• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Face à la réquisition, les gynécologues obstétriciens s’organisent pour une longue résistance…

Face à la réquisition, les gynécologues obstétriciens s’organisent pour une longue résistance…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 novembre 2009

Syndicat National des Gynécologues Obstétriciens de France

22 novembre 2009 – Jean MARTY, Secrétaire Général du SYNGOF

 

Le gouvernement demande en pratique de sacrifier la naissance aux assurances…

Les obstétriciens croyaient que les assurances devaient protéger la naissance…

 

Extrait :

Nous sommes tous réconfortés d’avoir converti notre terrible angoisse professionnelle en un mouvement solidaire auquel le gouvernement n’a trouvé d’autre réponse que la réquisition.
Sous le prétexte un peu court qu’il ne peut déstabiliser le système des assurances, le gouvernement n’a pas tenu ses engagements du 22 et 29 juillet dernier de préparer des mesures pour le PLFSS. [Projet de loi de financement de la sécurité sociale]
Il a même une connaissance insuffisante du dossier. Les exemples foisonnent  :

  1. Il mélange les règles de droit : on ne punit pas les fautes au tribunal civil, on y indemnise les dommages.
  2. Le praticien n’a aucun moyen pour orienter les réclamations vers les procédures amiables plutôt que les procédures judiciaires puisque l’intérêt du plaignant reste d’emprunter les deux voies.

Nous en tirons la leçon. Il est possible de faire deux lois en une année pour les assureurs, on ne peut pas en faire une seule pour les accoucheurs…

Alors nous nous organisons pour une longue résistance dans la réquisition. A la fin de l’année nous ne renouvellerons pas nos assurances. Faute d’assurance fiable, sans réquisition, il n’y aura pas d’accouchement.
Il n’y aura plus d’échographie, plus de diagnostic anténatal. Le risque pour ces explorations est juridiquement le même.

[Article complet : syngof.fr/]

*********************************

Il faut dire que la situation des gynécologues devenait préoccupante. « Sur les 4  000 gynécologues-obstétriciens français, il n’en reste plus que 1 200 qui pratiquent encore des accouchements, les autres ne font que du suivi, de la chirurgie ou du traitement de la stérilité essentiellement à cause des risques démesurés qu’ils prennent s’ils acceptent de procéder à des accouchements en n’ayant pas de couverture au-delà d’un certain plafond », argumente Jean Marty, secrétaire général du Syngof.

Depuis samedi, une des plus importantes maternités de France, la polyclinique de l’Atlantique, près de Nantes, est en grève. À Bordeaux-Nord, la quasi-totalité des gynécologues ont arrêté le travail. Hier, les cliniques de Marseille et de Strasbourg se sont jointes au mouvement. « La grève continuera tant que nous n’aurons pas la garantie d’avoir une assurance complète », a déclaré Jean Marty. Dès samedi, les préfets ont orienté les futures mamans vers les hôpitaux publics et ont réquisitionné des médecins.

Source : humanite.fr/2009-11-16_Les-gynecos-du-prive-mal-assures

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy