Honduras : coups de feu et brutalités policières dans un collège

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2010

Publié sur : primitivi.org/ – 27 juillet 2010 – par Primitivi

Source : Kaosenlared « Honduras : estudiantes son agarrados a balazos y toletazos por policías dentro de su colegio »
Traduction : Primitivi  

Honduras :

coups de feu et brutalités policières dans un collège 

 

Des étudiants ont été victimes de coups de feu et frappés par des policiers dans leur collège
par Dina Meza, journaliste de defensoresenlinea.com

Le COFADEH* initie des actions légales afin de punir ces actions qui mettent en danger la vie des étudiants.

Un des étudiants frappé par la police (photo : defensoresenlinea.com)

Honduras : coups de feu et brutalités policières dans un collège dans Amerique latine 140375_golpe-fe091

Une vingtaine de policiers de la Quatrième Station a fait irruption dans l’Institut Jésus Aguilar Paz en tirant des coups de feu en l’air et a ensuite frappé les étudiants qui faisaient la queue pour réclamer le bon estudiant (bono estudiantil) de ce collège, ils ont arrêté quatre d’entre eux. Depuis plusieurs semaines étudiants et étudiantes de différents collèges sont sortis dans la rue pour réclamer le bon d’étudiant face aux tromperies répétées de l’actuel régime qui n’a pas payé un cinquième de ce qu’il doit pour l’année.

Comme mesure pour dissuader la protestation pacifique le gouvernement a lancé une répressions policière, qui la semaine dernière a entraîné la détention de plus de 10 étudiants de l’Institut Central et de l’Institut Jésus Aguilar Paz. Parmi ceux-ci des enfants de 12 et 13 ans, qui ont été finalement libérés suite aux démarches du COFADEH, des autorités de ces centres d’enseignement et pour les élèves provenant du deuxième collège, à l’arrivée d’un avocat professionnel venu du Front des Avocats contre le Coup.

Ces faits arrivent alors que de fortes pressions sont actuellement faites par les États-Unis pour que l’Organisation des États Américains, OEA, réincorpore le Honduras et ne fasse pas cas des violations aux droits de l’homme en constante augmentation et du fait que leurs responsables et que les auteurs du coup d’État n’ont toujours pas été jugés.

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

* Le COFADEH, organisation humanitaire créée en 1982, regroupe les parents et les amis des victimes des disparition forcées. Ils luttent aussi, plus généralement contre toutes les formes de violation des droits humains.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy