• Accueil
  • > Emplois
  • > Saint-Gobain Glass Aniche : « La lutte a payé » mais Bernard Salengrois, délégué CGT, est toujours menacé de licenciement

Saint-Gobain Glass Aniche : « La lutte a payé » mais Bernard Salengrois, délégué CGT, est toujours menacé de licenciement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Saint-Gobain Glass Aniche : 24 décembre 2010 – Laurence Mauriaucourt

Emploi

Fin de conflit chez Saint-Gobain dans le Nord, mais… 

Un accord a été signé, lundi, à l’issue de deux semaines de grève à la verrerie Saint-Gobain d’Aniche, dans le Douaisis. Revancharde, la direction poursuit une procédure disciplinaire engagée à l’encontre du délégué CGT, Bernard Salengrois.

Un accord a été signé, dans la nuit de lundi à mardi, à l’issue d’une grève de deux semaines contre la résorption de l’emploi précaire à la verrerie du groupe Saint-Gobain Glass, située sur les communes d’Aniche et d’Émerchicourt, dans le Nord. Il prévoit notamment les embauches de trois précaires, en CDI et CDD de longue durée. De quoi pallier des départs en retraite anticipée et le remplacement d’un maçon placé en invalidité. Signataire de l’accord, mais revancharde, la direction poursuit la procédure disciplinaire engagée durant le conflit à l’encontre du délégué central CGT, Bernard Salengrois. À six mois de la retraite, le syndicaliste, secrétaire du comité d’entreprise, était convoqué hier matin pour « un entretien préalable avant sanction pouvant aller jusqu’au licenciement ! » s’insurgeait Christian Brice délégué CGT, tout en appelant « à l’apaisement », tandis que quatre-vingts élus locaux et salariés internes et externes à l’entreprise étaient venus soutenir Bernard. Il lui est reproché d’avoir « poussé un cadre », lors du piquet de grève. Il nie.

8 heures de négociation

Un bras de fer qui continue. Il aura en effet fallu huit heures de négociations pour aboutir, le 20 décembre, à un accord entre les salariés et la direction. La commission départementale de conciliation a dû se réunir à la demande des unions locale et départementale CGT. À Aniche, des monuments rendent hommage à la fois aux verriers et aux mineurs de fond, unis dans les mêmes peines et les mêmes combats durant des décennies. Si les mines ont fermé, reste ici la valeur de justice au travail. Ainsi, le 7 décembre, ce sont d’abord quelques verriers de Saint-Gobain qui se sont mis en grève, « pour l’emploi ». Parmi les revendications : l’appel au respect d’un accord datant de 2009, qui prévoyait d’organiser le départ anticipé de salariés âgés de cinquante-huit ans et plus, qui devaient eux-mêmes être remplacés, notamment par l’embauche en CDI de précaires déjà employés dans l’entreprise.

98 % de grèvistes

Au lieu de cela, la direction, récemment renouvelée, proposait de recruter des seniors ! Une semaine plus tard, 98 % des ouvriers du site entraient dans le mouvement, face à une direction qui semblait jouer la carte du pourrissement pour venir à bout du conflit et imposer ses choix.

La direction n’a eu de cesse de jeter de l’huile sur le feu, dans un climat social déjà tendu : menaces sur la pérennité du site, recours à un huissier de justice, mise en référé de six syndicalistes pour entrave à la circulation des camions… La solidarité s’était organisée. Un appel aux dons avait été largement diffusé via Internet, incitant également à faire parvenir des motions de soutien aux grévistes via le fax de la direction.

« La lutte a payé », déclarait Bernard Salengrois à nos confrères de la Voix du Nord, à l’issue de la conciliation, reconnaissant même avoir « obtenu plus que ce (qu’on) avait osé demander ». En effet, outre les embauches de trois précaires, l’accord prévoit que soit examiné le « rapatriement de la sous-traitance au sein de l’entreprise », tandis que l’avenir des postes occupés par des salariés âgés fera l’objet de négociations de « gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ». Reste que, convoqué hier matin, Bernard, le cégétiste, semble bel et bien dans le collimateur d’une direction, dont cette ultime attaque est « mal perçue par les salariés », prévient Christian Brice.

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy