• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 27 décembre 2010

La « retraite par points » encore pire que les 62 et 67 ans !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Source : Le blog de Gérard Filoche 26 décembre 2010Jean-Jacques Chavigné et Gérard Filoche

Le Medef la veut (et il n’est pas seul hélas) :

la « retraite par points » encore pire que les 62 et 67 ans !

Le Sénat a voté, en octobre 2010,  un amendement demandant que notre système de retraite soit entièrement revu en 2013 dans l’optique d’un passage à un système de retraite par points ou un système de comptes notionnels. Cet amendement a été repris par l’Assemblée nationale et programme un recul considérable pour nos retraites. Car, loin d’être une « concession » au mouvement social, comme le gouvernement Sarkozy a eu le culot de la présenter, les retraites par points ou les comptes notionnels sont pire que les 62 et les 67 ans ! C’est une bombe à retardement que le gouvernement a camouflé dans sa loi scélérate.

Début 2010, le gouvernement n’avait pas osé…

Sarkozy, lors du vote de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009, avait demandé que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) remette, début 2010, un rapport sur les « modalités techniques de remplacement » de notre système de retraite (système par annuités) « soit par un régime par points, soit par un régime de comptes notionnels de retraite… »

Le rapport du COR concluait à la faisabilité « technique » d’un tel remplacement mais le gouvernement, après avoir hésité, avait finalement reculé devant la mobilisation sociale qu’aurait entrainée une mutation d’une telle ampleur. Imposer une telle réforme aurait, en effet, consisté à nous demander de mettre la tête dans un sac et de faire confiance à Sarkozy et à Parisot pour réformer nos retraites…Sarkozy s’était donc « contenté » de vouloir nous imposer le passage de l’âge légal de 60 à 62 ans et l’âge du taux plein de 65 à 67 ans

Disparition de tous les points de repère

Dans un système de retraites par points ou un système de comptes notionnels tous les points de repère collectifs (âge légal de la retraite, âge légal du taux plein, durée de cotisation, taux de remplacement minimum…) disparaîtraient. Le moment du départ à la retraite et le montant correspondant de la retraite seraient laissés au « libre choix » du futur retraité.

Dans un système de retraites par points, le futur retraité serait confronté au nombre de points qu’il aurait acquis et à la valeur du point eu moment de son départ en retraite. Ce système existe déjà pour les retraites complémentaires du secteur privé. Il s’est traduit, depuis 1994, par une dégradation continuelle du montant des retraites complémentaires. Pourtant, aucune mobilisation n’est venue au cours de ces 16 années s’opposer à cette régression.

Dans un système de comptes notionnels, le choix serait encore plus simple : pas de valeur du point mais un «capital virtuel » acquis au cours de la carrière et donnant droit à un montant de retraite en fonction de l’espérance de vie de sa génération.

Dans les deux cas, le « libre choix » consisterait à accepter de partir, par exemple, à 58 ans avec une retraite bien en-dessous du seuil de pauvreté, à 62 ans avec une retraite très basse ou à 65 ans avec une retraite plus conséquente. Ce « libre choix » serait, bien évidemment, limité à ceux qui auraient un travail et aurait la possibilité de le conserver.

[Lire la suite sur : filoche.net/]

 

Publié dans RETRAITES | Pas de Commentaire »

Sanofi-Aventis : 3,5 milliards de dividendes pour les actionnaires, le licenciement par… boite vocale pour 1 700 salariés !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Source : Les mots ont un sens27 décembre 2010 –

 

« Sanofi-Aventis licencie 1700 salariés par… boite vocale ! »

 

« Madame, Monsieur, vous êtes viré avec effet immédiat. Pour en connaître la raison, tapez 1. Pour bénéficier d’une remise de 5% sur une boite d’antidépresseur, tapez 2. Pour les prévisions météo, tapez 3. Sinon… raccrochez ! Ouvrez votre porte, et rendez votre téléphone à notre collaborateur »…

Sanofi Aventis - licenciement par téléphone

Un joli conte de Noël comme on les aime, narré par le Huffington Post. Le 30 novembre dernier, les employés américains de notre Big Pharma tricolore, Sanofi-Aventis, ont reçu un courriel leur souhaitant un joyeux Thanksgiving. Charmante attention. Mais le message leur demandait aussi de vérifier leur boite mail le mardi 2 décembre, avant le gong des 5 heures du mat’. Bingo. Ce matin là, le géant pharmaceutique a effectivement envoyé un mail à l’ensemble de ses salariés, contenant un numéro de téléphone et un horaire d’appel.

Ceux qui avaient été invités à appeler entre 8h et 8h30, ont été informés qu’ils conservaient leur emploi. En revanche, les 1700 employés qui ont décroché leur téléphone après 8h30 ont été moins chanceux : ils ont été licenciés par une voix préalablement enregistrée, avec effet immédiat, sans autre explication… Dans la foulée, un sous-traitant mandaté par Sanofi-Aventis se pointait au domicile des heureux élus, pour récupérer les objets appartenant à la boite : voiture, ordinateur…

[Lire la suite sur : lesmotsontunsens.com/]

 

Publié dans SOCIAL | Pas de Commentaire »

21 300 chômeurs officiels de plus en novembre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Source : Actuchomage.org/26 décembre 2010

En novembre, le chômage se stabilise… toujours à la hausse

Vendredi, les chiffres sont tombés quelques heures avant le réveillon. De quoi évoquer, vite fait bien fait, les 21.300 chômeurs officiels de plus qui se sont inscrits à Pôle Emploi le mois dernier, entre la météo et les courses de Noël. Et le lendemain, l’info avait déjà disparu des JT.

21 300 chômeurs officiels de plus en novembre dans Chomage polemploi3On a cependant remarqué un léger changement de ton : ce n’est plus le chiffre de 2,6 millions qui a été mis en avant — celui, comme toujours, de l’unique catégorie A — mais celui de 4 millions incluant les catégories A, B et C, nettement plus impressionnant et, pour une fois, pessimiste (on va dire réaliste) malgré le contexte des fêtes.

En effet, si le nombre des chômeurs de catégorie A — n’ayant exercé aucune activité — frôle désormais les 2,7 millions (2.698.100), celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi « tenus d’accomplir des actes positifs de recherche » (catégories ABC), qu’ils n’aient pas travaillé du tout ou bien exercé une « activité réduite » courte ou longue, dépasse la barre des 4 millions (4.019.100) en France métropolitaine. Avec les DOM, ils sont 4,27 millions. 

[Lire la suite sur : actuchomage.org/]

 

Publié dans Chomage, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Saint-Gobain Glass Aniche : « La lutte a payé » mais Bernard Salengrois, délégué CGT, est toujours menacé de licenciement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Saint-Gobain Glass Aniche : 24 décembre 2010 – Laurence Mauriaucourt

Emploi

Fin de conflit chez Saint-Gobain dans le Nord, mais… 

Un accord a été signé, lundi, à l’issue de deux semaines de grève à la verrerie Saint-Gobain d’Aniche, dans le Douaisis. Revancharde, la direction poursuit une procédure disciplinaire engagée à l’encontre du délégué CGT, Bernard Salengrois.

Un accord a été signé, dans la nuit de lundi à mardi, à l’issue d’une grève de deux semaines contre la résorption de l’emploi précaire à la verrerie du groupe Saint-Gobain Glass, située sur les communes d’Aniche et d’Émerchicourt, dans le Nord. Il prévoit notamment les embauches de trois précaires, en CDI et CDD de longue durée. De quoi pallier des départs en retraite anticipée et le remplacement d’un maçon placé en invalidité. Signataire de l’accord, mais revancharde, la direction poursuit la procédure disciplinaire engagée durant le conflit à l’encontre du délégué central CGT, Bernard Salengrois. À six mois de la retraite, le syndicaliste, secrétaire du comité d’entreprise, était convoqué hier matin pour « un entretien préalable avant sanction pouvant aller jusqu’au licenciement ! » s’insurgeait Christian Brice délégué CGT, tout en appelant « à l’apaisement », tandis que quatre-vingts élus locaux et salariés internes et externes à l’entreprise étaient venus soutenir Bernard. Il lui est reproché d’avoir « poussé un cadre », lors du piquet de grève. Il nie.

8 heures de négociation

Un bras de fer qui continue. Il aura en effet fallu huit heures de négociations pour aboutir, le 20 décembre, à un accord entre les salariés et la direction. La commission départementale de conciliation a dû se réunir à la demande des unions locale et départementale CGT. À Aniche, des monuments rendent hommage à la fois aux verriers et aux mineurs de fond, unis dans les mêmes peines et les mêmes combats durant des décennies. Si les mines ont fermé, reste ici la valeur de justice au travail. Ainsi, le 7 décembre, ce sont d’abord quelques verriers de Saint-Gobain qui se sont mis en grève, « pour l’emploi ». Parmi les revendications : l’appel au respect d’un accord datant de 2009, qui prévoyait d’organiser le départ anticipé de salariés âgés de cinquante-huit ans et plus, qui devaient eux-mêmes être remplacés, notamment par l’embauche en CDI de précaires déjà employés dans l’entreprise.

98 % de grèvistes

Au lieu de cela, la direction, récemment renouvelée, proposait de recruter des seniors ! Une semaine plus tard, 98 % des ouvriers du site entraient dans le mouvement, face à une direction qui semblait jouer la carte du pourrissement pour venir à bout du conflit et imposer ses choix.

La direction n’a eu de cesse de jeter de l’huile sur le feu, dans un climat social déjà tendu : menaces sur la pérennité du site, recours à un huissier de justice, mise en référé de six syndicalistes pour entrave à la circulation des camions… La solidarité s’était organisée. Un appel aux dons avait été largement diffusé via Internet, incitant également à faire parvenir des motions de soutien aux grévistes via le fax de la direction.

« La lutte a payé », déclarait Bernard Salengrois à nos confrères de la Voix du Nord, à l’issue de la conciliation, reconnaissant même avoir « obtenu plus que ce (qu’on) avait osé demander ». En effet, outre les embauches de trois précaires, l’accord prévoit que soit examiné le « rapatriement de la sous-traitance au sein de l’entreprise », tandis que l’avenir des postes occupés par des salariés âgés fera l’objet de négociations de « gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ». Reste que, convoqué hier matin, Bernard, le cégétiste, semble bel et bien dans le collimateur d’une direction, dont cette ultime attaque est « mal perçue par les salariés », prévient Christian Brice.

 

Publié dans Emplois, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

A travers toute la France, les Pères Noël Verts se sont mobilisés pour apporter un peu de bonheur aux enfants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2010

Accueil A travers toute la France, les Pères Noël Verts se sont mobilisés pour apporter un peu de bonheur aux enfants   dans SOCIETE correspondants le 25 Décembre 2010

Chapeau bas pour les Pères Noël verts 

Les Pères Noël verts du Secours populaire ont accompli leur mission et garé leurs traineaux, comme leur collègue vêtu de rouge. Ces Pères Noël verts rivalisent d’imagination pour permettre aux enfants, aux familles, aux personnes âgées ou isolées victimes de l’exclusion – toujours plus nombreuses – de fêter dignement Noël, avec un repas de fête et des cadeaux.

L’opération 2010 a été lancée le 6 décembre par Julien Lauprêtre, président du Secours Populaire Français, en présence de Christophe Maé, parrain de cette édition des Pères Noël verts, accompagnés et soutenus par de nombreuses personnalités : Christophe Alévêque, Marcel Amont, Jane Birkin, Nicole Croisille, Mylène Demongeot, Anny Duperey, Danielle Evenou, Darius Kehtari, Lââm, Catherine Laborde, Virginie Lemoine, Françoise Lépine, Christian Marin, Patrick Préjean, Christian Rauth, Mickels Réa, Serena Reinaldi et même l’équipe de Handball d’Ivry !

Vidéos :

  • BFMTV | 7 décembre 2010 

Le Secours populaire lance la campagne « Pères Noël Verts », dont l’objectif est de permettre à des familles de passer Noël dans la dignité avec un repas de fête et des cadeaux à offrir à leurs enfants.

Image de prévisualisation YouTube

 

Les Pères Noël verts du secours populaire sont allés à la rencontre des enfants, place Rihour, à Lille, pour offrir aux plus défavorisés un goûter et des cadeaux

Image de prévisualisation YouTube

[Article complet sur : humanite.fr/]

Publié dans SOCIETE, Solidarite | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy