• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Discours de Mirabeau à l’Assemblée constituante (1789) Toujours d’actualité !

Discours de Mirabeau à l’Assemblée constituante (1789) Toujours d’actualité !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mai 2010

Publié sur : Plume de presse – 11 mai 2010 – Olivier Bonnet

Mirabeau président !

 

Retour aux fondamentaux révolutionnaires

mirabeau« Il faut le combler, ce gouffre effroyable. Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume (…). Vous reculez d’horreur… Hommes inconséquents ! Hommes pusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous souillez d’un acte mille fois plus criminel ? (…) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime ? Contemplateurs stoïques des maux incalculables que cette catastrophe vomira sur la France, impassibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous n’avez voulu diminuer ni le nombre ni la délicatesse ? Non : vous périrez. »

Discours par lequel Mirabeau exhorta l’Assemblée constituante, face à la crise, à décider la confiscation d’un quart des plus grandes fortunes (1789).

Merci à jpduf. 

*********************************

A lire également sur ce blog :

Taisez-vous, libéraux cyniques ou imbéciles !Discours de Mirabeau à l'Assemblée constituante (1789) Toujours d'actualité ! dans ECONOMIE arton1412-03365

Frédéric Lordon : « un secteur bancaire privatisé n’est pas tolérable »

Seul un soulèvement populaire mettra fin à la prise en otage de la collectivité par la finance

12 mai, par Olivier Bonnet

Dans sa très touffue dernière livraison intitulée Sauver les banques jusqu’à quand ?, l’économiste Frédéric Lordon commence à faire un sort à l’idée que l’Union européenne s’appliquerait à sauver la Grèce : « aucun État n’est jamais mort de faire défaut sur sa dette pour la simple et bonne raison que l’expression « faire faillite » n’a rigoureusement aucun sens à propos d’une entité politique souveraine – et ceci à la différence des banques privées en 2008 qui, (…)

Cliquez sur le titre pour lire l’article.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy