• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 janvier 2011

Patrick Le Hyaric sur la présidence hongroise de l’Union Européenne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2011

Public Sénat : Le Débat du « 22 H » du 5 janvier 2011

Patrick LE HYARIC (député au Parlement européen – groupe GUE NGL et directeur de L’Humanité) face à Jean-Pierre AUDY (député au Parlement européen – groupe PPE).

Image de prévisualisation YouTube

frontdegaucheidf

http://www.youtube.com/watch?v=BmCYUDs-sas

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Non classé, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Pas d’Europe démocratique sans liberté d’expression, sans pluralisme des médias et de la presse.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2011

Pas d’Europe démocratique sans liberté d’expression, sans pluralisme des médias et de la presse. dans LIBERTES cropped-patrick-le-hyaric-huma3-new2 7 janvier 2011 – par Patrick Le Hyaric

LIBERTÉ POUR LA PRESSE EN EUROPE !

 dans POLITIQUEEn prenant officiellement ses fonctions à la présidence tournante de l’Union européenne  jeudi soir, le premier ministre hongrois a refusé de modifier la scélérate loi sur les médias qu’il a fait voter le 21 décembre dernier tant, a-t-il dit, que d’autres pays européens ne modifieraient pas eux-mêmes leur propre législation.

Ainsi, un président du Conseil européen peut se permettre de bafouer ostensiblement l’article 11 de la charte des droits fondamentaux sur « la liberté d’expression et d’information », ainsi que l’article 10 de la convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales relatif à : « la liberté d’expression ».

Dans cette Union européenne, prétendument avant-garde de la liberté d’expression, la Hongrie peut se permettre de fermer une radio parce qu’elle diffuse une chanson d’un groupe de rap, d’infliger des amendes si lourdes à des journaux qu’ils seraient contraints de fermer au motif « d’informations partiales ». C’est un comité politique de vérification et de censure composé de 5 personnes proches de M. Orban lui-même qui décide de ce qui est publié ou diffusé.

Mais, en conditionnant les modifications de sa loi à des changements dans les autres pays européens, M. Orban soulève une terrible contradiction existant à l’intérieur de l’Union européenne : celle qui s’aiguise entre les valeurs que prétend défendre l’Union européenne et les réalités. Il est en effet difficile au sein même du Conseil européen de demander à la Hongrie qui coprésidera cette instance de respecter la liberté d’expression et le pluralisme de la presse quand des questions similaires se posent dans d’autres pays de l’Union, notamment en Italie.

Dans de nombreux cercles européens, on fait d’ailleurs observer, à juste titre, qu’en France les présidents de radios et de télévisions publiques sont désormais nommés directement par le Président de la République, ce qui jette forcément le doute sur leur indépendance ! On pourrait élargir encore le débat. Peut-il y avoir réellement liberté et pluralisme si, comme on le prévoit dans les hautes sphères gouvernementales, toute aide publique à la presse est supprimée d’ici cinq ans ? Une telle orientation conduit à terme à un Etat ou plutôt à un pouvoir décidant de la ligne éditoriale des médias publics tandis que ne pourront survivre que les journaux, radios et télévisions privés propriété des forces liées à la grande industrie et aux forces de l’argent. Il n’y a pas d’Europe démocratique possible sans liberté d’expression, sans pluralisme des médias et de la presse.

[Lire la suite sur : patricklehyaric.net/]

 

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE, Presse - Medias, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Appel à candidatures au PCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2011

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Appel à candidatures au PCF dans Front de Gauche 8 janvier 2011 – Sébastien Crépel

 

PCF : l’appel à candidatures lancé 

 

La direction communiste a adopté une « adresse aux communistes » qui lance le débat sur le candidat du Front de gauche pour 2012. 
Les militants se prononceront 
en juin.

Les communistes sont maintenant entrés de plain-pied dans la séquence de désignation du candidat qui portera les couleurs du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012. Hier, le Conseil national de leur parti a adopté une « adresse » aux adhérents, en même temps qu’il a lancé l’« appel à candidatures » prévu dans les statuts du PCF. À ce jour, deux personnalités se sont déclarées « disponibles » ou « capables » de représenter le Front de gauche : le député communiste André Chassaigne, et le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. D’autres « candidatures qui ne s’inscriraient pas dans la démarche du Front de gauche et proposeraient un rassemblement autour du Parti communiste » seraient soumises « aux adhérents, qui décideront en connaissance de cause », a exposé le rapporteur, Jacques Chabalier.

Mais pour l’heure, la stratégie majoritaire du Front de gauche, décidée au dernier congrès, n’est pas remise en question par les communistes. Et cela, quelles que soient les « difficultés » inhérentes à la mise en œuvre d’une telle démarche de rassemblement, comme le rappelait Marie-George Buffet en réponse aux critiques exprimées quant à l’éventualité d’une candidature de Jean-Luc Mélenchon. Les prises de positions, et le « franc-parler », de ce dernier ne font pas l’unanimité, trop éloignées, pour une partie de la direction du PCF, de la démarche collective du Front de gauche.

Démenti des rumeurs du Monde

De son côté, André Chassaigne a invité à se méfier des « a priori » : « Je ne suis pas d’accord avec l’idée que le candidat du Front de gauche devrait être automatiquement communiste. Mais l’autre a priori qui consisterait à considérer qu’il existerait un “candidat incarné” non communiste n’est pas juste non plus. De quel droit peut-on dire qu’un communiste ne saurait pas rassembler ? Dans les quatre régions où le Front de gauche a dépassé les 10 % aux régionales, la tête de liste était communiste », a-t-il déclaré.

« L’adresse aux communistes laisse ouvertes toutes les possibilités, la candidature d’un communiste, celle d’une autre personnalité du Front de gauche, ou encore celle d’une personnalité extérieure aux formations du Front de gauche », a rappelé de son côté Pierre Laurent. Le secrétaire national démentant au passage les « rumeurs » parues sur le site Internet du Monde, selon lequel le PCF aurait décidé de « se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon ». « Le texte en discussion dit explicitement que l’accord sur des candidatures du Front de gauche pour 2012 ne pourra se conclure que sur un contrat politique clair. Il propose d’amplifier ce débat sur le programme, les objectifs, les critères des candidatures, et précise que le temps des décisions viendra après, au second semestre 2011. »

Le choix final sera en effet tranché par un vote de l’ensemble des adhérents du PCF, les 16, 17 et 18 juin, sur la proposition retenue par la conférence nationale (composée du Conseil national et de délégations départementales), convoquée les 4 et 5 juin. Une procédure statutaire préférée à celle d’un congrès, chargé d’entériner le choix des communistes. Le prochain congrès aurait donc lieu à l’automne 2012, après les élections. D’ici là, le Conseil national se réunira à nouveau les 8 et 9 avril, pour lancer, en connaissance de toutes les candidatures soumises au débat des communistes, la préparation de la conférence nationale.

 

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy