Mesnil-Amelot 2 : Une nouvelle étape dans « l’industrialisation de la rétention »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2010

Paru dans l’Humanité du 29 mars 2010

Derrière les barbelés du « camp Besson »

D’une capacité de 240 places, le centre de rétention du Mesnil-Amelot 2 doit entrer en fonction aujourd’hui.

Visite guidée d’un complexe sécuritaire high-tech au service du ministère de l’Immigration.

 

Le Mesnil-Amelot 2

Chambres truffées de caméras, détecteurs de mouvements, portes automatisées, policiers retranchés derrière des interphones, double enceinte de barbelés… Bienvenue dans le plus grand camp d’enfermement des étrangers de France : le nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot qui doit entrer en fonction aujourd’hui.

A quelques mètres des pistes de l’aéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle (Seine et Marne) et à un kilomètre du premier centre de rétention qui compte déjà 140 places, le « Mesnil-Amelot 2 », comme on l’appelle déjà, pourra «accueillir» jusque 240 sans papiers en attente d’une éventuelle expulsion. Le plus grand complexe jamais construit depuis le CRA de Vincennes, ravagé par un incendie en juin 2008 après le décès d’un Tunisien de 41 ans.

 

Dénonçant une nouvelle étape dans l’« industrialisation de la rétention », les associations n’hésitent pas à qualifier ce nouveau centre de « camp d’internement pour étrangers ». Et redoutent les effets d’une violence institutionnalisée : automutilations, grèves de la faim et tentatives de suicides, dont ils seront les seuls témoins, puisque les journalistes y sont persona non grata.

Lire la suite

 

Publié dans LIBERTES, Politique nationale, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Handicapés : Manifestation du 27 mars à l’initiative du Collectif « Ni pauvre ni soumis »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2010

 L’Humanité – 27 mars 2010 – Lionel Decottignies

Handicapés. « On en a ras le bol de mendier… »

Quelque 2 500 personnes en situation de handicap ont défilé samedi à Paris.

« Rire jaune et colère noire. » Les pancartes brandies autour du parvis des Droits-de-l’Homme donnaient le ton de la mobilisation. À Paris, près de 2 500 personnes se sont déplacées, samedi après-midi, pour « dénoncer la misère à laquelle sont confrontées les personnes en situation de handicap », explique Christophe, paralysé depuis 2001 à la suite d’un accident de la route. En dépit d’une récente revalorisation de 2,2 % de l’allocation adulte handicapé (AAH), le collectif Ni pauvre, ni soumis revendique « un revenu décent et maintenant ». Depuis deux ans, il demande « la création d’un revenu d’existence individuel égale au smic ». Et tout au long de la mobilisation, une même souffrance, une même revendication : « Le droit à vivre dignement. »

« Malgré les promesses du gouvernement, dans cinq ans, l’AAH sera toujours inférieure au seuil de pauvreté », remarque Fatiha. Preuve à l’appui, Gisèle souligne, elle aussi, le faible montant inscrit sur son bulletin d’indemnités : « Regardez : 682 euros. Comment je fais pour vivre avec ça ? On ne vit pas, on survit. Au quotidien, c’est un véritable casse-tête, j’économise sur tout, l’électricité, les vêtements, même sur les repas  ! » Et de conclure, agacée : « Ras le bol de mendier. Il faut nous entendre, nous sommes aussi des électeurs  ! »

 

L’allocation adulte handicapé est inférieure au seuil de la pauvreté

Survivre avec l’AAH

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Politique nationale, PRECARITE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Handicapés : Les motifs de la colère sont multiples

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2010

Article publié le 27 mars 2010 dans l’Humanité

« 2010, année de la colère noire des handicapés »

Accroissement de la pauvreté, soins plus chers, remises en cause de la loi Handicap… Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France, explique les raisons de la mobilisation organisée aujourd’hui par 94 associations.

Entretien.

Deux ans après leur manifestation historique du 29 mars 2008 à Paris (sans précédent dans l’histoire du mouvement des handicapés en France et même dans le monde), les associations de personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante, regroupées au sein du collectif Ni pauvre, ni soumis, descendent à nouveau dans la rue, aujourd’hui. Enfoncement sous le seuil de pauvreté, renchérissement du coût des soins, remises en cause de la loi Handicap de 2005… Les motifs de la colère sont multiples, comme l’explique Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France (APF).

Alors que le gouvernement a commencé à appliquer la promesse d’augmenter de 25 %, d’ici à 2012, l’allocation adulte handicapé (AAH), vous dressez un « constat d’extrême pauvreté » des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante. Comment en est-on arrivé là ?

JEAN-MARIE BARBIER. D’abord, ces 25 % ont été bien mérités, au regard du retard pris toutes les années précédentes. Il faut rappeler que le montant de l’AAH en 1982 représentait presque 80 % du smic, et qu’en 2007, il en représentait plutôt 60 %. Il fallait donc un rattrapage.

Deuxième élément : la mise en place, en 2007-2008, des franchises médicales est totalement injuste. On a annoncé qu’on exemptait les enfants, suivant le principe que les enfants sont plus souvent malades que les adultes. On a juste « oublié  » qu’une personne handicapée est bien souvent plus malade qu’un enfant. Il faut aussi parler du forfait hospitalier. Beaucoup de personnes handicapées sont amenées à aller faire une remise d’aplomb de temps en temps à l’hôpital et peuvent y passer trois jours, quatre jours, une semaine ; elles sont donc complètement pénalisées par la hausse du forfait (à 18 euros – NDLR).

Il y a un troisième sujet : les déremboursements de médicaments, qui pénalisent en premier lieu les personnes handicapées. Beaucoup de médicaments exigés par certaines pathologies sont considérés comme des médicaments de confort : c’est simplement inacceptable. Je rappelle que le plafond de ressources pour bénéficier de la CMU est de quelques euros inférieur au montant de l’AAH ou au minimum vieillesse. Il y a donc une importante catégorie de la population, entre 1 million et 1,5 million de personnes qui sont juste au-dessus du seuil de ressources pour avoir droit à la CMU. Pour ceux qui sont entre ce seuil et 20 % au-dessus, on peut prendre une mutuelle pas chère, mais pour ceux qui n’ont pas d’argent, « pas cher », c’est déjà trop cher.

On peut enfin ajouter que la dimension du discours de Nicolas Sarkozy consistant à dire : « Travaillez plus pour gagner plus » est très légèrement insultante pour des personnes qui ne demanderaient pas mieux que de travailler mais ne le peuvent pas.

[Lire la suite]

L’allocation adulte handicapé (682 euros) est inférieure au seuil de la pauvreté

Vivre avec l’AAH ou l’indépendance impossible

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Pas de bébé à la consigne » : Mobilisation générale le 8 avril

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2010

Vu sur : http://www.cgt.fr/

Petite Enfance

Le collectif « pas de bébés à la consigne » mobilise le 8 avril

Communiqué du 23 mars

lundi 29 mars 2010, par Frédéric Dayan

Après la mobilisation exceptionnelle des professionnels d’accueil de la petite enfance et des familles le 11 mars 2010, le secrétariat d’État à la famille a enfin accordé au collectif « Pas de bébés à la consigne » l’entrevue que nous lui demandons depuis des mois. Un rendez-vous est fixé pour le 26 mars 2010.

Le collectif « Pas de bébés à la consigne » s’y rendra avec une exigence, appuyée par tout le secteur de la petite enfance et par les parents : le retrait du projet de nouveau décret sur l’accueil collectif, afin d’ouvrir une réelle négociation en faveur d’un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance.
Le collectif maintient son appel à une nouvelle journée nationale de grève et de manifestations de la petite enfance jeudi 8 avril, que nous confirmerons si le gouvernement :
-
 d’une part ne retire pas son projet de décret,
-
 et d’autre part n’engage pas des négociations portant notamment : sur un plan ambitieux de formation de professionnels qualifiés pour faire face aux nécessités d’un accueil de qualité tout en créant les 400 000 places d’accueil manquantes ;
et sur des mesures visant à préserver l’accueil de la petite enfance de la logique concurrentielle, en l’excluant du champ de la directive européenne « services ». Dans l’attente des réponses gouvernementales ce 26 mars, le collectif « Pas de bébés à la consigne » appelle parents et professionnels à rester mobilisés en préparant la journée du 8 avril.

Nous confirmons notre engagement à poursuivre notre action jusqu’au retrait du décret et l’obtention d’un plan d’urgence pour la petite enfance : ni sardines, ni à la consigne, les bébés garderont bonne mine !

Voir sur : http://www.pasdebebesalaconsigne.com/

Publié dans Luttes, Politique nationale, SERVICES PUBLICS, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Sondage : 68 % des salariés pour de nouvelles mobilisations

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mars 2010

L’Humanité.fr – 29 mars 2010 – Olivier Meyer

68 % des salariés pour de nouvelles mobilisations

 

Sondage : 68 % des salariés pour de nouvelles mobilisations dans Luttes cgt_site_2

Une enquête exclusive CSA pour l’Humanité indique l’attente combative du monde du travail après le succès de la journée du 23 mars.

La réunion de l’intersyndicale, ce soir, pourrait décider de nouvelles initiatives unitaires en faveur des revendications. Après l’ampleur inattendue de la mobilisation, le 23 mars, qui a rassemblé, selon la CGT, 800 000 participants dans plus de 180 manifestations, les salariés semblent en redemander.

L’enquête réalisée par CSA pour l’Humanité indique que 63 % de Français souhaitent que les syndicats appellent à poursuivre. L’intersyndicale se réunit ce soir. Elle devra examiner les suites à donner à cette journée interprofessionnelle d’action dans une situation nouvelle après les élections régionales, qui ont sonné comme un désaveu de la politique de Nicolas Sarkozy, et les annonces gouvernementales refusant toute pause dans les réformes antisociales. Les 5 syndicats signataires de l’appel pour le 23 mars, la CGT, la CFDT, l’Unsa, Solidaires et la FSU, y seront, ainsi que la CGC-CFE. La CFTC, pour sa part, souhaite y participer en simple observateur. « Il est trop tôt, selon nous, pour parler de mobilisation à propos des retraites, explique Gabrielle Simon, qui représente la confédération chrétienne. Le moment venu, s’il faut mobiliser, la CFTC en sera. » Force ouvrière continue à faire cavalier seul et ne sera sans doute pas présente. Le 23 mars, elle avait appelé à une mobilisation, mais de son côté.

L’enquête de CSA constitue, pour l’intersyndicale, à la fois un encouragement à se mettre d’accord sur des perspectives d’action et une obligation de parvenir à dégager des initiatives communes. Il faut noter qu’avec 63 % de personnes qui souhaitent aujourd’hui que les syndicats appellent à poursuivre les mobilisations, on se trouve à un niveau supérieur aux 61 % qui répondaient ainsi à la même question posée au lendemain de la première grande mobilisation unitaire de l’an dernier, le 29 janvier 2009. La décision de l’intersyndicale avait été alors la journée du 19 mars 2009, qui avait mis 3 millions de salariés dans la rue. Si on regarde plus en détail, les salariés sont 68 % à souhaiter une poursuite des mobilisations, 84 % pour ceux du public et 63 % dans le secteur privé. Les ouvriers sont 72 % et les employés 75 % à souhaiter que les syndicats prennent de nouvelles initiatives. (…)


Tous les commentaires du sondage avec l’analyse de Nadine Prigent qui représente la CGT à l’intersyndicale dans l’Humanité de mardi 30 mars.

Publié dans Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Parlement européen : Taxation des bonus, stock options

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mars 2010

Parlement européen : Taxation des bonus, stock options dans POLITIQUE

28 mars 2010 – Intervention de Patrick Le Hyaric au Parlement européen

 

Avis sur la taxation des bonus, stock options…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Publié dans POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Enquête IFOP : « Géographie du vote Front de Gauche aux élections régionales »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2010

Publié par : Moissac au coeur – 27 mars 2010

 

Front de gauche. Géographie d’un vote

Par Jérôme Fourquet, Directeur adjoint du département opinion publique et stratégie

d’entreprise de l’IFOP

 

Une étude post-électorale confirme l’ancrage du Front de gauche dans le paysage électoral français. Il s’impose aujourd’hui comme le principal courant à la gauche du PS.

Après les européennes, le Parti communiste, le Parti de gauche et la Gauche unitaire principalement ont décidé de poursuivre l’expérience du Front de gauche pour les élections régionales. Il s’agissait notamment d’ancrer sur le terrain cette dynamique unitaire à la gauche du Parti socialiste et d’amplifier le rassemblement initié à l’occasion des européennes.

Cette démarche n’allait pas de soi et comportait des risques.

Le Parti socialiste bénéficiait en effet de 20 présidents sortants sur 22 régions métropolitaines et pouvait compter sur un vote utile au premier tour d’une grande partie de l’électorat de gauche animé par une puissante envie de sanctionner Nicolas Sarkozy. Jouant sur ce sentiment, les dirigeants socialistes avaient très tôt appelé au rassemblement des forces de gauche et à la reconduction des listes uniques qui avaient prévalu dans la plupart des régions en 2004.
Dans un contexte de montée en puissance des écologistes, le choix du Front de gauche pour les communistes constituait alors une vraie prise de risques au regard du nombre de sièges, certains prédisant que la sauvegarde des positions du Parti communiste dans les conseils régionaux ne pouvait passer que par un scénario de listes d’union dès le premier tour avec les socialistes. Si cette option a été retenue dans quelques régions (Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Lorraine, Champagne-Ardenne), dans la plupart des cas les adhérents communistes ont fait le choix du Front de gauche, ce dernier étant même élargi au NPA dans le Limousin, en Pays de la Loire et en Languedoc-Roussillon.

[Lire la suite sur : moissacaucoeur.elunet.fr/]

 

L’ensemble de l’étude avec les tableaux et les graphiques à télécharger sur le lien ci-dessous :

http://moissacaucoeur.elunet.fr/pub…

Publié dans Elections regionales, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Corse : Dominique Bucchini condamne les attentats

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2010

PCF Section Cap Corse – 27 mars 2010
http://www.dailymotion.com/video/xcpwbj

Publié dans Elections regionales, Politique régionale | 1 Commentaire »

PCF : Conseil national du 27 mars 2010

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2010

Site national du PCF

 

Rapport de Pierre Laurent au Conseil national 27 mars 2010

Par : Conseil national

 

Cher-e-s camarades,

PCF : Conseil national du 27 mars 2010 dans Elections regionales arton4686-7b629

Mes premiers mots iront à l’ensemble des communistes pour les féliciter de la campagne que nous venons de réaliser dans l’ensemble des régions. Ce n’était pas une bataille facile. Une incroyable énergie militante a été déployée et c’est un gage de confiance pour l’avenir. Je voulais le souligner d’emblée.

Je voudrais également féliciter en votre nom à tous notre camarade Dominique Bucchini, élu jeudi à la présidence de l’Assemblée de Corse, et à travers lui tous les communistes de l’île, pour ce résultat magnifique, dont la portée est évidemment nationale. Je crois que nous pouvons l’applaudir. Je vous en remercie.

 

Le rapport abordera successivement trois questions :


1) Les résultats des élections régionales et la nouvelle situation politique qui en découle.
2) Les initiatives à prendre pour ouvrir, dans cette situation, une nouvelle phase de la mise en œuvre de nos choix de Congrès.
3) Le sens de notre congrès d’étape de juin 2010 et les conditions de sa préparation.

 

Sommaire

 

À télécharger

 

Publié dans Elections regionales, PCF, Politique nationale | Pas de Commentaire »

La Grèce sacrifiée aux intransigeances de la « Thatcher » allemande

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mars 2010

l’Humanite.fr/ – 27 mars 2010

 

Bruxelles persiste et saigne

Les chefs d’État et de gouvernement de la zone euro ont esquissé jeudi soir leur plan pour la Grèce. Ils s’en remettent aux marchés pour financer la dette d’Athènes. Décryptage.

Bruxelles, envoyé spécial.

Au sortir du Conseil européen, la Grèce reste dans la position de Prométhée. Enchaîné sur le mont Caucase, un aigle venait chaque jour lui manger le foie qui repoussait indéfiniment. Les 16 membres de la zone euro ont décidé jeudi soir de laisser Athènes en proie aux vautours de la finance. L’accord se félicite des mesures d’austérité grecques. Il s’en remet au marché pour financer la dette d’Athènes mais prévoit un « mécanisme » si le « financement de marché est insuffisant ». Les Vingt-Sept se saisissent de l’occasion pour transformer le Conseil européen en gouvernement économique, en fait en gendarme financier 

Nous reproduisons certains extraits de la déclaration des chefs d’État et de gouvernement de la zone euro et les commentons.

« Nous soutenons pleinement les efforts du gouvernement grec et saluons les mesures additionnelles annoncées le 3 mars, qui permettront d’atteindre les objectifs budgétaires pour 2010. Nous reconnaissons que les autorités grecques ont pris des actions ambitieuses et résolues, qui devraient permettre à la Grèce de retrouver la pleine confiance des marchés. Les mesures de redressement prises par la Grèce constituent une contribution importante au renforcement de la soutenabilité budgétaire et de la confiance des marchés. Le gouvernement grec n’a demandé aucune aide financière. Par conséquent, aujourd’hui, aucune décision n’a été prise pour activer le mécanisme décrit ci-dessous. »

Notre commentaire. Les États de la zone euro félicitent la Grèce pour son plan d’austérité. Et Nicolas Sarkozy voit dans ce sommet une étape. Le plan approuvé jeudi « doit assurer à la Grèce de pouvoir mettre en œuvre ses réformes »… Lors du Conseil européen exceptionnel du 11 février, les Vingt-Sept avaient appelé la Grèce à mettre en œuvre des « mesures additionnelles » pour se conformer aux règles du pacte de stabilité. Traduisez : « plus de rigueur ». Les déclarations des sommets de février et de mars réaffirment la primauté du financement de la dette publique par les marchés financiers.

C’est que les États se refusent à prêter main-forte aux Grecs pour financer leur dette. Athènes n’a pourtant besoin que de 16 milliards d’euros au mois de mai. Une goutte d’eau comparée aux centaines de milliards mobilisés pour sauver les banques l’an dernier. Athènes se voit ainsi condamnée à emprunter au taux usurier de 6,30 % soit 3,14 points de plus que l’Allemagne.

[Lire la suite]

 

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Grece, Union europeenne | Pas de Commentaire »

12345...20
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy