• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 juillet 2010

13 % des Français restreignent leur budget en matière de soins médicaux

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

13 % des Français restreignent leur budget en matière de soins médicaux dans SANTE 16 juillet 2010 – Adama Sissoko

Les Français mettent leur santé à la diète

Une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie révèle que les Français sont de plus en plus nombreux à restreindre leur budget en matière de soins médicaux.

Ce sont des chiffres inquiétants qu’a publiés mercredi le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). Selon la dernière parution de l’enquête « Consommation et mode de vie », 13 % de Français déclarent s’imposer des restrictions budgétaires en matière de soins médicaux, contre 3 % en 1980*. Une tendance encore plus forte chez les ménages les plus modestes. Selon le Crédoc, ces derniers se restreignent trois fois plus souvent que les ménages aisés.

Les classes moyennes  aussi touchées

« Je ne vais chez le médecin qu’en cas d’extrême urgence », témoigne Marie, vingt-cinq ans, apprentie en assistanat de manager et mère d’un enfant. Depuis qu’elle a repris ses études en BTS, pour un salaire de 800 euros par mois, le budget soins s’est vite restreint. « Avec ce simple salaire, je ne peux soigner que ma fille… Et encore, je ne l’emmène plus chez le pédiatre, dont la consultation coûte 50 euros. Je vais chez le généraliste. » Pourtant, des centres de santé publics existent, où les consultations chez les spécialistes sont moins chères. Mais l’attente est souvent très longue. Cécile, vingt-deux ans, étudiante en lettres, confie y avoir eu recours. « Pour me concentrer sur le concours du Capes, j’ai arrêté de travailler. Du coup, je réfléchis à deux fois avant de me rendre chez le médecin ou chez le gynécologue, dont la consultation peut aller jusqu’à plus de 60 euros… J’ai été dans un centre de santé privé où les consultations étaient moins chères, mais ça m’a gênée car je préférerais que l’accès aux soins reste dans le domaine public. »

L’accès aux soins serait-il devenu un luxe ? Le cas d’Aissata, trente ans, chargée de diffusion, mariée et mère de deux enfants, montre que les classes moyennes sont aussi touchées. Malgré des revenus plus que corrects (4 500 euros par mois), le couple fait désormais appel à un centre de santé rattaché à sa mutuelle. « Comme ça, je n’avance aucun frais. En contrepartie, je dois attendre une heure et demie pour une consultation chez le dentiste. »

Auteur de l’étude du Crédoc, Régis Bigot rappelle que « si le chiffre de 13 % peut paraître modeste, cela représente tout de même 8 millions de personnes ». Et, ajoute-t-il, ce sont « les réformes du système de santé que l’on observe depuis trente ans » qui expliquent ces chiffres.

__________________________

* Cette année, le phénomène touche près de 18 % des ménages disposant de moins de 900 € par mois.

Publié dans SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

De l’importance primordiale du langage

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Lu sur : De l'importance primordiale du langage dans IDEES - DEBATS - PHILO img_logo_new cet excellent article de Pascal Sacré

arton11084-ab3db dans Propagande - Desinformation

Pascal SACRE

photo : Joseph Goebbels

Lorsque les mots perdent leur sens,
Les gens perdent leur liberté.

Confucius.

Les paroles volent, les écrits restent.

Seuls les actes comptent.

Ces expressions auraient tendance à nous faire oublier l’importance primordiale du langage.

Le langage, les mots, priment sur tout le reste. Ils façonnent notre perception du monde qui à son tour, influe sur tous nos actes.

Dans les 25 techniques de désinformation décrites sur le site www.vigli.org/ [1], beaucoup sont basées sur l’usage particulier de mots, d’expressions et mettent en évidence l’influence subtile, mais énorme, du langage sur nos psychismes.

Des groupes informés de cette toute-puissance des mots peuvent utiliser le langage pour influencer la population.

En 1992, l’International Food Information Council (IFIC) des États-Unis s’inquiète de la perception qu’a le public des biotechnologies alimentaires (exemple : OGM, nanotechnologies). Un vaste programme de recherche sera donc mis en place pour déterminer comment parler au public de ces technologies. Les recommandations du groupe de travail concerneront surtout le vocabulaire qu’il convient d’employer.

Des mots seront retenus pour leur charge positive et il sera fortement conseillé de s’en tenir à ceux-là. Par exemple : beauté, abondance, enfants, choix, diversité, terre, organique, héritage, métisser, fermier, fleurs, fruits, générations futures, travailler fort, amélioré, pureté, sol, tradition, entier.

D’autres, par contre, seront à proscrire absolument, notamment : biotechnologie, ADN, économie, expérimentation, industrie, laboratoire, machine, manipuler, argent, pesticides, profit, radiation, sécurité et chercheur [2].

Normand Baillargeon, dans son livre « Petit Cours d’Autodéfense Intellectuelle » [3], consacre tout son premier chapitre au langage : connotations positive ou négative, dénotations, imprécisions délibérées, ambiguïtés, accentuation, mots-fouines, jargon, pseudo-expertise, paralogismes formels, informels, généralisation, homme de paille

Le pouvoir du langage est énorme, d’autant plus grand lorsque les gens sont maintenus dans l’ignorance d’un tel pouvoir sur eux et dans l’ignorance de toutes ces techniques. Sans s’en rendre compte, nos esprits sont l’enjeu d’une gigantesque bataille des mots, dont le but est la domestication de nos pensées.

« Il n’y a plus de pauvres, mais des gens de condition modeste, plus d’exploités mais des exclus, plus de classes mais des couches sociales. » [4]. Ces pirouettes linguistiques ne sont pas anodines, jamais. Elles ont toutes un objectif, celui de modeler nos pensées et de nous contrôler à notre insu.

« Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être. » [5].

Véritable petit guide pratique écrit en 1928 par le neveu étatsunien de Sigmund Freud, Propaganda, une livre d’Edward Bernays, expose cyniquement et sans détours les grands principes de la manipulation mentale des masses ou de ce que Bernays appelait « la fabrique du consentement » [6].

Noam Chomsky le résume bien : « La propagande est à la démocratie ce que la violence est à un État totalitaire. »

La propagande, le maniement de toutes les techniques de manipulation des masses par le langage et par le contrôle de l’image, permet à un État totalitaire de rester perçu comme une démocratie, tout en étant plus sévère, plus intrusif et plus impitoyable que la pire des dictatures.

C’est bien le cas des États-Unis, qui arrivent encore à se faire voir dans le monde comme un modèle de liberté, de tolérance et de chance pour tous, alors que depuis le 11 septembre 2001, dans les faits, ils ont suspendu les droits civiques de leurs habitants, permettent des arrestations arbitraires et des emprisonnements sans jugements [7], ont légalisé la torture, exportant même ses équipements en Europe [8], et encouragent l’usage de tasers [9] y compris sur des enfants, des femmes enceintes ou des vieillards [10].

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaire »

Infos Consommateurs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Publié par LIBERTÉ-HEBDO – n° 919 > du 16 au 22 juillet 2010

Rubrique « Consom’Acteurs »

 

Électricité et gaz

Retour possible au tarif réglementé

L’Union régionale des associations de consommateurs (UROC) nous informe que « les particuliers qui ont souscrit une offre auprès d’un concurrent d’EDF ou de GDF pour la fourniture d’énergie ont la possibilité de revenir aux tarifs réglementés de l’électricité et du gaz au-delà du 1er juillet 2010″. La date butoir du 30 juin 2010, qui avait été fixée par la loi du 21 janvier 2008 relative aux tarifs réglementés d’électricité et de gaz, au-delà de laquelle la réversibilité aurait été impossible, vient, en effet, d’être supprimée.

« Ainsi pour l’électricité, le retour aux tarifs régulés 6 mois après la signature d’un contrat, est à nouveau possible. Pour le gaz naturel : c’est un nouveau droit pour les consommateurs ! » constate l’UROC. Avant cette loi, les usagers du gaz passés aux tarifs libres depuis l’ouverture du marché à la concurrence ne pouvaient, en effet, pas faire marche arrière.

 

Péages en hausse

Autoroutes trop chères

Mécontente des hausses de tarifs accordées à Cofiroute et aux Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, l’association 40 millions d’automobilistes a déposé un recours au Conseil d’État. Ce dépôt a eu lieu en avril, mais n’a été rendu publique que récemment. Sans doute, l’association espérait-elle obtenir gain de cause. Mais le gouvernement faisant la sourde oreille, elle a décidé de mettre l’affaire sur la place publique.

« Les autoroutes sont de véritables axes routiers d’utilité publique qui apportent un réel service en terme de rapidité des déplacements, de fluidité du trafic et de sécurité des personnes. C’est pourquoi nous considérons que tout doit être mis en oeuvre pour que l’ensemble des usagers puisse les utiliser facilement » rappelle l’association. Outre son « désaccord sur le calcul de la hausse des tarifs accordée à certaines sociétés », 40 millions d’automobilistes critique « l’absence de consultation du comité des usagers avant l’augmentation des tarifs des péages au premier février 2010″. L’association rappelle également la préconisation figurant dans le rapport 2008 de la Cour des comptes pour « une meilleure transparence des tarifs par le biais d’une procédure de consultation de personnes qualifiées et de représentants des usagers avant toute décision concernant les péages ».

Site du journal : http://www.libertehebdo.com/Liberté Hebdo. Preview  by Mediatico.Com



Publié dans CONSO, INFOS | Pas de Commentaire »

Rigueur : Interdit en France, le mot est lâché au Japon !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Accueil 16 juillet 2010

Rigueur : Interdit en France, le mot est lâché au Japon ! dans Austerite fillon%20tok

Et soudain, Fillon créa la « rigueur »…

 

François Fillon a évoqué vendredi lors d’une conférence à Tokyo la «rigueur» mise en œuvre par la France, alors qu’il rejetait jusqu’à présent fermement ce terme pour qualifier les coupes budgétaires opérées par son gouvernement pour résorber la dette.

Vantant devant un parterre d’hommes d’affaires japonais les mesures d’austérité lancée par Paris, le Premier ministre a déclaré: «Nous sommes très attentifs à ne pas prendre des mesures qui viendraient stopper la croissance, qui viendraient même handicaper l’effort de recherche et d’innovation».

«C’est la raison pour laquelle dans tous les budgets de l’État, le seul qui n’est pas soumis à la rigueur, c’est le budget de l’Enseignement supérieur et de la recherche», a-t-il alors lancé, utilisant pour la première fois ce terme.

 

Publié dans Austerite, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy