• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Humour et politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juillet 2010

 

Le Village des NRV – 16 juillet 2010 – cui cui fit l’oiseau, défenseur de la veuve et de l’orphelin, cherche officine désespérément.

Monsieur Éric Woerth, à dada sur son bidet, prout prout cadet !

[humour jaune]

Cet humble texte est une défense en règle de l’Honneur perdu d’Éric Woerth.

Woerthjockey13.jpg

Au nom de tous les membres altiers du Village des NRV  scandalisés par l’odieuse campagne de dénigrement et de calomnies menée à l’encontre du Ministre du Travail, notre brave et valeureux Monsieur Éric Woerth.

Au nom d’une certaine idée de la France irréprochable dont le président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy est l’étendard sans gland .

Au nom de l’intégrité des élites de la Nation, de l’honnêteté de ses dirigeants, de l’Honneur de notre Pays aux yeux du Monde.

Parce que M. Éric Woerth porte la probité sur son visage comme Monsieur Patrice de Maîstre porte sa légion d’honneur au revers de son veston.

Parce que Madame et Monsieur Woerth sont particulièrement représentatifs des couples de Français moyens.

Parce qu’un ménage qui aime tant les bêtes et notamment les chevaux ne peut être malfaisant.

Pour toutes ces raisons, il est de notre devoir de défendre pied à pied ces époux irréprochables, en démontant tous les arguments spécieux mis au point par de mystérieuses officines probablement financées par Al Qaeda l’hydre islamiste et Médiapart, le siège trouble du trotsko-fascisme.

Je m’en vais  donc démanteler, une par une, toutes les accusations ignominieuses dont certains ont accablé le ministre préféré de notre petit caporal chef, Nicolas Sarkozy !

1er argument fallacieux : Madame Woerth travaillait dans l’entreprise de Monsieur de Maîstre qui gérait la fortune de Madame Bettencourt.

Réponse : quelle honte y avait il pour Florence Woerth, d’arrondir les fins de mois difficiles du couple et de faire des ménages dans l’entreprise Clymène ? Je trouve son courage et son goût du travail plutôt réconfortants !

2ème argument tronqué : Monsieur de Maîstre aurait reçu la Légion d’Honneur des mains même de Monsieur Woerth.

Réponse : le patron de l’épouse du Ministre s’occupait de l’argent FRANÇAIS de Mme Bettencourt pour conquérir des marchés en Suisse et augmenter le patrimoine colonial des îles de l’océan indien. Ils portait donc très haut les couleurs de notre pays. Rien de plus normal que d’en être récompensé 

3ème argument de mauvaise foi : Monsieur Woerth recevait des enveloppes contenant de l’argent liquide.

Réponse : il venait simplement chercher auprès de Mme Bettencourt le salaire de « femme de ménage » de son épouse ! Quoi de plus normal ? D’autre part Mme Bettencourt adorait les animaux domestiques et versait un peu d’argent pour acheter du foin aux pauvres carnes en fin de vie dont s’occupait Florence.

[Lire la suite sur : levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/]

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Woerthgate : Le couple Woerth en ligne de mire de la brigade financière

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juillet 2010

Accueil 17 juillet 2010

 

 Le couple Woerth en ligne de mire de la brigade financière

 

Woerthgate : Le couple Woerth en ligne de mire de la brigade financière dans POLITIQUE eric-woerth-264078%5B1%5DLe gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a affirmé aux policiers au cours de sa garde à vue qu’Eric Woerth lui avait « demandé de recevoir sa femme pour la conseiller sur sa carrière », selon des extraits de procès-verbal publié samedi par Le Monde.fr.

M. de Maistre a passé 36 heures en garde à vue jeudi et vendredi avec trois autres proches de l’héritière de L’Oréal dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale et de conflit d’intérêt entre les fonctions occupées par Mme Woerth auprès de M. de Maistre et celles de son mari au ministère du Budget (2007-2010).

Au cours de sa garde à vue, M. de Maistre a notamment été interrogé sur le contenu d’une note datée du 31 août 2007, saisie lors d’une perquisition dans les bureaux du gestionnaire de fortune, qui comporte un curriculum vitae de Mme Woerth avec une mention sibylline en bas de page: « rémunération environ 200 000 euros (…) Je suis obligé d’en parler à LB (Liliane Bettencourt, ndlr) vu le mari 120 000 euros », rapporte Le Monde.fr.

M. de Maistre a expliqué aux policiers qu’il « s’agissait d’une note (qu’il a) dû amener à M. et Mme Bettencourt pour évoquer le recrutement de Florence Woerth dans (son) équipe », selon un extrait de PV d’audition.

« Cette démarche était due au fait que son mari était ministre, et que c’était donc sensible », a précisé M. de Maistre, assurant que « Mme Woerth ne représentait pas un risque majeur ».

M. de Maistre a précisé avoir vu l’actuel ministre du Travail « deux ou trois fois en 2007 (…) parce qu’il m’a demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu’elle n’était pas entièrement satisfaite ».
Mme Woerth, embauchée le 12 novembre 2007, a quitté en juin ses fonctions chez Clymène, le « family office » chargé de faire fructifier la fortune de Mme Bettencourt. M. Woerth avait assuré le 21 juin qu’il n’était pas intervenu pour faire embaucher sa femme.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le comédien Bernard Giraudeau nous a quittés pour son ultime voyage

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2010

Accueil 17 juillet 2010

Décès de Bernard Giraudeau

 

Le comédien Bernard Giraudeau nous a quittés pour son ultime voyage dans Hommages 3-photos-culture-spectacles-Bernard-Giraudeau_articlephoto%5B1%5DLe comédien, réalisateur et écrivain Bernard Giraudeau, qui souffrait d’un cancer depuis longtemps, est mort samedi matin à 7 heures dans un hôpital à Paris à l’âge de 63 ans, a annoncé son agent.

Comédien, réalisateur, écrivain et bourlingueur, né à La Rochelle, en Charentes-Maritimes en 1947, il a joué avec brio les séducteurs romantiques de comédie et les héros tragiques, avant de passer à la réalisation et, avec succès, à l’écriture.

Cette personnalité citée comme l’un des sexagénaires préférés des Français dans un sondage pour le magazine Pleine vie l’an dernier, présidait le 27 avril dernier la Nuit des Molières, la cérémonie annuelle du théâtre français. Il était l’un des acteurs les plus populaires des années 1980, après avoir débuté dans de nombreuses comédies, et s’est aussi illustré dans le mélodrame.

Acteur à la palette large, se glissant facilement dans l’univers de chaque cinéaste, il avait été dirigé par Claude Miller, Nicole Garcia, Patrice Leconte, Olivier Assayas, ou François Ozon. Réalisateur, il a signé deux films de fiction et des documentaires. Ecrivain à succès, auteur d’une dizaine de romans et récits, son dernier livre Cher Amour avait remporté le Prix Pierre Mac Orlan en 2009.

En 2001, il avait révélé être atteint d’un cancer du rein, qui s’était étendu aux poumons en 2006. Depuis, il parlait ouvertement de sa maladie. Il s’était notamment fait le porte-voix de La Maison du cancer, un site créé par deux journalistes afin de fournir aux malades des informations sur la façon de vivre le cancer au quotidien.

En mars à l’occasion de la Semaine nationale de lutte contre le cancer, il avait participé à l’émission On ira tous à l’hôpital, où il se faisait le porte-parole des patients confrontés aux «dysfonctionnements croissants de  l’hôpital».

*******************************************

Extrait de l’article de Jean-Luc Douin (lemonde.fr/ : Bernard Giraudeau est décédé ce matin à l’âge de 63 ans)

Homme de gauche, militant d’Amnesty International, signataire de pétitions humanitaires, membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, Bernard Giraudeau était un exalté méfiant, peu porté à « être lisible d’emblée ». La découverte de son cancer du rein en 2000 le porta à parler, se battre pour améliorer la prise en charge des malades en créant un forum sur le thème « On ira tous à l’hôpital ». Ce mal qu’il appelait son « nouveau bateau » et qu’il disait vouloir « apprivoiser », il l’accepta comme un « parcours initiatique » : « Je voyais bien que j’allais vers quelque chose qui me rapprochait de l’abîme. Cela tenait à mon existence qui avait de moins en moins de sens, une course effrénée qui me maintenait en permanence dans un état d’angoisse. J’allais où ? Un manque de recherche sur l’essentiel… Pour un homme de mon âge, le cancer est un message, un questionnement » confiait-il à Libération en mai 2010.

 

Extrait du communiqué de Pierre Laurent :

« La nouvelle de la disparition de Bernard Giraudeau me peine profondément. Un homme qui aimait tant et tout à la fois, la littérature, le théâtre, l’amour, l’Afrique, le voyage ne pouvait être qu’un humaniste. Son combat digne contre la maladie l’a montré ».

 

Rencontre avec l’acteur et écrivain Bernard Giraudeau qui a eu lieu à la librairie Dialogues, à Brest, le 28 juin 2009 à l’occasion de la parution de son roman Cher amour (Métailié).

http://www.dailymotion.com/video/x9woby

http://www.dailymotion.com/video/x9woby_dialogues-avec-bernard-giraudeau_creation

 

Hommage sur BFMTV

http://www.dailymotion.com/video/xe28ty

http://www.dailymotion.com/video/xe28ty_bernard-giraudeau-est-mort_news

Publié dans Hommages | Pas de Commentaire »

L’effarante machine à mentir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2010

Source : Plume de presse – 15juillet 2010 – par Olivier Bonnet

Permalien : http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1458

Sarkozy : « J’essaie de dire la vérité, en tout cas la mienne ». Allo Pujadas ? – Deuxième partie

L’effarante machine à mentir

Festival de contre-vérités proférées par le chef de l’État devant un Pujadas amorphe

Annoncée dans notre billet consacré au volet bettencourtgate de l’intervention de Nicolas Sarkozy sur France 2 le 12 juillet, cette seconde partie propose un tour d’horizon du reste des sujets abordés, en forme de florilège de mensonges de la part du chef de l’État.

couv

« Nicolas Sarkozy prétendait se livrer à un exercice de vérité ; nous dressons la liste de ses mensonges. Ils portent sur l’essentiel, le bilan de sa politique, la justice économique et sociale, l’avenir des pensions… Il ne se contente pas d’omissions, il travestit les réalités« , synthétise ce matin L’Humanité.

Durant l’émission, Sarkozy a laissé passer un lapsus terrible : « J’essaie de dire la vérité, en tout cas la mienne« . Une distinction comme un aveu : la vérité de l’UMPiste en chef n’est pas la vérité tout court. Un constat somme toute flagrant à établir tant l’hôte de l’Elysée, qui aime à répéter : « on peut me reprocher beaucoup de choses, mais pas de mentir« , est au contraire multirécidiviste du fait.

 

Nomination dans l’audiovisuel public : le déni constant

eb

Le journaliste Médias du Point, Emmanuel Berretta, commente ainsi l’affirmation de Sarkozy que la majorité seule ne peut pas obtenir la nomination des présidents de l’audiovisuel public, donc qu’elle a besoin d’un consensus avec l’opposition, ce qui est totalement faux : « Chose incroyable : Nicolas Sarkozy a commis pour la troisième fois une erreur dans la compréhension de sa propre loi audiovisuelle du 5 mars 2009. Le Président confond droit de veto aux 3/5es des commissions compétentes des deux assemblées – ce qui est le dispositif en vigueur – et approbation aux 3/5es. Évidemment, ça change tout ! Dans le dispositif actuel, l’opposition parlementaire ne peut révoquer le choix du Président que si une partie de la majorité présidentielle se rallie à elle. Hypothèse par définition improbable, mais ce n’est pas ce que dit Nicolas Sarkozy… Et ce n’est pas la première fois qu’il se trompe.(…)

[Lire la suite sur : plumedepresse.net/]

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaire »

Les Roms au bal des expulsions

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2010

Les Roms au bal des expulsions dans Discriminations 16 juillet 2010 -  Flora Beillouin

Les Roms au bal des expulsions

 

Une soirée de soutien aux familles du Hanul était organisée, mercredi soir, à Saint-Denis.

Cantine improvisée dans un atelier d’art niché en haut d’un immeuble tout en béton de Saint-Denis. Punch, lampions, tentures, tout y est, mais les organisateurs ont les traits tirés. Il y a tout juste une semaine, les familles rom expulsées du camp du Hanul se faisaient à nouveau déloger par 150 CRS de leurs tentes, plantées devant la basilique dans l’espoir de se faire entendre. Bilan : 24 interpellations musclées, et toujours aucun espoir de relogement.

Depuis le démantèlement de leur bidonville, le 6 juillet, le message de la police est clair et martelé vis-à-vis des Roms qui arpentent les rues de Saint-Denis : « Quittez le département ! » Mais pour aller où ? Certaines familles ont fui vers Le Bourget, mais comme partout en France, l’expulsion n’est qu’une question de temps. À Bordeaux, un camp a été évacué selon le même protocole la semaine dernière, malgré l’épidémie de rougeole qui y sévissait. « Si aussi peu de Roms du Hanul sont présents ce soir, c’est parce qu’ils continuent, en ce moment même, d’être chassés », rappelle Saimir Mile, de l’association la Voix des Roms.

En effet, devant la scène où se pressent les spectateurs « solidaires », seuls quelques enfants du camp sont venus retrouver, l’espace d’une soirée, une vie normale. Une troupe tzigane, fraîchement débarquée des routes européennes, clôt les festivités. Sosie de Léo Ferré à la balalaïka, danseuses chatoyantes et gamins aux gestes saccadés : dehors, la nuit opaque offre un contraste violent. Et, clin d’œil mesquin, sur le parking se dresse un panneau indiquant « Kärcher : service après-vente ».

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Discriminations, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Communiqué de la CGT : Pour les salariés, pas de bouclier, mais réduction des budgets !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juillet 2010

CGT16 juillet 2010

Dépenses publiques

Pour les salariés, pas de bouclier, mais réduction des budgets !

Du rabot à la hache !

 

Contrairement aux prévisions optimistes du gouvernement, la situation économique ne s’améliore pas. La politique suivie qui relève notamment de choix fiscaux partisans en aggrave les conséquences sociales, le chômage augmente, les conditions d’emploi se dégradent, les services publics sont affaiblis, Pôle Emploi annonce la suppression de 1 000 CDD embauchés en 2010 pour faire face à la montée du chômage.

Comme nous le redoutions, ce n’est pas à coups de rabot, mais à coups de hache, que le gouvernement taille dans les budgets utiles au développement économique, à l’emploi et à la formation professionnelle.

Pour les salariés, pas de bouclier, mais réduction des budgets !

Dernier épisode en date, le gouvernement annonce qu’il va procéder à une ponction importante sur les ressources mutualisées de la formation professionnelle, privant ainsi les salariés et les entreprises d’une part de leur investissement formation dans une période où les besoins de formation garants de l’avenir n’ont jamais été aussi grands.

Cette ponction est non seulement illégale car contraire aux dispositions explicites de la loi du 24 novembre 2009 de l’Accord National Interprofessionnel (ANI), mais elle va également à l’encontre des objectifs de la réforme de 2009 puisqu’elle va se traduire par moins de formation pour les salariés et les demandeurs d’emploi. Elle porte, de plus, le risque d’une grave déstabilisation de la gestion paritaire des fonds de la formation professionnelle.

Cette annonce inacceptable sur le fond, relève d’un autoritarisme inacceptable. Le secrétaire d’Etat à l’emploi et le ministre du budget, par leur absence à la réunion du 16 juillet, ne font que confirmer le mépris dans lequel ils tiennent les représentants des salariés.

A la place qui est la nôtre, organisations syndicales de salariés en charge, dans le cadre du paritarisme, de l’orientation et de la gestion mutualisée d’une partie des fonds de la formation, nous élevons la plus vive protestation contre ces méthodes inacceptables et nous nous opposerons unanimement à cette décision si elle se confirme.

Des solutions rapides existent : la suppression des exonérations concernant les heures supplémentaires, ainsi que les charges patronales, dont l’efficacité est loin d’être avérée, apporteraient un supplément financier non négligeable, qui permettrait la mise en place d’une politique de plein emploi et de justice sociale et fiscale.

D’ores et déjà, la CGT appelle l’ensemble des salariés, les demandeurs d’emploi à participer massivement à la manifestation du 7 septembre 2010, afin d’obliger le gouvernement à mettre en place des mesures justes et revenir sur son plan de rigueur.

Montreuil, le 16 juillet 2010

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

13 % des Français restreignent leur budget en matière de soins médicaux

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

13 % des Français restreignent leur budget en matière de soins médicaux dans SANTE 16 juillet 2010 – Adama Sissoko

Les Français mettent leur santé à la diète

Une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie révèle que les Français sont de plus en plus nombreux à restreindre leur budget en matière de soins médicaux.

Ce sont des chiffres inquiétants qu’a publiés mercredi le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). Selon la dernière parution de l’enquête « Consommation et mode de vie », 13 % de Français déclarent s’imposer des restrictions budgétaires en matière de soins médicaux, contre 3 % en 1980*. Une tendance encore plus forte chez les ménages les plus modestes. Selon le Crédoc, ces derniers se restreignent trois fois plus souvent que les ménages aisés.

Les classes moyennes  aussi touchées

« Je ne vais chez le médecin qu’en cas d’extrême urgence », témoigne Marie, vingt-cinq ans, apprentie en assistanat de manager et mère d’un enfant. Depuis qu’elle a repris ses études en BTS, pour un salaire de 800 euros par mois, le budget soins s’est vite restreint. « Avec ce simple salaire, je ne peux soigner que ma fille… Et encore, je ne l’emmène plus chez le pédiatre, dont la consultation coûte 50 euros. Je vais chez le généraliste. » Pourtant, des centres de santé publics existent, où les consultations chez les spécialistes sont moins chères. Mais l’attente est souvent très longue. Cécile, vingt-deux ans, étudiante en lettres, confie y avoir eu recours. « Pour me concentrer sur le concours du Capes, j’ai arrêté de travailler. Du coup, je réfléchis à deux fois avant de me rendre chez le médecin ou chez le gynécologue, dont la consultation peut aller jusqu’à plus de 60 euros… J’ai été dans un centre de santé privé où les consultations étaient moins chères, mais ça m’a gênée car je préférerais que l’accès aux soins reste dans le domaine public. »

L’accès aux soins serait-il devenu un luxe ? Le cas d’Aissata, trente ans, chargée de diffusion, mariée et mère de deux enfants, montre que les classes moyennes sont aussi touchées. Malgré des revenus plus que corrects (4 500 euros par mois), le couple fait désormais appel à un centre de santé rattaché à sa mutuelle. « Comme ça, je n’avance aucun frais. En contrepartie, je dois attendre une heure et demie pour une consultation chez le dentiste. »

Auteur de l’étude du Crédoc, Régis Bigot rappelle que « si le chiffre de 13 % peut paraître modeste, cela représente tout de même 8 millions de personnes ». Et, ajoute-t-il, ce sont « les réformes du système de santé que l’on observe depuis trente ans » qui expliquent ces chiffres.

__________________________

* Cette année, le phénomène touche près de 18 % des ménages disposant de moins de 900 € par mois.

Publié dans SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

De l’importance primordiale du langage

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Lu sur : De l'importance primordiale du langage dans IDEES - DEBATS - PHILO img_logo_new cet excellent article de Pascal Sacré

arton11084-ab3db dans Propagande - Desinformation

Pascal SACRE

photo : Joseph Goebbels

Lorsque les mots perdent leur sens,
Les gens perdent leur liberté.

Confucius.

Les paroles volent, les écrits restent.

Seuls les actes comptent.

Ces expressions auraient tendance à nous faire oublier l’importance primordiale du langage.

Le langage, les mots, priment sur tout le reste. Ils façonnent notre perception du monde qui à son tour, influe sur tous nos actes.

Dans les 25 techniques de désinformation décrites sur le site www.vigli.org/ [1], beaucoup sont basées sur l’usage particulier de mots, d’expressions et mettent en évidence l’influence subtile, mais énorme, du langage sur nos psychismes.

Des groupes informés de cette toute-puissance des mots peuvent utiliser le langage pour influencer la population.

En 1992, l’International Food Information Council (IFIC) des États-Unis s’inquiète de la perception qu’a le public des biotechnologies alimentaires (exemple : OGM, nanotechnologies). Un vaste programme de recherche sera donc mis en place pour déterminer comment parler au public de ces technologies. Les recommandations du groupe de travail concerneront surtout le vocabulaire qu’il convient d’employer.

Des mots seront retenus pour leur charge positive et il sera fortement conseillé de s’en tenir à ceux-là. Par exemple : beauté, abondance, enfants, choix, diversité, terre, organique, héritage, métisser, fermier, fleurs, fruits, générations futures, travailler fort, amélioré, pureté, sol, tradition, entier.

D’autres, par contre, seront à proscrire absolument, notamment : biotechnologie, ADN, économie, expérimentation, industrie, laboratoire, machine, manipuler, argent, pesticides, profit, radiation, sécurité et chercheur [2].

Normand Baillargeon, dans son livre « Petit Cours d’Autodéfense Intellectuelle » [3], consacre tout son premier chapitre au langage : connotations positive ou négative, dénotations, imprécisions délibérées, ambiguïtés, accentuation, mots-fouines, jargon, pseudo-expertise, paralogismes formels, informels, généralisation, homme de paille

Le pouvoir du langage est énorme, d’autant plus grand lorsque les gens sont maintenus dans l’ignorance d’un tel pouvoir sur eux et dans l’ignorance de toutes ces techniques. Sans s’en rendre compte, nos esprits sont l’enjeu d’une gigantesque bataille des mots, dont le but est la domestication de nos pensées.

« Il n’y a plus de pauvres, mais des gens de condition modeste, plus d’exploités mais des exclus, plus de classes mais des couches sociales. » [4]. Ces pirouettes linguistiques ne sont pas anodines, jamais. Elles ont toutes un objectif, celui de modeler nos pensées et de nous contrôler à notre insu.

« Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être. » [5].

Véritable petit guide pratique écrit en 1928 par le neveu étatsunien de Sigmund Freud, Propaganda, une livre d’Edward Bernays, expose cyniquement et sans détours les grands principes de la manipulation mentale des masses ou de ce que Bernays appelait « la fabrique du consentement » [6].

Noam Chomsky le résume bien : « La propagande est à la démocratie ce que la violence est à un État totalitaire. »

La propagande, le maniement de toutes les techniques de manipulation des masses par le langage et par le contrôle de l’image, permet à un État totalitaire de rester perçu comme une démocratie, tout en étant plus sévère, plus intrusif et plus impitoyable que la pire des dictatures.

C’est bien le cas des États-Unis, qui arrivent encore à se faire voir dans le monde comme un modèle de liberté, de tolérance et de chance pour tous, alors que depuis le 11 septembre 2001, dans les faits, ils ont suspendu les droits civiques de leurs habitants, permettent des arrestations arbitraires et des emprisonnements sans jugements [7], ont légalisé la torture, exportant même ses équipements en Europe [8], et encouragent l’usage de tasers [9] y compris sur des enfants, des femmes enceintes ou des vieillards [10].

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaire »

Infos Consommateurs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Publié par LIBERTÉ-HEBDO – n° 919 > du 16 au 22 juillet 2010

Rubrique « Consom’Acteurs »

 

Électricité et gaz

Retour possible au tarif réglementé

L’Union régionale des associations de consommateurs (UROC) nous informe que « les particuliers qui ont souscrit une offre auprès d’un concurrent d’EDF ou de GDF pour la fourniture d’énergie ont la possibilité de revenir aux tarifs réglementés de l’électricité et du gaz au-delà du 1er juillet 2010″. La date butoir du 30 juin 2010, qui avait été fixée par la loi du 21 janvier 2008 relative aux tarifs réglementés d’électricité et de gaz, au-delà de laquelle la réversibilité aurait été impossible, vient, en effet, d’être supprimée.

« Ainsi pour l’électricité, le retour aux tarifs régulés 6 mois après la signature d’un contrat, est à nouveau possible. Pour le gaz naturel : c’est un nouveau droit pour les consommateurs ! » constate l’UROC. Avant cette loi, les usagers du gaz passés aux tarifs libres depuis l’ouverture du marché à la concurrence ne pouvaient, en effet, pas faire marche arrière.

 

Péages en hausse

Autoroutes trop chères

Mécontente des hausses de tarifs accordées à Cofiroute et aux Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, l’association 40 millions d’automobilistes a déposé un recours au Conseil d’État. Ce dépôt a eu lieu en avril, mais n’a été rendu publique que récemment. Sans doute, l’association espérait-elle obtenir gain de cause. Mais le gouvernement faisant la sourde oreille, elle a décidé de mettre l’affaire sur la place publique.

« Les autoroutes sont de véritables axes routiers d’utilité publique qui apportent un réel service en terme de rapidité des déplacements, de fluidité du trafic et de sécurité des personnes. C’est pourquoi nous considérons que tout doit être mis en oeuvre pour que l’ensemble des usagers puisse les utiliser facilement » rappelle l’association. Outre son « désaccord sur le calcul de la hausse des tarifs accordée à certaines sociétés », 40 millions d’automobilistes critique « l’absence de consultation du comité des usagers avant l’augmentation des tarifs des péages au premier février 2010″. L’association rappelle également la préconisation figurant dans le rapport 2008 de la Cour des comptes pour « une meilleure transparence des tarifs par le biais d’une procédure de consultation de personnes qualifiées et de représentants des usagers avant toute décision concernant les péages ».

Site du journal : http://www.libertehebdo.com/Liberté Hebdo. Preview  by Mediatico.Com



Publié dans CONSO, INFOS | Pas de Commentaire »

Rigueur : Interdit en France, le mot est lâché au Japon !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2010

Accueil 16 juillet 2010

Rigueur : Interdit en France, le mot est lâché au Japon ! dans Austerite fillon%20tok

Et soudain, Fillon créa la « rigueur »…

 

François Fillon a évoqué vendredi lors d’une conférence à Tokyo la «rigueur» mise en œuvre par la France, alors qu’il rejetait jusqu’à présent fermement ce terme pour qualifier les coupes budgétaires opérées par son gouvernement pour résorber la dette.

Vantant devant un parterre d’hommes d’affaires japonais les mesures d’austérité lancée par Paris, le Premier ministre a déclaré: «Nous sommes très attentifs à ne pas prendre des mesures qui viendraient stopper la croissance, qui viendraient même handicaper l’effort de recherche et d’innovation».

«C’est la raison pour laquelle dans tous les budgets de l’État, le seul qui n’est pas soumis à la rigueur, c’est le budget de l’Enseignement supérieur et de la recherche», a-t-il alors lancé, utilisant pour la première fois ce terme.

 

Publié dans Austerite, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

12345...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy