• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 13 septembre 2010

« Sarkogate » : Des barbouses pour museler la presse ?!!

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2010

Accueil 13 septembre 2010 – Frédéric Mazéas

 

Affaire Woerth-Bettencourt : des barbouses pour museler la presse ?

 

Le quotidien « Le Monde » va porter plainte contre X, persuadé que l’Élysée a demandé au contre-espionnage français de trouver les sources de ses informations dans l’affaire Woerth-Bettencourt.

 

Alors que le gouvernement est empêtré dans les affaires, la polémique autour des expulsions de Roms ou la mobilisation grandissante contre le projet de réforme des retraites, voila une nouvelle bombe qu’il sera difficile de désamorcer. Le quotidien Le Monde a annoncé ce matin qu’il portait plainte contre X pour « violation du secret des sources. »

Dans ces éditions du 18 et 19 juillet, le journal relatait les gardes à vue de l’affaire Woerth-Bettencourt, à propos des conditions d’embauche de Florence Woerth par Patrice de Maistre. Le quotidien accuse le pouvoir d’avoir ordonné à la direction générale de la police nationale (DGPN) « de mettre fin aux fuites qui avaient abouti à la publication de ces informations dans Le Monde. »

Le conseiller de MAM appelé à quitter ses fonctions

Comme le raconte Le Nouvel Observateur, cette enquête hors procédure judiciaire aurait fait de David Sénat, conseiller pénal de la ministre de la justice Michèle Alliot-Marie, la source des fuites. Après une phase préliminaire pour établir le profil de la source potentielle, des « expertises techniques » ont été mises en place autour du téléphone administratif du conseiller, faisant apparaître le nom de Gérard Davet, journaliste au Monde, dans ses contacts. Les conclusions ont été transmises au palais présidentiel fin juillet et David Sénat a depuis « été appelé à quitter ses fonctions. »

Dans une déclaration, l’Élysée « dément totalement les accusations du Monde et la présidence de la République précise qu’elle n’a jamais donné la moindre instruction à quelque service que ce soit. »

Le Monde porte plainte en fonction de la loi relative à la protection du secret des sources des journalistes, renforcé en janvier dernier où « est considéré comme une atteinte indirecte au secret des sources le fait de chercher à découvrir les sources d’un journaliste au moyen d’investigations portant sur toute personne qui, en raison de ses relations habituelles avec un journaliste, peut détenir des renseignements permettant d’identifier ces sources. »

« Le délabrement de notre démocratie »

Marie-George Buffet (Parti Communiste Français) a dénoncé lundi dans cet épisode une nouvelle étape « dans le délabrement de notre démocratie soumise aux coups de boutoirs de la « bande du Fouquet’s ».

« Ce coup fait mal à la République puisqu’il viole la liberté de la presse. Si la main de la présidence de la République se confirmait, nous serions en présence d’une affaire d’État. Et ceux qui auraient ainsi bafoué notre démocratie devraient en tirer les conséquences que dicte le respect de la République », conclut la députée PCF de Seine-Saint-Denis.

 

Voir l’article du Monde : De l’affaire de la « rumeur » à celle du « Monde », jusqu’où va la sureté de l’État ?

 

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Continental : Travailler plus pour gagner moins !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2010

Confrontés à un chantage à l’emploi 52 % des employés ayant participé à la consultation organisée par Continental de la région Midi-Pyrénées ont accepté de se serrer la ceinture en contrepartie d’une promesse de maintien de l’emploi jusqu’en 2015. L’équipementier espère ainsi augmenter ses profits de 8 % sur le dos des travailleurs.

«Êtes-vous pour ou contre l’accord de maintien de l’emploi ? » C’est à cette question que devaient répondre aujourd’hui, par référendum, les 2 500 salariés. Face à ce chantage, la CGT et la CFDT de l’entreprise avaient appelé au boycott de cette consultation qu’elles jugent illégales.  

Pour Olivier Grimoux, délégué CGT : « Cette consultation bidon est le résultat d’un chantage organisé par la direction pour augmenter de 8 % ses profits. Notre société ne connaît aucun problème économique. Elle fait des bénéfices, sa rentabilité sur investissements est de 65 % et les carnets de commandes sont pleins. » 

Rappelons qu’en janvier 2010, l’ancien directeur de l’usine avait déclaré que celle-ci était « extrêmement compétitive » : 38 millions d’euros de bénéfice en 2009. 

Résultats du vote :

83 % des salariés ont participé au vote : 2075

52 % des votants ont accepté : 1079

→  1425 salariés, (57 % de 2500) n’ont pas oublié qu’en 2009, Continental avait demandé pareils efforts à l’usine de Clairoix (Oise) pour finalement la fermer et proposer ensuite des reclassements à 137 € par mois en Tunisie !

 

L’AG du personnel à 14 h avait réuni plusieurs centaines d’employés, parmi lesquels des anciens de Clairoix, et des représentants du monde politique. Des syndicalistes allemands et espagnols étaient également venus  apporter leur soutien aux salariés de Toulouse.

« Ils nous ont expliqué qu’on leur a demandé exactement la même chose qu’à nous il y a quelques mois. Sous différentes formes, c’est toujours approximativement 8 % de la masse salariale qu’on cherche à raboter, en Espagne, en Allemagne ou en France. » 

La direction allemande « monte les usines les unes contre les autres » et cherche à « faire plier un des sites pour ensuite imposer ses conditions aux autres ». ((Sami Hamida, délégué CFDT)

 

Les syndicats CGT et CFDT ont annoncé qu’ils dénonceraient tout accord qui serait signé avec la direction :

« De toute façon, c’est la loi, celle d’août 2008, qui prévaut sur les consultations salariales. Un tel référendum est donc illégal. Seuls les syndicats majoritaires, ce que nous sommes, peuvent signer un tel accord. Et nous ne le signerons pas. »(Olivier Grimoux, CGT)

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Fête de l’Humanité : «Nous sommes là, ensemble pour gagner»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2010

Fête de l'Humanité : «Nous sommes là, ensemble pour gagner» dans Front de Gauche 13 septembre 2010 – Maurice Ulrich

 

«Nous sommes là, ensemble pour gagner»

Photo : Jean Marie Faucillon

JMF2 dans Gauche unitaire

Au cours des trois jours de cette Fête à haute densité politique, Pierre Laurent, comme de son côté Bernard Thibault, a affirmé que rien n’est joué sur les retraites. Le secrétaire national du PCF, Christian Piquet, pour la Gauche unitaire, et Jean-Luc Mélenchon, pour le Parti de gauche, ont appelé depuis la Fête à une dynamique du Front de gauche.

Il y a toujours dans la Fête des moments de grâce et d’autres qui bouleversent. La grâce, ce peut être un sourire, avec un groupe de ces jeunes gens qui arrivent sans cesse avec leurs Quechuas en larges tartes et leurs vêtements bariolés où se lisent les inventions des modes à venir. L’émotion, dans le silence à couper au couteau d’une foule de plus de 50 000 personnes devant la Grande Scène, ce fut Francesca Solleville chantant Nuit et brouillard, samedi après-midi, en hommage à Jean Ferrat. C’est peut-être au fond ce que n’ont jamais compris tous ceux qui, des années durant, se sont acharnés, au prix d’un sacré effort de cécité, à ne voir dans les allées que frites et merguez : cette proximité, ce partage de valeurs, d’humanisme et ce goût du printemps de l’auteur de Ma France.

Mais précisément, cette année, les fritologues en ont été pour leurs frais, la Fête a fait l’événement politique du week-end, en étant un véritable rendez-vous de la gauche. La France aujourd’hui, soulignait avec force le directeur de l’Humanité au Village du monde, devant les représentants et ambassadeurs des multiples pays ayant un stand sur la Fête, la France est bafouée. « Hier, disait-il, le Sénat a voté une citoyenneté à deux vitesses et la droite à l’Assemblée nationale a voté, avec l’article sur la retraite à soixante ans, une régression sociale sans précédent. » Une France bafouée et qui n’a rien à voir avec celle du trio Sarkozy, Hortefeux, Besson, pour ne citer qu’eux. Une France qui se bat.

Des échanges, du débat, des solutions

Sarah, dix-huit ans, et Matthieu, vingt et un, mangent des nems. Ils sont allés à la manif du 4, ils n’ont pas pu aller à celle du 7 sur les retraites mais ils iront le 23. Et Sarah, qui porte un badge PCF mais n’est pas adhérente, attend de la Fête des échanges, du débat et, dit-elle, des solutions. Une attente forte. Des solutions, pour changer de politique, bien sûr, comme ces deux jeunes comédiens grimés en personnes âgées et qui promènent leur CV d’embauche. C’est leur invention dans la bataille des retraites, comme d’autres font signer massivement la pétition éditée par le PCF. Drôle de rentrée que celle-ci, drôle de fête en pleine bataille contre ce pouvoir et après déjà deux manifestations qui, chacune, ont marqué un tournant. Présent sur la Fête où il a rencontré Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, Bernard Thibault, le leader de la CGT, devant plusieurs centaines de personnes, a démenti tous ceux qui, comme le titrait France-Soir samedi matin, veulent faire croire que la retraite à soixante ans, c’est fini. « C’est nous qui sommes en position de force », affirmait-il, tout en appelant à élargir toujours plus la mobilisation, sans tomber dans les illusions des solutions presse-bouton, fussent-elles d’apparence radicale.

De son côté, Pierre Laurent, dans un discours percutant, en recevant les personnalités présentes à la Fête et particulièrement les représentants de tous les partis de gauche, appelait aussi à élargir cette mobilisation. Il affirmait sa certitude que rien n’est joué : nous sommes là pour gagner.

Devenir des créateurs du projet partagé

Gagner. C’est aussi ce qui était en jeu dans l’après-midi à l’Agora de l’Humanité avec Christian Picquet, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent pour lancer l’ambition d’une dynamique du Front de gauche dans l’élaboration partagée d’un projet. Mais ce projet, ce programme, « nous n’allons pas l’écrire dans un bureau mais avec vous », affirmait Jean-Luc Mélenchon, quand bien même le Parti de gauche a travaillé sur ses propres propositions.

Pierre Laurent invitait toutes celles et ceux qui aspirent au changement à devenir des créateurs et des « propriétaires » de ce projet, sans quoi il n’y aura pas de véritable alternative à cette politique. Il en appelait à une dynamique qui devienne visible d’ici trois ou quatre mois mais, en même temps, « c’est maintenant, pas en 2012, qu’il faut faire reculer Sarkozy », que ce soit sur les retraites ou sur sa politique d’indignité nationale : « Ils ont signé un pacte d’argent, signons un pacte d’unité populaire. »

C’est dire en même temps que les leaders du Front de gauche se sont refusés à entrer, selon les mots de Pierre Laurent, « dans une guerre des ego » ou une opération de casting pour la candidature à la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon, qui s’est depuis un moment déclaré prêt à cette candidature, soulignait lui-même devant la presse que « ce n’est pas la question aujourd’hui.».

Vivement sollicité, le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne a simplement témoigné de sa légitimité à poser sa candidature, comme il l’avait fait à l’ouverture de la Fête, en tant qu’« élu de terrain », rappelant au passage les résultats aux régionales de la liste qu’il conduisait. Pour sa part, Pierre Laurent n’a cessé d’insister, tout au long d’une Fête où il a véritablement « mouillé la chemise » sur l’urgence de faire de la politique autrement, de construire avec les gens eux-mêmes : « Ils sont trop nombreux et souvent parmi les plus modestes à penser que la politique ne les concerne plus. »

 

 

Publié dans Front de Gauche, Gauche unitaire, Luttes, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE, Politique nationale, RETRAITES | Pas de Commentaire »

FEIGNIES ENSEMBLE N°30

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2010

 

FEIGNIES ENSEMBLE                                                   PCF

FEIGNIES POUR TOUS                                                                        septembre 2010 – N°30

http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/

 

« Ce qui se passe aujourd’hui est extrêmement grave : pour la première fois depuis la Libération de 1945, nous assistons à une politique de nature raciale »

Maître Henri Braun – avocat

« Il faudrait parler plus positivement des étrangers »

Monseigneur Schockert – évêque de Belfort

 

Sécurité : un gouvernement de pompiers pyromanes !

Objectif : Diviser et faire peur

 

Pourquoi des situations d’insécurité ?

 

  • 144 000 : c’est le même nombre de fonctionnaires de police sur tout le territoire qu’en 2002
  • 11 000 : le nombre de suppressions de policiers et de gendarmes en 2010
  • 256 000 : les emplois sacrifiés en 2009, sous le ministère de M. Estrosi, maire d’une ville riche, grand donneur de leçons aux communes en difficulté
  • 41, 7 % : le taux de chômage des jeunes hommes de moins de 24 ans, en zones urbaines sensibles
  • 9 000 : le nombre de postes d’enseignants spécialisés des Réseaux d’aide aux enfants en difficulté que le gouvernement veut supprimer

 

A Feignies : Le poste de police, antenne du commissariat de Maubeuge a été supprimé.

        La présence de la gendarmerie a été supprimée sur le territoire de la commune.

A Maubeuge : Il manque 70 personnes au commissariat pour un fonctionnement normal.

A Fourmies : 30 gendarmes remplaceront 56 policiers du commissariat qui fermera fin 2010.

 

Quelles solutions ?

 

  • L’État est gardien de l’intérêt général et responsable du bon fonctionnement des services publics : santé, éducation, sécurité, justice…
  • L’État doit garantir la sécurité des biens et des personnes sur tout le territoire, que la commune ait 500 habitants ou 50 000.
  • Il faudrait revenir à une police de proximité, une police de la vie quotidienne, proche des gens. S’ils étaient en nombre suffisant et libérés de la politique du chiffre, les fonctionnaires de police, pourraient être régulièrement présents dans les quartiers. Alors s’instaurerait un véritable dialogue respectueux et citoyen entre les policiers et tous les habitants.
  • Ces policiers feraient ainsi de la dissuasion préventive et non plus seulement de la répression.
  • Il faudrait aussi, et surtout, promouvoir une politique de maintien et de création d’emplois dans les entreprises et arrêter la casse des services publics.

 

Jeudi 26 août : Journée de solidarité à Malo-les-Bains pour

plus de 5 400 nordistes, dont 58 Finésiens.

Un grand bravo aux organisateurs !

 

Pierre Laurent était venu y faire sa rentrée politique, après être allé apporter son soutien aux salariés en lutte de chez Total-Dunkerque. A cette occasion, il déclarait :

« Nicolas Sarkozy travaille sous la dictée du Medef. Il n’est que le “ petit frère des riches . Sa seule croisade, il la conduit au service de l’argent. Sa seule guerre, il la mène contre le monde du travail. Une guerre sans merci, contre les pauvres, contre les salariés. »

 

De nouvelles charges pour les familles, les ménages modestes

 

  • Déremboursement des médicaments, les mutuelles emboîtent le pas à la Sécu !

Les mutuelles reprennent l’argument de l’efficacité qui a déjà permis la décote de 150 produits remboursés à seulement 15% (les vignettes orange). Jugeant la mesure aberrante, elles refusent de prendre en charge le reste à payer.

Christian Saout, du Collectif inter associatif sur la santé, dénonce une «avancée vers les couvertures à plusieurs vitesses. Nous allons voir apparaître des contrats de plus en plus low cost qui ne remboursent que les médicaments à utilité élevée».

 

  • Suppression, dans la déclaration des revenus, de la ½ part pour les veufs et les veuves ayant élevé des enfants.

A partir de 2012, beaucoup de retraités, jusqu’ici non imposables, vont se trouver imposés.

Exemple pour 2010 :

      Avec 1,5 part, revenu déclaré de moins de 13 950 € → non imposable

      Avec 1 part : 518 €  à payer !

A cela s’ajouterait la suppression des aides liées à la non imposition (redevance télé…)

 

Retraites : quelques vérités !

 

  • L’espérance de vie en bonne santé est de 59 ans pour les ouvriers. A partir de 55 ans, deux maladies sur cinq sont liées au travail. A partir de 60 ans, c’est trois maladies sur cinq. Reculer l’âge auquel les travailleurs peuvent partir en retraite avec une pension honorable, c’est prolonger les souffrances de tous ceux et celles qui ont des métiers difficiles, et c’est même mettre leur santé en danger.
  • Double peine pour les femmes. Elles, qui ont très souvent des carrières incomplètes (emplois précaires, temps partiels, chômage…), devront attendre 62 ans et plus sûrement 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Aujourd’hui, elles perçoivent en moyenne 825 euros par mois, soit 62% de la pension moyenne des hommes.
  • Avec la réforme, 85 % des efforts reposent sur les salariés. Il faut demander plus aux revenus du capital.
  • Décaler l’âge de départ à la retraite revient à préférer entretenir le chômage des jeunes plutôt que de payer des retraites. Une classe d’âge de départ à la retraite, c’est 700 000 personnes. Le recul à 62 ans, c’est bloquer des centaines de milliers d’emplois tous les ans alors que beaucoup de jeunes n’arrivent pas à trouver du travail. Le taux de chômage des 15-24 ans est de 23 % !
  • Toutes les suppressions d’emplois dans le privé, de postes de fonctionnaires d’Etat qui assurent les services publics et l’intérêt général (100 000 en 3 ans), c’est moins de cotisations.

 

Ces problèmes vous concernent. Venez en débattre avec nous le dernier vendredi de chaque mois de 17 h 30 à 19 h à la salle polyvalente, Place de l’église.

 

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy