• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 31 janvier 2010

Mort d’Howard Zinn

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2010

Howard Zinn est mort

Une grande figure la gauche américaine s’en est allée. L’universitaire américain Howard Zinn, dont l’histoire alternative des Etats-Unis est devenue un document culte pour des millions de personnes dans le pays, dont de nombreuses célébrités, est décédé à l’âge de 87 ans.

Militant contre la guerre du Vietnam et champion de la lutte pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis après la Seconde guerre mondiale, M. Zinn était à l’avant-garde de la mutation sociétale du pays entre les années 1950 et 1970.

Mais il était surtout célèbre pour son livre « Une Histoire populaire des Etats-Unis » qui s’est vendu à des millions d’exemplaires dans le monde.

« Ses écrits ont changé la conscience d’une génération, et contribué à ouvrir de nouvelles voies pour la comprendre et son rôle crucial dans nos vies », a dit un jour à son sujet le célèbre intellectuel de gauche, le linguiste Noam Chomsky, selon le Boston Globe.

 

A lire sur :  ARTICLE XI

Décès d’Howard Zinn : l’Amérique perd sa boussole

 

Vous pouvez écouter Howard Zinn sur Radio Grenouille 88.8fm :

http://www.grenouille888.org/dyn/spip.php?article1830

 

humanite.fr/

Le formidable récit graphique qui réactualise un grand ouvrage

sur l’histoire des États-Unis.

 

UNE HISTOIRE POPULAIRE DE L’EMPIRE AMÉRICAIN, d’Howard Zinn, Mike Konopacki et Paul Buhle. Éditions Vertige Graphic, 2009, 288 pages, 22 euros.

Révolutionnaire sur le fond et la forme, cette nouvelle Histoire populaire de l’Empire américain en bande dessinée s’inspire et réactualise l’oeuvre de l’historien américain Howard Zinn. Le livre, traduit en français et sélectionné pour le festival d’Angoulême, cette année, connaît déjà un grand succès dans les librairies. Une bombe contestataire remplie de précieuses vérités historiques.

bulle dans Hommages Lors d’une conférence contre la guerre en Irak, Howard Zinn lui-même, dans un monologue poignant, confronte les choix subjectifs et humanistes du militant à l’objectivité des informations vérifiées de l’historien. Fidèle à la pensée de l’auteur de l’Impossible Neutralité, cette mise en forme originale est plus qu’une tentative de vulgariser une oeuvre déjà best-seller. Historien des minorités et des luttes, militant pacifiste et défenseur des droits civiques, Howard Zinn publie, en 1980, l’Histoire populaire des États-Unis, ouvrage de référence qui renouvelle profondément l’histoire américaine en mettant l’accent sur les éléments occultés dans la mémoire nationale et sur toutes les formes d’injustice sociale.

 

Le dessin de Mike Konopacki et le scénario imaginé par l’historien Paul Buhle, adapté à partir de l’oeuvre de Zinn, lui rendent hommage en proposant un récit où se répondent les conclusions scientifiques et les éléments biographiques. L’engagement, les expériences, les traumatismes de l’historien éclairent sur les articulations entre la grande et la petite histoire, l’histoire politique et l’histoire sociale, du massacre de Wounded Knee en 1890 aux problématiques contemporaines. L’image témoigne avec force, parfois avec violence, replace les contextes, interpelle l’histoire.

zinn-2 dans IDEES - DEBATS - PHILO

 

Le récit graphique permet de compiler les témoignages visuels, archives officielles, photographies célèbres ou privées, coupures de journaux, caricatures et symboles, saluant le courage et la pertinence de la réflexion historique du professeur au regard de ses convictions. La cohérence des propos rassemble en douze chapitres et sans aucune prétention d’exhaustivité les éléments historiques qui font sens, en dénonçant les choix des gouvernements et le sort des minorités. Un puissant appel à la résistance contre la situation actuelle, la guerre, l’oppression et l’impérialisme, les massacres et la torture. Autant d’éléments qui donnent corps au message politique, dans cette somme historique aux perspectives salutaires.

LUCIE SERVIN

 

 

Publié dans Culture, Hommages, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

AFGHANISTAN

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2010

humanite.fr/ - 31 janvier 2010 - Pierre Barbancey

 

Les droits de l’homme à la porte des prisons

 

AFGHANISTAN dans Afghanistan guataaaaa

Les témoignages de ces Afghans, recueillis par notre envoyé spécial à Kaboul, détenus sans raison pendant des années sur la base aérienne de Bagram contrôlée par l’armée américaine, ou à Guantanamo reposent la question des prisons secrètes.

 

Des témoignages à découvrir dans l’Humanité de lundi 1 février.

Kaboul (Afghanistan), Envoyé spécial.

La conférence de Londres qui s’est tenue la semaine dernière a été à la mesure de l’échec des États-Unis et de l’Otan en Afghanistan. Á entendre les différents protagonistes, il suffirait de tout effacer et de recommencer à zéro. Oubliés les milliers de morts de cette guerre qui ne dit pas son vrai nom. Effacées ces centaines de maisons détruites par les bombardements. Rayés d’un trait de plume ces milliers de prisonniers, emmenés de force, détenus dans des cellules secrètes, sans aucun droit, conduits d’abord à Bagram, cette base aérienne américaine à quelques dizaines de kilomètres de Kaboul, puis emmenés loin, très loin, à Guantanamo. Les témoignages recueillis ne sont pas isolés. Et si le changement d’administration à Washington s’est traduit par de nouvelles annonces, elles ne sont pas vraiment suivies d’effets : Guantanamo fonctionne toujours. Et rien ne permet de penser que les prisons secrètes, les « black jails », ont vraiment disparu à Bagram.

Selon le quotidien américain New York Times, celles-ci seraient gérées par les forces spéciales américaines. « Les gens se posent beaucoup de questions », souligne Mohammad Farid Hamidi, qui travaille pour le comité afghan des droits de l’homme (AHRC). « Pourquoi ce double standard s’agissant des droits humains et de la justice ? » 

[Lire la suite]

 Vous avez un travail pour moi ?

Source : http://www.tlaxcala.es/detail_artistes.asp?lg=fr&reference=29

gal_2559 dans ETATS-UNIS

Image de prévisualisation YouTube

 

Lire également :

Centre de détention de Guantánamo : huit ans d’injustice. Questions et réponses

lundi 11 janvier 2010, par Françoise Guillitte

http://www.amnestyinternational.be/doc/article15712.html

 

Publié dans Afghanistan, ETATS-UNIS, Justice, LIBERTES | Pas de Commentaire »

« Une piste pour comprendre le mystère de la disparition des Mayas »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2010

L.S.

Une piste pour comprendre le mystère de la disparition

des Mayas

Un sarcophage de pierre vieux de plus de 1.000 ans a été découvert dans le sud du Mexique et pourrait apporter de nouveaux indices sur les causes du déclin de la culture maya, a annoncé jeudi 28 janvier l’archéologue mexicain responsable des recherches.

La tombe avait été localisée en novembre par des spécialistes de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (Inah) dans la ville maya de Tonina, dans l’Etat du Chiapas, frontalier du Guatemala. Ce genre de sarcophage « est unique dans le Mexique antique », selon l’Inah. Le sarcophage et la pierre tombale qui l’accompagne doivent dater d’une période comprise entre 840 et 900 de notre ère, a précisé à la presse l’archéologue, Juan Yadeum.

Les restes pourraient être ceux d’une femme ou d’un adolescent de haut rang, selon lui. Cette découverte apportera de nouveaux éléments sur « les responsables du déclin » de la civilisation maya, car la tombe a été ouverte entre 1490 et 1495, a-t-il expliqué. Cela pourrait permettre d’identifier si ces « responsables » étaient des locaux influencés par un groupe de l’Altiplano andin, ou s’ils venaient d’Amérique centrale ou de régions limitrophes du Mexique actuel, selon lui.

(AFP)

Une civilisation fantasmée et méconnue

Empire_Maya-2 dans Culture
- L’Empire des Mayas (300 à 900 ap. J.-C.) Carte Alain Houot, Tonina est située au sud de Palenque

Les Mayas habitent l’isthme mexicain et la péninsule du Yucatán, au sud du Mexique et en Amérique centrale, depuis deux millénaires avant JC. Ils ont hérité des civilisations Olmèques sur la côte du Golfe et en Oaxaca. Les premiers sites importants émergent entre la naissance de l’écriture et les premiers calendriers solaires gravés dans la pierre ; même s’ils étaient peut-être déjà connus des Mayas, avant cette date. Autour du Vème et du IVème siècle avant notre ère, des sociétés hiérarchiques se mettent en place et les cités se construisent.

La civilisation Maya a souvent été considérée comme la civilisation « la plus évoluée » du Mexique pré-hispanique, nourrissant tous les fantasmes et les théories fantaisistes des occidentaux en mal d’exotisme. Aujourd’hui les recherches avancent et ont permis de mieux connaître les autres peuples qui ont précédé, suivi ou cohabité avec les mayas, même si les recherches sont rendues difficiles à cause de la destruction de nombre d’archives par les colons espagnols à partir du XVIème siècle. La chute de la civilisation maya est une des plus grandes énigmes de l’histoire mexicaine, puisqu’autour du IXème et du Xème siècle, les sites sont abandonnés par les habitants.

[Lire la suite]

 

+ d’infos sur :

http://www.france5.fr/inca-maya-azteque/fr/index.html

http://decouvertes.mooldoo.com/mayas/?

 

Les dieux mayas
http://www.dailymotion.com/video/xbo4na

Publié dans Amerique latine, Culture, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy