Bernard Thibault : un « accusé de non-réception »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2010

 

Bernard Thibault : un

humanitefr dans RETRAITES 25 juin 2010

Bernard Thibault : un « accusé de non-réception »

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a reproché au Premier ministre François Fillon d’avoir livré vendredi « un accusé de non réception du message », au lendemain de la journée d’action contre le projet de loi sur les retraites.

« Il y a en quelque sorte un accusé de non réception du message de la part du Premier ministre puisqu’il confirme la saisine du Conseil des ministres le 13 juillet et que les piliers fondamentaux de la réforme sont maintenus sous couvert de discussions sur des points certes non négligeables », a-t-il jugé.

Pour le numéro un de la CGT, cela revient à « nier qu’une part très importante de la mobilisation est motivée par un désaccord sur les changements d’âge pour les droits à la retraite ».

Jugeant qu’ »on ne peut pas prendre les Français pour des ignares ou des illettrés », il a ajouté que, « sans doute, le Premier ministre, comme le gouvernement, est désagréablement surpris par la première réaction massive peu de jours après la présentation du projet de loi sur les retraites ».

Interrogé sur la comparaison du gouvernement avec d’autres mouvements sociaux, M. Thibault y a vu « une manière de minorer » la mobilisation mais a jugé qu’ »ils sont beaucoup plus lucides sur la réalité du mécontentement et beaucoup plus inquiets sur ce qui peut se passer qu’ils ne veulent bien l’admettre ».

Il a aussi considéré que « M. Fillon fait du Villepin dans le texte » avec « la formule +j’écoute ceux qui manifestent et ceux qui ne manifestent pas+ et avec toute la rhétorique sur le fait qu’il y aurait eu beaucoup de manifestants parce que le gouvernement n’aurait pas bien expliqué.

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy