• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 15 janvier 2011

Yves Bur, député UMP, déclare la guerre aux mineurs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2011

Yves Bur, député UMP, déclare la guerre aux mineurs dans ECONOMIE humanitefr le 14 Janvier 2011

mineur.jpgLe rapport Bur, « c’est la mort du régime minier »

 

Jacques Candelier, député communiste du Nord, demande à Xavier Bertrand d’ »opposer officiellement (…) une fin de non-recevoir » au rapport dans lequel le parlementaire voit « une déclaration de guerre aux mineurs ».

Mineurs actifs et retraités, élus de toutes obédiences et syndicats sont vent debout contre un rapport parlementaire « liquidant », selon eux, le régime spécial de sécurité sociale des mineurs qu’il préconise de verser « le plus tôt possible » au régime général.

« Déclaration de guerre », « attaque en règle », « provocation »: dans les trois anciens grands bassins miniers du pays –Moselle, Nord/Pas-de-Calais et Bouches-du-Rhône–, le rapport remis fin décembre au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, par le rapporteur général du budget de la Sécu, le député (UMP) du Bas-Rhin Yves Bur, fait l’unanimité contre lui.

Le parlementaire recommande de transférer le risque maladie du régime minier vers le régime général ainsi que les « oeuvres » (centres de santé, maisons de retraite, pharmacies) et les 6.600 personnes qui en assurent la gestion. Les activités hospitalières (environ 4.300 lits) devront être reprises par l’hôpital public.

Pour le syndicat CGT des mineurs du Nord/Pas-de-Calais, le rapport Bur, « c’est la mort du régime minier ». La remise en cause de la gratuité de certaines prestations équivaut à un « refus de soins », tonne son secrétaire général, Raymond Frackowiak.

La CGT prépare la contre-attaque. « Le ministre Xavier Bertrand veut baser la concertation sur l’avenir du régime minier sur un rapport dont les conclusions ne sont pas acceptables, et qui s’est fait sans concertation », explique Raymond Frackowiak  dans une intervieuw à découvrir dans la voix du Nord. La CGT a fait le compte des points qui fâchent : « Il y a dans ce rapport 21 recommandations qui nous posent problème. Ces 21 points signent la disparition du régime minier de sécurité sociale. »

« Notre revenu moyen est 29 % inférieur à celui des salariés et retraités du régime général ! », dénonce Raymond Frackowiak. Lui et ses camarades de la CGT préparent des contre-propositions pour garantir les droits des affiliés malgré la « liquidation » annoncée du régime minier. « Nous mettrons en place un cahier des charges précis, pour réclamer une continuité des droits des mineurs et veuves. Il faudra que ce soit gravé dans le marbre. »

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

« Les résistants d’hier sont aussi les résistants d’aujourd’hui. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2011

Lu sur :

publié par roland (webmaster) – 15 janvier 2011

Les résistants d’hier sont aussi les résistants d’aujourd’hui.

Auteur : emcee - Source : Des bassines et du zèle

Mais leur engagement pour la paix et la justice n’est toujours pas du goût de tout le monde.

Dans ce billet publié sur Médiapart*, le journaliste et écrivain Bernard Oustrières racontait l’incident qui a eu lieu après l’hommage rendu aux dix maquisards assassinés par les nazis à la ferme de La Limatte, près de Signes dans le Var.

« Cette manifestation annuelle », explique-t-il, « qui revêt un caractère sacré pour les Résistants, leurs familles et les amis de la Résistance du Var, attire toujours de nombreux élus auxquels se joint le représentant du préfet. Rien ne laissait présager que la dernière commémoration, le 2 janvier donc, donnerait lieu à un vif incident ».

Dans son discours, Claude Roddier, la présidente départementale de l’ANACR, expliquait que les Résistants et leurs amis ne pouvaient pas accepter ces attaques continues contre les acquis du CNR, en particulier les mesures contre les retraites et le démantèlement en cours de la Sécurité sociale.
Dans la salle où ils s’étaient réunis pour cette commémoration, se trouvaient des élus du Var, dont beaucoup étaient des membres de l’UMP, ainsi que le représentant du préfet.

CNR_les_jours_heureux.jpg » »Les Jours heureux, programme du CNR » »

Or, ces personnes ont quitté la salle quand Claude Roddier a dénoncé la situation actuelle, où le programme du CNR, intitulé “les jours heureux”, est impitoyablement démantelé. Rappelant, par exemple, les propos que tenait en 2007 Denis Kessler :

« Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde. Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. (…) Il est grand temps de le réformer”.

L’affront que ces élus UMP ont infligé à ces résistants d’hier et d’aujourd’hui, chenus, certes, mais toujours engagés pour défendre les principes mêmes énoncés par le CNR, s’il est méprisable, n’est pas une surprise.
En revanche, le départ du sous-préfet n’est pas, lui, digne d’un représentant de la République, censé être à l’écoute de tous les citoyens et observer, en tant que serviteur de l’État, la neutralité que lui impose le principe de laïcité.
(Curieux, tout de même que le principe de laïcité, dont tout le monde se prévaut pour justifier tout et n’importe quoi, soit violé dans l’indifférence quasi-générale par ceux qui doivent l’appliquer à eux-mêmes et le faire appliquer).
Voici le courrier que Pierre-Yves CANU, Croix de guerre pour fait de Résistance, a envoyé, le 4 janvier 2011 au Préfet du Var à la suite de cette prise de position partisane :

« J’ai l’honneur de vous faire part de l’émotion ressentie le 2 janvier 2011, à Signes au cours de la réunion commémorative des fusillés de La Limatte. La Présidente de l’ANACR, association dont je fais partie en qualité d’ancien résistant, a tenté d’exprimer la déception des résistants en raison de la non-application par nos différents gouvernements du programme du CNR préconisé au moment de la Libération.
Les observations formulées sur l’abandon de ce programme ne pouvaient laisser indifférent votre représentant. Or celui-ci, au lieu de rester à l’écoute de l’opinion exprimée par ceux et celles qui avaient participé à la Libération du Territoire au mépris des dangers, n’a pas cru devoir écouter leur voix, alors que l’on venait de commémorer la mort de 11 d’entre eux, résistants et maquisards. Il a préféré quitter la tribune officielle.

CNR_J_Moulin.jpg Je me permets, Monsieur le Préfet, de m’étonner de ce départ. Votre Honoré Prédécesseur dans l’Histoire, Jean Moulin, a toujours fait face.
Je regrette surtout qu’un dialogue ne se soit pas instauré entre vous, représentant de l’État et nous, représentants d’une partie des citoyens, qui ne désirions qu’honorer nos morts et être fidèles à leurs engagements ». PYC.

S’en prendre aux Résistants pour les empêcher de parler : les dérives inquiétantes d’un pays gouverné par un clan partisan et revanchard.

[Lire la suite sur dazibaoueb.fr/]

* En cliquant sur ce lien, vous pourrez lire le discours de Claude Roddier

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Eric Verhaeghe, patron de l’APEC, claque la porte du Medef

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2011

Source : CGT14 janvier 2011par Frédéric Dayan

Medef

Claquements de portes au patronat


Eric Verhaeghe, directeur des affaires sociales de la puissante Fédération française des sociétés d’assurance, a annoncé qu’il démissionnait de tous les mandats qu’il exerce au nom du Medef. Dans un livre qui fait grand bruit (« Jusqu’ici tout va bien »), il écrit : « Le Medef n’a pas tiré les leçons de la crise. [...] La cause de la crise est dans la baisse du coût du travail. Il faut sortir de cette logique. »

Président de l’Association pour l’emploi des cadres depuis juillet 2009, membre des conseils d’administration de l’Agirc, de l’Acoss, de la Cnav, de l’Unedic et de Pôle emploi, Eric Verhaeghe n’est donc pas le premier venu. Et sa démission, comme son brulôt, sont largement commentés dans la presse. Ainsi Les Echos notent que « si sa démission de l’APEC est due, selon lui à l’immobilisme et à une bonne part de … mauvaise foi de la part de l’organisation patronale :  » (…) depuis plus d’un an, (il) propose de réformer les structures de l’Apec » afin de les mettre en adéquation avec le droit européen et qu’il « ne se retrouve pas » dans le projet d’accord qui a été soumis par le patronat aux syndicats le 21 décembre sur le sujet ».
L’Argus de l’Assurance
relève que dans son livre, il critique les positions de l’organisation de Laurence Parisot et plus largement certaines dérives de la société.  » Sous couvert de mener de grandes réformes économiques libérales, une aristocratie a dévoyé notre régime démocratique. »

L’Expansion et Challenge citent des passages de ce livre à charge contre la politique du Medef.

L’Expansion :  » (…) Point de départ de sa réflexion : la crise de 2008 et l’attitude des grands patrons, à ce moment surtout préoccupés, selon lui, par la préservation de leurs avantages ( …) Alors que les entreprises allaient mal, que des charrettes de licenciements étaient annoncées, une seule chose occupait les esprits : la situation juridique des dirigeants ( …) sous couvert de mener de grandes réformes économiques libérales, une aristocratie a dévoyé notre régime démocratique et l’a capté à son profit »
Le discours sur le coût du travail en France (trop élevé selon le patronat) en particulier, l’inquiète : « En pesant sur les conditions de vie des salariés, on pousse ceux-ci à s’endetter pour vivre. Or, la crise a démontré les dangers de l’endettement ». Il défend aujourd’hui l’idée que les « élites doivent assumer leur part d’effort » pour redresser la situation financière du pays : « Le niveau atteint par la dette ne permet plus de financer des baisses d’impôts ciblées sur les plus hauts revenus (…) « 

Challenge :  » (…) Il est dangereux de répéter à l’envi que le coût du travail est trop élevé », ce qui aboutit à la « modération salariale » et à l’endettement « massif » des salariés et favorise socialement « l’extrémisme » (…) Face à la crise, le monde patronal doit assumer ses responsabilités, prendre sa part d’effort et ne pas chercher à alléger au maximum son fardeau en le transférant sur la majorité laborieuse (…) Sur un plan moral, lance-t-il, « rien ne justifie que le remboursement de la dette soit assumé par les plus bas revenus » qui en « profitent le moins » Il appelle les élites à « ne pas se comporter comme une noblesse d’ancien régime » et les exhorte à « un sursaut républicain (…) « 

**************************************

Jusqu'ici tout va bien !

Présentation du livre sur : politique.foxoo.com/

 

 

 

 

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, Politique fiscale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le peuple tunisien s’émancipe du talon de fer qui lui était imposé depuis si longtemps

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2011

Le peuple tunisien s'émancipe du talon de fer qui lui était imposé depuis si longtemps dans Tunisie cropped-patrick-le-hyaric-huma3-new2 14 janvier 2011 à 20h40 – par Patrick Le Hyaric

 

Tunisie : La peur change de camp

 

 dans Tunisie

La jeunesse et le peuple tunisien sont en train de s’émanciper du talon de fer qui leur est imposé depuis si longtemps. Enfin, la peur change de camp. Après avoir dû céder du terrain jour après jour, le dictateur Ben Ali a pris la fuite. Ceci ne doit pas être un faux semblant où des marionnettes politiques et même militaires seraient chargées de faire survivre un régime politique de répression et de régression sociale. Il faut immédiatement que les policiers cessent de tirer sur les jeunes et la population à Tunis. L’Union Européenne et le gouvernement français doivent le réclamer avec insistance et de manière urgente au lieu des propos de langue de bois que vient de rendre publics la Présidence de la République.

Une nouvelle fois, nous saluons le courage et la détermination du peuple tunisien, des forces démocratiques et progressistes, des mouvements pour les droits de l’Homme. Plus que jamais nous les accompagnons dans leur exigence d’obtenir un processus démocratique avec des élections libres, la liberté de la presse,  la liberté de circuler, le droit de se réunir…  Ce sont les conditions pour préparer une transition démocratique à partir du débat populaire.

L’Union Européenne ne se sera encore pas grandie dans ce processus. Les autorités françaises auront soutenu jusqu’au bout l’insoutenable, allant jusqu’à proposer d’ajouter des balles françaises aux balles tunisiennes pour armer les fusils qui répriment le peuple de Tunisie. Une nouvelle fois notre pays s’est déconsidéré. A cette heure nous n’avons pas d’information sur la venue du dictateur tunisien à Paris. Si tel était le cas, ce serait une nouvelle faute lourde. Ce serait prendre parti pour ce pouvoir tunisien corrompu et répressif contre le peuple.

Au contraire, que les autorités européennes et françaises gèlent les avoirs de la famille Ben Ali et restituent cet argent au peuple. Qu’une commission d’enquête internationale sur les assassinats  qui ont été commis ces derniers jours soit mise en place rapidement. Que les institutions internationales aident  au processus démocratique en Tunisie si les organisations démocratiques de ce pays le réclament.

 

 

Publié dans Tunisie | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy