• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 16 novembre 2010

« Les actifs de BNP Paribas dépassent le PIB de la France »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2010

Source : Les mots ont un sens – 16 novembre 2010 –

URL de l’article : http://www.lesmotsontunsens.com/les-actifs-de-bnp-paribas-depassent-le-pib-de-la-france-8423

BNP Paribas grosse banque monde actifs Bloomberg Les actifs de BNP Paribas dépassent le PIB de la France les actifs de bnp paribas depassent le pib de la france 8423

Oïez, oïez citoyens. Début novembre, BNP Paribas devenait la plus grosse banque du monde en termes d’actifs, selon Bloomberg (*). Cocorico !!! Euh… Cocorico ? Oups, ‘fallait pas en parler ? Désolé…

BNP Paribas, plus grosse banque du monde

Le décompte de Bloomberg a de quoi faire frémir. Les actifs de BNP Paribas ont augmenté de 34% sur les trois dernières années, pour atteindre 2 240 milliards d’euros… soit plus que les actifs de Bank of America (la plus grande banque américaine) et de Morgan Stanley réunis ! Et, surtout, plus que le produit intérieur brut (PIB) français ! Logiquement, une telle niouze aurait dû faire les choux gras de la presse nationale, toujours prompte à enfourcher le coq pour hisser haut notre magnifique drapeau tricolore. Sauf qu’il aurait été difficile d’évoquer cette étude sans… rapporter l’analyse qui va avec.

[Lire la suite sur : lesmotsontunsens.com/]

 

Publié dans ECONOMIE, France | Pas de Commentaire »

« Les sept péchés capitaux de Dominique Strauss-Kahn »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2010

 Source : Fakir logon°47 septembre 2010

Couverture septembre 2010

Le journal Fakir est un journal papier, en vente chez tous les bons kiosquiers ou sur abonnement. Il ne peut réaliser des enquêtes, des reportages, que parce qu’il est acheté.

 

Les sept péchés capitaux de Dominique Strauss-Kahn

Partie 1

Le 14 novembre 2010 – par François Ruffin

Ministre des Finances de Lionel Jospin, DSK incarne, à lui seul, tous les renoncements de la gauche plurielle. Les « succès de ce modernisateur », point par point.

 

Les sept péchés capitaux de Dominique Strauss-KahnLe carcan monétaire : sans conditions

« Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro », Le Monde.

« Sous conditions ». Voilà la formule que trouvent, sur la monnaie unique, Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin dans la soirée du 4 septembre 1996. C’est qu’en ces journées où le Parti socialiste concocte son programme, le Mouvement des Citoyens de Jean-Pierre Chevènement et les communistes réclament un nouveau référendum. Les Verts demeurent, à l’époque, opposé à Maastricht. Et même au sein du PS, la majorité soutient Henri Emmanuelli : « Si on veut retrouver la croissance, il faut sortir du carcan monétaire. »
Devant cette offensive, DSK cherche la parade : le passage à l’euro se fera, mais sous « conditions ». Avec, notamment, l’affirmation d’un « gouvernement européen » face à la future Banque centrale, le rejet d’un euro surévalué par rapport au dollar, et la révision du pacte de stabilité.
Sitôt promis, sitôt trahi. « Au lendemain des élections législatives de 1997, Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro, et, oubliant les fameuses conditions que posaient auparavant les socialistes à son lancement, de se convertir au très contraignant pacte de stabilité » (Le Monde, 3 novembre 1999). Les ministres européens des finances se disent vite « rassurés », se montrent « confiants » : aucun « séisme » ne secouera l’Europe. La « discipline budgétaire » est acceptée, le traité d’Amsterdam signé (18 juin), et même : « les quinze accélèrent la création de la monnaie unique » (16 septembre).
DSK n’a guère bataillé. Ou seulement pour que Jean-Claude Trichet succède à Wim Duisenberg à la tête de la BCE : qu’un libéral français succède à un libéral néerlandais, voilà une jolie victoire… Depuis, tout le pouvoir est laissé aux banquiers, « indépendants », hors de contrôle démocratique. Eux se soucient de la seule inflation, qui menace la rente – guère de l’emploi. Et la gauche ne peut que se lamenter, impuissante, contre un « euro surévalué ».
Le « carcan monétaire » ne s’est pas desserré. Mais renforcé.

[Lire la suite sur : fakirpresse.info/]

Les 7 péchés capitaux de Dominique Strauss-Kahn

Les 7 péchés capitaux de Dominique Strauss-Kahn, partie 2

 

Le site fakirpresse.info (textes, dessins, sons, videos…) est sous licence Creative Commons.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Union des Étudiants communistes : communiqué de presse du 13 novembre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2010

Source : etudiants-communistes.org/ – mis en ligne le 15 novembre 2010
La droite tente encore d’instrumentaliser la mémoire de jeunes communistes

Dans son discours lors de la commémoration du 11 novembre, Nicolas Sarkozy s’emploie à enrôler à sa cause réactionnaire les jeunes héros de la résistances, étudiants et lycéens communistes, qui étaient des milliers à oser défier les nazis sur les champs Élysées. On frise la crise cardiaque en apprenant que Sarkozy veut se les approprier ! Nicolas Sarkozy connaît-il seulement les valeurs des jeunes entrés en résistance ?

Suzanne Djian, François Lescure, Francis Cohen et Léon Lavallée et tant d’autres ont combattu contre l’autoritarisme brutal et pour la liberté, Nicolas Sarkozy multiplie les coups de force au parlement et attaque toutes nos libertés, individuelles et collectivesCes étudiants communistes ont refusé le racisme et promu la solidarité ; le gouvernement stigmatise les immigrés (jusque dans l’abjecte loi Besson) et attise les divisions des travailleurs qu’il crée artificiellement (public contre privé, Français contre étrangers, jeunes contre vieux…). Les étudiants communistes ont voulu un monde de progrès et de justice sociale ; l’UMP casse tous ces rêves et ces conquêtes avec acharnement et méthode. (droit de grève combattu dans plusieurs professions avec la mise en place de réquisitions).

Et ce serait l’UMP la gardienne des valeurs de la résistance ! Comment Nicolas Sarkozy ose-t-il s’en emparer quand tant des nôtres sont morts pour que vive cette France du programme du CNR, cette France qui a créé notre système de retraites que hait tellement ce sinistre gouvernement ? De plus, la filiation revendiquée envers De Gaulle est absurde et incohérente avec la politique extérieure de ce gouvernement, notamment au sujet de l’OTAN.

Après Guy Môquet, il semblerait que le président et son gouvernement aient à cœur de récupérer des martyrs et les faire marcher à contre-sens de toute leur vie ! En tant que secrétaire nationale de l’UEC, je leur interdis de brandir la noble figure de ces étudiants pour servir les intérêts de la bande du Fouquet’s qu’ils ont tant combattus. Ces étudiants voulaient poursuivre le combat de ceux qui les ont précédés, pour le pain, la paix, la liberté, lorsqu’ils ont lancé un paquet de tracts du haut d’un amphi, à la Sorbonne, invitant les étudiants à les rejoindre.

Ils étaient des milliers à faire valoir leurs idées, lorsqu’ils décident d’aller manifester devant la tombe du Soldat inconnu, conscients du dangers lorsque les nazis ont arrêté 150 d’entre eux ; ou quand François Lescure, secrétaire parisien de l’UEC et organisateur de la manifestation du 11 novembre est arrêté et torturé, au moment où il s’apprêtait à quitter la France pour rejoindre le gouvernement provisoire de De Gaulle, à Alger, où il devait représenter les étudiants communistes. Les Allemands le laisseront pour mort, les reins brisés, mais il réussira quand même à s’échapper.

C’est ce symbole, c’est cette mémoire, ce sont ces vies que Nicolas Sarkozy a instrumentalisés le 11 novembre. Il tente d’enrôler ces hommes, dans leur conception d’une nation de dominations, d’une nation du repli sur soi. En 2007, Sarkozy décide de faire lire la lettre de Guy aux lycéens ; en 2008 il tente d’imposer le fichier Edvige pour consigner et dresser des listes des « personnes susceptibles de porter atteinte à l’ordre public  » par leur engagement ou leur appartenance politique, syndicale ou associative. Il tentait de faire oublier qu’il avait été arrêté par la police française parce qu’il diffusait un tract comme des centaines, des milliers d’autres jeunes en France. Il a été désigné par le ministre de l’Intérieur français de l’époque pour être livré aux nazis, parce qu’il était jeune communiste. La droite vide tout le contenu du message de la Résistance en instrumentalisant la mémoire de ces étudiants !

N’en déplaise à certains, résister, ce n’est pas seulement s’arc-bouter sur l’existant. Résister aujourd’hui, ce n’est pas avoir un boulot à n’importe quel prix. C’est avoir un travail qui permette de se construire, de voir l’avenir, de faire des projets. C’est aussi faire avancer un monde de co-développement où les peuples se croisent et avancent ensemble, où les droits politiques, économiques et sociaux des individus progressent de Vancouver à Calcutta, d’Oslo à Johannesbourg. Résister, c’est refuser l’avenir qu’on nous prépare fait d’injustices, d’inégalités et de précarité généralisée. Faire vivre la Résistance aujourd’hui, ce n’est pas courber l’échine face au recul de civilisation que vous orchestrez. Ce n’est pas s’emparer de la mémoire des résistants pour bafouer les valeurs qui étaient les leurs. On a sans doute raison de penser qu’en 2010 les étudiants de France s’appellent toujours résistants ; c’est bien pour ça qu’ils sont toujours plus dans la rue, chaque jour davantage mobilisés pour défendre leur avenir !

Marion Guenot Secrétaire Nationale de l’UEC

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Santé et protection sociale en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2010

Site national du PCF16 novembre 2010

 

Le PCF dénonce la mise à l’index de la Santé

Santé et protection sociale en danger dans POLITIQUE

 

Faisant suite à une mise en scène aussi longue que méprisante pour la population, le « nouveau Premier Ministre » a désigné Xavier Bertrand, Ministre du travail de l’emploi et de la Santé alors que Roselyne Bachelot récupère les Solidarités et la Cohésion sociale.

Après avoir dépecé l’hôpital public, les services déconcentrés du Ministère de la santé et imposé un recul démocratique considérable dans la santé, Roselyne Bachelot prend en charge le dossier de la dépendance. Le pire est à craindre de cette ancienne collaboratrice des groupes pharmaceutiques qui veillera, à n’en pas douter, aux intérêts du MEDEF dans le dossier du financement de la dépendance.

Il est parfaitement ahurissant que la santé soit reléguée au rang de Secrétariat d’État alors que c’est une des toutes premières préoccupations des Français-e-s.

Nora Berra occupera ce poste déqualifié. Médecin aux Hospices Civils de Lyon tout en étant médecin au sein de trois des principaux groupes pharmaceutiques, la nouvelle Secrétaire d’État continuera de cultiver le conflit d’intérêt, qui reste la marque de fabrique des gouvernements de l’ère Sarkozy.

Il n’y a rien de bon à attendre de cette « nouvelle » équipe. La santé et la protection sociale sont en danger.

Le PCF dénonce la mise à l’index de la Santé et appelle à la mobilisation et à l’intervention de tous les professionnels, personnels et usagers pour préserver ce bien précieux pour la population.

Parti communiste français – Paris, le 15 novembre 2010.

 

Publié dans POLITIQUE, SANTE | Pas de Commentaire »

Nicolas Hulot acclamé par les écolos, tout un programme…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2010

Source : Rimbus le blog14 novembre 2010

URL de l’article : http://rimbusblog.blogspot.com/2010/11/nicolas-hulot-acclame-par-les-ecolos.html

Nicolas Hulot acclamé par les écolos, tout un programme…

 

http://www.dailymotion.com/video/xapuzj

 

Stéphane Guillon disait hier soir, dans l’émission de Ruquier, que Nicolas Hulot avait demandé sa tête à Jean-Luc Hees suite à cette chronique ci-dessus. «En mon nom personnel, et au nom de Radio France, je vous présente mes excuses» avait répondu le directeur de la radio publique, avant de se débarrasser du trublion.

Le télévangéliste autoproclamé ne rigole pas, il sauve le monde. Si par la même occasion il s’enrichit, c’est un hasard.
Fort de ses soutiens (TF1, EDF, L’Oréal, Alstom…) , Nicolas Hulot compte bien peser sur la nouvelle formation écologiste pour empêcher sa dérive à gauche, et il s’est fait applaudir à tout rompre par les écolotartuffes hier.

Quel est donc le credo de Nicolas Hulot ?

« il est trop facile de toujours accuser les industriels et les agriculteurs de tous les maux de la Terre. Leurs impacts sur les milieux naturels sont évidents, mais les pollutions générées par 6 milliards d’individus s’y confondent. Or, globalement, ce sont les plus importantes. Nous sommes donc, en grande partie, tous responsables et c’est à nous tous, collectivement, d’y remédier ».

Et oui, les gentils industriels n’y sont pour pas grand chose, c’est bien les citoyens qui sont responsables de la dégradation de la nature, donc il est logique de les taxer (CQFD).
Les braves industriels n’ont fait que nous fournir les objets consommation polluants que nous leur demandions, selon lui… comment leur en vouloir ?

La fondation Hulot est aussi un des acteurs majeurs du Grenelle de l’Environnement, et ne manque pas de remercier le gouvernement de l’avoir mis en place.
« ceux qui disent que le Grenelle est une coquille vide sont soit paresseux pour ne pas avoir lu l’essentiel des 268 mesures, soit partiaux pour ne pas saluer l’effort réalisé, bafouant en cela l’esprit du Pacte Ecologique qui était, sur ces enjeux, de ne jamais céder aux réflexes politiciens ou partisans. »

Avec un tel parrainage, la nouvelle formation écologiste montre d’emblée dans quel camp elle se trouve : celui des hélicologistes.
Fort de ces acclamations, l’homme d’Ushuaïa n’exclut pas de se présenter à l’élection présidentielle en 2012.

Il aurait tort de se gêner, il a déjà un public naïf et crédule à ses pieds. 

******************************************

Sur le même thème :

http://www.humanite.fr/14_11_2010-le-nouveau-parti écologiste se veut une alternative :

Extrait :  » Ce projet qui se veut une alternative au libéralisme et au sarkozysme a vocation « majoritaire ». Ce qui amène Daniel Cohn-Bendit à dire : « Pour battre Nicolas Sarkozy et la droite, il nous faut être capables de rassembler au-delà de la gauche. » Histoire de rassurer une partie des électeurs centristes qui, aux élections régionales, ont permis aux écologistes de faire leur score. Cette ligne politique faite de grands écarts sera-t-elle, au final, celle de cette nouvelle formation ? En tout cas, dans la salle, samedi, les avis sont partagés entre ceux qui veulent battre Nicolas Sarkozy à tout prix et les tenants, pour cela, d’un ancrage à gauche. » (Max Staat)

 

Publié dans Europe Ecologie les Verts, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy