• Accueil
  • > Police
  • > Les policiers dénoncent « la politique du chiffre »

Les policiers dénoncent « la politique du chiffre »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 janvier 2010

ANNE ROY

Les flics refusent les stats

Appelés aux urnes, les policiers contestent la religion du chiffre

 

Marre « d’empiler des bâtons », marre de « devoir faire du chiffre »… Alors que leurs élections professionnelles se tiennent lundi, les policiers ont profité de la campagne pour faire part de leurs doléances. En tête de celles-ci, les salaires, les réductions d’effectifs, mais surtout la lassitude d’être devenus « des robots » au service de bilans statistiques. Un sentiment relayé par les syndicats (classés plutôt à gauche) SGP Unité police ou encore le Snop des officiers de police. « La religion du chiffre, c’est mauvais. Le chiffre doit être un indicateur au service des professionnels, mais pas une fin en soi en termes de communication  », déplore ainsi Nicolas Comte, secrétaire général de SGP Unité, qui dénonce « une pression constante », liée au fait que « chaque année, on fixe des objectifs plus importants que les années précédentes », qui plus est « dans un contexte de diminution d’effectifs ».

En cause : la comptabilité journalière des « faits résolus », qui entraîne une explosion des gardes à vue, des contraventions, et accorde autant d’importance à l’arrestation d’un fumeur de joint qu’à celle d’un dealer. Le malaise est profond. Même le syndicat Alliance regrette cette « politique du chiffre contreproductive  ». « Les policiers en ont assez de la culture du rendement, de la statistique inutile, ils ne sont pas des robots », affirme même le secrétaire général du syndicat, Jean-Claude Delage. Des revendications qui font leur chemin jusqu’au cabinet de Brice Hortefeux, où l’on explique que le ministre souhaite se démarquer « d’une politique du chiffre » pour privilégier… « la culture du résultat » ! Et d’indiquer que, sur ordre du ministère, « de nouveaux indicateurs sont en cours d’élaboration », qui devraient permettre d’appréhender « la dimension qualitative des résultats de la police ».

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy