• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 18 novembre 2009

RATP : L’UMP TOMBE LE MASQUE !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

PCF - 17 novembre 2009

L’unité de la RATP remise en cause : le PCF dénonce la mise en concurrence

Source photo : communistesclichy92.elunet.fr/

placlich440.jpg

Vendredi 13 novembre, à l’initiative de deux députés UMP, Yves Albarello et Gilles Carrez, la Commission du développement durable de l’Assemblée Nationale a adopté un amendement au projet de loi « Grand Paris » scindant la RATP en deux entités « juridiquement séparées » : l’une chargée de la gestion des infrastructures du métro, l’autre de l’exploitation des réseaux de transport.

Cette réforme n’a rien à voir avec la recherche d’une meilleure qualité du système de transport. Elle n’est justifiée que par la volonté de permettre à des groupes privés comme Veolia de venir concurrencer plus facilement la RATP sur son territoire, notamment dans la perspective de l’extension du métro induite par le Grand Paris.

Ajoutons que le règlement européen OSP n’impose nullement une telle séparation physique, mais seulement la tenue de comptes distincts entre les activités mentionnées.

Avec cet amendement, l’UMP tombe le masque. C’est l’unité de la RATP, soit disant « garantie » par le gouvernement, qui se trouve brutalement remise en cause.

Les dés ne sont pas jetés. La procédure parlementaire n’est pas achevée et le projet de loi définitif sur le Grand Paris dans lequel s’inscrit cet amendement ne sera adopté définitivement qu’au printemps.

Au sein d’une même entreprise, la coexistence des fonctions d’exploitation, d’étude et de maintenance des infrastructures et du matériel est un atout irremplaçable pour des transports de qualité. Elle doit être préservée. Le PCF appelle donc les défenseurs du Service Public et de l’entreprise publique à faire entendre leur refus de l’éclatement projeté.

Parti communiste français

*******************************************

RATP : L’UMP TOMBE LE MASQUE ! dans PCF siteon0Les communistes de la RATP

« Ça roule » n° 20 – octobre 2009

Numéro spécial « RATP : où va-t-on ? »

Télécharger

Publié dans PCF, Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Régionales 2010 : Le choix des communistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

Régionales 2010 : Le choix des communistes dans Elections regionales arton4152-21bb8

Les 19, 20 et 21 novembre, les communistes sont appelés à se prononcer sur le type de listes qu’ils entendent présenter aux élections régionales.

Quel objectif pour les régionales ? Quel type de rassemblement  ? Quel contenu ? Quelle démarche ? C’est à ces questions que les communistes sont appelés à se prononcer à la fin de la semaine. Ils le feront après l’organisation d’ateliers thématiques et de nombreux forums locaux, l’adoption d’une offre nationale par la direction du PCF et la tenue des conférences régionales.

Extrait :

Dix-sept conférences régionales [1] ont fait le choix d’aller à la bataille sous l’égide du Front de gauche. Un Front de gauche dont l’ambition n’est pas de rester en l’état des dernières européennes, mais de s’élargir à d’autres forces politiques et personnalités du monde syndical, associatif ou culturel.

De ce point de vue, dans plusieurs conférences, on a regretté la « fin de non-recevoir  » du NPA qui, en multipliant les préalables au rassemblement, a une nouvelle fois choisi l’isolement. C’est souvent pour les mêmes raisons que les délégués de quatre conférences [2] ont fait le choix de l’union avec le PS, dès le premier tour. Les arguments avancés : « Face à la droite rassemblée, il faut une gauche rassemblée pour conserver la région. » Dans la plupart des cas, ce sont les conditions électorales qui sont mises en avant, la crainte d’une victoire de la droite et la disparition de toute représentation communiste au sein des instances régionales.

[Article complet : PCF]

Plusieurs conférences régionales ont proposé un chef de file des candidats communistes :

Alsace
- Aline PARMENTIER (secrétaire départementale du Haut-Rhin) ;

Auvergne
- André CHASSAIGNE (député) ;

Aquitaine
- Raymond GIRARDI (conseiller général, syndicaliste agricole) ;

Corse
- Dominique BUCCHINI (conseiller territorial) ;

Languedoc-Roussillon
- François LIBERTI (conseiller général) ;

Limousin
- Christian AUDOIN ;

Nord/Pas-de-Calais
- Alain BOCQUET (député) ;

PACA
- Jean-Marc COPPOLA (vice-président de la région) ;

Picardie
- Thierry AURY ;

Rhône-Alpes
- M.-F. VIEUX-MARCAUD (vice-présidente de la région).

[1] Aquitaine, Alsace, Auvergne, Centre, Corse, Franche-Comté, Ile-de- France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Midi-Pyrénées, Haute-Normandie, Basse-Normandie, Nord/Pas-de-Calais, Pays-de-la- Loire, Picardie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes,

[2] Bourgogne, Champagne-Ardenne, Poitou-Charentes, Lorraine.

Publié dans Elections regionales, Front de Gauche, PCF | Pas de Commentaire »

SOUSCRIPTION NATIONALE DU PCF : Une question politique et une bataille dans le Parti et dans la société.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

PCFJean-Louis Le Moing
- Trésorier-adjoint en charge de la souscription

 

SOUSCRIPTION NATIONALE DU PCF : Une question politique et une bataille dans le Parti et dans la société.  dans PCF arton4150-db786A ce jour et depuis le début de l’année, plus de 400 000 euros ont été versés au titre de la souscription nationale.

 

Comme le montre le tableau ci-dessous, 69 % des ressources nationales et départementales du Parti proviennent de la souscription, du versement des élus, des cotisations. C’est un élément tout à fait particulier dans le paysage politique français, un argument à porter dans l’effort de collecte qu’il convient de relancer.

Sans_titre-1_copie-58 dans PCF

 


SOUSCRIVEZ !

Sans_titre-2_copie-27

Article complet sur PCF.fr/

 

Publié dans PCF | 1 Commentaire »

Polémique N’Daye-Raoult : nouvelle offensive idéologique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

 Article paru dans l’Humanité du 17 novembre

La vieille haine de l’intellectuelle

Par Marie-Pierre Vieu, Membre du Comité exécutif du PCF, en charge des intellectuels, vice-présidente de la région midi-pyrénées, et Gérald Briant, Membre du Comité National du PCF, adjoint au maire du 18e arrondissement de paris.

En quoi la polémique Raoult-N’Daye manifeste-t-elle une nouvelle offensive idéologique  ?

La polémique N’Daye-Raoult est-elle un incident à ajouter au passif du député maire du Rancy, coutumier d’excès de populisme et d’accointance avec l’extrême droite  ? Ce serait le cas sans doute, si elle ne succédait à une longue liste de faits qui, loin d’être mineurs, viennent nourrir en même temps qu’ils éclairent la politique ultraconservatrice menée par la droite au pouvoir  : Sarkozy et sa lecture nationale-libérale de l’histoire  ; Alain Minc et Denis Olivennes, patron du Nouvel Observateur, exaltant le politiquement correct et exhumant le concept de pensée unique lors de l’université d’été 2009 du Medef  ; Besson inventant le délit de solidarité et les charters d’Afghans  ; Hortefeux et sa rhétorique de sécurité partout et pour tous  ; les préfectures accueillant le grand débat sur l’identité nationale…

Quand la lauréate 2010 du Goncourt explique qu’elle trouve insupportable l’« atmosphère de flicage, de vulgarité » qui prévaut en France et dit à propos du président de la République et de plusieurs ministres « qu’ils représentent une forme de mort, d’abêtissement de la réflexion, un refus d’une différence possible », rien d’étonnant alors à ce qu’Éric Raoult, adepte du couvre-feu, de l’état d’urgence en Seine-Saint-Denis et militant pour le rétablissement de la peine de mort, intime à la romancière un « droit de réserve » qui, plus encore qu’une manœuvre d’intimidation, a valeur d’interdiction. D’autant que le même, qui remet aussi en cause l’indépendance de l’académie Goncourt vis-à-vis des pouvoirs publics et politiques, n’aurait aucun scrupule à la transformer en maison de redressement pour écrivains, lui qui vient encore de se distinguer en prenant fait et cause pour le régime tunisien du président Ben Ali à la suite de l’expulsion de la journaliste du Monde, Florence Beaugé, jugée trop « provocante ».

De la remise en cause de la liberté de la presse à la volonté de brimer Marie N’Daye, il n’y a qu’un pas. De ce point de vue, les Inrockuptibles ont bien raison de s’insurger contre une France qui pourrait rappeler celle de 1942 quand Pétain et Laval introduisaient la négation de la liberté d’expression, la haine des intellectuels et des artistes, la dictature sur la vie intellectuelle des Brasillac et Rebatet en même temps qu’ils organisaient la rafle du Vél’ d’Hiv, la traque des résistants et leur envoi en camps.

 

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Projet de loi sur la récidive

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

Serge Portelli : « Un projet de loi démago et inutile »

Pour Serge Portelli, vice-président du tribunal de grande instance de Paris, la récidive est un phénomène marginal qui appelle d’autres solutions que celles portées par ce texte.

Comment qualifier ce énième texte sur la récidive  ?

Serge Portelli. Démago et inutile. Imaginez  : c’est la quatrième loi sur la récidive en cinq ans  ! Rien que ce fait est une condamnation de l’existence même de ce nouveau texte… Multiplier ainsi les lois, c’est la preuve de leur inutilité absolue. Vous vous souvenez de la loi sur les peines planchers  ? Son seul effet a été, non pas de « dissuader » les délinquants, comme on nous l’annonçait, mais d’accroître de manière dramatique la surpopulation pénitentiaire…

Quelle est la réalité de la récidive  ?

Serge Portelli. Elle représente 6 % des délits, 2 % des crimes et moins de 1 % des crimes les plus graves, ceux visés par ce texte. C’est un phénomène beaucoup moins important que ce qu’on pourrait croire. Le gouvernement, lui, en a fait une obsession pathologique. Il détourne ainsi l’attention de l’opinion publique sur ce qui est accessoire, alors que le vrai problème reste le traitement général de la délinquance.

Quelles solutions, tout de même, 
à la récidive  ?

Serge Portelli. Pour la limiter, il faut déjà bien comprendre la situation de l’accusé et prononcer une première peine adaptée. Ensuite, il y a un taux de rechute inévitable  : beaucoup 
de récidivistes sont, en effet, pris 
dans des addictions et des pathologies. Alcoolisme, drogue, troubles de la personnalité ou psychiatrique… Cela ne se règle pas avec une condamnation, comme vous ne soignerez pas un toxicomane avec un seul rendez-vous médical. Il faut donc s’interroger sur l’amélioration de la prise en charge des malades et du suivi, en prison, des longues peines. Donnons notamment les moyens pour mettre en place des soins diversifiés tout au long de la peine  : accès aux médecins, traitements chimiques, groupes de parole, psychothérapie, arthérapie… Tout cela serait plus efficace qu’un enfermement perpétuel ou que l’escroquerie de la « castration » chimique, procédé réversible qui n’a jamais empêché le passage à l’acte.

Entretien réalisé par Laurent Mouloud

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Réforme territoriale : « Retour d’un État qui ne paie rien et commande tout »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2009

À la une dans l\'HumanitéL’Humanité – 18 novembre 2009 

Les collectivités locales victimes d’un massacre à la

tronçonneuse 

Pourquoi élus et citoyens doivent réclamer un référendum sur la réforme territoriale projetée par Nicolas Sarkozy. Une tribune signée André Chassaigne, Nicole Borvo Cohen-Seat, Roland Muzeau, Jean-Claude Sandrier, Jean-Jacques Paris.

Une machine infernale est en marche qui anéantira la fraternité et la laïcité, qui accentuera les inégalités entre territoires et entre citoyens. Elle a pour nom : réforme territoriale.

 

Ce que vise ce projet, c’est le démantèlement de la République et de la démocratie locale. Il faut mesurer la gravité des attaques sur les institutions et l’organisation de la France, sur les services publics et la souveraineté de notre peuple : – suppression progressive de l’essentiel des communes et, à terme, de tous les départements transformés, avant leur disparition, en rouages captifs et dociles de l’État ; – constitution de féodalités avec des super-régions et métropoles ; éloignement des citoyens des lieux de décision et généralisation d’un nouveau système électoral de bonus à l’UMP ; – retour d’un État qui ne paye rien et commande tout ; – agonie financière des collectivités pour laisser place libre aux appétits du capital privé. C’est le véritable objectif de la suppression de la taxe professionnelle.

[Lire la suite]

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | 1 Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy