• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 février 2010

Retraites

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

Plumedepresse21 février, par Olivier Bonnet 

 

Retraites : le chemin de la reconquêtedrapo

 

Continuons de fourbir nos arguments pour contrer la propagande libérale selon laquelle le financement des retraites imposerait de travailler plus pour gagner moins. Pour dénoncer avec force cette imposture et définir la vraie alternative, convoquons trois pointures : Martine Bulard et Guillaume Duval, rédacteurs en chef adjoints respectivement du Monde diplomatique et d’Alternatives économiques, et Jean-François Couvrat, auteur de l’indispensable blog Déchiffrages.

[Lire l’article].

L’article de Martine Bulard, Le Monde diplomatique – 16 février 2010 : 

    Retraites, idées fausses et vrais enjeux

Les articles de Jean-François Couvrat, Blog Déchiffrages – 17 février 2010 :

    Partage des profits, confusion des esprits

    Indécente dramatisation de la question des retraites

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Politique nationale, RETRAITES | Pas de Commentaire »

TOTAL Dunkerque : La grève est reconduite

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

Soutenons les grévistes ! Allons faire le plein ! 

La grève se poursuit dans les raffineries Total bien que le Comité central d’entreprise, initialement prévu le 29 mars, ait été avancé au 8 mars. Cette décision est jugée insuffisante par les salariés qui demandent que la direction du groupe s’engage par écrit sur la pérennité de  tous les sites Total en France sur 5 ans. A Dunkerque, les salariés invitent la population à les soutenir en allant massivement faire le plein. Ils se rendront demain dans des stations-service pour expliquer leur mouvement aux automobilistes.

D’après la direction, il y aurait (aujourd’hui) 132 stations-service sur 2 000 en pénurie de carburant et il resterait entre 7 et 10 jours de stocks !

L’Humanité – 22 février 2010 – Yves Housson

Négociations sous tension chez Total

TOTAL Dunkerque : La grève est reconduite dans INFOS total-greve_headerphoto

Après 4 jours de grève, paralysant peu à peu les raffineries, le groupe pétrolier a engagé des discussions avec les syndicats. Le ministre de l’Industrie, qui a reçu le PDG, a pris acte du projet de Total d’arrêter le raffinage à Dunkerque.

Des centaines d’emplois, l’avenir d’un site industriel et de toute une branche d’activité et, en dernière instance, une part de l’indépendance énergétique du pays. Ce sont tous ces enjeux qu’en quelques jours de grève, les salariés des raffineries de Total ont propulsés au premier plan de l’actualité politique, économique et sociale, plaçant la direction de ce groupe tout puissant ainsi que le gouvernement sur la défensive.

Samedi, quarante-huit heures après le début de la grève « illimitée », Total annonçait aux syndicats qu’une réunion de négociation aurait lieu dimanche. Et dans la foulée, le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, faisait savoir qu’il recevrait, dimanche soir, le PDG du groupe, Christophe de Margerie. La puissance du mouvement pouvait difficilement, il est vrai, laisser indifférent. Sur les six raffineries que compte Total dans l’Hexagone, ainsi que dans une quinzaine de dépôts, la grève était suivie à environ 80 %, et entraînait l’arrêt progressif d’installations qui assurent la moitié de l’approvisionnement des stations-service françaises. S’il devait se poursuivre, le mouvement pourrait entraîner une pénurie d’essence, à plus ou moins court terme : elle pourrait être « à l’ordre du jour » dès le début de la semaine, selon la CGT, « après dix à vingt jours », selon l’Union française des industries pétrolières (…)

[Lire la suite]

 

Publié dans INFOS, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

« Justice à deux vitesses »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

 L’Humanité – 20 février 2010 – Dany Stive

Aider les plus pauvres face à la justice

L’aide juridictionnelle, qui donne accès à un avocat pour les plus défavorisés, est à

bout de souffle.

L’an passé, 730 000 personnes ont vu leurs frais d’avocat pris en charge par l’État grâce à l’aide juridictionnelle. Système indispensable qui permet aux plus démunis de se défendre devant la justice, cette aide est attribuée sous conditions de ressources (915 euros mensuels pour un individu sans personne à charge). Les avocats étaient descendus dans la rue en 2002 et en 2006 pour exiger une augmentation de son budget, mais aujourd’hui le système est financièrement à bout de souffle alors que la modification prochaine du code de procédure pénale prévoit d’augmenter les droits de la défense.

Pour Thierry Wickers, président du Conseil national des barreaux, le déséquilibre ne peut que s’aggraver  : « Le gouvernement affiche l’ambition d’augmenter les droits de la défense, il faut absolument que les moyens suivent. » En effet, le rapport Léger, qui propose de supprimer le juge d’instruction et de confier la direction de l’enquête au parquet, veut « introduire dès que possible le contradictoire dans l’enquête », c’est-à-dire ouvrir la procédure au mis en cause et à son avocat. Le nombre des enquêtes dans lesquelles ce dernier devra intervenir sera multiplié par quatre ou cinq, prévoit Thierry Wickers. Sans aide juridictionnelle, la justice ne saurait être qu’à « deux vitesses ». En 2008, le budget du ministère de la Justice alloué à cette aide avoisinait les 300 millions d’euros. Deux fois moins que dans la plupart des pays européens. Pour augmenter les ressources, l’idée de recourir aux contrats de « protection juridique » signés par les particuliers lorsqu’ils souscrivent, par exemple, une assurance automobile ou habitation, a été avancée. Cela rapporterait 700 millions d’euros. Taxer les droits sur les ventes d’immeubles ou les actes de formation de société a aussi été avancé. À la Chancellerie, on dit réfléchir au sujet.

 

Publié dans Justice, Politique nationale | Pas de Commentaire »

A Bergues, le « vivre ensemble », c’est une habitude que la mairie n’a sans doute pas encore prise !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

 

À Bergues, le sans-papiers et sa compagne inquiétés

dimanche 14.02.2010 -  lavoixdunord.fr/

| MARIAGE MIXTE |

La loi n’interdit pas à un maire de marier une personne en situation irrégulière. Elle n’oblige pas, non plus, un service d’état civil à transmettre au procureur un dossier de mariage mixte (entre un Français et un étranger), sauf en cas de suspicion de mariage blanc.

À Bergues, pourtant, comme dans d’autres mairies sans doute, les dossiers de mariage, lorsque l’un des deux époux est de nationalité étrangère, arrivent systématiquement sur le bureau du procureur. « C’est une habitude qui a été prise », explique la mairie. Résultat : en voulant se marier, Claire et Karim (prénoms d’emprunt, NDLR) ont attiré l’attention de l’administration.

[Article complet : lavoixdunord.fr/]

Réaction d’un lecteur à cet article

Le texte nous a été communiqué par Zoltan à qui l’auteur l’avait envoyé.

Vivre ensemble

Je souhaite réagir à un article paru dimanche dernier sur un sans-papiers et sa compagne inquiétés à Bergues. Je ne peux pas dire que je suis surpris car il est vrai que nous nous habituons depuis plusieurs années à ce que les migrants, notamment les sans-papiers, soient continuellement suspectés, traqués, poursuivis comme des malfaiteurs.

On les montre du doigt. On les met en garde à vue au moindre contrôle comme s’ils étaient des criminels. On les traite comme des sous-hommes. On leur dénie le droit d’aimer, de fonder une famille, de travailler, d’exister, d’être tout simplement.

Quant à celui qui a le malheur d’aimer un « sans-papiers », de lui apporter un peu d’humanité, de l’accueillir comme une personne, il est accusé d’avoir été solidaire, d’avoir ouvert les yeux sur l’autre, de l’avoir traité comme un égal.

C’est normal, dira-t-on, il faut lutter contre les passeurs. Nous sommes certainement trop habitués à écouter les slogans tout faits, les paroles officielles qui nous rabâchent qu’il faut « être ferme envers l’immigration clandestine ». Aujourd’hui, ces pratiques courantes tendent à faire de chacun  de nous des êtres qui acceptent tout, y compris que l’autre soit d’abord un homme à abattre. Je pensais que l’art de la politique consistait avant tout à faciliter le « vivre ensemble ». Me serais-je trompé ?

J.M.R. – Hautmont

Publié dans LIBERTES, Politique nationale, Sans Papiers - Immigration, Solidarite | Pas de Commentaire »

Les travailleurs sans papiers de Multipro et leurs soutiens agressés par une bande de gros bras casqués

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

LAURENT ETRE

Le retour des milices patronales ?

Alors qu’ils manifestaient, les travailleurs sans papiers de l’agence d’intérim Multipro ont été agressés par des nervis casqués.

Depuis quatre mois, les sans-papiers de l’agence d’intérim Multipro du 20e arrondissement de Paris sont en conflit avec leur patron, qui refuse de signer les Cerfa (formulaires de promesse d’embauche) et de s’acquitter de la taxe Ofii (Office français de l’immigration et de l’intégration). Comme le soulignent le comité de soutien aux travailleurs sans papiers du 20e arrondissement, engagé dans la lutte au côté de son homologue du 11e, ainsi qu’avec l’union locale CGT du 20e, Solidaires, la Ligue des droits de l’homme (LDH), il s’agit là de « deux éléments indispensables à remplir par tout patron qui embauche un étranger pour que celui-ci puisse entamer les démarches de régularisation par le travail ». Face à la surdité et au mépris de Multipro, les sans-papiers ont entamé le 23 octobre l’occupation de leur agence. Depuis, le tribunal de Paris, saisi par l’employeur, a ordonné l’expulsion, mais a également enjoint à celui-ci de reprendre les négociations (voir l’Humanité du 22 décembre 2009).

Peine perdue ! Alors qu’ils manifestaient pacifiquement vendredi dernier devant une autre agence Multipro, dans le 11e arrondissement, les travailleurs sans papiers et leurs soutiens ont été agressés par ce qui s’apparente à une véritable milice patronale : une vingtaine de nervis casqués, décidés à en découdre et proférant, d’après plusieurs témoins, des injures à caractère raciste. Ceux-là ont-ils été appelés par le patron véreux ? « Ils étaient là quand nous sommes arrivés devant l’agence, ils savaient ce qu’ils venaient faire », constate Dominique Durand, du comité du 20e. « Ils ont agi comme un commando : à un moment donné, ils se sont jetés à 5 ou 6 sur l’un des sans-papiers.  » Une militante, âgée de soixante-dix ans, elle aussi projetée au sol par l’un des gros bras, a fini la journée aux urgences, pour une fracture du coude. Plusieurs autres blessés ont été recensés. Et la police, dans tout ça ? « Deux policiers étaient présents à notre arrivée devant l’agence. Très vite, des renforts sont arrivés. Ils se sont effectivement interposés, mais paraissaient partagés », raconte Dominique Durand. Quoi qu’il en soit, les agresseurs ne semblent pas avoir été inquiétés. Les effluves nauséabonds d’un certain bouillon xénophobe, assaisonné et touillé à la mode gouvernementale, auraient-ils fourni à ces casques creux du capitalisme une carapace d’impunité ? Plusieurs plaintes vont être déposées. Un rassemblement de soutien aura lieu mercredi prochain à 17 h 30 place de la Nation, à l’angle de la rue du Faubourg-Saint-Antoine et du boulevard Voltaire. Les organisations mobilisées aux côtés des sans-papiers de Multipro appellent les citoyens à placer les grévistes sous protection citoyenne, pour qu’ils obtiennent enfin leur régularisation.

 

Voir sur : Quartiers Solidaires Belleville :

Agression contre les grévistes de Multipro : Mettons-les sous notre protection !

 

Publié dans LIBERTES, Luttes, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Pour que l’État rembourse ce qu’il doit au Conseil Général

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2010

 

L’association SOLIDARCH’TI est née

Le 16 Février 2010 COMMUNIQUÉ du Groupe Communiste au Conseil Général du Nord :

Alain BOCQUET, Jean-Jacques CANDELIER, Jacky HENIN, Marc DOLEZ, Michelle DEMESSINE, Jean-Claude DANGLOT, Parlementaires,

Alain BRUNEEL Président du Groupe Communiste au Conseil Régional,

Charles BEAUCHAMP Président du Groupe Communiste au Conseil Général du Nord,

Dominique WATRIN Président du Groupe Communiste au Conseil Général du Pas de Calais

ont saisi ce Vendredi 12 Février le Tribunal Administratif de PARIS pour obtenir de l’État le remboursement des transferts de compétences non intégralement compensés. Ils ont également saisi la Haute Autorité de lutte contre les Discriminations et pour l’ Égalité.

18 février 2010

La première estimation de la dette de l’État envers la Région et les deux Départements se monte à plus d’un Milliard d’Euros. Cette dette met en péril leurs actions en faveur, des habitants, des communes et des associations.

Pour la seule année 2008 la dette de l’État au Département du Nord s’élève à 321 Millions d’Euros, somme que le Groupe Communiste, par la voix de son Président Charles BEAUCHAMP lui a réclamée en Séance Plénière le 16 Décembre dernier en présentant au Préfet de Région une reconnaissance de dette et l’invitant à la régler dans les meilleurs délais.

A ce jour, nous n’avons toujours pas eu de réponse ni de l’État, ni de son représentant, c’est pourquoi le Groupe Communiste du Conseil Général du Nord a décidé, afin d’appuyer les démarches juridiques rappelées en début de communiqué, de créer une association dénommée SOLIDARCH’TI dont l’objectif est de réunir tous les citoyens qui voudraient faire rembourser à l’État ce qu’il doit au Conseil Général et donc à l’ensemble des Nordistes.

Elle aura pour objet :

  •   d’agir auprès de l’État pour qu’il assume et apporte les compensations financières des transferts de compétences qu’il décide en direction du Département du Nord ;
  •   d’utiliser tous les moyens mis à disposition, dans le respect des lois, pour contraindre l’État à une juste compensation des transferts de compétence au Département du Nord avec l’objectif de ne pas léser les contribuables locaux ;
  •   de représenter les contribuables locaux qui voudront s’associer à cette démarche.

 

Publié dans POLITIQUE, Politique régionale | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy