• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 23 octobre 2010

Front de Gauche : Solidarité financière avec les salariés en lutte

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Source : Site national du PCF – 23 octobre 2010

Solidarité financière avec les grévistes :

Concrétiser notre soutien

 

Front de Gauche : Solidarité financière avec les salariés en lutte dans Front de Gauche arton5157-9f706 300 personnes s’étaient donné rendez-vous ce samedi 23 octobre devant le centre Beaubourg. Témoignages de salariés en lutte, d’enseignants, d’infirmières ou d’étudiants : tous se sont relayés pour expliquer le mouvement, les conditions parfois rudes dans lesquelles il se développe. On ne fait jamais grève par plaisir. Ça coute ! Nicole Borvo, la présidente du groupe des sénateurs communistes et du Parti de gauche, était aussi présente au lendemain du vote à marche forcée dans la haute assemblée. Une manière de transmettre le bâton de la résistance. On ne lâche rien !

Pierre Laurent, Christian Picquet et Jean-Luc Mélenchon les trois porte – parole du Front de Gauche à l’origine de cette initiative qui va désormais se décliner dans les villes, quartiers et entreprises, étaient aussi présents pour haranguer une foule curieuse et solidaire où, fait notable, était aussi présente la presse internationale, venue là pour tenter de comprendre le mouvement social français.

Au bilan de cette collecte d’une heure 30, 5912 euros. Belle somme ! Elle confirme que le mouvement est définitivement populaire et largement ancré dans la population. Un lancement réussi et à multiplier partout en France.

La solidarité est aussi une arme à la disposition du mouvement social

pour faire plier le pouvoir en place. Elle est à utiliser sans modération !

Suite de l’article

 

Publié dans Front de Gauche, RETRAITES, Solidarite | Pas de Commentaire »

Entretien avec l’ancien premier ministre Pierre Mauroy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Entretien avec l'ancien premier ministre Pierre Mauroy  dans IDEES - DEBATS - PHILO 22 octobre 2010 – Entretien réalisé par Jean-Paul Piérot et Max Staat

 

Entretien avec l’ancien premier ministre Pierre Mauroy

 

Pierre Mauroy

Entretien avec Pierre Mauroy, sénateur PS, du Nord, ancien premier ministre du gouvernement de gauche, à participation communiste, qui institua la retraite à 60 ans en 1982.

Vous êtes intervenu dans 
le débat au Sénat pour fustiger le gouvernement qui « liquide
en catimini » la retraite à 60 ans. Cette mesure est peut-être, disiez-vous, « la plus importante dans toute
la Ve République » Pourquoi ?

Pierre Mauroy. Des millions de personnes attendaient cette mesure depuis longtemps. Je me souviens des cortèges de manifestants réclamant deux choses : l’union de la gauche et la retraite à 60 ans. En 1981, nous avions 110 propositions. Mais la retraite à 60 ans est celle qui a suscité le plus d’enthousiasme. Tout cela est resté dans la mémoire de plusieurs générations dans le monde du travail. Cela a été un tel cri d’espoir que, franchement, on ne peut pas l’abandonner. Il faut garder l’entrée dans la possibilité de la retraite à 60 ans pour le plus grand nombre. Retarder la retraite c’est mettre certaines catégories dans la difficulté. Les personnes qui sont à deux ans de la retraite, apprenant qu’elles doivent faire deux ans de plus alors qu’elles sont si fatiguées ! Vraiment il faut garder le seuil des 60 ans.

Les arguments gouvernementaux invoquant la démographie, l’allongement de l’espérance de vie ne visent qu’à éviter de poser la question d’autres pistes de financement…

Pierre Mauroy. J’ai un angle d’attaque qui diffère un peu du vôtre. L’allongement de l’espérance de vie peut avoir des conséquences sur le système des retraites. Des salariés peuvent envisager de partir un peu plus tard. Mais ce n’est pas principalement un problème de temps mais d’argent. Pour équilibrer les retraites il faut que les cotisations soient en proportion du coût qu’elles représentent pour la société. Mais le gouvernement n’a rien rééquilibré. Pour bâtir une solution pérenne. Il faut d’autres sources de financement. Les cotisations, on ne peut les augmenter que légèrement. Il faut se tourner davantage vers les entreprises. Il faut élargir l’assiette, faire contribuer les retraites chapeau, les stock-options. Il faut mettre fin au scandale des scandales, le bouclier fiscal, et d’autres niches. Quand on aura fait tout cela, on peut envisager un allongement raisonnable de la durée du travail proportionnée à la durée de vie.

Ne pensez-vous pas que derrière
la dramatisation entretenue par
le gouvernement sur l’avenir des retraites se cachent d’autres intentions, celle du remplacement du système solidaire par répartition par
la capitalisation ?

Pierre Mauroy. Moi, je le crois. Franchement, organiser ce mur d’intransigeance, manifester cette volonté de ne pas bouger, cela est suspect. Dans le débat au Sénat, la droite a tout refusé. Il n’y a pas eu un seul geste de générosité. Ils sont restés sur une position dure… Pourquoi ? On peut penser que le système par répartition ne leur convient pas, ils ne peuvent pas aller plus loin ouvertement mais plus tard on pourrait passer à l’étape de la capitalisation des retraites. La droite va l’emporter car elle a la majorité au Parlement. Mais cela ne sera pas pour elle une victoire, car la question de la retraite est tellement importante pour les Français, c’est une période où l’on espère avoir une vie plus heureuse, Je le répète : le gouvernement et la droite ne veulent pas une négociation qui risquerait de réussir. Ils ont d’autres objectifs en vue.

Plus de 70 % des Français sont contre le projet Sarkozy. Un gouvernement peut-il ainsi piétiner l’opinion 
de la majorité ?

Pierre Mauroy. Il y aura des élections. Les Français n’ont pas la mémoire courte. Le président aura du mal dans sa rencontre avec les Français en 2012. Mais au-delà des retraites, les Français sentent bien qu’ils sont mal gouvernés. En réalité, les dirigeants actuels sont tellement proches du monde de la finance que cela apparaît de façon éclatante. Ce sont des gens d’argent. L’actuel chef de l’État n’est pas un personnage qui aurait dû être élevé au niveau de président de la République, mais nous sommes des républicains et nous respectons le vote des Français.

On a le sentiment d’être dans 
une impasse…

Pierre Mauroy. Du fait de l’entêtement du président et du gouvernement. Ce que nous souhaitons, c’est de conclure ce débat positivement. SI ce n’est pas possible avec eux, ensuite nous trouverons la solution. Ce gouvernement, au plus bas dans toutes enquêtes d’opinion, oppose au mouvement social un non qui veut donner l’impression de la force et de l’autorité, alors que cela donne une image tout à fait contraire. La mobilisation sociale est la plus forte depuis plusieurs années. Des millions de personnes descendent dans la rue. Un gouvernement responsable rechercherait la solution permettant aux uns et aux autres de sortir de ce conflit sans trop de dégâts. La première chose à faire, serait de réunir les syndicats, de se donner un délai et de rouvrir le chantier.

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Politique nationale, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Communiqué CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Le 21 octobre 2010

Les journées du samedi 16 et du mardi 19 octobre 2010 confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau. Ce sont des millions de salariés qui dans le cadre de ces 6 journées d’action depuis début septembre affirment vouloir une autre réforme des retraites juste et efficace et l’ouverture de négociations avec les syndicats.

L’ampleur des mobilisations confirme qu’au-delà de la réforme des retraites, l’emploi, les salaires, les conditions de travail mais aussi l’avenir des jeunes sont restés sans réponses efficaces notamment depuis l’aggravation des situations liée à la crise financière de 2008. Les organisations syndicales conviennent de travailler ensemble sur ces questions dans les semaines à venir afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.

Différents sondages réalisés ces derniers jours confirment que le mouvement recueille un très large appui de la population confirmant que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Les organisations syndicales appellent leurs organisations à poursuivre leurs mobilisations afin de rassembler le plus grand nombre et d’amplifier le soutien de l’opinion publique. Elles appellent leurs organisations dans les territoires, les entreprises, les administrations à poursuivre les initiatives unitaires. Elles veilleront au respect des biens et des personnes.

Le gouvernement porte la responsabilité pleine et entière de la poursuite de la mobilisation compte tenu de son attitude intransigeante, de son absence d’écoute et de ses provocations à répétition. Il ne peut pas répondre à la situation actuelle par le déni et la répression.

Les organisations syndicales appellent solennellement le gouvernement et les parlementaires à ne pas adopter cette réforme en l’état.

Les organisations syndicales confirment que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’État, les organisations syndicales décident de continuer et d’élargir la mobilisation.

Elles décident de deux nouvelles journées de mobilisation

  • le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.
  • le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’État.

Les organisations syndicales se retrouveront le 4 novembre.

 

Publié dans Luttes, RETRAITES, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Ils tapent même sur les pompiers ! (photos)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

La photo ayant disparu de l’article ci-dessous, voici un petit montage de quelques photos jointes au courriel reçu.

Désolée pour la qualité plutôt médiocre du document.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

img.jpg

Publié dans Luttes, Police, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Ils tapent même sur les pompiers !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Courriel reçu le 21 octobre 2010

 

Ils tapent même sur les pompiers.


Ils tapent même sur les pompiers ! dans Luttes

Suite à la manifestation des pompiers des Alpes maritimes revendiquant la reconnaissance de métier à risque et la pénibilité du métier pour la réforme des retraites , les C R S  les ont chargés avec leur délicatesse coutumière.
Le pompier à terre sur la photo a pris un coup de matraque dans la tête sans raison, transporté inconscient à l’hôpital de Nice il se réveillera dans l’après midi.
5 pompiers ont été mis en garde à vue. 
Une violence inouïe face à des pompiers avec qui ils ont l’ habitude de travailler, une perte de sang froid totale qui a provoqué un excès de violence chez ces individus que nous ne regarderons plus jamais de la même façon, inacceptable pour nous de voir ce genre de pratique . 
Faut que ça se sache …..

 

Publié dans Luttes, Police, SOCIAL | Pas de Commentaire »

De bien curieux casseurs…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010


De bien curieux casseurs... dans Luttes casse

 

L’un des supposés casseurs

(Source photo :  humanite dans Police du 21 Octobre 2010)

 

 

 

 

Casseurs ou policiers ? La stratégie de la tension

Source : Plume de presse – 22 octobre 2010 -  Par Olivier Bonnet

 

04-La Meche-Une.pngDix-septième jour de notre grève du zèle illimitée en soutien au mouvement pour les retraites : voici la première édition quotidienne de plumedepresse !

 

Débordé par l’ampleur de la contestation, Sarkozy tente d’utiliser une recette vieille comme le sinistre SAC de son mentor Charles Pasqua : favoriser une montée de la violence à l’aide de provocations policières pour mieux justifier la répression et se poser en restaurateur de l’ordre public.

« Il y a des moments où on trouve que certains groupes ont un comportement un peu étrange : nous voyons des gens qui cinq minutes jettent des pierres et la minute d’après, ont un brassard », accuse le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, précise, repris par Le Point : « les violences, « très marginales et très mises en scène », sont le « résultat d’une stratégie de tension et provocation du gouvernement. On voit devant certains quartiers ou certains lycées une présence policière totalement démesurée » et il y a « quelques éléments dont on aimerait bien savoir d’où ils sortent et par qui ils sont organisés, parce que tout ça ne semble pas relever de la génération spontanée », estime-t-il ». C’est que les témoignages accusatoires se multiplient, comme le récapitule une enquête très complète de Dan Israel pour @rrêt sur images (…)

[Lire la suite sur : plumedepresse.net/]

Publié dans Luttes, Police, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Police et liberté de la presse : « T’as une carte de presse ? […] Ta gueule ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Publié par : Rue89

Comment la police empêche les journalistes de travailler en manif

Par Augustin Scalbert | Rue89 | 22/10/2010 

Malgré les dénégations des autorités, vidéos et témoignages montrent que la police empêche la presse d’informer le public.

« Il n’y a évidemment pas de consigne », répond officiellement la police nationale quand on l’interroge sur plusieurs cas de journalistes dont le matériel a été matraqué ou confisqué par des CRS, quand les personnes n’ont pas été elles-mêmes violentées ou interpellées. Plusieurs documents et témoignages recueillis par Rue89 montrent pourtant une nervosité assez fréquente pour empêcher ces journalistes de rapporter au public des images des manifestations.

[Article complet et vidéos sur : rue89.com/]

Publié dans LIBERTES, Police, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Raffinerie de Grandpuits : La justice suspend la réquisition !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2010

Lu sur : france-info.com/

 

Le tribunal administratif de Melun a suspendu l’arrêté préfectoral qui réquisitionnait des salariés grévistes de la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne.

Le tribunal, qui était saisi par les syndicats du site, estime en effet que cet arrêté « a porté une atteinte grave et manifestement illégale au droit de grève ». Un nouvel ordre de réquisition est cependant entré en vigueur à 23h30.

[Lire l’article complet sur : france-info.com/]

Publié dans Justice, Luttes, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy