Autel et drapeaux !!

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 novembre 2010

Source : PCF Maubeuge – 24 novembre 2010

Auteur :  Christine Savaux

La reconquête de l’électorat catholique…. 

 

Camarades syndicalistes, sachez-le :

si vous voulez rencontrer Madame la député, allez à la messe !

Samedi soir, à la messe dominicale de l’église du Fbg de Mons, les fidèles étaient accueillis par une haie de drapeaux. Messe dédiée aux victimes des guerres, en prolongement des cérémonies du 11 Novembre ? Non, messe pour plusieurs défunts dont le Général De Gaulle ! Voilà qui explique les drapeaux derrière l’autel tant il est vrai qu’on ne peut dissocier la mémoire du Général de l’honneur du drapeau français. Plus déconcertante était la présence au premier rang des fidèles de Christine Marin, entourée de son aréopage. L’UMP revendiquant l’héritage gaullien (tout en massacrant le programme politique du Conseil National de la Résistance), la député s’inclinant respectueusement sur la mémoire du grand homme … tout cela peut expliquer la présence de madame….A la fin de la messe, après la dernière bénédiction, Monsieur le Doyen a révélé aux fidèles la présence de Christine Marin en annonçant qu’elle désirait adresser quelques mots à l’assemblée et en invitant ceux qui désiraient l’entendre à se rasseoir.

Personnellement, j’étais venue pour le recueillement et la prière, pour cette respiration que constitue la messe dominicale pour un croyant : j’ai donc quitté l’assemblée.

Je me suis souvenue d’avoir tancé assez durement un militant, croyant lui aussi, qui avait distribué des tracts lors d’une sortie de messe, sur le parvis de l’église ! Il m’avait répondu qu’il fallait rejoindre le citoyen là où il était !

Les croyants, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, sont des citoyens que l’on peut atteindre en tout lieu comme tout citoyen : ils ne vivent pas dans un monde parallèle ! Si on souhaite débattre avec eux, musulmans ou chrétiens ont mis en place des associations ou des temps de rencontres pour réfléchir aux grands débats de société. Ils y accueillent avec plaisir des élus, des décideurs économiques, des militants, des penseurs, des chercheurs…. tous ceux qui peuvent apporter un éclairage sur notre temps et notre société. Nul besoin d’investir leurs lieux de prière et de recueillement !

Ce respect du lieu de culte est la contrepartie de la laïcité. Si on définit la laïcité comme le respect d’une neutralité confessionnelle sur la place publique, on doit convenir  que le temps du culte religieux ne peut être investi par la parole partisane politique.

C’est une question vitale pour la vie démocratique et la représentation théâtrale de Christine Marin (ostentatoire, pour le coup, avec sa cour et tous les drapeaux) est l’illustration parfaite de la dérive communautariste de la politique actuelle. On ostracise telle catégorie de population pour rassurer telle autre, on flatte les uns parce que l’adversaire flatte les autres… clientélisme, démagogie, instrumentalisation !

J’ai donc assisté certainement au premier acte d’une campagne de reconquête de l’électorat catholique menée par une droite (décomplexée, dit-on, impudique, sûrement !) qui tenait à se présenter comme nationaliste au vu du nombre de drapeaux.

Ça démarre dur !

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy