L’Éducation nationale va-t-elle instaurer l’apartheid à Saint Gratien ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 septembre 2010

Source : Humanite.fr/15 septembre 2010
29 enfants privés d’école à Saint Gratien (95)

 

Communiqué de presse de la FCPE

Nous avons été contactés par des familles hébergées à la  Résidence IDFI à St Gratien Val d’Oise, où 29 enfants de 3 à 14 ans n’ont  pas été scolarisés à la rentrée 2010.

Les familles ont essuyé un refus de scolarisation de la part des services municipaux, malgré leur domiciliation  sur la commune. C’est une pratique contraire à la loi d’obligation scolaire.

Nous intervenons, Association FCPE et élue, auprès des autorités compétentes, Inspection Académique du Val d’Oise pour les collégiens, Inspectrice de l’Éducation Nationale de secteur (Sannois/St Gratien) pour les enfants d’élémentaire et de maternelle.

Les réponses apportées par l’Inspection Académique du Val d’Oise à ce jour sont des plus surprenantes. Bien que ces élèves aient eu jusqu’ici un parcours scolaire classique dans un autre département, l’Éducation Nationale impose maintenant le regroupement arbitraire d’enfants d’âges et de niveaux scolaires différents dans une classe unique faisant penser à un ghetto. 

Collégiens  (5) : Tous sont orientés en classe non francophone à Argenteuil en dépit d’un parcours scolaire en France et des orientations  annoncées par leurs écoles et collèges précédents.

Élémentaires (15) : Tous vont aller dans « une classe unique » quel que soit leur niveau et leur orientation préconisée en juin 2010 par  leur école antérieure.

Maternelles (9) : Les enfants ayant un parcours scolaire devraient être intégrés prochainement à la « classe unique » afin d’y subir des tests. Les autres (petits de 3 ans) sont en attente d’inscription au bon vouloir de la municipalité.

L’IEN nous indique qu’il s’agit d’une solution « intermédiaire ». En attendant quoi ? L’expulsion des familles de St Gratien ? C’est sans équivoque le souhait du maire de St Gratien qui est en conflit avec le prestataire gérant la résidence d’hébergement d’urgence. L’Éducation Nationale répond-elle au bon vouloir du maire, de la Préfecture,  qui ne souhaitent visiblement pas la présence de ces familles à Saint Gratien  ? Les 29 enfants doivent-ils faire les frais du bras de fer engagé entre le propriétaire de la structure  « IDFI » et la commune ?

Nous souhaitons attirer votre attention sur les points suivants :

La loi oblige à la scolarisation de tout enfant domicilié sur la commune de St Gratien, quel que soit son  parcours.

Nous nous interrogeons sur la réaction de l’Éducation « Nationale » qui devient arbitrairement « départementale » en ne respectant pas les  décisions d’orientation prises par les professeurs  d’autres départements.

On assiste à un mélange des genres dérangeant entre  commune, Préfecture  et Éducation Nationale.

Nous sommes disponibles pour toute information complémentaire, témoignages, contacts avec familles et jeunes. Nous ne vous cachons pas que nous avons besoin d’une médiatisation afin que les valeurs républicaines en vigueur dans notre pays soient respectées. Nous voulons que  les enfants s’intègrent dans une école pour tous quelque soit leur origine, leur parcours et leur lieu d’habitation.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy