« Fumer sans se cacher peut tuer »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2010

Cet après-midi, 500 personnes ont manifesté leur soutien à la comédienne Rayhana en se rassemblant devant la Maison des Métallos à Paris.

Marie-José Sirach

Rayhana aspergée d’essence

L’auteure et comédienne, qui se produit actuellement au théâtre, a été agressé dans la rue.

 

Alors qu’elle se rendait au théâtre, à la Maison des métallos, pour jouer dans la pièce dont elle est par ailleurs l’auteure, Rayhana a été agressée dans la rue par deux hommes qui l’ont aspergée d’essence avant de lui jeter une cigarette qui, fort heureusement, ne s’est pas enflammée. Et ces mots, emplis de haine  : « On t’avait prévenue. » Quelques jours auparavant, deux individus, les mêmes au vu de leurs propos, l’avaient déjà molestée, lui lançant  : « On te prévient, on sait qui tu es. » Il faut dire que la Maison des métallos, rue Jean-Pierre-Timbaud, dans le 11e arrondissement de Paris, fait face à une mosquée d’intégristes et de fondamentalistes. Il est probable que le seul titre du spectacle lui vaut la haine de tous les intégristes de tout poil, À mon âge, je me cache encore pour fumer… (1). Cette tragédie féminine à huis clos raconte celle d’un pays, l’Algérie. Entre fous rires et larmes, la plume de Rayhana fait mouche et déchire les voiles dans lesquels certains, là-bas, ici comme dans le monde entier, voudraient draper les femmes. Rayhana a survécu à la tragédie algérienne des années quatre-vingt-dix, c’est une battante, une combattante de la cause des femmes. Très vite, les réactions n’ont pas tardé. La Coordination française de la marche mondiale des femmes a condamné « cet acte intolérable de violence et apporte tout son soutien à Rayhana, aux comédiennes de la pièce ». Fadela Amara, la secrétaire d’État, a réagi vivement, dénonçant une « agression qui nous rappelle malheureusement que la lutte pour l’émancipation des femmes et contre l’obscurantisme est toujours d’actualité » Enfin, le PCF se dit « horrifié par cet acte criminel » et exige « que toute la lumière soit faite pour retrouver ses agresseurs ». Depuis son agression, Rayhana bénéficie d’une protection policière permanente.

Marie-José Sirach

(1) Lire l’Humanité du 14-12- 2009 :

http://www.humanite.fr/2009-12-14_Cultures_Confidences-au-bain-maure-loin-des-hommes

 

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy