• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 juin 2010

Congrès du PCF : Pour un pacte d’union populaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2010

L’Humanité - 8 juin 2010

Un pacte d’union populaire pour stopper Sarkozy

et réussir le changement

 

Par PIERRE LAURENT, coordinateur national du PCF.

Quelle nouvelle dynamique pour battre vraiment la droite ?

Faire de notre congrès des 18, 19 et 20 juin prochain un congrès d’initiatives et d’actions, voilà ce que nous avions décidé en lançant sa préparation. Cette ambition est plus nécessaire que jamais. Sur la base du débat maintenant largement engagé, le moment est donc venu de préciser les décisions que notre congrès pourrait discuter, enrichir et adopter pour aider notre peuple à résister à la politique de Nicolas Sarkozy et à faire face aux échéances politiques à venir.

Réévaluons d’abord la situation qui n’a cessé d’évoluer depuis la sévère défaite de la droite aux élections régionales de mars dernier.

Premier constat, le besoin d’alternative au pouvoir de Nicolas Sarkozy est de plus en plus ressenti comme une urgence par des millions de nos concitoyennes et de nos concitoyens. C’est ce qui va déterminer leurs choix dans les mois à venir et jusqu’en 2012. La crise dans laquelle est entré le système capitaliste à l’été 2008 ne cesse de s’amplifier avec de terribles conséquences sur la vie d’un nombre croissant de jeunes en situation de précarité, de travailleurs de toutes conditions, de retraités. Les peuples souffrent, et il est devenu clair que c’est pour nourrir des gâchis financiers de plus en plus faramineux. Alors que les dogmes ultralibéraux qui sont l’essence des traités actuels de l’Union européenne mènent tout droit à la récession, les gouvernements de l’UE en remettent une couche en imposant des purges d’austérité de plus en plus brutales pour financer les engrenages spéculatifs.

En France, le pouvoir se révèle au service exclusif des possédants. Il foule au pied l’intérêt général. Si on laissait faire le gouvernement Sarkozy, tout serait sacrifié, tout y passerait, comme on le voit avec les retraites, la mise en pièces de la démocratie locale ou encore l’école, comme le montrent les dernières directives gouvernementales. C’est insupportable. Tout nous ramène donc à cette première urgence essentielle  : résister et stopper au plus vite cette machine infernale  ; sortir de ces logiques en ouvrant la voie à une nouvelle ère de transformations progressistes politiques, sociales et démocratiques.

[...]

Le Front de gauche doit plus que jamais apparaître et vivre comme un processus de rassemblement ouvert susceptible d’initier d’ici à 2012 un nouveau Front populaire qui mette en tous domaines au cœur de son projet ce principe, « contre les marchés financiers, l’humain d’abord ». Nous voulons mettre ce principe au cœur de la gauche. C’est cette démarche qui nous a fait gagner en 2005, c’est celle qui peut nous faire gagner en 2012. Il ne s’agit donc pas de figer la division de la gauche, de structurer un parti de l’autre gauche. Nous voulons unir et rassembler les femmes et les hommes de gauche dans leur diversité sur un contrat de changement. Le Front de gauche peut être le porteur de cette ambition, le chemin de ce rassemblement s’il vise bien cet objectif de nouveau Front populaire.

[...]

Ensuite, engager dans tout le pays, à partir de ces mobilisations, de toutes les résistances, la rédaction d’un pacte d’union populaire, qui prendrait des engagements précis, dessinerait un nouveau projet de gauche pour sortir de la crise et ouvrir une nouvelle ère de progrès. Il s’agirait de lancer à partir du Front de gauche un processus public et multiforme, associant le plus grand nombre possible, soit des centaines de milliers de personnes, à l’élaboration de ce pacte. Ateliers d’écriture dans les quartiers et les entreprises, réseaux sociaux par grandes thématiques, collectifs jeunes, cahiers populaires du projet, comités d’initiative à l’appel de nos élus, conventions, assises… Toutes les formes devraient être imaginées pour permettre l’appropriation la plus large possible de cette démarche. Ce travail serait le point de convergence de toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le Front de gauche pour construire ce nouveau Front populaire en 2012.

[...]

Enfin, parallèlement à ce processus, lancer le débat, dans le Parti communiste et au-delà avec les forces du Front de gauche, avec toutes les femmes et les hommes qui à gauche se reconnaîtraient dans cette démarche, sur les candidatures susceptibles de porter un tel pacte dans les échéances de 2012. Pour les élections législatives, notre volonté est de mettre au cœur du débat la question d’une majorité politique, et non l’élection d’une écurie présidentielle à l’Assemblée. Nous visons donc, outre la réélection des députés communistes et du Parti de gauche sortants, le gain de nombreux députés portant les objectifs du pacte. C’est avec une vraie ambition que la recherche des candidatures nécessaires doit être entreprise rapidement à partir de la réalité des nouvelles circonscriptions.

Pour la présidentielle, nous aurons plusieurs hypothèses à examiner. Participation au processus des primaires lancé par le PS, candidature du PCF ou candidature de rassemblement avec le Front de gauche, qui puisse être issue d’une des formations du Front de gauche, ou d’une personnalité qui partagerait les objectifs du pacte. Le débat est ouvert. C’est en construisant le pacte et l’implication populaires les plus larges possible que nous nous donnerons les meilleurs atouts de désigner une candidature efficace et rassembleuse, de donner à voir une autre conception de la politique que celle de l’hyper-présidentialisation.(…)

[Article complet : humanite.fr/]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, PCF | Pas de Commentaire »

Réforme de la justice

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2010

Anne Roy

Les jurés d’assises en sursis

Un énième projet de réforme veut, pour faire des économies, se passer des jurés populaires.
Tirées au sort pour participer au jugement de plusieurs procès aux assises, trois femmes nous expliquent en quoi cette rencontre avec la justice « vécue de l’intérieur » a bouleversé leur vie.

Elles ont vécu une expérience humaine inédite et violente. En novembre 2009, Brigitte, cinquante-trois ans, secrétaire au chômage, Véronique, quarante-huit ans, assistante sociale à l’hôpital de la Salpêtrière, et Olivia, trente-six ans, animatrice dans un centre social, ont été jurées d’assises pendant deux semaines au tribunal d’Évry. Un choc, que l’une d’elles compare même « à un deuil, pour ses images et ses pensées qui s’imposent à tout moment quand on ne les attend pas ». Et pour la blessure intime qui les accompagne.

Qu’on ne s’y trompe pas : quelques mois plus tard, aucune ne regrette l’expérience. Au contraire. Les trois femmes, qui sont restées en contact et même devenues amies, résument, unanimes : « Tout le monde devrait être juré une fois dans sa vie. »

[Lire la suite]

A lire également sur :

arton2767254-5fc7e dans Politique nationale

Justice le peuple est-il de trop pour Nicoléon ?

 

 

 

Publié dans Justice, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Pétition de soutien à Haneen Zoabi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2010

Pétition pour une députée arabe israélienne menacée

Patrick Le Hyaric, député européen, lance une pétition de soutien à Haneen Zoabi, accusée de « trahison » pour avoir embarqué sur la flottille pour Gaza.

Une commission du Parlement israélien a recommandé lundi de retirer une partie de ses privilèges à la députée arabe israélienne dont la participation à la flottille humanitaire pour Gaza a déclenché une campagne politique.

La commission interne de la Knesset a voté en faveur du retrait de certains des privilèges parlementaires accordés à la représentante du parti Balad (gauche).

Dans une Adresse aux autorités et au Parlement Israélien, Patrick Le Hyaric écrit qu’ « au nom du respect de la liberté des parlementaires du monde entier d’exercer leur mandat, nous disons notre désaccord avec les violentes menaces exercées contre la députée Haneen Zoabi.

En vérité elle ne fait que rappeler le droit international.

Elu(e)s de diverses opinions, de France et d’Europe nous demandons au Parlement israélien de créer les conditions pour que la députée Haneen Zoabi retrouve l’intégralité de ses droits de parlementaire, sans restriction »

Imprimez et signez la pétition :

Document PDF - 37.9 ko

Pétition à retourner au bureau parlementaire de Patrick Le Hyaric :

Nom………………………………………Prénom……………………..……………

Adresse……………………………………………………………………………………………………………………….…..………………………………………………

Tél.……………………………………….Courriel…………………………………..

par téléphone : 01 49 22 72 76 / 01 49 22 66 24/ 01 49 22 72 01

ou bien directement par mail (assistant.patrick.lehyaric@hotmail.fr)

Enfin par courrier :

Bureau parlementaire de Patrick Le Hyaric, 164 rue Ambroise Croizat 93528 Sai

Publié dans GAZA - PALESTINE, Israel, PETITION | Pas de Commentaire »

RACKET sur l’électricité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2010

À la une dans l\'Humanité

La suite

Main basse sur les tarifs 
de l’électricité

Le projet de loi Nome, dont l’examen a débuté hier soir à l’Assemblée, va provoquer une hausse de 11 % des tarifs dès cette année. L’opposition socialiste et communiste votera contre ce texte, qui prévoit la mise à disposition d’un quart de la production nucléaire aux concurrents d’EDF.

Les députés UMP et Nouveau Centre vont-ils donner le feu vert à une flambée des tarifs réglementés de l’électricité  ? L’examen du projet de loi sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité, auquel s’opposent parlementaires communistes et socialistes, a débuté hier soir à l’Assemblée nationale. Or, son adoption définitive, prévue avant la fin de l’année, devrait conduire à une hausse sans précédent et complètement artificielle de la facture. Selon les prévisions de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), les tarifs réglementés devraient bondir de 7,1 % à 11,4 % dès cette année et continuer d’augmenter de 3,1 % à 3, 5 % par an entre 2011 et 2015.

une augmentation artificielle des tarifs

Cette flambée sera la conséquence mécanique de l’obligation faite par la loi à EDF de mettre à la disposition de ses concurrents 25 % de sa production nucléaire. Cette disposition vise à permettre à GDF Suez, Poweo ou encore Direct Énergie de gagner des parts de marché dans la fourniture d’électricité aux particuliers et aux entreprises. En effet, malgré le fait que la France a, comme l’exigeait Bruxelles, totalement ouvert son marché intérieur en 2006, la concurrence reste très marginale puisque 97 % des Français sont restés fidèles aux tarifs réglementés. Et pour cause  : peu ou pas producteurs d’électricité, les nouveaux opérateurs ne sont pas en mesure de 
faire des offres commerciales compétitives. Pour qu’ils y parviennent, le premier ministre, François Fillon, a donc décidé de leur donner accès à un quart de la production nucléaire. Mais «  cette spoliation d’un bien de la nation  », comme le dénonce la CGT énergie qui rappelle que les 54 réacteurs nucléaires actuellement en service ont été financés par les usagers, par le biais de leurs factures, a un prix. Elle va provoquer un surenchérissement du coût du mégawatt. Alors qu’il est aujourd’hui de 34 euros, il devrait atteindre 42 euros. Un bond de 25 % que supporteront les usagers, entreprises comme particuliers.

La loi Nome comporte d’autres dispositions qui suscitent l’opposition du PCF, du PS et de la CGT. Les tarifs réglementés pour les entreprises seront purement et simplement supprimés. Ce qui ne sera pas sans conséquences, dans cette période de crise, pour les entreprises dites électro-intensives. Pour les particuliers, l’existence des tarifs réglementés est officiellement garantie, mais la loi va conduire à, progressivement, réduire leur intérêt pour le consommateur. Désormais, c’est la CRE qui les fixera, tandis que leur calcul devra intégrer «  une référence
au marché  » dont les prix sont supérieurs en moyenne de 40 %.

LA CNR BIENtôt privatisée au profit de GDF SUEZ ?

La loi Nome pourrait être aussi l’occasion pour le gouvernement de privatiser la Compagnie nationale du Rhône. Cette entreprise qui gère les aménagements du fleuve et en particulier les barrages hydroélectriques pourrait passer sous le contrôle total de GDF Suez, qui en possède déjà 49 %. Un amendement déposé en ce sens a été rejeté en commission par les parlementaires, mais la CGT comme le PCF craignent qu’il ne refasse surface au cours de l’examen du texte

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy