Niches fiscales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Niches fiscales dans ECONOMIE 19 août 2010 – Clotilde Mathieu

Les niches fiscales mises sur le gril 

Au menu de la réunion convoquée par Nicolas Sarkozy vendredi à Brégançon, ces dispositifs ne sont pas tous menacés.

Nicolas Sarkozy a sifflé la fin des vacances du premier ministre, François Fillon, de la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, et du ministre du Budget, François Baroin, en les convoquant, vendredi, au fort de Brégançon, pour une réunion de prérentrée.

Au menu : déficit public et croissance, et surtout le « coup de rabot » sur les niches fiscales. Un dossier épineux qui divise l’UMP et met sous tension assureurs, banquiers et promoteurs immobiliers. Sur les deux ans à venir, le gouvernement entend trouver 8,5 à 10 milliards d’euros d’économies sur les 470 niches. Avant les vacances, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il ne reviendrait pas sur la TVA à 5,5 % des restaurateurs, qui prive les caisses de 3 milliards d’euros, ni sur le crédit impôt recherche, 4 milliards d’euros d’aubaine pour les grandes entreprises.

Mardi, le journal les Échos a révélé un rapport de l’inspection générale des finances (IGF) qui met en cause l’efficacité de ces dispositifs appliqués aux revenus de l’épargne pour un coût de 11,5 milliards d’euros pour les finances publiques l’an dernier. La conclusion de l’IGF est sans appel : « Aucun objectif prioritaire ne se dégage de cette profusion de dispositifs fiscaux, qui se sont accumulés au fil du temps, sans logique ni cohérence identifiables. »

Parmi la cinquantaine de niches examinées, on trouve les dispositifs visant à encourager la détention d’actions. Au total, 6 milliards d’euros sont apportés par l’État à ce titre. D’une part, constate l’IGF, ce montant n’a pas « encouragé » les Français à placer en Bourse. D’autre part, « ce montant profite, pour 80 %, à la moitié la plus riche de la population, qui détient des actions pour diversifier son patrimoine, et non pour réduire ses impôts », notent les Échos.

Autre niche ne profitant qu’à 57 % des salariés français travaillant principalement dans les grands groupes, l’épargne salariale prive l’État de 5 milliards d’euros et a tendance à se substituer au salaire. De plus, ces sommes exonérées de cotisations sociales et patronales ne donnent pas de droits à pension de retraite.

Seules les niches sur les livrets d’épargne, dont le produit sert à financer le logement social, seraient encore efficaces.

 

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Lettre ouverte de la Conf’ Languedoc-Roussillon au Conseil régional

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

syndicat paysanagriculture paysanne

19 août 2010

Contre l’implantation d’Agrexco sur le port de Sète :

Lettre ouverte de la Conf’ Languedoc-Roussillon au conseil régional


Extrait

Par ce courrier nous voulons vous alerter sur la situation de difficulté croissante de bon nombre de paysannes et paysans languedociens et vous faire part de quelques remarques concernant un projet porté par l’Établissement public régional et largement relayé et promu dans les Conseils généraux de notre région en terme de politique agricole et portuaire.

Vous n’êtes pas sans avoir pris connaissance des statistiques d’Agreste concernant la situation des paysans français et de celle d’Eurostat pour ce qui est de l’évolution du revenu des paysans européens. Ces documents officiels transcrivent en chiffres froids la réalité économique et la détresse humaine vécues par des milliers de foyers paysans. Ils confirment une constante (diminution du nombre d’actifs agricoles) et notent pour ces dernières années une accélération de la dégradation du revenu des exploitations très clairement liée à la « libéralisation » du marché et aux dérégulations diverses.

Aux dires de la MSA près de 10 000 exploitations languedociennes sont en très grave difficulté et envisagent la cessation d’activité et les inscriptions aux guichets du RSA connaissent une courbe exponentielle (plus de 2000 chefs d’exploitation dans la région). Les prévisions pour cette fin d’année 2010 sont très pessimistes et relèvent une amplification de ces phénomènes.

Face à une situation à ce point dégradée les paysannes et paysans du Languedoc Roussillon sont en droit d’attendre des établissements publics départementaux et régionaux des prises de position et des actes forts qui viendraient soutenir leurs activités de producteurs, pérenniseraient leur présence sur tout le territoire et permettraient de renouveler les générations.

Or, si nous prenons acte de quelques annonces concernant le soutien de filières, c’est avec stupeur que nous voyons persister le projet d’accueil sur le port de Sète de la société Agrexco, hébergée par GF group et Reefer Terminal Sète, sous tutelle de l’Établissement public régional Port Sud de France, et sur ordre de la Région….

Ne vous y trompez pas. Nous ne contestons en aucune manière la nécessité d’investissements sur le port de Sète dont nous connaissons l’état. Nous connaissons aussi les situations difficiles dans lesquelles se retrouve une grande partie de la communauté portuaire, difficultés liées au désinvestissement de l’état en son temps et à la baisse d’activité induite. C’est d’ailleurs cette solidarité entre corporations qui luttent pour préserver et créer des emplois salariés et des emplois paysans qui fonde en partie ce courrier largement diffusé. 20, route de Nîmes 30190

La volonté exprimée de la société Agrexco est claire : exporter via Sète en France et en Europe des fruits, des légumes et de la viande sous diverses marques et labels dont certains « bios »…. Ses ambitions annoncées : dans un premier temps 200 000 tonnes, à court terme 500 000 tonnes…

Ces produits maraîchers et fruitiers qui seraient importés en France sont largement subventionnés en amont par Agrexco, entreprise détenue pour moitié par l’état d’Israël. Ils rentreraient directement en concurrence déloyale avec les productions languedociennes. En effet vous connaissez le mépris avec lequel sont traitées les productions méditerranéennes, fruitières et légumières dans le cadre de la Politique Agricole Commune actuelle.

Vous ne pouvez pas croire ou tenter de faire croire que des exportations largement subventionnées selon une politique délibérée de dumping vont favoriser ici le redressement des marchés et à fortiori participer à l’amélioration du revenu des producteurs.

Mesdames et Messieurs, vous n’êtes pas sans savoir que la firme Agrexco exporte une très forte proportion de produits cultivés dans les colonies sur des terres dont les paysans palestiniens ont été expulsés par la force militaire, notamment dans la vallée du Jourdain. Vous savez que le droit international condamne depuis longtemps cette politique coloniale.

Vous n’ignorez pas qu’il est absolument impossible de « tracer » les produits exportés par cette firme coloniale, ce qui est contraire aux accords commerciaux en cours, Agrexco opacifiant délibérément l’identité palestinienne.

[Article complet : confederationpaysanne.fr/]

Publié dans Agriculture | Pas de Commentaire »

Croix : Beaumont, le ch’ti quartier de la bourgeoisie du Nord

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Croix : Beaumont, le ch'ti quartier de la bourgeoisie du Nord dans POLITIQUE 19 août 2010 – Cécile Rousseau

Ghettos de riches

A Croix dans le Nord

Le chti quartier discret de la bourgeoisie à Croix dans le Nord

Chez ces gens-là, Monsieur, on n’est pas bling-bling pour un sou, on les compte. Les riches industriels textiles du département se terrent dans le quartier Beaumont, vivant coupés du reste de la ville. Une avenue dessine une ligne de démarcation entre ces deux mondes.

Croix (Nord), envoyée spéciale.

«Je ne suis pas vraiment radin. Je suis économe. Par contre, c’est vrai que j’ai reçu des ministres au Flunch et que j’éteins la lumière qui reste allumée dans le couloir ! » Dans les colonnes de Nord Éclair en 2009, ­Gérard Mulliez, fondateur du groupe Auchan, cultive son image de riche discret, aux valeurs simples. Pas bling-bling pour un sou, les riches industriels du nord de la France, comme lui, se dénichent à Croix (Nord). Il faut s’éloigner du quartier de la gare, vestige d’une forte activité industrielle, pour aller au sud-est de la ville à la rencontre d’un îlot boisé, colonisé par les payeurs de l’impôt sur la fortune : le quartier Beaumont. Croix est dans le peloton de tête de l’ISF. 415 habitants sur ses 21 000 sont redevables. Avec un patrimoine moyen de 3,448 millions d’euros en 2008, la ville dépasse Neuilly.

L’avenue de Flandres matérialise la séparation entre Beaumont et le « reste » de Croix. À côté de la clinique du Parc, un mini-château Auchan, entouré de drapeaux européens, annonce la couleur. Il s’agit d’un centre de formation pour les employés de l’enseigne. De l’autre côté, se dresse la propriété des ­Mulliez. Pas de nom sur la sonnette. Sans guide, impossible de savoir que c’est sur le chemin de la Vacquerie que se cache la dynastie. Un grand portail électrique et une caméra de vidéosurveillance dissuadent les curieux de jeter un œil.

À Beaumont, tout le gratin de la bourgeoisie du Nord se retrouve « entre soi ». Depuis le XIXe siècle, c’est le lieu de villégiature des familles du textile et du commerce, qui y ont fait construire des demeures dans ce cadre verdoyant, proche de leurs usines de Roubaix et Tourcoing. Les voisins des Mulliez sont les Pollet (La Redoute), Toulemonde (Les 3 Suisses), Lepoutre (Tissage Lepoutre), Prouvost (Les Lainières de Roubaix), Despatures (Damart), Roussel, Dufour… Dans les sous-bois, l’endogamie sociale est de mise. Au fil des mariages, la plupart de ces familles ont intégré celle des Mulliez. Comme le souligne Benoît Boussemart, auteur de la Richesse des Mulliez (1). « Gérard Mulliez, c’est un peu le seigneur, c’est pour ça que je parle de féodalisme, en termes de pouvoir, avec des vassaux… Il y a une certaine hiérarchie au sein du clan. » L’ambiance Versailles n’est jamais loin à Beaumont. Les routes sont pavées uniquement sur les côtés pour laisser passer les chevaux. Des chapelles disséminées accueillent les patrons le dimanche, en bons ­chrétiens.

Mais le trip châtelain vire souvent à la paranoïa. Une grande partie des voies sont privées. Certaines grilles sont surmontées de barbelés. L’autre must sur les portails est l’inscription « chien méchant en liberté ». La résidence Roussel-Brame, regroupant une trentaine de maisons, a même été plus loin en s’enfermant littéralement dans le quartier. Roger Demortier, habitant de Beaumont et militant communiste, affirme qu’il y a encore deux ans la voie pouvait être empruntée par les riverains. Pourquoi cette crise de repli aiguë ?

 

Lire la suite… »

Publié dans POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Jusqu’où iront-ils ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Lu sur : Politis.fr – 18 août 2010 

La colère et la honte

par Bernard Langlois

Le texte que vous lirez ci-dessous n’est pas de moi …

Il est d’un honnête homme, d’un citoyen, d’un républicain qui, comme tant d’entre nous, ne supporte plus

ce que le voyou de l’Élysée et sa clique ont fait de notre pays.

Autant, et peut-être plus encore que nous, tant Rémi Thivel (c’est son nom) est familier de l’air des cimes. Ce Pyrénéen est en effet guide de haute montagne, et, outre ses « notes d’actu » comme celle qui suit, vous pourrez voir sur son site de superbes photos …  

Il écrit donc ceci :

Voici des images tournées dans une obscure république où un petit homme sans esprit, soutenu par une bande de copains patrons de presse, barons de la finance, empereurs du pétrole et du béton a fini par prendre le pouvoir, au bénéfice de discours populistes, basés sur l’opposition entre les différentes classes sociales, la peur de l’autre et des recettes simplistes dignes des meilleures brèves de comptoirs.

En trois ans, le messie gigotant sur son trône a pris le contrôle direct des télés et radios publiques où les humoristes trop satiriques ont été muselés. Il vidéo-surveille, traque, relève l’ADN d’une large partie de sa population, garde à vue tout suspect, tente de démanteler les garde-fous d’une justice qui devrait faire la part belle aux puissants.

Son équipe et lui pillent petit à petit tous les biens collectifs. Ils les refilent à leurs copains des groupes privés dont ils ont longtemps côtoyé les conseils d’administration. Le discours, aussi bien huilé que faux, consiste à dire que la concurrence fait baisser les prix. Pourtant, la vie n’a jamais été aussi chère. Toute autre proposition de modèle économique est immédiatement taxée d’ultra-gauchisme aux relents staliniens. Cela permet de faire oublier que lorsqu’on dîne ensemble ou que l’on voyage sur les mêmes jets privés, on arrive aisément à s’entendre pour maintenir les prix hauts et continuer s’engraisser entre gens de bonne compagnie, sur le dos de salariés sous pression, devenus une variable d’ajustement entre toutes.

Ils rognent sur la santé, ne reversent pas les taxes pour mieux creuser le trou de la sécurité sociale et ainsi peu à peu justifier sa privatisation, car vous comprenez, ça ne peut plus durer. Ils nous pondent régulièrement des enquêtes démontrant que l’éducation nationale ne fait pas son boulot et que les profs du public sont tous des fainéants. Nous ferions bien de confier nos gamins aux écoles privées.

Ils rejètent tout système de répartition, la vie c’est chacun pour soi, la réussite consiste à en avoir une plus grosse que son voisin. Il faut être toujours plus rentable, plus performant. Il convient de garder un maximum de gens juste au-dessus du seuil de pauvreté, sous contrats précaires, travaillant le dimanche, la nuit, vivant dans des logements insalubres hors de prix. Le travailleur pauvre est idéal car il ne se révolte pas, lui au moins a un travail, alors il est docile, il pourrait tout perdre.

Une bonne dose de société du spectacle par accompagner tout ça et le tour est joué : des séries policières en permanence édulcorent l’image des forces de l’ordre. Des reality show pitoyables font en sorte que tout se vaille, tout se ressemble. Des journalistes passifs sans répartie interviewent nos gouvernants. Des people sans talents sont censés devenir nos modèles. Tout pour rendre nos cerveaux disponibles. Le bonheur passe désormais par une consommation compulsive d’objets souvent inutiles et obsolètes sitôt achetés.

Aujourd’hui, le petit homme trépigne car il a beau avoir choisi une poupée (sans voix) comme épouse pour impressionner le populo, il a beau faire plein de moulinets avec ses petits bras, multiplier les voyages dans des jolis avions tous neufs pour visiter les grands de ce monde, rien n’y fait : il n’est plus très populaire, et ça, c’est insupportable. Près à tout pour parvenir à ses fins, peu soucieux de bafouer le fonction présidentielle et de s’asseoir sur la République, il n’a pas d’autre solution que de tapiner à l’extrême droite, comme il l’avait fait pour son élection, en attisant alors la haine dans les banlieues qui s’étaient enflammées.

Lire la suite… »

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Les Roms de la plaine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Laissez-passer – 18 août 2010 – Par Marie Barbier

Article paru dans l’Humanité du 18 août
Photos : Pierre Trovel

 

Les Roms de la plaine

 

Il faut parcourir plusieurs centaines de mètres, sur un chemin de terre rendu boueux par les pluies des derniers jours, avant d’apercevoir les premières caravanes. Au milieu de l’immense plaine de Triel-Chanteloup (Yvelines), une centaine de Roms sont installés depuis novembre 2007. Loin, bien loin, des premières habitations : sur les hauteurs qui entourent la plaine, se dressent les communes de Triel-sur-Seine, Chanteloup-les-Vignes et Carrières-sous-Poissy. Même isolés, les Roms ne sont pas les bienvenus ici. Il y a deux mois, des pelleteuses ont procédé à l’encerclement du camp : de profonds fossés ont été creusés, des monticules de terre élevés, la terre labourée. « Officiellement, c’est pour éviter que les déchets ne s’étalent sur toute la plaine, soupire Anne Laforgue, du Collectif de soutien aux familles roms. Ca fait des mois qu’on demande des bennes à ordures, on a eu que trois poubelles, c’est dérisoire».

 

Le camp, au milieu de la plaine de Triel-Chanteloup © Pierre TrovelLe campement a été installé le long d’un petit chemin de terre : une cinquantaine de caravanes et quelques baraques en taule. Une centaine de Roms originaires de Roumanie vivent ici, une cinquantaine d’adultes pour autant d’enfants. Certains sont en France depuis 2001, chassés d’autres camps, ils se sont réunis ici il y a un an environ. « Malgré les intimidations, il n’y a jamais eu de tentative d’expulsion, explique Anne Laforgue. Mais depuis le discours de Sarkozy (le 28 juillet, NDLR), tout s’est accéléré. » La semaine dernière, les forces de l’ordre sont venues procéder à un relevé d’identité général ; le lendemain, les fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration venaient proposer aux familles des aides au retour volontaire : 300 euros par adulte, 100 par enfant pour rentrer de leur propre chef au pays. Autant de signes avant-coureurs d’une probable expulsion. « Ce camp n’a pas vocation à perdurer, confirme le sous-préfet de Saint Germain en Laye, Philippe Court, qui se refuse à donner une date d’évacuation. C’est peut être difficile à entendre pour certains et notamment pour votre journal, mais les gens en situation irrégulière ont vocation à être reconduit dans leur pays, assène t-il. D’autant qu’ils sont dans une situation doublement illégale puisqu’ils occupent des terrains privés. » Et le sous-préfet de s’empresser de citer la lettre ouverte du maire de Carrière-sous-Poissy, Eddy Aït (PRG), qui demandait, la semaine dernière, au président de la république la « mise en oeuvre concrète » de l’évacuation de camps de Roms dans son département.

[Lire la suite et écouter le reportage radio sur : laissezpasser.info/]

A lire sur :

leparisien.fr/ : Autriche : le porte-parole des Roms s’appelle… Sarközi

alert2neg.com/ : Nicolas Sarkozy a-t-il planqué sa roulotte à l’Élysee ou à Neuilly ????

Publié dans Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Citoyens européens, les Roms ont des droits que la France a l’obligation de respecter.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Site national du PCF – 18 août 2010

Parti communiste français – Paris le 18 août 2010

Roms : Pour un plan de sédentarisation à l’échelle européenne

 

Citoyens européens, les Roms ont des droits que la France a l’obligation de respecter. dans POLITIQUE

Les Roms sont des citoyens européens depuis 2007. Ils ont des droits que la France a l’obligation de respecter.

Les pathétiques gesticulations sécuritaires d’Hortefeux n’y changeront rien. Nous sommes face à un risque humanitaire majeur. Leur situation sanitaire et sociale ne peut se régler à coup d’expulsions spectaculaires, de démontage de campement pour les journaux télévisés du soir. Ces pratiques d’un autre âge doivent cesser.

La situation des Roms est bien connue. Chassés de ville en ville, de pays en pays, ils sont fragilisés, précarisés et de ce fait les premières cibles de toutes les formes de trafic. Le degré de civilisation d’une société se mesure au sort qu’elle réserve à ses membres les plus fragiles.

Au vu de la situation que subissent les Roms, ce n’est pas vraiment glorieux pour l’Union européenne. Au lieu de se repasser les populations comme une patate chaude, il est de première urgence que l’Europe et les États qui la composent décident enfin d’engager les moyens pour mettre fin à cette situation qui n’a que trop duré. Un plan de sédentarisation à l’échelle européenne des populations Roms doit être organisé au plus vite. Seul l’accès de la population Roms à l’autonomie, à l’éducation, aux services publics, au travail est capable de changer réellement la donne.

Les collectivités territoriales ne peuvent seules affronter cette question qui est avant tout une compétence de l’État. Tout autre mesure, telle la stratégie du bouc émissaire que cultive notre gouvernement à satiété pour masquer ses échecs successifs, ne fait que mettre de l’huile sur le feu, à défaut de gagner du temps.

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, Racisme - Xenophobie, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Cette France capable de frapper une Femme Immigrée et son bébé (vidéo)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Vu sur : Cette France capable de frapper une Femme Immigrée et son bébé (vidéo) dans Politique nationale dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) 18 août 2010

Vidéo :

Cette France capable de frapper une Femme Immigrée et son bébé

 

Auteur : CPolitic - Source : CPolitic

Cette vidéo, on en parle en Russie. On en parle en Grande-Bretagne. On en parle aux USA. Étrangement en France, elle reste assez peu médiatisée, beaucoup moins que les propos stupides et provocateurs de politiciens outranciers.
Preuve que nos médias sont censurés. Preuve que notre image est pour longtemps ternie à l’étranger. Preuve que le peuple français va devoir se bouger pour corriger cette erreur électorale qu’est Nicolas Sarkozy. Dès septembre…

 

http://www.dailymotion.com/video/xe7dkl

L’expulsion musclée de la Courneuve vue par CNN

envoyé par TELEOBS. – L’info internationale vidéo.

 

_____________________________________________________

Vu sur : CPolitic

des parodies proportionnelles aux abus commis

l'armée du crime hortefeux

Publié dans Politique nationale, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

Une « dérive » xénophobe très calculée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

Accueil 18 août 2010 – Sébastien Crépel

 

Une « dérive » xénophobe très calculée

Une

 

Au-delà de la manœuvre de diversion, l’offensive lancée contre les Roms et les gens du voyage s’inscrit dans l’entreprise sarkozyste de « rupture » avec l’édifice républicain pour lui substituer la « société du risque » chère au Medef.

Où s’arrêtera la dérive ultra-droitière de la politique sarkozyste ? Celui qui se présentait comme le « président de tous les Français » au lendemain de son élection en 2007, ne cesse désormais de les opposer les uns aux autres. Le tout sur fond de confusion entretenue entre immigration et délinquance. La « guerre nationale aux voyous » décrétée par le président de la République glisse ainsi de jour en jour vers une guerre d’intolérance contre la différence, qu’elle soit d’origine ou de mode de vie : gens du voyage montrés du doigt (bien que Français !) et discriminés dans un amalgame avec les Roms eux-mêmes pourchassés et expulsés du territoire, Français naturalisés ou d’origine étrangère menacés de déchéance de leur nationalité…

Dans l’entreprise de criminaliser une partie de la population aux yeux d’une autre, un garde-fou est tombé, à lire l’éditorialiste du Figaro, qui reprend à son compte les propos de Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, en écrivant, dans l’édition de mardi : « On ne peut plus longtemps refuser d’admettre qu’il existe un lien entre l’immigration et la délinquance. » Signe que la dérive ne connaît plus de limites, ceux qui ne cèdent pas à ces amalgames xénophobes sont taxés de « laxistes » et rendus responsables de la montée de la violence que le pouvoir excite plutôt qu’il ne cherche à l’endiguer. Un nouveau cap a été franchi avec l’appel du ministre de l’Industrie et maire UMP de Nice, Christian Estrosi, à infliger une « très forte amende » aux villes qui « ne se conforment à pas leurs obligations de sécurité » (lire notre édition du 16 août). Dans le collimateur, les maires de l’opposition, mais aussi tous les élus qui s’alarment de la démolition du modèle républicain, y compris à droite, à l’instar du député villepiniste Jean-Pierre Grand jugeant « ignoble » la dérive du pouvoir.

Diviser les mécontents

Nicolas Sarkozy a bien sûr en tête l’élection présidentielle de 2012. Il s’agit de mener une opération de division de grande ampleur pour masquer son bilan social calamiteux et désamorcer la contestation de sa réforme des retraites, qui devrait connaître un nouveau pic lors de la journée du 7 septembre. En reprenant à son compte les thèmes favoris de l’extrême droite, il espère conserver le cœur de son électorat, et détourner la colère des mécontents en remettant en selle le FN, dans le but d’affaiblir et de diviser ses opposants.

Mais l’opération va au-delà et porte sur le fond de l’entreprise sarkozyste : d’ici à 2012, la droite entend bien achever l’ébranlement de l’édifice républicain entamé en 2007 sur le thème de la « rupture ». Rupture avec la devise « Liberté, égalité, fraternité », mais aussi rupture avec les conquêtes sociales de la Libération, comme l’avait théorisée dans un éditorial célèbre (Challenges du 4 octobre 2007) la tête pensante du Medef, Denis Kessler, voyant dans l’élection de Nicolas Sarkozy l’occasion de « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ».

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

Publié dans Politique nationale, Racisme - Xenophobie, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Cleveland contre Wall Street », l’histoire d’un procès qui n’aura sans doute jamais lieu

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2010

18 août 2010

Le film d’un procès

Jean Roy

Le 11 janvier 2008, les avocats de la ville de Cleveland assignent en justice le gotha des banques, accusées d’être responsables, par leurs agissements inconsidérés, de la crise des subprimes. Les banques ayant les meilleurs juristes, le procès ne cesse d’être renvoyé aux calendes grecques. En attendant, le documentariste suisse, Jean-Stéphane Bron, a imaginé ce qu’il aurait pu être et s’est rendu sur place pour trouver, non des comédiens, mais de vrais juges, avocats et témoins possibles. En résulte un film de procès, dans la grande tradition de Douze Hommes en colère. L’essentiel se déroule dans le prétoire, textes impeccables débités à la mitraillette. Le verdict est prononcé dans la dernière séquence.

« L’idéal est de faire un petit théâtre du capitalisme »

Extrait de l’entretien réalisé par Jean Roy

Comment en êtes-vous venu au sujet précis ?

Jean-Stéphane Bron. En 2008, j’ai lu une brève qui annonçait que la ville de Cleveland avait déposé la plainte rapportée dans le film. À partir de là, il y avait deux possibilités. Soit on était dans l’explication, on démontrait quelque chose, soit on incarnait à travers des figures, donc des personnages, et il fallait alors un casting et des lieux qui permettent d’approcher des films de genre. Mon film précédent a été qualifié de docu-thriller. J’avais les films de Sidney Lumet en tête. J’ai revu plein de films de procès. Je voulais que le spectateur soit en terrain familier. En même temps, je voulais qu’il soit amené à réfléchir, à remonter la chaîne des responsabilités. J’ai pensé à Altman, à un film comme Short Cuts entre autres.

En quelques mois, j’ai compris que le procès n’aurait jamais lieu. Comme dans Erin Brockovich, le film de Steven Soderbergh, l’important n’est pas le procès mais le règlement à l’amiable, le « settlement » auquel on parvient. La ville de Cleveland a attaqué sur la notion de nuisance. Elle s’est appuyée sur une autre ville qui avait traîné devant les tribunaux un marchand d’armes et qui avait gagné. Il y a des avocats spécialisés dans les « class actions ». C’est ainsi que huit mille ouvriers ont poursuivi Nestlé en Califormie car l’entreprise avait truqué les horloges pour gagner quinze minutes de travail par jour. Ils ont calculé que sur toute une carrière, cela pouvait représenter deux ans et demi à temps complet sans être sûr d’obtenir quoi que ce soit.

Il est passionnant de découvrir tout cela. Les Américains ne sont pas des gens politisés mais ils sont très concrets. Il y a un problème. Se pose aussitôt la question de savoir comment on va fédérer les gens. C’est le principe que met si bien en application Michael Moore qui va emmener la victime face à son bourreau. Cela donne une oxygénisation de la société assez étonnante avec de vrais contre-pouvoirs. C’était déjà l’idée de la guérilla urbaine dans les grandes grèves des années trente. Donc, on occupe le siège des banques, on trouve le téléphone du patron, on l’appelle nuit et jour, etc., etc. C’est la pratique d’une violence non violente.

À Cleveland, ville qui est dans la « rust belt » (la « ceinture de rouille », comme on parle ailleurs, par exemple, de celle du maïs), on a cette tradition. À Cleveland, il y a des crédits pour la bouffe du soir, des gens qui paient trois dollars sur une carte et trois sur une autre… J’ai été surpris en y arrivant que les files dans les magasins soient si lentes, c’était à cause de cela.

[Article complet : humanite.fr/]

Vidéos :

  • Entretien accordé à Médiapart, réalisé par Ludovic Lamant et Gaspard Dhellemmes :

http://www.dailymotion.com/video/xeh1ap_creation

http://www.dailymotion.com/video/xeh1dh_creation

http://www.dailymotion.com/video/xeh1eo_creation

  • Bande-annonce

http://www.dailymotion.com/video/xe7o4y

 

Voir d’autres extraits sur : http://www.telerama.fr/cinema/cleveland-une-ville-a-la-derive,56024.phpCleveland contre Wall Street

 

La fiche du film sur Allocine.fr/

 

Publié dans Cinema, Culture | Pas de Commentaire »

Ensemble, faisons reculer l’ignominie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 août 2010

Site national du PCF – 18 août 2010

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF


Ensemble, faire reculer l’ignominie

 

Ensemble, faisons reculer l'ignominie dans Politique nationale

Nous vivons un moment inquiétant pour tous les démocrates. La fuite en avant xénophobe et sécuritaire auquel se livre le pouvoir sarkozyste est d’une gravité extrême.

Chaque jour qui passe apporte son lot de provocation, de recherche de nouveaux boucs émissaires. Roms, musulmans, immigrés… La liste est trop longue de tous ceux que le gouvernement met à l’index, engagé qu’il est dans une sordide course avec le Front National.

La situation est tellement préoccupante que même le New York Times s’est ému du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy.

 

L’objectif de cette opération nauséabonde est cousu de fil blanc. Il s’agit de masquer le triple mensonge d’une politique en chute libre dans les sondages.

  • Nicolas Sarkozy avait promis de restaurer la valeur travail ? Mensonge. Il met à sac les retraites des Français, produits de toute une vie d’intense labeur.
  • Nicolas Sarkozy avait promis une République exemplaire ? Mensonge encore une fois. Les soubresauts du feuilleton Woerth-Bettencourt dévoilent chaque jour un peu plus la promiscuité du pouvoir en place et des milieux d’affaires.
  • Nicolas Sarkozy avait fait de la sécurité sa priorité ? Mensonge, encore et toujours. L’heure est au désengagement de l’État (-3500 postes de policiers supprimés pour 2011) et le recours aux officines privées de sécurité est maintenant ouvertement envisagé tandis que les maires sont mis au banc des accusés

En décidant de délibérément créer une sous-catégorie de Français : les « Français d’origines étrangères », le Président de la République a choisi de rompre le pacte républicain, lui qui en est pourtant le garant.Quelle sera la prochaine étape ? Le pire est à craindre quand un chef de l’État décide de mettre à mal l’article premier d’une constitution pourtant admirée et copiée à travers le monde entier.

Nous sommes – et je pèse mes mots – face à l’émergence d’un forme de racisme d’État inacceptable qu’il nous faut combattre de toutes nos forces et sans tarder. Le rassemblement du 4 septembre à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme sonne comme une étape importante en cette rentrée, tout comme sera tout aussi déterminante la mobilisation du 7 septembre pour faire reculer le gouvernement sur son projet de casse de nos retraites.

On peut compter sur le Parti communiste français pour, avec beaucoup d’autres j’en suis certain, faire reculer l’ignominie de là ou elle n’aurait jamais du sortir : de la fange.

 

Publié dans Politique nationale, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

1...456789
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy