• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Une proposition communiste dans le cadre des élections régionales

Une proposition communiste dans le cadre des élections régionales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2010

Article publié sur : http://www.pcfmontreuil.org/25 janvier 2010

 

Une proposition communiste pour un autre mode de développement régional :

la création d’un fonds pour l’emploi et la formation

 

Le mur de l’argent va-t-il remplacer le mur de Berlin ?

 

 Par Jean-Marc DURAND, économiste.

L’utilité sociale et économique du crédit, c’est-à-dire de l’argent que les banques ont en dépôt et qu’elles utilisent, est un enjeu nodal* de la construction d’un autre mode de développement.

Soyons clair ! D’où provient l’argent des banques sinon des salaires, des pensions et des retraites ? C’est donc votre argent, l’argent des salariés que les banques ont en dépôt et qu’elles utilisent aujourd’hui pour spéculer, alimenter la dérive financière de l’économie à la base de la crise que nous vivons. À ce titre, vous avez sans doute droit au chapitre, vous avez sans doute votre mot à dire l’utilisation que font les banques de voter argent.

Peut-être souhaiteriez-vous que cet argent soit utilisé pour développer l’activité économique et sociale de votre pays, de votre localité, de votre région. Bref que votre argent plutôt que d’engraisser les actionnaires participe à la création d’emploi, au développement de productions utiles et des services publics.

Les communistes avancent une proposition qui dès le niveau régional participerait à une réorientation de l’utilisation de l’argent dont disposent les banques. Il s’agit de la mise en place d’un Fonds régional pour l’emploi et la formation.

Ce fonds serait doté d’une partie des sommes affectées par les régions « au crédit d’action et de développement économique ». Il permettrait de prendre en charge tout ou partie des intérêts bancaires des emprunts consentis aux entreprises pour la sauvegarde et le développement de leur activité. Il serait un levier considérable pour réorienter l’action des banques vers le soutien à la production de richesses utiles et contre la logique de l’argent pour l’argent. Il serait placé sous le contrôle des salariés et des élus pour s’assurer de la finalité de l’aide accordée en fonction de sa traduction en termes d’emplois de qualité et de formation. Il serait le premier niveau d’un Fonds national pour l’emploi doté du montant des allégements de cotisations sociales accordées aux entreprises (30 Milliards €), lui-même partie prenante d’un pôle financier public chargé de développer ce nouveau crédit et constitué à partir de la Caisse des dépôts, de la banque Postale, d’Oséo, des banques coopératives et mutualistes et de banques nationalisées (BNP…).

Quelques chiffres pour remettre chaque chose à sa place :

-100 millions d’argent public permettraient de mobiliser 2,5 milliards de crédit bancaire à un taux de 4%.

- Charges sociales patronales : 145 Milliards € à comparer aux

- Charges financières des entreprises : 316 Milliards (taux d’intérêts et frais bancaires, rémunérations

des actionnaires, opérations financières).

 * nodal : qui constitue le noeud, le centre, le point essentiel du problème

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy