• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 janvier 2010

Honduras : « iHasta luego, Presidente ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

Publié par : PRIMITIVI – 28 janvier 2010

Honduras :

La méga concentration de la Résistance dans le Toncontin

 

Zelaya est parti en exil hier, les Honduriens l’ont largement salué.

Hier mercredi 27, le Honduras a encore vécu d’intenses moments. D’un côté la cérémonie officielle de l’investiture de Porfirio Lobo [1] et de l’autre tout aussi officiel mais beaucoup moins médiatisé le départ en exil de Zelaya et les manifestations des mouvements de résistante au putsch. 

Honduras : Vos El Soberano a publié un article sur ce second événement.

 

Pour lire l’article et voir les photos et les vidéos

cliquer ICI

L’avion qui embarque Mel tandis que les manifestants crient

« ami Mel, le peuple est avec toi ! » 

 

**********************************

solidarité Honduras

bandera. dans Amerique latine

vendredi 29 janvier 2010

Comuniqué No. 46

 

Tegucigalpa.- La coordination du Front de Résistance Populaire confirme sa décision de ne pas reconnaître le régime de Porfirio Lobo, le considérant comme la continuité de la dictature imposée par l’oligarchie à travers le coup d’état du 28 juin. En conséquence, la Résistance n’autorise aucun de ses membres à participer à quelque pouvoir de l’état que ce soit; la Résistance ne participera pas non plus au faux dialogue que les putschistes proposent pour valider un Plan National appliquant des mesures néolibérales pour maintenir les privilèges de la minorité qui usurpe le pouvoir.

Nous démentons les affirmations des médias putschistes et de certains politiciens qui affirment que les membres du parti Union Démocratique élus au Parlement font partie de la Résistance. Ces élus sont des collaborateurs de la dictature; leur candidature émane de la direction du parti Union Démocratique et non de la volonté de sa base, qui elle est restée fidèle aux consignes du Front de Résistance Populaire de NE PAS participer aux élections illégales et illégitimes du 29 novembre et qui par conséquence rejette les autorités putschistes.

Nous résistons et nous vaincrons !

Tegucigalpa, le 26 janvier 2010

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

HLM : « La loi SRU dynamitée »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

L’Humanité – 28 janvier 2010 – Lina Sankari

L’État fait son beurre sur les HLM

Le secrétaire d’État au Logement a annoncé la mise en vente de 10 % du 
parc HLM. « Une logique de privatisation » fustigée par les organismes eux-mêmes.

Il faut résoudre l’équation. Depuis des années, le budget de l’État alloué au logement est réduit à la portion congrue et l’objectif d’un accroissement de l’accession à la propriété revu à la baisse d’autant. Pourtant, la crise du logement perdure et tendrait même encore à s’aggraver avec le million de chômeurs qui se retrouveront en fin de droits courant 2010.

Malgré ce constat accablant, l’État organise depuis plusieurs années la vente massive des logements sociaux avec l’objectif de 40 000 unités par an. Or, seuls 6 000 appartements ont été vendus de manière effective en 2008 et 3 600 en 2009. Benoist Apparu, le secrétaire d’État au Logement, expliquait récemment qu’il fallait « trouver de l’argent » en vendant 10 % du parc public sur dix ans, soit 420 000 logements sur un total de 4,2 millions. L’objectif est de financer de nouveaux logements sociaux dans les zones géographiques tendues. Toujours selon Benoist Apparu, « 1% du parc vendu par an permet de dégager 2 milliards de fonds propres » et de s’appuyer sur les sociétés anonymes (entreprises sociales pour l’habitat, ESH) pour « mutualiser les fonds ».

« La loi SRU dynamitée »

Le mouvement HLM a vivement réagi en dénonçant « une logique de privatisation ». Thierry Repentin, le président de l’Union sociale pour l’habitat (USH), qui fédère 800 organismes HLM, a décrit « une politique déconnectée de la réalité ». Par ailleurs, un accord signé en 2007 par les pouvoirs publics et l’USH stipulait que la vente du parc public devait servir un parcours résidentiel et non « se substituer aux moyens financiers de l’État ». Pour Pierre Laurent, tête de liste du Front de gauche en Île-de-France, « le gouvernement dynamite la loi SRU […] et fabrique de véritables “réserves de pauvres”, d’un côté, et de l’autre, instaure des “ghettos de riches” ».

[Lire la suite]

Publié dans Politique nationale, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Rachida Dati : « … je n’ai pas que cela à faire. Au revoir »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

Plume de presse - 29 janvier 2010 - Olivier Bonnet

Jean Quatremer règle son compte à la prétentieuse

Rachida Dati : « une arrogance extrême »


rd

 

Que ça fait du bien de lire un confrère d’un grand média qui dit franchement ce qu’il pense sans mâcher ses mots ! Surtout s’il s’attaque à l’une de nos têtes de turc favorites, l’imbuvable Rachida Dati, dont la prestation de serment en tant qu’avocate est reportée jusqu’à ce qu’elle ne soit plus chef d’entreprise, incompatibilité qu’elle ignorait étonnamment – elle est magistrate ! -, offrant ainsi une nouvelle preuve manifeste de son incompétence crasse. Merci donc à Jean Quatremer pour l’article où il narre par le menu comment Madame l’eurodéputée, bouffie de suffisance, l’a éconduit « comme un malpropre« , refusant de répondre à des questions somme toute anodines. Le récit de cette brève rencontre est à lire ici dans son intégralité.

 

[Lire la suite sur : plumedepresse.net/]

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Après les régionales, réduction drastique des dépenses sociales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

 L’Humanité – 30 janvier 2010 – OLIVIER MAYER

Les déficits justifient-ils un plan d’austérité ?

À l’issue de la conférence sur le déficit, Nicolas Sarkozy renvoie les décisions concrètes au mois d’avril. Mais il annonce clairement ses intentions : réduire drastiquement les dépenses en s’attaquant à la protection sociale et aux services publics

Comme il l’avait annoncé à l’occasion du lancement du grand emprunt, Nicolas Sarkozy a présidé hier à l’Élysée la « conférence sur le déficit », entouré de ses conseillers, du premier ministre et des ministres de l’Économie, du Budget, du Travail, de la Santé et de l’Intérieur. Étaient présents également les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat et des présidents de commissions parlementaires, les représentants des organismes sociaux, le président de l’Association des maires de France. Invités, les présidents socialistes de l’Association des présidents de conseils régionaux et généraux avaient annoncé leur refus de participer.

LES VRAIES DÉCISIONS NE SERONT PRISES QU’EN AVRIL

Le président veut « aboutir à un diagnostic sur la situation de nos finances publiques qui soit partagé par les responsables de l’État, des collectivités locales, de la Sécurité sociale et, au-delà, par tous les Français ». À cette fin, il a désigné Paul Champsaur et Jean-Philippe Cotis pour rédiger un rapport qui sera rendu public. Sans doute pour cause d’élection régionale, les vraies décisions ne seront prises qu’en avril, lors d’une seconde conférence sur le déficit. Ce qui n’est pas pour rassurer.

[La suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SERVICES PUBLICS, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Rencontre 70 ans de la Cimade

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

L’Humanité – 29 janvier 2010 – Entretien réalisé par Marie Barbier

Geneviève Jacques « Des camps d’internement aux centres de rétention »

Depuis 1939, l’association vient en aide aux étrangers. Pour célébrer ses soixante-dix ans, elle invite le public à découvrir les actions qui ont jalonné son histoire, comme ce week-end à Pau. Des initiatives dont l’Humanité est partenaire.

Geneviève Jacques, soixante-six ans, fut secrétaire générale de la Cimade de 1988 à 1996. Aujourd’hui équipière bénévole à Aubervilliers, elle retrace pour nous soixante-dix ans de combats aux côtés des étrangers.

Le Comité intermouvements auprès des évacués (Cimade) est fondé en 1939. Quel rôle va-t-il jouer pendant la Seconde Guerre mondiale  ?

Geneviève Jacques. En 1939, lorsque les bruits de bottes se font entendre, le gouvernement évacue 300 000 Alsaciens-Lorrains vers le sud-ouest de la France. Des mouvements de jeunesse protestants (scouts, éclaireurs, étudiants) décident d’aller aider ces populations. Une fois les Allemands entrés en France, les Alsaciens reviennent chez eux. L’histoire de la Cimade aurait pu s’arrêter là. Mais un appel d’urgence est lancé par des pasteurs qui ont appris qu’étaient placés dans des camps d’internement des réfugiés de l’Allemagne nazie. La première secrétaire générale de l’association, Madeleine Barot, avec beaucoup de courage, entre dans ces camps sans autorisation du régime de Vichy, pour y proposer une aide humanitaire et sociale. En 1942, quand les Allemands occupent toute la France, les équipes sont sorties des camps. Elles cachent des familles juives et organisent des filières de passages clandestins vers la Suisse.

[Lire la suite]

 

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Pauvreté

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

Article paru dans l’Humanité du 29 janvier 2010

Un baromètre de la pauvretéPauvreté dans ECONOMIE barometre

Le Secours catholique développe un nouvel outil qui vise à mesurer l’impact de la crise.

Il y a d’abord eu un ressenti, une impression. Depuis quelques mois, les associations alertaient sur l’augmentation de la fréquentation de leurs structures d’accueil, et par voie de conséquence des difficultés pour un nombre croissant de familles à faire face au quotidien. Encore fallait-il le mesurer. En constituant une délégation par région, le Secours catholique a cherché à faire remonter les informations du terrain. Premier constat : depuis juin, de nouveaux visages affluent (pour un tiers dans les zones rurales). En parallèle, les bénévoles ont vu leur moral baisser. S’ils étaient 38 % à être inquiets en juin, ils étaient 60 % à partager cet état d’esprit en décembre.

De même, la confiance dans les dispositifs publics s’est dégradée et 51 % d’entre eux font confiance aux services sociaux et autres filets de sécurité mis en place par l’État afin d’amortir les effets de la crise. Les demandes les plus fréquentes concernent l’aide alimentaire, l’aide au paiement des loyers, des factures d’énergie et des transports. Second constat  : les difficultés croissantes du monde rural sont en partie vécues par les néo-ruraux installés depuis peu à la campagne. Pour certains, ils ont pu y trouver un logement social mais « déchantent vite avec l’augmentation du budget qu’ils doivent allouer aux transports » et l’isolement auquel ils doivent faire face, raconte Georges Binh-Cirlot, délégué départemental des Pyrénées-Atlantiques.

« Dans notre pays, la pauvreté a reculé jusqu’en 2003-2004. Aujourd’hui, nous pouvons raisonnablement dire qu’elle s’est accrue en 2009, analyse Pierre Levené, secrétaire général du Secours catholique. Dans un pays où l’on a largement aidé le secteur automobile et les banques, on peut sans doute mobiliser l’ensemble des fonds de secours et en créer de nouveaux. »

Lina Sankari

A lire sur le site du Secours catholique :

PAUVRETÉ  Le nombre de personnes accueillies est en hausse au Secours Catholique

 

Publié dans ECONOMIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Quelle stratégie adopter face à la crise ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

Crise : faut-il se contenter de résister ?

Les 14 et 15 janvier à Vienne, plus de cinquante économistes, historiens, élus, universitaires, militants de gauche venus de seize pays européens ont confronté leurs opinions sur la crise économique et financière. L’Humanité des débats pose la question : Comment les forces progressistes doivent-elles adapter leur stratégie à cette nouvelle donne ?

L’interprétation de la crise [1]est une question décisive pour la gauche. Elle détermine évidemment les réponses à élaborer et à mettre en débat dans la société. Comment les forces progressistes doivent-elles adapter leur stratégie à cette nouvelle donne ? Les objectifs émancipateurs doivent-ils être revus à la baisse, sous la contrainte d’une réalité plus dure, de reculs sociaux et civilisationnels à l’œuvre dans tous les pays européens, ou au contraire la gauche doit-elle affirmer avec plus de force un projet de rupture avec la logique néolibérale ? Ce questionnement a traversé le séminaire de Vienne, qui était animé par Walter Baier, coordinateur de Transform ! Europe et Élisabeth Gauthier (Espaces Marx France).

A lire dès à présent, le point de vue de Miguel Portas, député européen portugais (Bloc de gauche/groupe GUE-GVN).

Un programme d’ajustement budgétaire d’une brutalité inouïe

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Comment la SNCF organise la casse du fret

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2010

Comment la SNCF organise la casse du fret dans Politique nationale 10-01-29-63409


SNCF : petit mode d’emploi pour tuer le fret

fretune1.jpg


Révélations. L’Humanité s’est procuré un document interne émanant de la direction de l’entreprise publique qui prévoit l’abandon du transport de 255 000 wagons et un recul d’un tiers des volumes transportés par rapport à 2008.

La direction de la SNCF s’est-elle fixé pour objectif de dégrader elle-même les résultats de sa banche fret ? Les conséquences de la crise économique sont régulièrement mises en avant pour justifier du recul des trafics et des volumes dans ce secteur. L’Humanité s’est procuré un document interne qui tend à démontrer que cette dégringolade est en partie organisée. Baptisé « Démarche, flux dessertes : un projet, une méthode, des résultats attendus et une équipe », ce document de 22 pages est, selon une source qui a souhaité conserver l’anonymat, en cours de finalisation par « le premier cercle dirigeant » de la SNCF. Il décrit la stratégie que veut mettre en œuvre la direction, ses « cibles » et « critères » d’abandon de trafics, et la méthode pour faire accepter ses choix par les chargeurs ainsi que les « précautions oratoires » à prendre afin de limiter l’impact politique et médiatique de la restructuration. Sollicitée par l’Humanité, la direction de Fret SNCF n’a pas donné suite à nos appels.

La SNCF veut abandonner le transport de 255 000 wagons

Á l’horizon 2010, à l’issue de son plan, dont l’essentiel doit être mis en œuvre au second semestre de cette année, la direction prévoit que la branche fret aura transporté 616 000 wagons en moins par rapport au 31 décembre 2008. Parmi eux, 361 000 « pertes exogènes », c’est-à-dire dues à une cause extérieure (conséquence de la crise économique ou concurrence des autres opérateurs ferroviaires et surtout du transport routier), mais dans le même temps, la direction prévoit, sous la pudique appellation de « flux non retenus », d’abandonner 255 000 wagons dont le transport a été jugé non rentable. Au final, malgré un gain de 103 000 « nouveaux flux », Fret SNCF s’apprête à perdre 513 000 wagons, soit un tiers du nombre total de wagons transportés en 2008.

Des objectifs réels de pertes plus élevés

Le budget de la SNCF est-il sincère quand il prévoit une baisse de 11,2 % du chiffre d’affaires de la branche fret ? Dans son document, la direction décrit la « cible » en matière de réduction des trafics par « entité de commercialisation ». Ainsi, pour les produits charbon et acier, elle prévoit un recul de 30 % du nombre de wagons transportés, de 35 % pour la chimie, de 50 % pour le transport d’automobiles et les produits de grande consommation, et de 30 à 45 % pour l’agriculture et les produits de carrière. L’ampleur de ces cibles est plus élevée que l’addition des pertes réalisées en 2009 et celles prévues au budget 2010, soit 30 % en moyenne.

Pierre-Henri Lab

 

Publié dans Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy