• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Gérard Paris-Clavel : Le travail de l’image (suite)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 décembre 2009

En cette fin d’année, l’Humanité invite le graphiste Gérard Paris-Clavel à exposer ses idées et à nous questionner à travers ses images.

 

Document PDF - 1.3 Mo

Le travail de l’image (2/8).

Contre le révisionnisme étatique actuel, il faut sans cesse rappeler les conditions historiques et sociales qui fondent une action, qui sont à l’origine d’une situation. L’Histoire, c’est du quotidien ; elle doit être inscrite dans la vie courante. L’utopie ne peut se reconstruire que sur la mémoire de toutes les luttes inachevées. Inachevées, car elles se prolongent dans le temps. Nous voulons les accompagner dans la durée. Les luttes se transforment, en bien, en mal, en succès ou en échec, mais elles ne s’arrêtent pas. Les luttes dont nous nous réclamons ne sont pas des événements séparés les uns des autres, des opérations marketing fermées sur elles-mêmes. L’Histoire et la vitalité ont partie liée.

Question de l’image : Quand la mémoire s’efface, que reste-t-il de l’avenir ?

 

Cliquez sur la vignette pour visualiser la page en PDF

 

Le travail de l’image (3/8).

« Dans nos villes, tous les jours, nous voyons des centaines d’images publicitaires, constatait déjà John Berger dans « Voir le voir » en

Document PDF - 906.2 ko

1972. Aucune autre catégorie d’image ne nous agresse avec autant d’insistance. L’histoire n’offre aucun autre exemple de société présentant une telle concentration d’images et une telle densité de messages visuels. Nous pouvons nous souvenir de ces messages ou les oublier, mais nous les percevons brièvement, et pendant un instant, ils stimulent notre imagination, soit par la mémoire, soit par les aspirations qu’ils engendrent. »

Tu es en ville, dans la rue, tu circules, tu ne déambules pas – ça n’est plus possible. Tu es un individu qui reçoit des milliers de messages par jour. Les médias, propriétés des multinationales, produisent une quantité de signes telle qu’ils n’ont pas à s’occuper de la qualité. Tu reviens d’une promenade, tu n’es pas nourri, mais gavé. Tu es sous contrôle. Cette communication omniprésente de l’insignifiance te dévore, te consume et veut t’instrumentaliser en consommateur passif. La marchandise a tout débordé, elle t’occupe littéralement. Il ne reste que la vibration d’un gros tout qui n’a le sens de rien. Face à l’inflation publicitaire dans l’espace public en voie de privatisation, il faut considérer les murs comme une propriété collective, des biens communs. Pour faire ressurgir à la surface de nos villes les idées du changement social…

Question de l’image : Qu’est-ce qui fait disparaître le citoyen ?

Cliquez sur la vignette pour visualiser la page en PDF

 

Le travail de l’image (4/8).

Document PDF - 229.2 ko

« Mais enfin, qu’est-ce que vous voulez ? », interrogent parfois des élus, la main sur le larfeuille pour acheter la paix sociale. Les pouvoirs développe le communautarisme et le caritatif, quand nous essayons d’étendre le collectif social, riche de ses différences, et les solidarités politiques. Ma ville est un monde et nos vies s’y mélangent. Habitants des quartiers pleins de sens, et pas « sensibles » au sens policier, nous n’en pouvons plus d’être interrogés sans jamais être entendus, comme confinés dans un particularisme coupé des questions globales. Nous devons nous affirmer non plus comme des citadins passifs, mais comme des citoyens, des citoyennes qui participent au conflit social sur nos lieux de travail, mais aussi là où nous habitons. Aux chiottes, le fatalisme médiatique ! Ras-le-bol de la litanie des malheurs ! Il y a le combat pour le nécessaire, mais si vous voulez qu’on s’en sorte, il faut nous donner le goût du superflu. La question de la ville heureuse demeure taboue, il y a une réticence totale à parler ainsi dans le champ politique : l’art de vivre, comme la tendresse et toutes les choses qui sont fondatrices de la relation humaine et de la qualité de nos vies, il faut les taire, comme si ce n’était que du privé. Rien n’est plus faux. Voisins, voisines, nous avons des rêves à partager.

Question de l’image : où sont les formes heureuses des luttes dans la ville ?

Cliquez sur la vignette pour visualiser la page en PDF


Revoir l’article du 20 décembre :

Gérard Paris-Clavel : “Reprenons les rues et inventons un nouvel imaginaire politique !”

Publié dans Culture, Luttes, POLITIQUE, Presse - Medias, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Humanité du 24 décembre : L’éditorial de Maurice Ulrich

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 décembre 2009

 

Noël et Noël

 

On a l’impression que chaque année se reproduit le même scénario. Que l’on decouvre avec le froid que des hommes et des femmes meurent dans la rue. Ce n’est pas juste car la mort y frappe toute l’année. Mais comment ne pas évoquer ces soudains débordements de compassion quand arrivent, avec les fêtes, ces appels répétés à composer le 115 pour signaler les personnes en danger dans la rue  ? À croire que ceux qui nous invitent à appeler le 115 ne sortent pas beaucoup de chez eux ou des quartiers les plus riches. Dans chacune de nos villes, ce n’est pas une ou deux personnes qui sont en danger, dans la rue, mais des dizaines. Dans les zones indistinctes des villes que sont les abords d’autoroute, les zones de fret, les zones boisées, des planches et des bâches hébergent des familles entières.

Face à cela, 68 % des Français, selon l’institut CSA, font d’abord confiance aux associations pour affronter la crise, mais ils sont aussi 68 %, exactement le même chiffre, à penser que les pouvoirs publics ne font pas assez pour aider les plus démunis. C’est 5 % de plus que l’an dernier. Sans doute la crise, et, avec elle, les milliards allés aux banques, est-elle passée par là. S’il y a de l’argent pour les riches, où est l’argent pour les pauvres  ? Dans le même temps les dispositifs existants semblent peu de chose face aux flots montants de la pauvreté. Les SDF en sont l’expression la plus visible et la plus cruelle, mais combien de jeunes aujourd’hui qui vivent mal, combien de centaines de milliers de mal-logés, combien d’allocataires du RMI, du RSA, de femmes seules pour qui boucler le mois est chaque fois une épreuve  ? Il suffit de regarder les files d’attente, par exemple celles des Restaurants du cœur, pour voir à quel point la pauvreté touche aujourd’hui tous les âges, à quel point elle s’est étendue. Aux quatre millions et demi de chômeurs réels dans notre pays s’ajoutent près de deux millions de travailleurs pauvres. Pour le seul troisième trimestre 2009, le nombre de bénéficiaires du RSA de base a augmenté de 4,4 % et les moins de 25 ans devront attendre pour le toucher septembre 2010, au mieux…

Les Français dans leur ensemble sont solidaires. Ils donnent aux associations et les plus modestes sont souvent ceux qui donnent le plus. Ils sont solidaires aussi des salariés en lutte, ils le sont des sans-papiers en assumant parfois des risques réels. Mais c’est dans les Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, chasse gardée de l’UMP, des Balkany à Jean Sarkozy, que le conseil général vient de supprimer la prime de Noël. C’est dans les mois à venir qu’un million de chômeurs vont se retrouver en fin de droits sans que le gouvernement s’en émeuve.

Dans la France d’aujourd’hui, 20 % des ménages les plus aisés disposent de 40 % du revenu total disponible et les 20 % des ménages les plus modestes s’en partagent 8 %. Dans les pages glacées des magazines, ces jours-ci, il y a des montres à 200 000 euros… Il y a Noël et Noël. Notre société est violemment inégalitaire et la politique menée accroît ces inégalités. Le bouclier fiscal n’est pas seulement une mesure scandaleuse et injuste. C’est un programme politique et idéologique. Face à cette politique, le don soulage la misère et le fardeau des plus pauvres, et il est indispensable, mais la solidarité c’est aussi la lutte, l’action, la fraternité de celles et ceux 
qui se rassemblent pour changer le cours des choses.

Publié dans Luttes, Politique nationale, PRECARITE, SOCIETE, Solidarite | Pas de Commentaire »

PIMKIE : Les salariés ne faiblissent pas face à l’intransigeance du groupe Mulliez, 3ème famille la plus riche de France !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2009

 Article paru dans l’Humanité du 22 décembre 2009 – Cécile Rousseau

Les employés de Pimkie veulent leur prime de Noël

Depuis samedi, les salariés de Pimkie de deux entrepôts du Nord sont en grève illimitée pour des primes de licenciement conséquentes et le rétablissement du dialogue social.

Chez Pimkie, les salariés sont prêts à réveillonner au travail. Depuis samedi matin, ils ont amorcé une grève illimitée, dans les entrepôts de la marque de vêtements pour adolescentes, situés à Wasquehal et à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord. Près de 160 salariés ont stoppé leur activité. Et se relaient jour et nuit pour tenir les piquets de grève, soutenus par l’intersyndicale FO-CFDT (majoritaires) et la CGT. « On peut même rester jusqu’au nouvel an s’il le faut », clame Farida, préparatrice de commandes depuis douze ans.

Depuis mai 2009, les employés de Pimkie sont sous le coup d’un plan social. 138 postes devraient être supprimés dans les deux entrepôts et 52 au siège de l’entreprise d’ici à février 2010.

[Lire la suite]

 

Le blog de Wasquehal

Les salariés de PIMKIE en lutte

Soutien et solidarité des Communistes de Wasquehal

La section Croix-Wasquehal du PCF soutien pleinement et solidairement l’action des Salariés de Pimkie (groupe Mulliez).

Pour en savoir plus cliquez ici

Publié dans ECONOMIE, Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaire »

Solidarité avec les travailleuses et les travailleurs « sans-papiers » en grève

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2009

Marie BarbierSolidarité avec les travailleuses et les travailleurs

En 2009, la solidarité ne connaît pas la crise

Signer la pétition 

Gabriel Laurent/phototheque.org

 

À l’heure où les besoins n’ont jamais été aussi importants, les associations notent que les formes de la solidarité se transforment. Constatant les carences de l’État, les Français continuent de verser aux associations mais se mobilisent plus ponctuellement. Passant parfois d’une cause à une autre.

Éclairage avec la solidarité autour des travailleurs sans papiers : dans les sondages, mais aussi financièrement, les Français soutiennent ce mouvement historique qui réunit déjà 6 000 grévistes.

 

À l’approche de Noël, le piquet de grève des travailleurs sans papiers de la Porte des Lilas a des allures de fêtes. Des deltaplanes chatoyants ornent les arbres ; de faux tournesols égaillent les barrières et un sapin de Noël a même trouvé sa place sous une poulie. Depuis la mi-octobre, vingt-cinq grévistes vivent ici, jour et nuit. Anciens ouvriers du chantier du tramway, ils occupent leur lieu de travail : une portion du trottoir sur les Maréchaux.

Des conditions de grève extrêmement difficiles, qui ont été un peu adoucies par une solidarité rapidement mise en place : le syndicat Solidaires a donné des tentes ; la mairie du 19e a posé des toilettes ; la ville de Paris un Algeco avec un chauffage. Et tous les jours, les riverains se relaient pour apporter nourriture, bois pour se chauffer, vêtements ou tout simplement quelques billets.

[Lire la suite]

PCF-Paris

 Travailleurs sans papiers en grève Porte des Lilas

http://www.dailymotion.com/video/xbkmc1

Reportage réalisé le 18 décembre par des militants communistes (Pasquale Noizet et Gilles Questiaux) auprès des travailleurs grévistes sans papiers qui font le piquet de grève sur le chantier du Tramway Porte des Lilas dans le 20ème arrondissement de Paris. Ils sont 25 qui, dès le 12 octobre ont commencé la grève afin d’être régularisés et sont soutenus par le syndicat SOLIDAIRES et le comité de soutien des 19ème et 20ème arrondissements. Leur situation est difficile. Ils dorment sous des tentes légères dans le froid de l’hiver. Ils ont besoin de tout notre soutien.

Publié dans Luttes, Solidarite | Pas de Commentaire »

Dialogue social dans les TPE : Le Medef et la CGPME refusent de négocier sur le sujet

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2009

Article paru dans l’Humanité du 22 décembre 2009 – Paule Masson

Le Medef s’assoit sur 4 millions de salariés des TPE

En annonçant vendredi l’annulation de la réunion qui devait se tenir aujourd’hui sur l’instauration d’une représentativité syndicale dans les petites entreprises, le Medef et la CGPME font preuve de mépris antisyndical.

À quoi joue le Medef  ? Signataire de la position commune qui avait amené la loi du 20 août 2008 sur la rénovation de la démocratie sociale, voilà qu’il prend la responsabilité de priver 4 millions de salariés du droit de négociation, d’information et de consultation collective. La loi, qui fonde la représentation des syndicats dans les entreprises de plus de 10 salariés sur leur score aux élections professionnelles, a instauré l’obligation de négocier l’extension de ce droit pour les moins de 10, seuil en deçà duquel il n’est pas obligatoire de se doter de délégué du personnel (50 pour les comités d’entreprise). En France, plus de 40 % des salariés du secteur privé travaillent dans des entreprises de moins de 50 salariés. Les PME et TPE représentent quelque 98 % des entreprises. L’objectif était donc d’imaginer un système de représentation adapté, la négociation devant dans un premier temps aboutir avant le 30 juin 2009. Mais le Medef a traîné des pieds et finalement jeté l’éponge.

Une position inadmissible

La réunion conclusive qui devait se tenir aujourd’hui entre les syndicats et le patronat a tout bonnement été annulée vendredi dernier par les deux principales organisations patronales, le Medef et la CGPME. Le communiqué de quatre lignes n’en donne aucun motif. Mais le patronat n’avait pas caché des dissensions en son sein, expliquant à plusieurs reprises que, dans les petites entreprises, le dialogue se mène de manière informelle, dans une sorte de mano à mano entre l’employeur et l’employé, et n’a donc pas besoin d’être formalisé. Les syndicats étaient vent debout contre cette posture qu’ils pressentaient comme de nature à bloquer le processus. Fin novembre, la CGT, signataire de la position commune, prévenait qu’elle jugeait cette position « inadmissible » et « méprisante à l’égard de plusieurs millions de salariés ». Vendredi, la CFDT, également signataire a vivement réagi à l’annonce de l’annulation de la séance de négociation, dénonçant un « mal profond dans le patronat  : une attitude réactionnaire de défiance vis-à-vis de la représentation des salariés ».

Même la CFTC, pourtant ouvertement en guerre contre les nouvelles modalités de représentativité syndicale, refuse « de participer à l’instauration d’une société duale qui délaisse les petites entreprises » et ajoute que « ne pas permettre à tous de participer à la mesure de l’audience des organisations syndicales fragilise la sécurité juridique de la loi ». Le fait est que sans accord, c’est la loi tout entière qui risque de devenir caduque car elle instaure une discrimination entre les entreprises selon leur taille. Pour ne pas l’exposer au risque d’inconstitutionnalité, le gouvernement a donc déjà prévenu qu’il allait légiférer sur la question au premier semestre 2010.

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

FEIGNIES ENSEMBLE décembre 2009

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2009

FEIGNIES ENSEMBLE                                                                 PCF

 

FEIGNIES POUR TOUS                                                                     décembre 2009 – N° 22

http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/

 

  Le problème, c’est l’équité de la répartition des richesses mondiales.  Aujourd’hui, 50 % sont détenus par 2 % des humains, alors que la moitié de l’humanité n’en possède que 1 % !

Alain Bocquet – député du Nord

 

Le Président : « Réduisons les dépenses publiques »…

Et en 2008, il dépense 3, 28 millions d’euros pour des sondages !!!

 

Récemment, la Cour des comptes de la République a épinglé l’Elysée pour des  dépenses abusives en sondages : 165 sondages en 2008, soit 3 sondages par semaine ! Tout cela pour manipuler l’opinion des citoyens.

En outre, ces sondages ont été commandés à 2 sociétés dont les responsables sont des « amis » du président.

 

Halte aux ravages du capitalisme, de plus en plus sauvage

 

17 novembre 2009Rome – Sommet de l’Organisation du fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) : Aucun chef d’Etat des pays les plus développés présent !

Ce même jour, 17 000 enfants sont morts de faim ! C’est qu’a indiqué le secrétaire général de l’ONU qui affirme, par ailleurs, que 44 milliards de dollars seraient une aide efficace pour les agricultures des pays du Sud.

MAIS POURTANT :

En 6 ans, les masses investies dan la spéculation sur les matières premières sont passées de 13 milliards de dollars à 320 milliards !

 

Augmentation des inégalités en France

 

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), il y a une explosion du chômage et une dégradation des salaires.

  • Entre début 2008 et mi-2009, 400 000 emplois ont disparu, dont 167 000 intérimaires.
  • En 1996, 1 % des salariés à temps complet, les mieux payés  du privé, gagnaient 6, 6 fois le salaire médian (moyen).

     En 2007, ces mêmes salariés ont gagné 8, 5 fois le salaire médian.

  • 2 millions de travailleurs en dessous du seuil de pauvreté !

Selon que vous serez puissant ou misérable… (La Fontaine).

« La dette est énorme, l’Etat a besoin d’argent… » Mais les députés de la majorité ont refusé de voter l’impôt de 10 % sur les bénéfices des banques : Cherchez l’erreur !

 

Collectivités territoriales et taxe professionnelle

 

La réforme des collectivités territoriales et la suppression de la taxe professionnelle ne doivent pas être considérées comme une affaire de spécialiste, une affaire d’élu. Ces projets sont un nouveau coup porté à la démocratie et la volonté de transférer la fiscalité des entreprises sur les ménages.

Actuellement 40% des impôts sont supportés par les ménages, si on laisse faire Nicolas Sarkozy, demain, la part des ménages sera de 71%.

Nous sommes donc tous concernés, tout d’abord au titre de salariés avec la fiscalisation des indemnités journalières et des départs à la retraite hors plans sociaux, ensuite au titre de contribuables avec la hausse continue de la fiscalité locale, enfin au titre d’assurés sociaux avec la hausse du forfait hospitalier et les déremboursements de médicaments.

 

Impôt sur les indemnités des salariés, victimes d’accidents du travail

Privilèges pour les plus fortunés et les entreprises

 

De « courageux » députés UMP ont voté l’imposition de ces indemnités qui touchent plus particulièrement les ouvriers agricoles ou qualifiés, les manutentionnaires ou les magasiniers. Cette disposition rapportera 150 millions d’euros à l’État. Pas de quoi réduire le déficit !

MAIS

-  grâce au bouclier fiscal, les ménages les plus fortunés (plus de 15, 5 millions d’euros de patrimoine) ont reçu un chèque « moyen » de 368 261 euros en 2008.

-  les niches fiscales (investissements dans les Dom-Tom, les forêts, les œuvres d’art…) permettent aux plus fortunés de déduire de leurs revenus des sommes importantes, et parfois de ne pas payer d’impôts. Soit un manque à gagner de 74 milliards d’euros, pour le budget de l’État.

Ainsi à Neuilly, 47 foyers fiscaux à revenus élevés (344 000 euros / an en moyenne, soit 238 fois le salaire annuel des ouvriers agricoles) n’ont pas payé d’impôts sur le revenu.

-  Depuis 2008, 6 200 entreprises auraient bénéficié de 20,5 milliards de réduction de l’impôt sur les sociétés. En 2008, Jean-François Copé, alors ministre du budget, avait « estimé » cet avantage à 1 milliard !

 

Conseil municipal samedi 19 décembre à 9 h en mairie : vote des subventions

 

 

Le Parti Communiste Français

    Pour se défendre et riposter, pour changer vraiment

    Je désire être informé-e des initiatives du PCF

    J’adhère au PCF

   Nom : …………………. Prénom …………………….

   Adresse : ………………………………………………

   …………………………N° tél. : ……………………..

   Envoyer au PCF 48, rue François Wiart à Feignies

 

 

 

   

      Ces problèmes vous concernent.

 

     Venez en débattre avec nous le dernier vendredi de

     chaque mois de 17h30 à 19h à la salle polyvalente

     Place de l’église.

 

 

Publié dans Infos Feignies, PCF-Front de Gauche Feignies, TRACT | Pas de Commentaire »

22 décembre 2009 : Chronique de Didier Porte sur France Inter

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 décembre 2009

« Carlita porte à droite« 
http://www.dailymotion.com/video/xbhofk

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Honduras

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 décembre 2009

À la une dans l\'Humanité

Au Honduras, les putschistes se parent de légitimité

 

Porfirio Lobo a été officiellement déclaré « président élu », après l’élection du 29 novembre, dont une

grande partie de la communauté internationale n’a pas reconnu le résultat.

42 assassinats, 120 disparitions, 4 000 détentions arbitraires… Les droits de l’homme se sont brutalement détériorés depuis le putsch du 28 juin.
Analyste réputé de la vie politique hondurienne, Julio Navarro considère que le régime de facto n’a pas d’autres choix que de dialoguer avec la résistance.

Julio Navarro est sociologue à l’université pédagogique Francisco-Morazan du Honduras

Partagez-vous l’idée médiatisée selon laquelle les élections du 29 novembre auraient mis un terme à la crise politique hondurienne ?

Julio Navarro. Les auteurs du coup d’État ont estimé que des élections régleraient la crise parce que le mouvement de résistance a été massif. Sinon qui peut croire qu’ils auraient exécuté ce coup de force pour ne rester au pouvoir que six mois ? Mais le gouvernement de Porfirio « Pepe » Lobo, élu par 33 % de la population, a un problème de légitimité. Il devra privilégier le dialogue avec les forces qui représentent la résistance

[Suite de l’article]

Publié dans Amerique latine | Pas de Commentaire »

Salaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 décembre 2009

Publié par : PCF Maubeuge

 

SALARIÉS, CE QU’ILS GAGNENT PAR MOIS

(SALAIRES NETS MÉDIANS EN 2007,INSEE)

 Assistante maternelle

970 euros 

 Conducteur d’engin du BTP

1 490 euros 

 Aide à domicile

 1 100 euros 

 Ouvrier qualifié de maintenance

 1 500 euros 

 Aide-soignante

1 410 euros 

 Secrétaire de direction

1 590 euros 

 Caissier, employé de libre-service

1 140 euros 

 Technicien de l’informatique

1 700 euros 

 Vendeur

1 200 euros 

 Infirmier, sage-femme

1 870 euros 

 Ouvrier non qualifié (électricité, électronique)

1 200 euros 

 Enseignant

2 000 euros 

 Cuisinier

1 250 euros 

 Ingénieur

2 800 euros 

 Secrétaire

1 300 euros 

 Cadre commercial

2 940 euros 

 Ouvrier qualifié (électricité, électronique)

1 410 euros 

 Médecin salarié

3 270 euros 

 

ET LES DIRIGEANTS ?

 

Stock-options : les champions des plus-values en 2009

Qu’importe la baisse des résultats des grandes entreprises françaises, qu’importent que des millions de salariés soient voués à l’austérité salariale, les stock-options continuent de rapporter très gros à leurs détenteurs : 915 000 euros, en moyenne, pour une vingtaine de dirigeants français. Quelques exemples donnés par le mensuel économique L’Expansion

Patrick KRON, PDG d’ALSTOM :

3 millions d’euros empochés cette année après 42 millions en 2008. Il lui reste aussi quelques réserves de stocks-options sous le coude, soit une plus-value potentielle de 10,5 millions d’euros.

Gérard LAMARCHE, directeur financier de GDF-SUEZ :

En 2004, SUEZ lui attribue 165 000 stocks-options à 16,84 euros qu’il a revendues cette année à 28,50 eruos, soit une plus-value de 1,9 million d’euros.

Xavier HUILLARD, directeur général de VINCI :

Il encaisse cette année 1, 8 million d’euros de stocks-options, soit plus de deux fois son salaire fixe

[Lire la suite]

 

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

En 2008, 28,5 milliards d’exonérations de cotisations de Sécurité sociale pour les entreprises !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 décembre 2009

nord.pcf.fr/

«Sécu» : Déficit ! Vous avez demandé POURQUOI ?

Il paraît que le déficit est causé par les familles de salariés !

 

« Sécu » : plus de 30 milliards d’exonérations, autant que le déficit

Les exonérations de cotisations de Sécurité sociale, qui bénéficient principalement aux employeurs, ont encore augmenté en 2008 à 30,7 milliards d’euros, environ autant que le déficit record prévu pour la « Sécu » en 2010, selon des chiffres publiés par l’ACOSS.

Télécharger l’article :

PDF - 1.1 MoVdN 21-12-09

 

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

123456...15
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy