Prix du lait : « un accord scélérat »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 août 2010

Prix du lait : 20 août 2010 – Pierre-Henri Lab

Prix du lait : l’accord « scélérat »

 

Le texte signé entre la Fédération nationale des producteurs laitiers et les industriels ne fait pas l’unanimité. 301 euros la tonne : la rémunération est jugée insuffisante.

Les communiqués enthousiastes se sont succédé hier pour saluer « l’accord » intervenu mercredi soir entre la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL) affiliée à la FNSEA, la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) et l’Association de la transformation laitière (Atla) qui regroupe les industriels. Le chef de l’État, Nicolas Sarkozy, « s’est réjoui », tandis que le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, faisait part de son espoir que l’accord mette fin aux crises à répétition qui émaillent le secteur.

Rien n’est pourtant moins sûr. Car bien que l’accord ait été jugé satisfaisant par la FNPL, des voix discordantes s’élèvent pour dénoncer, à l’instar de celle de Richard Blanc, vice-président de l’Association des producteurs de lait indépendants (Apli), un « accord scélérat ». « Pour qu’un producteur gagne l’équivalent de 1,5 smic par mois, il faudrait un prix annuel de la tonne de lait aux environs de 415 euros. L’accord ne prévoit qu’un prix de 301 euros la tonne », précise-t-il. Le vice-président de l’Apli estime que « les signataires de l’accord se moquent du monde ». Il en veut pour preuve que l’accord prévoit certes une augmentation du prix à la production de 10 % par rapport à la même période l’année dernière, mais que cette dernière reste très loin de compenser le recul de 20 % du prix enregistré, en moyenne, pour l’année en 2009.

Autre sujet de mécontentement, l’indexation du prix du lait produit en France sur celui produit en Allemagne. Le premier ne pourra désormais plus excéder de 8 euros le second. « Ce mécanisme a pour but de contenir à l’avenir toute hausse du prix du lait à la production. En raison de la mise en place de différents mécanismes de compensation, les producteurs allemands ont en effet accepté une baisse sensible du prix à la production », poursuit Richard Blanc. Un constat partagé par le député européen Patrick Le Hyaric, qui a dénoncé « un marché de dupes » et une tentative des industriels de la grande distribution d’éliminer encore de petits et moyens producteurs de lait.

LE CHIFFRE

2,2. C’est, en milliards d’euros, le montant estimé de la fortune de la famille Besnier, propriétaire du géant du lait Lactalis. Le groupe, qui a réalisé 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires, refuse de publier son bénéfice.

Sur le même sujet :

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy