• Accueil
  • > SOCIAL
  • > BTP : Plan de bataille de la CGT pour la reconnaissance de la pénibilité

BTP : Plan de bataille de la CGT pour la reconnaissance de la pénibilité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2011

BTP : Plan de bataille de la CGT pour la reconnaissance de la pénibilité dans SOCIAL 15 janvier 2011 – Olivier Mayer

Construction

Pénibilité, la CGT reste mobilisée

 

Plan de bataille des cégétistes du BTP pour la reconnaissance de la nocivité du bitume.

« Je suis grutier et à cinquante-six ans, et je ne peux plus travailler. Je suis cassé de partout, mais mon cas n’entre pas dans le tableau des maladies professionnelles ! » Le feu roulant des témoignages secoue le premier congrès de la fédération CGT des salariés de la construction, du bois et de l’ameublement (FNSCBA) qui s’est terminé hier, à Nantes. Les 350 délégués ont montré qu’après la mobilisation sur les retraites, la conflictualité reste grande. Et parmi les revendications, la reconnaissance de la pénibilité tient la corde. Elle a véritablement émergé du conflit, cet automne.

Travailler dans la construction au-delà de soixante ans paraît une absurdité. Personne ne conteste la pénibilité des métiers du bâtiment et des travaux publics. Le travail à la chaleur et au froid, le poids des charges à porter ou à déplacer, l’utilisation de produits dangereux, les vapeurs et les poussières… les salariés de la branche ont une espérance de vie de sept ans de moins que la moyenne. Il faut y ajouter les accidents : un mort par journée travaillée, un accident toutes les minutes, statistiquement, chaque salarié de la construction subira un accident dans sa carrière.

C’est un véritable plan de bataille pour la reconnaissance de la pénibilité qu’a dressé le congrès avec la décision d’une journée nationale d’action, le 28 avril, et d’un rassemblement à Lyon, le 1er février. Le jour où la cour d’appel doit se prononcer sur le jugement qui condamnait la société Eurovia pour « faute inexcusable » après le décès par cancer d’un salarié. Une maladie due, selon le tribunal, à l’exposition au soleil et aux projections de vapeurs de bitume. Une première en France sur le chemin de la reconnaissance de la nocivité du bitume. Comme c’était le cas pour l’amiante, le patronat des entreprises de la routière nie farouchement la nocivité du produit. « Alors qu’on nous explique pourquoi tous ces morts, s’exclame un syndicaliste d’Ille-et-Vilaine. J’en ai marre d’aller aux enterrements ! »

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy