Emmaüs : Depuis la mort de l’Abbé Pierre, les expulsions se multiplient

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 janvier 2010

L’Humanité - 18 janvier 2010 – Lina Sankari

L’Abbé Pierre de nouveau traqué

Nouvelle arrestation d’une famille d’origine kosovare dans une communauté d’Emmaüs à Bourg-en-Bresse. Des lieux d’accueil qui devaient pourtant être sanctuarisés.

L’arrestation tombe mal. Il y a quelques jours, une famille kosovare était arrêtée dans une communauté d’Emmaüs à Bourg-en Bresse. Dans un communiqué, l’association précise que « le papa, la maman et leurs enfants âgés de cinq et sept ans, tous deux scolarisés, ont été mis dans un avion (privé et affrété spécialement – NDLR) et expulsés alors même que la maman est enceinte de cinq mois et suivie pour des troubles psychiques ». Dans le même temps, le ministre de l’Immigration, Éric Besson, tentait de jouer le respect et « la dignité » des personnes en annonçant la fermeture de seize centres de rétention dont les conditions d’accueil n’auraient pas garanti « le respect des droits ». Au moment où les arrestations de compagnons d’Emmaüs se multiplient avec « pas moins de quatre (…) à travers toute la France », l’organisation « demande l’abandon d’une politique aveugle qui ne prend pas en compte la situation particulière de chaque personne, chaque famille sans papiers, et qui privilégie les chiffres de reconduction au détriment du respect de la personne humaine ».

Pourtant, après une première arrestation dans une communauté de Marseille, en février 2009, Éric Besson s’était engagé à sanctuariser les lieux d’aide humanitaire (centres d’accueil et de distribution alimentaire), ainsi que les alentours des préfectures où les sans-papiers présentent leurs dossiers de régularisation. « On commence à être très en colère vis-à-vis de ce genre de méthodes. Ou bien le ministre nous ment*, ou bien il n’est pas écouté par les services », relève Christophe Deltombe, le président d’Emmaüs France.

En octobre 2009, le caractère inconditionnel de l’aide avait déjà été remis en cause lors d’une distribution de colis alimentaires des Restos du cœur à Rouen. En 2007, quelques mois après son élection, le président de la République avait pourtant assuré devant le Conseil économique et social  : « Quand quelqu’un est dans la rue, on ne va pas lui demander ses papiers », avant de conclure par ces mots  : « Toute autre politique est absurde et n’aura donc pas mon soutien. »

Lina Sankari

* Françoise Hospitalier, députée UMP du Nord : «J’ai fait une croix sur ce ministère car on ne peut pas avoir d’informations fiables. Nous n’étions pas forcément d’accord avec la politique menée par Brice Hortefeux, mais, au moins, lui était carré, il se tenait à sa parole.»     (Source : Mediapart)

En juin 2009, Nicole Maestracci, présidente de la Fnars*, revendiquait pour les associations le droit à l’accueil inconditionnel. Voici ce qu’elle disait alors dans un entretien au magazine Lien social :

« Nous voulons le respect de la mission d’accueil inconditionnel des personnes en détresse – quelle que soit leur situation administrative – qui nous a été confiée par la loi.

Ce respect implique d’une part d’éviter les interpellations au sein des centres, et, d’autre part, de ne pas poursuivre pour aide au séjour irrégulier des professionnels ou bénévoles qui accompagnent ces personnes. » (Source : rue89.com/)


* Fnars : Fédération nationale des Associations d’accueil et de réinsertion sociale

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy