais des dessins. J’étais un sale phallocrate est un projet de Gloria Film auquel Arte s’est très vite associé. Ce n’est pas le premier film que l’on fait sur moi, je crois qu’il y en a eu trois avant celui-ci. C’est un bon film et, finalement, c’est moi qui suis le moins bien. Je me suis trouvé vieillissant et radoteur ! Mais parler, ce n’est pas mon métier.

Justement, quel est-il votre métier ?

Georges Wolinski. Mon métier, c’est de chercher des idées. J’ai passé toute ma vie à chercher des idées comme un cochon cherche des truffes. Chercher, ça évite de penser, de ressasser, d’avoir peur, c’est rassurant de chercher. Voilà mon métier. Un dessinateur de presse parle de l’actualité, des événements qui nous entourent et de la société dans laquelle nous vivons. Je suis humoriste et je parle de tout ça. Mais, attention, il ne faut pas confondre les humoristes et les caricaturistes, ce n’est pas la même chose. Un humoriste est un peu philosophe, un peu penseur, c’est un petit peu plus que de faire quelques dessins dans des journaux. Le but, c’est de faire – ce que j’ai fait à l’Humanité pendant des années – un dessin très simple dans lequel les lecteurs puissent se retrouver. Quand on regarde un dessin, d’abord on sourit, ensuite on se dit : « Tiens ? il a raison. »

Faut-il toujours être un peu insolent lorsqu’on est humoriste ?

Georges Wolinski. L’humoriste est forcément insolent. Mais il n’est pas forcément mal élevé et, surtout, il n’est jamais méchant. L’humour, ce n’est pas méchant ! C’est juste une façon de voir le monde et de ne pas croire tout ce qu’on nous raconte. Je pense en particulier aux religions. Vous savez, chaque fois que j’assiste à un sermon, je suis atterré par la bêtise des prêtres, ou plutôt, par la bêtise de ce qu’ils racontent. Certaines choses sont pour le moment inexplicables et comme c’est très difficile à admettre, les religions ont cru aider les hommes en leur mentant, en leur racontant des histoires pour pallier la peur de la mort, de l’infini, du néant… Je ne crois en rien. Mes dessins traduisent ça avec toujours le droit de rire et de faire rire de tout.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy