SNCF : une stratégie low cost

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juillet 2010

SNCF : une stratégie low cost dans SERVICES PUBLICS humanitefr le 8 Juillet 2010 – Sarah Masson

SNCF : une stratégie low cost

 

La SNCF a annoncé une probable offre low cost sur les TGV pour 2012. Objectif affiché : la rentabilité.

 

articlesncf dans Transports - SNCF

La SNCF envisage de lancer une offre low cost dans le TGV en 2012. Dans le cadre du « plan d’affaires 2015″, les objectifs des cinq branches ont été présentés pour assurer la rentabilité de l’entreprise et contrer l’ouverture à la concurrence. « C’est une hypothèse de travail pour redresser un modèle économique dégradé : celui du TGV », explique un représentant de la CGT-Cheminots.

L’objectif est clair : la SNCF vise une augmentation de 28 % du chiffre d’affaires d’ici 2015. Mais l’évolution de la grille tarifaire à la SNCF n’est pas nouvelle. Depuis le désengagement de l’État sur certaines activités de la SNCF, l’entreprise prend modèle sur le transport aérien et met en place des offres promotionnelles sur certaines lignes.

« Le low-cost existe déjà : le service « IDTGV » propose des tarifs intéressants si l’on s’y prend à l’avance », explique la CGT. L’idée est de diversifier ce type d’offres pour optimiser les gains. La grille tarifaire est donc devenue très opaque, au consommateur de s’y retrouver pour payer un billet moins cher. La SNCF a pris le parti de laisser l’usager faire son marché parmi les prix, qui peuvent parfois aller du simple au double sur le même TGV. Ces pratiques mettent en lumière les inégalités en matière de prix : les plus fortunés pourront partir quand ils le souhaitent tandis que les petits revenus devront s’y prendre trois mois à l’avance sans pouvoir choisir leur date.

Dans le plan de sauvetage de la rentabilité de l’entreprise, la SNCF a d’ailleurs trouvé divers moyens d’augmenter ses recettes. Arnaud de Blauwe, rédacteur en chef adjoint du magazine Que choisir, explique : « La SNCF a la volonté de multiplier les services payants, et à terme facturer tout autre service annexe. « TGV family » par exemple offre une possibilité de prise en charge des enfants à la sortie du train pour 3 euros supplémentaires. » Certaines cartes de réduction sont aussi devenues un casse-tête pour les usagers. Avec la carte senior, il est de plus en plus difficile d’obtenir les 50 % de réduction initialement prévus. Enfin selon Arnaud de Blauwe, « La souplesse se paye de plus en plus : jusqu’à maintenant, on n’avait aucune difficulté pour changer son billet. Désormais, il faut payer un supplément selon le moment où l’on veut l’échanger. »

Les probables offres low cost sur le TGV ne seraient-elles qu’ « un écran de fumée pour cacher une plus forte hausse des tarifs en 2011 ? », s’interroge Arnaud de Blauwe. Il faut se demander également si l’offre ne va pas remplacer des billets qui étaient déjà bon marché ou se traduire par une hausse des autres tarifs TGV.  Quant aux conséquences sur les conditions de travail et la hausse de la productivité pour les salariés, on ne peut rien présager pour le moment.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy