• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 juin 2010

Honduras : La mise au pas du pays se poursuit avec la complicité des institutions judiciaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Publié par : PRIMITIVI10 juin 2010 

Honduras : L’ère du Loup

par Giorgio Trucchi
Source : Rel Uita « La democradura en Honduras : La era del Lobo »
Traduction : Primitivi

Bilan de la présidence de Porfirio Lobo

Depuis que Porfirio Lobo assure la plus haute charge de l’État du Honduras les exactions, les tortures, les assassinats, et les violations des plus élémentaires des droits n’ont pas cessé, au contraire. Par contre les exécutants en ont appris avec le temps et ces actions sont devenues plus discrètes, laissant moins de traces pour d’éventuelles action en justice [1].

Mais ces délits ne pourraient être conduits sans l’aval et la complicité des institutions judiciaires. C’est cette mise au pas d’un pays que décrit Giorgio Trucchi en interviewant Bertha Oliva, coordinatrice nationale du Comité des Parents de Détenus Disparus au Honduras.

La démocrature du Honduras : L’ère du Loup

Plus de 700 violations des droits de l’homme – incluant douze assassinats – c’est le résultat des observations réalisées du 30 janvier au 28 mai 2010 par le COFADEH. Plus de 9 000 violations et 544 « incidents » contre des défenseurs des droits de l’homme enregistrées depuis le coup d’État.

Honduras : La mise au pas du pays se poursuit avec la complicité des institutions judiciaires dans Amerique latine bertha_oliva-26-1-230-c3842


En manquant de quelques semaines [2] la commémoration du premier anniversaire du coup d’État sanglant, Sirel a discuté avec Bertha Oliva, coordinatrice nationale du Comité des Parents de Détenus Faits disparus au Honduras (COFADEH), pour faire le point sur la situation.

[Lire la suite sur : primitivi.org/]

 

 

Publié dans Amerique latine, Honduras, International, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Retraites : « ceux qui nous gouvernent nous prennent pour des demeurés »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Lu sur : Retraites :

publié par roland (webmaster) – 11 juin 2010

URL : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=13431

Retraites : un oubli qui en dit long…

Auteur : werdna - Source : In-ven-Terre

Dans son article « Financement des retraites : l’enjeu des cotisations patronales », Bernard FRIOT, professeur d’économie et sociologie à l’université Paris X, écrivait : « On oublie toujours, quand on raisonne sur l’avenir des retraites, que le PIB progresse d’environ 1,6 % par an, en volume, et donc qu’il double, à monnaie constante, en 40 ans. C’est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses de pension depuis 1960 ».

            Pourquoi une information aussi déterminante est-elle censurée ? Parce que tout simplement un petit calcul facile, montrerait que ceux qui nous gouvernent, nous prennent pour des demeurés.

  • En effet : si aujourd’hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu’ils ont à charge 4 retraités. C’est 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de (100 : 14) soit 7,14.
  • Si dans quarante ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu’ils ont à charge 8 retraités. Ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de (200 : 18) soit 11,1.

            C’est limpide ! Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu’avant leurs réformes à remonter le temps. De plus, la part de gâteau restante pour l’investissement et l’élévation du niveau de vie sera bien plus importante en 2040 (en monnaie constante).

            Alors, où est donc le problème ? Pourquoi cet acharnement à détruire un système qui fonctionne bien ? Parce que le système social français, mis en place par le Conseil national de la résistance (CNR) en 1945, met en rage les hommes d’affaires et les financiers pour des raisons évidentes.

            Par exemple, il leur est impossible de réaliser des plus values « boursières » sur 40% de notre part salariale (les fameuses cotisations sociales patronales) qui payent notre retraite et notre santé, en toute dignité et responsabilité. N’oublions pas que ces cotisations sociales représentent notre salaire différé qui est le fruit de notre travail. Il ne s’agit ni d’assistanat ni de charité patronale comme le laisse entendre une mauvaise propagande.

            Et c’est bien là que se situe tout l’enjeu de leurs réformes : les classes dirigeantes rêvent de faire main basse sur notre salaire différé. Pour s’emparer de cette « galette », leur stratégie consiste à réduire nos droits pour nous contraindre, de plus en plus, à financer notre santé et notre retraite par des assurances privées.

            Ils ont d’ailleurs déjà commencé : les réductions de cotisations patronales se multiplient depuis 2002 et atteignent déjà près de 30 milliards chaque année. Combien de ces 30 milliards sont allés aux investissements productifs ? Combien d’emplois créés ? Quelle efficacité au regard des sommes englouties ? Quelle évaluation ? De plus, le fait que notre système fonctionne bien sans aller faire un tour sur les tapis verts des casinos boursiers met en évidence l’inutilité et le rôle prédateur des acteurs de la sphère financière.

             Ceci est confirmé de façon magistrale dans le Monde Diplomatique de Février sous le titre Faut-il fermer la bourse? »

Auteur : werdna - Source : In-ven-Terre 

*************************************

Pour lire l’article du Monde Diplomatique, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/02/LORDON/18789

Publié dans Propagande - Desinformation, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Paritarisme : La conception très particulière du Recteur de l’Académie de Créteil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Pour info, rappelons que les recteurs sont désignés en conseil des ministres et nommés par décret par le Président de la République. Ceci explique sans doute cela !

Communiqué de la CGT-Educ’action Créteil

Le Recteur de l’académie de Créteil est prêt à « passer pour un salaud »

et veut gérer l’académie en tout « inéquité »

jeudi 10 juin 2010

Monsieur,

Suite aux incidents en séance lors de la réunion de la CAPA des certifiés du mercredi 9 juin 2010, nous souhaitons être reçus de manière urgente en audience afin d’échanger avec vous de votre conception particulière du paritarisme. Ces incidents font suite à d’autres incidents, à la fois lors des CCP et lors du CTPA.

Mercredi 9 juin 2010, vous présidiez la CAPA des certifiés. Vous n’avez pas souhaité échanger avec les organisations syndicales qui soulevaient de graves problèmes suite à l’affectation des stagiaires sur des supports à temps plein. De fait, certains collègues en mesures de cartes scolaires ou avec une priorité handicap se trouvent désavantagés, ce qui pose de vrais problèmes d’équité. De plus, il vous a été demandé de faciliter les demandes de détachement, en particulier pour les ATER.

Vous avez alors eu, Monsieur le Recteur, des propos particulièrement inquiétants et graves. Vous avez ainsi déclaré que ceux (visant les demandes de détachement) qui « ne veulent pas enseigner chez nous, ceux qui sont malheureux chez nous, ils n’ont qu’à nous quitter. » Vous avez ensuite déclaré : « si je dois passer pour un salaud, ici et dans le Parisien, et bien je passerai pour un salaud et le mouvement se fera comme il doit se faire. » Vous avez enfin déclaré que s’il le fallait vous serez « le recteur de l’inéquité. »

La CGT-Educ’action, avec d’autres organisations syndicales, a donc décidé de quitter la séance. Une telle décision de notre part est exceptionnelle et marque la gravité de la situation.

La situation que connaît l’académie de Créteil est inédite et particulièrement grave car dirigée par un Recteur qui assume gérer l’académie en toute « inéquité » en assumant une attitude de « salaud »

Votre attitude, Monsieur le Recteur, n’est pas digne et n’honore pas le Service Public d’Education. Le paritarisme n’est pas une confrontation violente entre d’une part les représentants de l’administration et d’autre pas les représentants des personnels, mais la recherche, par des échanges respectueux, de consensus équitables. Tout cela correspond à d’autres incidents, comme votre agression à l’encontre d’une élue de la CCP des assistants d’éducation lors du CTPA du 26 mai 2010, et même votre attitude méprisante envers les personnels du lycée Chérioux à Vitry.

Nous avons du mal à comprendre ce qui motive ainsi votre antipathie envers les personnels et leurs représentants. Cela fait maintenant, en moins de 3 semaines, deux fois que les représentants des personnels se retrouvent dans l’obligation de ne pas siéger en commission. C’est une situation que l’académie de Créteil n’avait pas l’habitude de connaître et qui est très grave pour le bon fonctionnement du Service Public d’Education.

Nous vous rappelons ainsi que lors du boycott de la CCP des AED/AVS du 21 mai 2010, les représentants des personnels avaient noté leur sentiment que l’administration rectorale ne prenait pas la commission au sérieux, signe d’un mépris affiché pour les personnels et leurs représentants.

Les représentants des personnels à la CCP des enseignants, CPE et COP ont noté eux-aussi une attitude particulièrement méprisante, à tel point que certains collègues n’ont pas pu être défendus, alors que c’est leur droit, le DRRH décidant d’avance les arguments « recevables » et ceux qui ne l’étaient pas ! Sans parler des propos moqueurs envers des représentants élus des personnels…

Cette situation, Monsieur le Recteur, ne peut plus durer. Nous souhaitons donc que vous nous receviez au plus vite en audience afin d’éclaircir avec vous cette situation.

Veuillez croire, Monsieur le Recteur, en notre attachement au Service Public d’Education et à un paritarisme respectueux.

Matthieu BRABANT

Secrétaire Académique

Publié dans Democratie, Education nationale, Syndicats | Pas de Commentaire »

Belgique : Espionnage et infiltrations au profit du gouvernement colombien

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Publié par Belgique : Espionnage et infiltrations au profit du gouvernement colombien dans Colombie img_logo_new

10 juin 2010

Espionnage en Belgique au profit du gouvernement colombien

 

arton10760-85df4 dans EUROPE

Hernando CALVO OSPINA

http://www.hernandocalvoospina.com/

Les interceptions ne sont pas de la responsabilité des détectives du DAS. Elles ont été ordonnées depuis le siège présidentiel” (Ernesto Samper Pizano, ex-président de Colombie, interview parue dans le journal Público, Madrid, 17 mai 2010)

Dans son édition du 19 mai passé, l’un des plus importants journaux de Belgique, Le Soir, a annoncé que le principal objectif de l’espionnage et des infiltrations du DAS, service de renseignement politique colombien, était de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’opposition à la signature de l’Accord de libre échange entre l’Union européenne et la Colombie. Accord qui a été signé à Madrid, le jour même du Sommet Europe – Amérique Latine – Caraïbes. « En d’autres termes, l’Union prend le risque de signer un accord dont la prémisse a peut-être été manipulée par Bogotá », a déclaré le journal.

Ces enquêtes illégales du DAS n’ont pas été menées qu’en Belgique. Selon les informations connues jusqu’à présent, elles ont aussi eu lieu en France, en Suisse et en Espagne, et ont touché des personnalités politiques, des parlementaires européens, des défenseurs des droits humains, des ONG et des résidents colombiens. Il existait un autre but : enquêter pour manipuler, déformer et essayer de mettre un frein aux dénonciations de ces personnes quant aux constantes et graves violations des droits humains en Colombie. Et de la même manière, fouiller dans leurs activités politiques, leur vie personnelle et leurs relations présumées avec les guérillas colombiennes, afin d’utiliser des aspects qui pourraient nuire à leur image et ôter ainsi toute crédibilité à leur travail de dénonciation.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

URL de cet article

http://www.legrandsoir.info/Espionnage-en-Belgique-au-profit-du-gouvernement-colombien.html

Publié dans Colombie, EUROPE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Gaza : Christophe Oberlin témoigne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

Vu sur : CAPJPO-EuroPalestine10 juin 2010

Christophe Oberlin sur TV5 Monde (Vidéo)

Quelques vérités sur l’antenne de TV5 MONDE (JT du 9 juin).

Christophe Oberlin est professeur en médecine et chirurgien à l’Hôpital Bichat à Paris. Il a aussi été tête de liste EuroPalestine lors des élections européennes de juin 2009.

Il effectue depuis dix ans des missions humanitaires dans la bande de Gaza, pour former et soigner.

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans GAZA - PALESTINE, Israel | Pas de Commentaire »

PCF : A quelques jours du congrès, les « refondateurs » quittent le parti.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2010

L’Humanité – 10 juin 2010 – Mina Kaci

Ces refondateurs qui tournent la page du PCF

Après des années de fidélité, leur aventure avec le Parti s’achève dans un divorce « sans colère ni larmes ». Jacqueline Fraysse, Roger Martelli, Lucien Sève et Pierre Zarka expliquent les raisons de leur départ.

Jacqueline Fraysse, Roger Martelli, Lucien Sève et Pierre Zarka. Quatre personnalités différentes qui ont joué un rôle de premier plan dans le Parti communiste français, certains dans ses hautes instances. Quatre militants qui, après des décennies de fidélité, le quittent en 2010. Un traumatisme pour eux et pour l’organisation communiste. Comment l’expliquer ?

Jacqueline Fraysse exprimait depuis quinze ans des désaccords sur la conception du rassemblement de son parti. Premier déclic : en 1995, maire de Nanterre, elle initie une démarche participative avec, notamment, les Cahiers pour la ville qui ont rencontré un « succès fou ». Elle a la désagréable surprise de constater « l’hostilité du Parti qui y a vu une concurrence déloyale à son égard » en ne mettant pas l’étiquette PCF dans cette initiative municipale. « Je persistais à penser qu’il fallait faire large, ce qui n’empêchait nullement le Parti d’être dans ce rassemblement. La réticence du PCF m’a perturbée, sans comprendre cette attitude. »

Les doutes de Pierre Zarka naissent en 1992, alors qu’il intègre la direction de l’Humanité. « Pendant longtemps, pour moi, le communisme et le Parti communiste étaient synonymes. Je comprends très vite que le journal ne peut pas être le bulletin interne du Parti. Qu’il faut l’ouvrir à toutes les expériences de transformation sociale, à égalité avec le PCF. Ma première tension avec la direction du PCF a commencé sur la conception du journal. »

C’est d’abord le déclin électoral du PCF qui éveille nombre d’interrogations. Georges Marchais n’obtient que 15,35 % (4,457 millions de voix) à la présidentielle de 1981. Aux européennes de 1984, le score baisse à 11,24 %, soit 2,261 millions de voix. « C’est un décrochage important qui montre que nous n’avions pas la politique qui convient », commente Lucien Sève.

Mais le philosophe, Jacqueline Fraysse, Roger Martelli et Pierre Zarka situent leur point de non-retour à la présidentielle de 2007.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Sur le même thème :

 

[Parlons franchement ! sur : alternativeforge.net/], un article de Gérard Lahellec suivi d’un commentaire de Lucien Atencia

 

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, PCF | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy