• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 mars 2010

Campagne Cimade : Mettre fin à la double violence faite aux femmes étrangères

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2010

cimade.org05 mars 2010 |

Bandeau_web_width960

 

Testing : Plus d’un commissariat sur trois ne protège pas les femmes

étrangères victimes de violences


Dans le cadre de la campagne « Ni une ni deux » initiée par La Cimade, une enquête auprès de 75 commissariats, a été mise en place pour observer les conditions d’accueil et de prise en charge des femmes étrangères victimes de violences. Il en résulte que dans plus d’un commissariat sur trois, une femme sans-papiers qui voudrait porter plainte contre des violences, risquerait l’expulsion.

Pour les femmes étrangères victimes de violences, la plainte est parfois un élément indispensable pour la délivrance

d’un titre de séjour. Or c’est précisément parce qu’elles n’ont pas de titre de séjour qu’elles rencontrent des difficultés pour

porter plainte. Certains agents de police, plutôt que de considérer ces femmes comme des victimes, les voient d’abord

comme des délinquantes du seul fait qu’elles sont en situation irrégulière. Et plutôt que d’assurer leur protection,

certains choisissent de les placer en garde à vue et de prendre attache avec les services préfectoraux pour

organiser leur expulsion.

Le 2 mars 2010, 75 commissariats ont été contactés.

A la question de savoir si une femme sans papiers battue par son conjoint pouvait venir déposer plainte,

38% des commissariats ont indiqué qu’elle serait interpellée, dont 5% qu’elle ne pourrait même pas

porter plainte. 12% des commissariats contactés ne pouvaient donner de réponse.

[Lire la suite]

 

Publié dans Droits des femmes, Sans Papiers - Immigration, Solidarite | Pas de Commentaire »

LE THÉÂTRE DE L’ÉTINCELLE À FEIGNIES LE 27 MARS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2010

theatredeletincelle@yahoo.fr

 

Le THÉÂTRE DE L’ÉTINCELLE vous convie à un soirée de rire, de délire, une soirée déjantée.

Deux heures de plaisir total sans prise de tête.

LYSIE STRADA de Bernard DAMIEN

 

Une comédie «  Tout public »  MAIS déconseillée aux moins de 10 ans

 

Thème :

La Grève du Sexe ! Une « Euphorie féministe et pacifiste  » contemporaine, déjantée,  décalée et pleine de références à LYSISTRATA écrite par ARISTOPHANE il y a 2500 ans

Prétexte :

En 411 avant JC, Aristophane a imaginé un mot d’ordre simple « Pour obliger nos Hommes à arrêter de faire la guerre, faisons la Grève du sexe !». Ce mot d’ordre est clamé et l’action mise en œuvre par LYSISTRATA, l’Athénienne qui va conduire la rébellion et entraîner les femmes d’Athènes, de Sparte, de Corinthe et de Troie…

Tous les thèmes actuels sont évoqués : la guerre, le pouvoir, la citoyenneté, l’Amour… Le sexe. 

Une comédie loufoque, burlesque, virevoltante et chatoyante. Des chœurs, des danses… du théâtre pour rire sans retenue.

Deux dates :

ESPACE GÉRARD PHILIPE à FEIGNIES : Le samedi 27 mars 2010 à 20h 30

       Tarif : 8 €   &   5, 5 €      RÉSERVATIONS   : egp@ville-feignies.fr   et tel   03 27 68 39 02

La LUNA – Avenue Jean Jaurès à Maubeuge : le samedi 1er mai 2010 à 20h

       Tarif : 9€  &   5 €            RÉSERVATIONS :  office de tourisme de Maubeuge Place Vauban

Publié dans Infos Feignies, Theatre | Pas de Commentaire »

8 mars 2010 : Journée internationale des femmes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2010

Jacqueline Sellem

Cent ans et plus de luttes féministes

8 mars 2010 : Journée internationale des femmes dans Droits des femmes Sans-titre-1

8 mars 1910, 8 mars 2010. De l’initiative de Clara Zetkin et des femmes socialistes à la conquête du droit de vote, du droit à disposer de son corps à la revendication de l’égalité, le combat féministe continue.
Dans l’Humanité lundi, 20 pages spéciales. Reportages, enquêtes, entretiens, portraits…

Cent ans et plus… Olympe de Gouges, Flora Tristan ou Louise Michel, pour ne citer qu’elles, se battaient il y a plus d’un siècle pour la liberté des femmes et pour l’égalité avec les hommes. Mais c’est en 1910, à l’initiative de Clara Zetkin et des femmes socialistes, qu’a été lancée l’idée d’une journée symbolique proclamant par là même, pour la première fois, la dimension internationale de cette lutte et la nécessaire solidarité des femmes de tous les pays. C’est dans ce début du XXe siècle qui a vu l’expansion d’un capitalisme industriel féroce que, de New York à Saint-Pétersbourg, des femmes prolétaires, aux avant-postes des luttes sociales, ont fait se conjuguer la lutte pour l’égalité entre les sexes avec celle pour une société d’où serait bannie l’exploitation des unes et des uns par les autres.

1910, 2010. Les femmes ont, en France, arraché de grandes conquêtes. Mais « arraché » est un mot bien faible. Ce n’est qu’après la guerre contre les nazis, avec la victoire et la mise en œuvre du programme du Conseil national de la Résistance, qu’elles ont obtenu, en 1944, le droit de vote. Ce n’est qu’après le procès historique d’une très jeune fille défendue devant le tribunal de Bobigny par Gisèle Halimi et l’organisation revendiquée d’avortements clandestins à travers toute la France qu’elles ont obtenu en 1975 le droit à la contraception libre et à l’IVG.

1910, 2010. « Il fallait se battre il y a cent ans, il faut se battre aujourd’hui », lance Maya Surduts, présidente de la Cadac (Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception) et animatrice du Collectif national pour les droits des femmes.
[...]

…ce 8 mars, la manifestation pour les droits des femmes qui, à Paris, ira de la place de la Nation à la à la place de la Bastille fera une halte à la rencontre des personnels et des syndicats de l’hôpital Saint-Antoine, dont la maternité et le service des IVG, déjà regroupés avec ceux de l’hôpital Tenon, sont menacés de fermeture à la fin de 2010.

Et le 18 mars devant l’APHP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), un rassemblement large et unitaire aura lieu pour défendre une conception de la santé pour tous, respectueuse des patients comme de ceux qui les prennent en charge. Les associations de défense des droits des femmes y seront aux côtés des syndicats et du collectif de défense des services publics.

Mais ce 8 mars sera aussi le jour du lancement de la troisième Marche mondiale des femmes sur les cinq continents. Son objectif : « surmonter l’ordre actuel injuste qui entraine la violence et la pauvreté et construire un monde basé sur la paix, la justice, l’égalité, la liberté et la solidarité. »

 

Publié dans Droits des femmes | Pas de Commentaire »

Evo Morales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2010

ARTICLE XI - 5 mars 2010 – par Lémi

Evo Morales dans Amerique latine vignette_evo On peut penser que la personnalité d’un dirigeant ne compte pas. On peut – au contraire – estimer essentiel de se pencher sur le parcours et le caractère de celui qui tient les rênes. Evo, biographie du président bolivien par le journaliste argentin Martin Sivak, penche pour la deuxième option. Moi aussi. D’autant que ça me permet d’enfin déclarer ma flamme. Coming-out.

 

Evo Morales, Président pull-over

 

« Evo. Portrait au quotidien du premier président indigène de Bolivie », éditions Le Jouet Enragé/L’esprit frappeur, 2010, traduction Anna Feillou

Un ministre exigea qu’Evo se rétracte. « Ta grand mère n’a qu’à se rétracter », lui répondit-il, et l’Exécutif demanda son « départ définitif » du parlement. (Martin Sivak)

Je sais, ça manque de sérieux. On ne déclare pas sa flamme à un président en exercice, ce n’est pas convenable. J’ai résisté, tu sais, avant de passer à l’acte. Mais je n’ai plus la force, ni l’envie. À bout, je suis. Cela fait plus d’un an que je lutte contre cette inclination. Que je fais tout pour éviter de penser à lui. Et à force, j’y étais presque parvenu. Certes, le drapeau Aymara continuait à claquer fièrement au vent sur mon balcon, et le poster Evo Presidente trônait encore en bonne place dans ma cuisine, mais j’avais fini par refouler mon admiration débordante. Pas le choix : passionné de politique latino-américaine et du socialisme du XXIe siècle qui s’y échafaude, je savais ne pas pouvoir me laisser aller aux sentiments sous peine de perdre toute crédibilité. Pour mener des entretiens avec des spécialistes ou parler de sujets qui fâchent, j’ai dû abandonner mon côté midinette, me concentrer sur le concret, les chiffres, les mesures. Une approche rationnelle. Pour tout te dire, ça a presque marché : Evo, je n’y pensais plus du tout. Ou alors, comme à un simple dirigeant politique, pas une âme sœur.couverture1

Mais voilà : ça n’a pas duré. Tout est tombé à l’eau il y a une semaine, quand j’ai fait l’erreur d’aller boire quelques verres avec l’ami Sergio Caceres, ancien rédacteur du journal bolivien El Juguete Rabioso [1] et désormais éditeur au sein d’une petite structure hexagonale, Le Jouet Enragé. Au cours de la discussion, il m’a donné le dernier livre édité par sa maison (avec l’Esprit Frappeur [2]), sobrement intitulé Evo [3].

[Lire la suite]

 

 

Publié dans Amerique latine, Monde | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy