Décret Morano : « une régression évidente »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2010

 Article paru dans l’Humanité du 7 mai 2010Décret Morano :

Crèche. Le refus de faire 
du « gardiennage »

À la crèche du Repaire des lutins, le 
personnel est inquiet de la réforme Morano.

 

Il est 14 heures, l’heure de la sieste. À la crèche le Repaire des lutins, les enfants dorment paisiblement. Quelques récalcitrants jouent tranquillement dans la salle de jeux. Le personnel, bien qu’attentif, peut souffler. « Ce métier peut être stressant », prévient Béatrice Serva, responsable technique de la structure. « S’occuper d’un enfant, ce n’est pas seulement le changer, lui donner à manger ou vérifier s’il dort convenablement », ajoute-t-elle. De son côté, une jeune mère de famille termine d’essuyer la vaisselle.

« Les parents font partie intégrante de notre projet éducatif et pédagogique », explique la responsable. Créée en 1991, cette crèche, située dans un quartier populaire près de la Porte de Bagnolet à Paris, a une spécificité. Il s’agit d’une crèche associative parentale. Ainsi les parents sont mis à contribution. « Nous accueillons 20 enfants de six mois à trois ans, les parents ont chacun une tâche à effectuer, cela va du ménage au bricolage ou aux achats alimentaires », ajoute-t-elle. « Parents et professionnels, chacun est dans son rôle mais c’est un peu une grande famille », s’amuse Aurélie Person, psychologue. Derrière cette ambiance bon enfant se cache toutefois une inquiétude. Demain, la crèche sera fermée. Le motif de ces craintes  : le décret en projet sur l’assouplissement des règles d’accueil. « Depuis le 17 janvier, nous suivons toutes les mobilisations du collectif Pas de bébé à la consigne. Cela peut être contraignant pour les familles mais il en va de l’avenir des enfants. Nous leur expliquons, elles comprennent et d’ailleurs nous soutiennent », note Béatrice Serva.

Pour la psychologue, ce décret est « aberrant ». « C’est une régression évidente, on préfère bourrer les structures existantes plutôt que d’en créer de nouvelles. Et qui se soucie du bien-être de l’enfant », s’interroge-t-elle. Pour les deux professionnelles, ce texte est avant tout un « mépris » de leur profession. En augmentant le nombre d’enfants, « nous serons réduits à un rôle de gardiennage. Un enfant en plus, c’est une prise en charge supplémentaire, donc du temps en moins pour chacun », relève Aurélie Person. Et conclure  : « Nous occupons une place charnière dans l’apprentissage à la citoyenneté. Avec ce décret, nous ferons des enfants dénués d’altruisme et d’ouverture. »

L.D

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy