• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 mai 2010

« La Grèce est hérétique parce que le soulèvement des gens ordinaires fournit un véritable espoir »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Publié le 28 mai 2010 par :

L’hérésie des Grecs nous offre quelque espoir



arton10695-4d191 dans EUROPEJohn PILGER

pour le New Statesman http://www.newstatesman.com/uk-poli…

Traduction de Bernard Gensane pour Le Grand Soir

photo : « La Grèce n’est pas à vendre », sur www.johnpilger.com

Dans son dernier article publié par le New Statesman, John Pilger renverse la perception de la Grèce “pays poubelle” : le soulèvement des Grecs de la rue qui ont manifesté contre le “renflouement” d’une économie ruinée par l’évasion fiscale des riches donne à espérer. Selon lui, la Grèce est un microcosme du monde développé, où l’expression “guerre de classe” est rarement utilisée parce qu’elle est porteuse de vérité.

Au moment où la classe politique britannique prétend que le mariage arrangé des conservateurs et des libéraux-démocrates – bonnet blanc et blanc bonnet – incarne la démocratie, nous préférons, quant à nous, nous inspirer de l’exemple grec. Il n’est guère surprenant de voir la Grèce présentée non pas comme un phare mais comme un “pays poubelle”, qui n’a eu que ce qu’il méritait, vu son “secteur public pléthorique” et “sa manière d’arrondir les angles” (L’Observer). La Grèce est hérétique parce que le soulèvement des gens ordinaires fournit un véritable espoir, contrairement à celui que l’on avait mis dans le seigneur de guerre de la Maison-Blanche.

La crise qui a débouché sur le “sauvetage” de la Grèce par les banques européennes et le FMI est le produit d’un système financier grotesque, lui-même en crise. La Grèce est le microcosme d’une guerre de classe moderne, rarement nommée comme telle, et menée dans l’urgence et dans la panique par les riches de l’empire.

La singularité de la Grèce, c’est qu’en deux générations, elle a connu une invasion, une occupation ennemie, la trahison du monde occidental, la dictature militaire et la résistance populaire. Les gens ordinaires ne sont pas intimidés par le corporatisme et la corruption qui règnent dans l’Union Européenne. Le gouvernement de droite de Kostas Karamanlis, qui a précédé l’actuel gouvernement travailliste (Pasok) de Geórgios Papandreou, a été décrit par le sociologue suisse Jean Ziegler comme « une machine à piller systématiquement toutes les ressources du pays ».

Cette machine a des amis bien peu reluisants. Le comité directeur de la Banque centrale des États-Unis enquête actuellement sur le rôle de Goldman Sachs et d’autres fonds de couverture (hedge funds) étatsuniens qui ont spéculé sur la faillite de la Grèce, quand ses actifs publics étaient bradés et quand ses riches fraudeurs fiscaux avaient déposé 360 milliards d’euros dans les banques suisses. Les plus grands armateurs grecs ont transféré leurs sociétés à l’étranger. Cette hémorragie de capital se poursuit avec l’assentiment des gouvernements européens et des banques centrales.

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Grece, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

« Weather Undeground, histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain » – Dan Berger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Lu sur : ARTICLE XImercredi 26 mai 2010, par Lémi

 

Le Weather Underground, oublié des livres d’histoire et des discours militants, n’a pas eu la postérité qu’il méritait. Créée à la fin des sixties par des militants anti-impérialistes désabusés, l’organisation a pourtant su passer à l’action sans faire couler le sang, multipliant les attentats symboliques. Un livre passionnant de Dan Berger, publié par l’Echappée, revient en détail sur son histoire.

 

NIXON SOUS LES BOMBES

Dan Berger, « Weather Undeground, histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain »,

l’Échappée, 2010, Trad. Aurélie Puybonnieux

 

« Purs produits de l’Amérique, les Weathermen cherchèrent à rompre avec les privilèges et la domination dont ils avaient bénéficié depuis leur naissance. L’existence du groupe était en elle-même un avertissement : désormais, il ne suffisait plus d’avoir la peau blanche et de posséder la nationalité américaine pour devenir un complice de la suprématie blanche.  » (Dan Berger)

Dilemme. Un livre si dense qu’il a fait un trou d’égale taille (XXL) dans ma bibliothèque et dans mon cerveau. Un ouvrage souligné de partout, corné toutes les trois pages, égratigné d’avoir suivi ton serviteur dans diverses pérégrinations pendant dix jours. Cinq cents pages qui se lisent en apnée, se relisent sans lassitude, mais… ne se restituent pas facilement. Logique. Faute de le résumer véritablement, je me contenterai de dégager quelques pistes, tout en espérant que tu te rueras en librairie pour dégotter l’objet. Fissa.

9782915830200_0-0805d dans HISTOIRE

 

Weather Underground, histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain retrace en détail l’épopée du groupe radical américain le plus intéressant de la seconde moitié du siècle, les weathermen, ou Weather Undeground Organisation (WUO). Une organisation active de 1969 à 1974 et responsable de nombreux attentats (ne visant que des cibles matérielles) sur le territoire américain.


L’auteur de l’ouvrage, Dan Berger, n’a jamais appartenu à l’organisation, bien trop jeune pour ça. Il s’est lancé dans ce travail en grande partie par sympathie politique. Celle-ci transparaît parfois, sans que ça ne nuise pour autant à son travail minutieux : heures sombres, erreurs stratégiques, dogmatisme, il n’épargne en rien les Weathermen. Une critique constructive, intelligente, témoignage historique autant que plongée dans les arcanes d’une époque où la révolution était pour demain, sans faute.

 

[Lire la suite sur : article11.info/]

 

Publié dans ETATS-UNIS, HISTOIRE, Litterature | Pas de Commentaire »

Le billet de « cui cui fit l’oiseau »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Le Village des NRV  - mis en ligne le 28 mai 2010

Par : cui cui fit l’oiseau, tribun anonyme de basse-cour, les pattes plongées dans le purin, la crête dans les nuages. Ou l’inverse…

 

L’Homme est une fourmi comme les autres ! Qu’ils nous martèlent !

 

Vous savez quoi, les amis ?

Je crois qu’on nous mène en bateau.

Moi, le fainéant, le paresseux, le cossard, me voilà forcé de travailler comme un dératé pour un temps indéterminé jusqu’à ce que la « faucheuse », vienne me cisailler comme un épi de blé trop mûr qui aurait perdu tous ses grains !

Parce qu’en fin de compte, ce n’est pas tant l’âge de la retraite qui comptera mais la durée d’activité pour obtenir cette retraite ! Si vous  parvenez à atteindre les 41,5 ans de boulot à l’âge de 74 ans, chômage oblige, vous pourrez vous estimer heureux ! Quant à prendre sa retraite à 63 ans avec une pension diminuée de 60 %, je vous souhaite bon courage !…

Il se peut même que je supplie qu’on m’euthanasie pour échapper aux travaux forcés à perpétuité. Les économistes libéraux ont inventé la double peine pour les citoyens : mourir de plus en plus tard pour travailler de plus en plus longtemps ! Crever dans d’atroces souffrances consécutives aux maladies et à l’impotence pour pouvoir se payer une retraite forcément de plus en plus courte dont on ne profitera que très peu est une perspective terriblement enthousiasmante, n’est ce pas ?.

humour-retraite-decideur.jpg

Bientôt viendra le jour béni pour les investisseurs où les fonds de retraites rapporteront de l’argent, tellement l’espérance de vie sera brève après la période d’activité  !

Ah ! Cette réforme des retraites, quelle gageure : il faut vraiment avoir fait l’ENA et de très Grandes Écoles pour  trouver un sens à ce postulat : exiger que les citoyens travaillent toujours plus, plus longtemps alors qu’on se trouve en pénurie de travail !

Pensez ! C’est comme si on vous demandait de consommer davantage de poissons alors que les océans se révèlent de moins en moins prolifique…

On parle même de réduire la durée des vacances, ce fut le titre du journal de France 2 ce lundi 24 mai, qui a mis en lumière un mystérieux expert américain, contempteur cruel de la durée excessive des RTT français !

Ainsi l’offensive générale contre le mode de vie à l’européenne est-elle lancée .

[Lire la suite]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Retraites : « Réussissons vraiment une réforme juste »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Courriel

Face à la propagande gouvernementale,


Attac lance le site « retraites-2010.fr :

 

Réussissons vraiment une réforme juste« .

 

Le gouvernement français mène depuis plusieurs semaines une campagne de communication sans précédent pour promouvoir sa réforme des retraites. Le centre de cette propagande est le site retraites2010.fr  qui matraque l’idée que l’évolution démographique ne laisse pas d’autre choix que de travailler plus longtemps.
Face à cette propagande, Attac répond aujourd’hui en lançant le site retraites-2010.fr , pour montrer qu’une autre réforme des retraites est possible :

  • Que les déficits du système de retraite, principalement provoqués ces dernières années par la crise financière, n’est pas une fatalité pour peu que l’on brise le tabou du partage de la richesse.
  • Que la réforme des retraites du gouvernement, loin d’être guidée par une volonté de sauver un système en danger, s’inscrit dans les politiques menées par les gouvernements à travers l’Europe pour mettre fin à ce qu’il reste du modèle social européen pour satisfaire les marchés financiers et les agences de notation.

Retrouvez aujourd’hui les analyses et propositions pour une réforme vraiment juste des retraites sur retraites-2010.fr.
Aidez-nous à faire connaître retraites-2010.fr en le référençant sur vos sites, blogs et sur les réseaux sociaux.

Attac France,
Montreuil, le 27 mai 2010 

Publié dans Luttes, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Comment les socialistes peuvent-ils être de nouveau entendus par l’électorat populaire ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Rompre clairement avec les schémas de la pensée néolibérale

Par Stéphane Delpeyrat, Pouria Amirshahi, Marianne Louis, charlotte Brun, secrétaires nationaux du PS, 
Pascal Cherki, membre du bureau national du PS.

Comment les socialistes peuvent-ils être de nouveau entendus par l’électorat populaire  ?

« On ne règle pas un problème avec 
le système de pensée qui l’a engendré. »

ALBERT EINSTEIN

Depuis l’automne 2008, l’économie mondiale se trouve plongée dans une crise économique et financière majeure. Par l’ampleur des masses financières en jeu, par son étendue, par l’incapacité des États à affirmer une autorité durable, cette crise globale prend le chemin d’une crise totale si nous ne mettons pas un terme à l’indépendance de la sphère financière vis-à-vis de l’économie réelle.

L’impasse financière grecque et la mise en cause de l’euro mettent en évidence cette impuissance politique.

Face à ce désordre systémique, toute décision suscite immédiatement d’autres inquiétudes, d’autres réactions en chaîne qu’il faut ensuite s’efforcer de corriger par des mesures généralement contradictoires. De ce cercle vicieux, il sera bien difficile de sortir si les gouvernements persistent à s’en remettre aux vertus économiques du néolibéralisme. En 1989, l’effondrement du bloc soviétique assoit la domination du libéralisme, consacré quelques années plus tôt par l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

L’apparente simplicité de cette pensée, qualifiée de « bon sens » lui a conféré une redoutable efficacité. Nous en connaissons les grands principes  :

la primauté du privé sur le public, de l’individuel sur le collectif, la réduction de toute pensée en calcul économique (« l’Homo economicus »), l’affirmation des vertus de la concurrence et du libre-échange dans tous les domaines, la supériorité de la régulation privée (par les marchés) sur la régulation publique (par les États), l’affirmation que la réduction des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires est facteur de croissance, que la flexibilité et la précarité sont créatrices d’emplois, etc.

Pensée totalisante qui réduit toute activité humaine à un calcul économique — rentable/pas rentable —, et transforme toute chose en marché  : la politique, l’éducation, la culture, la santé, le vivant… Rien n’échappe à ce raisonnement qui transforme la vie en calcul mathématique et financier soumis à la double loi d’airain de l’offre et de la demande et de la rentabilité.

Sa mise en pratique a engendré privatisations, dérégulation, déréglementation, libre-échange, réduction d’impôts des entreprises et des cotisations sociales, déréglementation généralisée des marchés financiers. Même des sociaux-démocrates ont cédé au chant de ces sirènes qui ont généralisé le système à l’échelle planétaire via l’OMC, le FMI, et même parfois l’Europe.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Davantage de sport à l’école sans moins de moyens ?!!

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Site national du PCF

 

mis en ligne le 27 mai

Davantage de sport à l’école :

Marie-George Buffet demande des explications à Luc Chatel

 

Davantage de sport à l'école sans moins de moyens ?!! dans Education nationale arton4844-2b94f

Le Ministre de l’Éducation nationale Luc Chatel a annoncé hier un projet d’aménagement du temps scolaire « cours le matin, sport l’après-midi ». Sans concertation aucune avec les enseignants et le Syndicat national de l’éducation physique (SNEP), c’est par voie de presse que tout le monde prend connaissance de la nouvelle.

Depuis plusieurs années, le gouvernement s’acharne à réduire les moyens de l’école (moins d’infrastructures, moins de matériels) et à supprimer les postes d’enseignants. Faut-il rappeler que depuis 5 ans, 2 enseignants d’EPS sur 3 qui partent à la retraite ne sont pas remplacés et que nombre d’infrastructures sportives sont insuffisantes et obsolètes.

J’interroge donc le Ministre de l’Education nationale : davantage de sport avec moins de moyens, comment cela est-il possible ? Le gouvernement est-il en train de nous annoncer que le sport à l’école ne relèverait plus de l’Éducation nationale et que l’EPS ne serait donc plus enseigné par des professeurs formés par l’Education nationale ?

Je demande à Monsieur Chatel de faire la lumière sur cette annonce ou devrais-je dire cet effet d’annonce. Les enseignants d’EPS sont évidemment les plus à même d’encadrer les élèves dans leurs apprentissages sociaux et citoyens car ils enseignent l’EPS mais aussi la culture sportive nécessaire à l’émancipation humaine.

Les professeurs d’EPS partant en retraite doivent être systématiquement remplacés et cet enseignement doit être développé dans le primaire. Chaque établissement scolaire doit être doté d’installations sportives conformes à l’enseignement de la matière et un plan d’urgence de financement des équipements de proximité doit être décrété. Le gouvernement doit enfin favoriser une politique d’aide au développement du sport scolaire par l’intermédiaire de l’UNSS (Union nationale du sport scolaire).

Marie-George Buffet, Secrétaire nationale du PCF / Paris, le 26 mai 2010.

Publié dans Education nationale, Enseignement superieur, SERVICES PUBLICS, Sport - EPS | Pas de Commentaire »

Petite enfance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2010

Sénateurs du groupe CRC-SPG

 

Les maisons d’assistants

 

maternels risquent de devenir

 

des structures low cost

 

Maisons d’assistants maternels (deuxième lecture)

Par Brigitte Gonthier-Maurin / 27 mai 2010

Version provisoire

La garde des enfants est un sujet souvent crucial pour les mères qui veulent conjuguer vies familiale et professionnelle. Hélas, nous craignons que cette proposition de loi ne détériore l’offre collective. En effet, il manque aujourd’hui 400 000 places. Le Président Sarkozy en a promis 200 000, dont 100 000 en mode collectif… Nous en sommes loin !

Vu la pénurie des places d’accueil, les élus doivent chercher tous les moyens d’y remédier, mais la raréfaction des ressources les incite à privilégier la quantité, non la qualité.

De fait, les maisons d’assistants maternels risquent de devenir des structures low cost. Une convention collective serait utile pour définir des objectifs pédagogiques.

Cette proposition de loi ne répondra pas au besoin des familles modestes : l’absence de tarif social dans les nouvelles structures est un véritable scandale.

J’ajoute que la non-rémunération des délégations institue le travail gratuit ; les contentieux se multiplieront.

Notre groupe votera contre le renoncement à la qualité : les assistants maternels pourront garder quatre enfants dans une structure qui en compte seize, après seulement 60 heures de formation.

 

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy